Partagez | 
 

 Sur nos pensées; quand tu allais on revenait, fils [PV: Eren ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Speciale

Féminin Messages : 36
Date de naissance : 14/11/1994
Date d'inscription : 27/07/2015
Age : 24
MessageSujet: Sur nos pensées; quand tu allais on revenait, fils [PV: Eren ]   Mer 12 Aoû - 11:27

Je jetais un rapide coup d’œil à l'extérieur du mur pour évaluer l'étendue des dégâts. Le trou, récemment reboucher, était en proie à des attaques de titan acharné depuis plusieurs jours. Une expression de dégoût se peignait petit à petit sur mon visage d'habitude très calme. Les titans auxquels l'humanité faisait face n'étaient que des êtres immondes !

Quoi qu'il en soit, je n'étais pas là pour bayer aux corneilles, je relevais mon visage et je m'éloignais du bord. Les sourcils froncés, je continuais à patrouiller tranquillement jusqu'à ce qu'on m’interpelle. Un soldat de la garnison me fit signe de me ranger sur le côté droit pour que l'on peut échanger quelques mots.


« Que fait un soldat de la brigade spéciale ici ? » Je fis la moue en lui répondant mollement une vague explication.

« Mes supérieurs m'ont demandé de venir jeter un coup d’œil, paraît qu'il y a trop d'agitation là où le mur a été rebouché. »
Malgré mon explication, le gars de la garnison ne me lâcha pas.

« C'est qu'ils doivent sacrément avoir la frousse, les bourges du mur Sina, pour envoyer un soldat d'élite patrouiller avec les sous classés... »
Ça sonnait plus comme une moquerie qu'un reproche et cela ne me plaisait guère.

« Faut croire » dis-je simplement en me retournant mettant un terme à la conversation, mais c'était sans compter sur la ténacité de mon interlocuteur !

« Dit-voir, si jamais un titan arrivait à nouveau à violer les murs de la cité, à votre avis, qui se chargera de l'éliminer ? » Questionna-t-il en me suivant du regard. Je m'arrêtais. Me retournais en le fusillant du regard.

« Que veux-tu dire ? »
L'homme eut, un large sourire.

« Tous simplement que sans équipement tridimensionnel, vous êtes inutile sur ce terrain. »
C'était une réflexion tellement basique et inutile que j'en fus morte de rire !

« Très sincèrement, nous, les sales types de la brigade, on est trop précieux pour être de la simple bouffe à titan... Dans l'histoire, c'est vous qui vos faites tronchés, pas moi. » Ma réponse était calme et parfaite !

« De plus, les autorités supérieures, ont fait appel au bataillon d'exploration ce soir pour repousser le plus de titans possible... En gros... Tout comme moi, tu ne serviras à rien... Sauf peut-être les faire chier avec tes réflexions à la con. »

Je lui crache littéralement mes phrases à la gueule avant de me retourner tout en sifflotant d'un air guilleret. Car ce soir, j'allais bien rire.

Patiemment, je rôdais sur les hauteurs des murs, sous le regard méfiant de certains soldats, notamment ceux qui portaient sur leur uniforme, les ailes de la liberté. Ils devaient sans doute se demander ce qu'un second de la brigade venait faire ici-bas. Mon oreille percevait certaines railleries, les abruties, ils n'avaient même pas le mérite d'être discrets.

En d'autres lieux et en d'autres circonstances, j'aurais facilement engagé une confrontation physique. Effectivement, j'étais connue pour être une fausse calme, c'est-à-dire que je paraissais extrêmement poser, mais en vérité on me connaissait plus comme étant une vraie boule de nerfs qu'un long fleuve tranquille.

Nerveuse, oui, ce soir, j'étais nerveuse. Quand le bataillon d'exploration, c'était diriger vers les murs de fortification, j'avais repéré le jeune Jaeger. Voilà pourquoi j'errais tel un vautour dans le même secteur depuis un quart d'heure. Je ne savais pas s'il était un des nôtres et j'avais des doutes en ce qui concernait sa fiabilité. Petit-lait originaire de l'extérieur des murs ? Si c'était le cas, je n'avais jamais entendu parler de lui... À moins qu'il soit né à l'intérieur de la cité prisonnière... Il serait donc mon ennemi. Cependant, j'étais quasiment sûre que cela ne puisse pas être possible, aucun doute dessus, c'était un espion comme moi.

Pourtant, encore une fois, mon instinct me criait qu'un étrange mystère tourné autour de ce gamin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1300-aida-w-fini#8299 http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1303-carnet-d-adresse
Exploration

Féminin Messages : 403
Date de naissance : 16/09/1984
Date d'inscription : 24/04/2014
Age : 34
Localisation : lille
MessageSujet: Re: Sur nos pensées; quand tu allais on revenait, fils [PV: Eren ]   Lun 17 Aoû - 11:55

   Tu regardes le soleil descendre lentement dans le ciel. La mission du jour a été prévue pour la fin de journée, à ce moment où le jour se termine mais que la nuit n'est pas encore tombée. Les diverses expériences et rapports démontrent que les titans sont moins actifs la nuit, comme s'ils perdaient de leurs forces avec le manque de lumière. Bien sur vous ne pouvez attendre la nuit noire, la mission serait trop dangereuse, le manque de visibilité étant un handicap aussi bien pour les anciens soldats, mais encore plus pour les nouvelles recrues sans grande expérience. Vous passerez donc à l'action lorsque le soleil se teintera de rouge, annonçant la fin de cette journée et le début de votre mission.

   En attendant vous êtes tous en haut du mur, vous préparant et attendant les ordres. Pour le moment tout ce qu'on t'a dit c'est que vous devrez éliminer les titans qui se sont accumulés autour du trou rebouché dans le mur. Certains ne voient pas d'un bon oeil que tu participes à cette mission, te jugeant peu fiable -alors que c'est quand même toi qui a rebouché ce trou à la base-, mais un seul regard du caporal les a fait taire. Les ordres sont les ordres et personne n'est assez fou pour les contester. Les détails de l'opération n'ont pas encore été communiqués, enfin pas à toi en tout cas, si bien que tu ne sais pas si les soldats de la garnison présents vont aussi participer ou s'ils ne sont la qu'en soutien. En toute logique, si on a fait appel à vous, ils ne devraient pas descendre des murs. Le travail d'équipe est assez rare entre les différents corps de l'armée, sauf en cas de crise, ce qui n'est pas vraiment le cas aujourd'hui. Et de tous les groupes, l'exploration est celui qui s'y connait le mieux en élimination des titans.

   N'ayant rien à faire pour le moment, tu regardes les soldats qui s'affairent autour de toi. Certains vérifient leur équipement, d'autres discutent, et d'autres attendent tout simplement sans rien dire. Puis entre les blasons de la garnison et de l'exploration, tu aperçois soudain le vert des brigades spéciales. La jeune femme semble être la seule de son groupe présente. Mais que fait-elle ici ? La spéciale ne s'occupe que de l'intérieur de Sina, ce qui ne leur vaut pas une très bonne réputation auprès des autres. Elle ne va pas participer à l'opération tout de même ? À moins qu'elle ne soit la que pour observer. Il faut dire que si le trou venait à être brisé de nouveau et que le mur Rose était perdu pour de bon, Sina deviendrait le dernier rempart de l'humanité. Or Sina n'a pas la place d'accueillir une telle population...

   En la regardant tu penses à Annie. Tu n'as plus eu de ses nouvelles depuis l'attaque. Tu sais qu'elle a survécu et qu'elle fait maintenant partie des brigades spéciales comme elle le désirait, mais tu n'as pas eu l'occasion de la revoir depuis. Tu ne sais même pas comment ça se passe pour elle. Peut-être que cette fille la connait ? En un instant tu décides de vérifier par toi-même. Tu n'as rien à faire pour l'instant, et de toute façon tu restes à portée de vue de tous, ce n'est pas si tu allais te perdre sur le mur. D'un pas rapide tu t'approches de la soldate avant qu'elle ne puisse partir et la salue de façon formelle. Tu ne connais pas son rang, mais il y a peu de chance qu'elle soit une jeune recrue comme toi, alors mieux vaut la saluer plutôt que de la vexer.


« Bonjour madame ! Je m'appelle Eren Jaeger et je me demandais si vous connaissiez une jeune recrue des brigades spéciales nommée Annie Leaonhardt ? »

   Voila, question posée. Tu es resté poli et a été droit au but, Armin serait fier de toi. Tu espères juste que la fille devant toi ne fait pas partie de ses prétentieux qui vous regardent de haut simplement parce qu'ils font partie des brigades spéciales et qu'elle ne t'enverra pas bouler.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t736-eren-jaeger-the-world-is-cruel#4770 http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t785-eren-jeager-you-told-me-about-the-outside-world#4777
Speciale

Féminin Messages : 36
Date de naissance : 14/11/1994
Date d'inscription : 27/07/2015
Age : 24
MessageSujet: Re: Sur nos pensées; quand tu allais on revenait, fils [PV: Eren ]   Sam 29 Aoû - 17:46

« Bonjour madame ! Je m'appelle Eren Jaeger et je me demandais si vous connaissiez une jeune recrue des brigades spéciales nommée Annie Leaonhardt ? »

Je haussais un sourcil de surprise, en fait, je ne pensais pas que le petit, viendrait de lui-même se présenter solennellement. J'eus un large sourire, pas vraiment moqueur, je trouvais juste ça façon de faire tout à fait mignonne. Puis qu'il me demandait des nouvelles d'une de ses camarades, je n'allais pas le faire languir d'impatience, quoi que cela aurait été marrant. Cependant, il paraissait inquiet pour elle, l'ignorer aurait été un acte cruel.

Étant gauchère, je posais instinctivement ma main sur son épaule gauche, je lui fis une tape amicale pour lui indiquer de façon intime, qu'il pouvait se relaxer.


« Je sais qui tu es, fils... »

C'était une vilaine manie d'appeler ainsi mes cadets titans... Mais cela rester plus fort que moi... Puis il m'avait quand même appelé madame, je ne paraissais pas si vielle que cela, si ? Cette petite pique était là pour lui rappeler que je n'étais pas plus adulte que lui. À tous juste 20 ans, je me considérais encore comme un enfant.

Je retirais ma main de son épaule... Je n'avais pas répondu à son salut militaire, car je n’adhérais pas à ce concept. Je n'étais guère plus gradé que lui et guère plus expérimenté, cela, je comptais bien le lui faire comprendre.


« Détends-toi un peu, je ne suis qu'un soldat de second grade, inutile de me saluer quand tu veut me parler. »

Après avoir mis les choses au clair, je continuais.

« Annie... Si ma mémoire est bonne, c'est une jeune recrue blonde et qui paraît stricte n'est-ce pas ? Si c'est bien elle, sache qu'elle va très bien physiquement... Cependant, la dernière fois que je l'ai vue, elle était encore un peu sous le choc. Mais rien d’alarmant. »

Dis-je simplement en croisant mes bras... Je ne savais pas quoi raconter, ou plutôt j'avais trop de choses à lui dire, mais par où commencer. De plus, n'avait-il pas l'air fatiguer ? Avec une mine pareille, il ne devait pas être aussi alerte que moi, je doutais même de son habilité à exécuté la mission qui lui avait été confiée.
Un soldat de la garnison qui passait par là jeta un mauvais regard à Eren, le jeune homme devait avoir l'habitude depuis les derniers événements, cependant, moi, je n'arrivais pas à mi faire. Sans doute avais-je l'impression que par la même occasion, ils se raillaient de moi et je ne supportais que très rarement les moqueries.

Mes yeux se braquèrent comme des fusils sur l'homme qui venait de passer, il n'allait pas s'en tirer comme ça le saligaud !

« Hey, le curieux, range tes yeux. » Grondais-je en fronçant des sourcils.
Je suivis du regard l'homme qui avait finalement détourné ses yeux du jeune Jaeger. Tout en continuant à suivre du regard l'importun, je continuais à parler avec Eren.


« Le caporal Rivaille ne doit pas être bien loin, je suppose » dis-je avec dégoût, car cet homme resté l'un des êtres qui m'agacer le plus ici-bas, sa vulgarité et son franc parler me rebuter au plus au point, mais il fallait le reconnaître, c'était un protecteur idéale pour le jeune semi-titan.

« Tu devrais aller le retrouver, je ne t'apprends rien, mais beaucoup souhaitent tas mort ici-bas, surtout dans ma section ».

Alors que j'allais lui tourner le dos, je pris la libre décision de lui confier une de mes craintes, après tout, c'était normal que je m’inquiète pour lui... D'une certaine façon, il faisait partie de la « famille ». Je comprenais très bien dans quel état psychologique misérable il devait être. Que l'on soit adule ou enfant, c'est toujours désagréable d'être considéré comme l'ennemi public numéro un en sursit.

« Pour être franche, j'étais là quand tu as protégé tes amis, j'avais même mon arme braquée sur toi, juste devant toi. »

Je haussais des épaules, car je voulais quand même lui montrer un certain détachement.


« J'étais présente lors de ton jugement, aussi. Mais du début jusqu'à la fin, je n'aurais pas tiré sur toi. J'espère seulement que le bataillon d'exploration te traite bien et qu'ils ne voient pas en toi un cobaye ou une simple arme. »

Je fis la moue, j'avais trop parlé.
Je n'avais pas vraiment envie d'aborder ce genre de sujet avec lui, parce que je connaissais avec exactitude la façon dont le bataillon se comportait avec lui. J'imaginais très bien que cela ne devait pas être tous les jours faciles pour Eren.

J'allais une bonne fois pour tous faire demi tour quand un brutale tremblement ébranla les murs ! En un rien de temps, je me suis retrouvée à terre. Mais il ne me fallut qu'un quart de seconde pour me redresser, mon regard s'étendit sur toute la zone touchée par le tremblement. Toutes les personnes présentes avaient été surprises par l'incident. Certains étaient dans le même état que moi, d'autre avait eu de quoi s'agripper.

Ça ne pouvait être dû qu'a une seule chose... L'attaque d'un titan !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1300-aida-w-fini#8299 http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1303-carnet-d-adresse
Exploration

Féminin Messages : 403
Date de naissance : 16/09/1984
Date d'inscription : 24/04/2014
Age : 34
Localisation : lille
MessageSujet: Re: Sur nos pensées; quand tu allais on revenait, fils [PV: Eren ]   Mar 20 Oct - 19:49

  Heureusement pour toi, tu as choisi la bonne personne à qui t'adresser. Celle qui te fait face ne t'ignore pas comme un malpropre comme beaucoup trop de soldats des Brigades spéciales peuvent le faire. Si l'armée en général n'approuve pas ta présence dans leurs rangs, les protecteurs de Sina sont tes opposants les plus farouches. S'ils avaient leur mot à dire tu serais au pire disséqué dans un laboratoire pour en apprendre plus sur les titans et au mieux tout simplement éliminé sans autre forme de procès. Tu ne peux pas réellement  leur en vouloir de vouloir protéger l'Humanité mais ils ne te laissent aucune chance de faire tes preuves en tant qu'allié.

   À l'inverse de leur comportement froid et hostile la jeune femme en face de toi te souris et va même jusqu'à poser sa main sur ton épaule, te relaxant instantanément. Mis à part tes amis, et Hanjie, bien que parfois tu te passerait bien de ses attentions, rares sont les personnes qui osent avoir le moindre contact physique avec toi. Beaucoup se comportent comme si tu avais une maladie rare et extrêmement contagieuse qu'ils pourraient attraper uniquement parce qu'ils se trouvent près de toi, alors te toucher n'en parlons même pas. Quant à ceux qui osent avoir un contact physique avec toi, leurs gestes non absolument rien de sympathique. Après tout c'est l'armée, les soldats ne sont pas là pour se faire des câlins entre eux, ça ne les aidera pas à vaincre les titans.

   Alors que tu l'as appelé madame, par respect pour un soldat avec plus d'expérience que toi, la brune en face de toi te qualifie de 'fils'. Intérieurement tu fais une grimace, tu n'es pas si jeune que ça non plus. Bien sur elle te connait, qui n'a pas entendu parler d'Eren Jaeger, le Titan Humain... Enfin, mis à part ça, aucune remarque sur ton statut ne se fait entendre, renforçant l'idée que tu as bien fait de t'adresser à elle. A sa demande, tu te détends, abandonnant le salut militaire si formel.


« Oui, M'dame ! »

   Tu continues de l'appeler ainsi parce que si elle te connait, ce n'est pas ton cas. Tu ne connais toujours pas son nom et lui demander pourrait paraitre un peu trop présomptueux de ta part. Même si elle n'est que de second grade, les manières militaires sont prises au sérieux par beaucoup et tu ne doutes pas que les soldats qui vous entourent feront un rapport détaillé sur ton manque politesse dès qu'ils en auront l'occasion.

   Avec joie tu l'entends parler d'Annie, et un sourire étire enfin tes lèvres. De savoir qu'elle va bien te rassure énormément. Bien sur tu ne doutais pas de ses capacités, mais l'attaque de Trost est un évènement qui a traumatisé bon nombre de soldats et sans avoir vu Annie de tes propres yeux tu ne pouvais dire comment allait réellement la jeune fille. La brune en face de toi l'a cotoyé pendant ces dernières semaines, tu te fie donc à son avis sur ton amie.  Alors que tu t'apprêtes à remercier la membre des Brigades pour ces informations, tu la vois froncer des sourcils mais tu comprends que cela ne t'es pas destiné. Tu suis son regard des yeux et alors même que la remontrance quitte sa bouche, tu vois toi même le soldat qui lui a déplu. Son regard noir braqué sur toi ne te plait pas, mais ce serait mentir de dire que tu ne commences pas à y être habitué. Rares sont ceux qui t'apprécient dernièrement, même dans ta propre brigade. Alors sans rien dire, parce que oui contrairement à ce que tout le monde pense tu es capable de contrôler ton tempérament, tu reportes ton attention sur la brune qui vient de prendre ta défense.

   Lorsqu'elle te parle du caporal tu soupires. Tu n'es pas son chien de compagnie, tu n'es pas obligé de le suivre et tu n'as pas besoin de surveillance permanente. Personne ne serais assez idiot pour tenter quoique se soit au milieu d'une foule de témoins. Enfin tu l'espère, sinon tu ne donnes pas cher de leur peau. Le caporal n'est pas du genre a accepter que l'on contredise ses ordres, et s'en prendre à toi alors que tu es officiellement sous son aile serait une belle erreur de leur part. Contrairement à toi, peu de gens peuvent faire repousser leurs dents...


« Je ne sais pas où se trouve le caporal exactement. On m'a ordonné de rester ici, c'est ce que je fais. Je n'ai pas besoin de sa protection à chaque instant. »

   Si tu n'es absolument pas étonné de savoir que beaucoup de personnes souhaitent ta mort. Si certains se contentent de regard en coin et de messes bas, d'autres n'hésitent pas à parler bien fort de ce qu'ils pensent de toi. Enfin, quand il n'y a pas de supérieur pour leur faire la morale à portée de voix bien sur. Bizarrement lorsque tu n'es pas seul et accompagné d'un gradé, les bouches se taisent, n'assumant pas entièrement leurs dires. Par contre de savoir que cette même personne était présente après ta première transformation et lors de ton procès te surprend un peu plus.

« A dire vrai, je ne me souviens plus vraiment de ce qu'il s'est passé après avoir été sorti du titan, cette première fois. Et pendant le procès j'avais d'autres priorités, je n'ai pas réellement fait attention aux personnes présentes dans la salle. »

  Mais ce qui te choque le plus en quelque sorte, c'est de savoir qu'elle n'aurait pas tiré sur toi. Dans cette situation, si les rôles avaient été inversés et que t'étais retrouvé face à un gamin pouvant se changer en titan, tu n'es absolument pas certain de pouvoir affirmer que tu n'aurais pas tiré, surtout si l'on t'en avait donné l'ordre. Pourquoi donc aurait-elle agit autrement ? La curiosité prenant le dessus sur la raison, tu oses lui demander pourquoi elle aurait désobéi à un ordre pour un gamin qu'elle ne connaissait pas. Enfin ça c'est ce que tu avais l'intention de faire avant de te faire propulser au sol par une secousse. Avant même de comprendre vraiment ce qu'il se passe tu te relèves, courant directement vers le bord du mur. Ce genre de chose ne peut vouloir dire qu'une chose, les titans attaquent. Tu trembles d'excitation et de nervosité mêlées, t'attendant à voir le titan colossal apparaitre devant toi. Mais en regardant par dessus le mur, tu te rends compte qu'ils ne s'agit que d'un attroupement massif de déviants et de titans ordinaires. Attirés par les humains regroupés en un seul lieu, certain des titans ont commencé à s'énerver, frappant violemment le mur. Si en temps normal la secousse ne se serait pas faite sentir, l'attaque subie il y a peu, et l'absence de porte ont fragilisé la structure. Pas au point de faire céder le mur, l'épaisseur imposante des remparts n'est pas pour rien, mais en certains endroit les coups peuvent se ressentir.

   Le calme revient peu à peu et les ordres commencent à être donnés. L'opération va bientôt commencer. Tu regardes autour de toi et ne trouve pas le caporal. Par contre tes yeux se posent sur la brune et tu reviens vers elle.


« Vous allez bien ?  Au fait, je ne sais toujours pas votre nom, alors que vous connaissez le mien. »

   Tu l'as vu tomber face à toi, mais dans ta hâte de voir ce qu'il se passait tu ne lui plus fait attention. Une autre question te trotte en tête aussi, alors que les soldats s'affairent autour de vous.  

« Vous allez participer à l'opération avec nous ? »

   L'entraide entre les différents corps d'armée est chose rare, surtout lorsqu'il s'agit des brigades spéciales. Mais quitte à avoir un soldat avec tes côtés, tu préfères de loin avoir quelqu'un qui t'adressera la parole de façon normale et avec qui tu n'auras pas à te soucier de savoir s'il te planteront une lame dans le dos.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t736-eren-jaeger-the-world-is-cruel#4770 http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t785-eren-jeager-you-told-me-about-the-outside-world#4777
Speciale

Féminin Messages : 36
Date de naissance : 14/11/1994
Date d'inscription : 27/07/2015
Age : 24
MessageSujet: Re: Sur nos pensées; quand tu allais on revenait, fils [PV: Eren ]   Mer 21 Oct - 12:55

« A dire vrai, je ne me souviens plus vraiment de ce qu'il s'est passé après avoir été sorti du titan, cette première fois. Et pendant le procès j'avais d'autres priorités, je n'ai pas réellement fait attention aux personnes présentes dans la salle. »

« J'imagine... »

Dis-je en détachant mon regard du semi-titan, car mes supérieurs auraient trouvé cela étrange de me voir discutailler aussi longtemps avec le danger public numéro un du moment.

Mais je n'ai même pas eu le temps de me retourner que j'étais face contre terre à humer les dalles de pierre. Le choc avait tellement était violent que ma lèvre s'était légèrement ouverte.


« Merde » grognais-je entre les dents.

L'autre morveux, c'était précipitait ver les remparts pour voir la pagaille en bas. Les titans étaient en forme ce soir pour foutre un tel bordel.
Je me relevais un peu sonné par ma chute et je le fixais.


« Vous allez bien ? Au fait, je ne sais toujours pas votre nom, alors que vous connaissez le mien. »

L'esprit un peu hagard, je le regardais en me relevant, la lèvre toujours fendue, avec un filé de sang. Je ne fis même pas attention à cela, car j'avais l'habitude que mes plaies se referment aussitôt quelles eut étaient ouverte.

« On m'appelle Aïda et laisse tomber le « vous », ça m'énerve. » Râlais-je un peu.

Dans mon esprit, on était tous dans la même misère... Tout le monde devrait être considéré sur le même pied d'égalité. Je disais cela, car beaucoup de mes supérieurs avaient peut à peut pris la grosse tête. Voilà ce qui arrive quand on accorde un peu de pouvoir à l'homme, il se croie supérieurs à ses semblables.

Mon uniforme était salopé, j'en profitais pour enlever la poussière qui s'était accrochée à mes manches lors de ma chute.
Pendant ce temps-là, Eren tourna la tête deux secondes pour admirer l'agitation de ses camarades qui se préparaient à riposter. Il avait l'air presser de planter ses sabres dans la chaire des titans, tant dis que moi, je voulais éviter d'enfiler un appareil tridimensionnel.


« Vous allez participer à l'opération avec nous ? »

Le petit brun fit à nouveau face à moi, des étoiles pleines les yeux.
Entre-temps, ma plaie s'était refermer sans laisser la moindre trace de cicatrice et tant mieux ! Par habitude, je n'avais même pas pris la peine de le cacher.

Je fronçais des sourcils.


« Je n'étais pas la meilleure en manipulation tridimensionnelle »


Dis-je en rigolant nerveusement.

« Mais un peu d'exercice me serait fort utile... Je pense que je vais seconder le bataillon d'exploration pour cette mission... »

Je croisais mes bras en regardant l'horizon, histoire d'esquiver le regard d'Eren... Son entrain avait quelque chose d'extrêmement effrayant pour lui.. Limite suicidaire.
J'eus un petit rire.


« Et bien, si tu survie suffisamment longtemps, je penses que tu deviendras un soldats d’exceptions ! »

Si on ne t'élimine pas avant, pensais-je fortement, car cette possibilité ne devait pas être écarter. Eren représentait un danger pour les humains à l'intérieur du mur, mais aussi pour ceux de l'extérieur. Il ne le savait pas, mais son existence allait soulevé d'innombrables questions pour les ignares.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1300-aida-w-fini#8299 http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1303-carnet-d-adresse
Exploration

Féminin Messages : 403
Date de naissance : 16/09/1984
Date d'inscription : 24/04/2014
Age : 34
Localisation : lille
MessageSujet: Re: Sur nos pensées; quand tu allais on revenait, fils [PV: Eren ]   Mar 3 Nov - 22:33

     Lorsque tu retournes auprès de la soldate après avoir vérifié ce qui avait causé toute cette agitation, tu t'aperçois que la jeune femme a la lèvre en sang et lui demande si elle va bien. Elle n'a pas l'air blessée puisqu'elle se relève sans difficulté. Contrairement à une bonne partie des soldats de Sina, Aida -puisque c'est ainsi qu'elle se prénomme- ne semble pas se préoccuper des formalités plus que nécessaire et ne veut pas être vouvoyée. C'est une habitude que tu as prise en entrant dans l'armée. Tous ceux qui n'étaient pas de jeunes recrues devaient être vouvoyés, puisqu'ils étaient forcément d'un grade supérieur à vous. Enfin, tu espères juste qu'on n'ira pas rapporter au caporal ou au commandant que tu as manqué de respect à l'un de tes supérieur. Tu n'as pas besoin d'une réputation pire que celle que tu as actuellement. Enfin, ce n'est pas comme si tu pouvais faire quoique se soit pour l'améliorer, la plupart des gens ne retenant qu'une seule chose de toi, ton statut de titan humain.

      Maintenant que tout le monde commence à se mettre en place, il est temps que tu y ailles aussi, mais avant tu demandes à la brune si elle va participer avec vous. L'excitation du combat prochain se ressent à travers tout ton être. Enfin, tu vas pouvoir tuer du titan. C'est pour cela que tu t'entraines aussi durement depuis plus de 3 ans maintenant. Alors que tu veux lui demander si elle a besoin d'un mouchoir tu constates que le sang ne coule plus. Bizarre, tu aurais pourtant jurée qu'elle s'était ouvert la lèvre... Perplexe tu la regardes un instant, mais tu as d'autres sujets plus importants à traiter, comme la mission qui est sur le point de commencer, l'entaille ne devait pas être si profonde que ça finalement...

      Tu rougis presque aux compliments qu'Aida te fait. Toi un soldat d'exception ? Tu sais bien que n'atteindras jamais le niveau du caporal ou même de Mikasa, mais tu feras tout ce qui est en ton pouvoir pour que l'humanité triomphe.


« Tu ne dois pas être si mauvaise que ça non plus, pour avoir pu intégrer la brigade spéciale. »

      La seule condition pour pouvoir choisir ce groupe est de finir dans les 10 meilleurs de sa promotion. Et lorsque l'on sait qu'une promotion compte plusieurs centaines de membres, le fait n'est pas si simple. Tu aurais pu choisir les brigades si tu l'avais voulu, mais ton but à toujours été l'exploration. Et avec les derniers évènements, choisir la brigade serait revenu à signer ton arrêt de mort et une dissection...

« Tu veux venir dans mon groupe ? Comme ça il y aura au moins un visage amical dans mon groupe. Et on pourra leur montrer ce qu'on vaut. »

      Pas que tu te sentes seul, mais un peu. Ni Armin, ni Mikasa ne font partie de cette mission et tu as bien fait comprendre à Mikasa que si elle essayait de s'impliquer uniquement pour te protéger tu ne lui adresserai plus la parole. Elle a failli insister mais au final à compris à quel point tu étais sérieux, si bien que maintenant tes amis ne sont soit pas dans ton groupe, soit pas dans la mission du tout et que tu te retrouves avec des soldats qui ont autre chose à faire que de t'adresser un sourire, et encore moins la parole, si ce n'est pour donner un ordre.

« Jaeger, ramène toi ! »

      Tu tournes la tête, les membres de ton groupe sont pratiquement prêt justement... Tu fais de nouveau face à Aida, un petit air de chien battu sur le visage.

« Il faut que j'y aille. »

      Et tu vas retrouver ton groupe, laissant à Aida le choix de rester avec toi ou non. Après tout, même si elle a dit vouloir participer rien ne l'obliges à te suivre.

_________________


Dernière édition par Eren Jaeger le Mar 16 Fév - 16:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t736-eren-jaeger-the-world-is-cruel#4770 http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t785-eren-jeager-you-told-me-about-the-outside-world#4777
Speciale

Féminin Messages : 36
Date de naissance : 14/11/1994
Date d'inscription : 27/07/2015
Age : 24
MessageSujet: Re: Sur nos pensées; quand tu allais on revenait, fils [PV: Eren ]   Dim 7 Fév - 2:01

« Tu veux venir dans mon groupe ? Comme ça, il y aura au moins un visage amical dans mon groupe. Et on pourra leur montrer ce qu'on vaut. »

Elle esquissa un mince sourire. Pourquoi pas... Cela faisait longtemps qu'elle n'était pas allé sur le terrain. Cependant, la jeune femme se sentait rouiller, non pas avec son habilité à manier la lame, mais plus du côté de la pratique tridimensionnelle.

« Si tu veux... Mais avant cela, il faut que je trouve un appareil de tridimensionnel. Les soldats de la section spéciale n'en n'ont pas l'utilité. »

Mais Aïda se doutait bien qu'il lui suffisait de demander pour obtenir un des précieux appareils. C'est d'ailleurs ce qu'elle fit en interpellant un petit sous-fifre.
Celui-ci fut surpris, car il était rare qu'un soldat de la section spéciale demande a aller sur le terrain. Mais ce soir, elle était confiante, peut-être un peu trop.


« Jaeger, ramène-toi ! »

Une voix autoritaire rappela le jeune semi-titan, qui laissa Aïda sur place.

« Il faut que j'y aille. »

Elle fit oui de la tête.


« Je te rejoins dans quelques secondes, laisse-moi le temps de mettre les lanières et d'installer l’appareil tridimensionnel. »

Aïda fixa l'objet, il avait l'air simple à mettre, mais il n'en était rien... Effectivement, la jeune femme se rappelait des longs moments de bataille pour mettre les lanières de cuir.
Elle eut un profond soupir...


« Donne-moi une heure en fait... »

Non, vraiment, ce n'était pas si simple que cela.
En vérité, il ne fallut que 20 minutes à Aïda pour mettre les lanières sur ses fesses et ses cuisses. Elle rangea les lames cuter dans leurs encoches principales.
Enfin, la femme a la peau marron se mis en route, d'un pas décidée, elle alla rejoindre son protéger. Celui-ci était près du mur, au bord du gouffre, comme d'habitude.


Aïda lança un mauvais regard vers les titans qui agglutiné en bas.

« Es-tu prêt ? »

Demanda-t-elle.

« J'aimerais savoir à quoi tu penses avant d'une bataille, la vis-tu comme t'as dernière ? »

De son côté, Aïda ne s'était jamais trop posé la question, car elle se savait supérieure. C'est cette assurance qui aura un jour raison de sa personne... Elle le savait, mais elle ne le grainait pas, car cela faisait longtemps qu'elle avait acceptée cette fatalité.

De toute manière, il faut bien mourir de quelque chose un jour....

_________________

Aïda's them
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1300-aida-w-fini#8299 http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1303-carnet-d-adresse
Exploration

Féminin Messages : 403
Date de naissance : 16/09/1984
Date d'inscription : 24/04/2014
Age : 34
Localisation : lille
MessageSujet: Re: Sur nos pensées; quand tu allais on revenait, fils [PV: Eren ]   Mar 16 Fév - 17:46

    Alors que tu rejoins finalement ton groupe, tu jettes tout de même quelques coups d'œil à Aida. Elle a réussi à se procurer un appareil tri-dimensionnel mais semble avoir un peu de mal à s'équiper. Tu ne peux empêcher un petit sourire de naître sur tes lèvres? Ça fait plaisir de voir qu'il n'y a pas que les jeunes recrues qui galèrent avec toutes ces sangles. Pendant vos 3 années d'entrainement c'était même devenu un jeu entre vous. Le dernier à enfiler son équipement avait un gage. Il va s'en dire que Mikasa n'a jamais eu de gage...

    Tu crains que la jeune femme ne mette trop de temps à s'équiper et que la mission commence sans elle, mais ce n'est pas le cas. Comme toujours, il y a un dernier détail de dernière minute qui s'impose et le début des opérations est encore décalé. Enfin, ce n'est pas comme si les titans avaient l'intention de s'en aller. Le bon côté de la chose c'est que lorsqu'Aida te rejoint enfin, près d'une demi heure plus tard, vous n'avez toujours pas quitté le mur. Ça commence à faire long quand même, et même si tu te rend compte que c'est très enfantin tu trépignes d'impatience. Qu'est-ce qu'ils attendent pour commencer ?


« Es-tu prêt ? » La voix d'Aida te tire de tes pensées.
« Depuis des heures oui ! C'est à croire qu'ils attendent que les titans décident de partir d'eux même ! »

    Tu sais bien que les missions de ce genre sont toujours soumises à tout un tas de règlementation, surtout lorsque cela se passe au niveau même des murs. Mais il ne faut pas abuser tout de même. À ce rythme là, vous auriez déjà pu avoir terminé cette mission. Une nouvelle fois, la voix d'Aida se fait entendre, et s'ensuit un silence. Tu la regardes, te demandant où elle veut en venir. Elle est bien la première personne à t'avoir demandé ce genre de chose.

« Je ne sais pas, pas vraiment. Je préfère plutôt penser à mes amis, au fait que chaque titan abattu nous rapproche de notre rêve. Notre espoir de voir un jour les merveilles qui se cachent derrière ces murs. »Un peu gêné de parler de ça devant quelqu'un d'autre qu'Armin ou Mikasa, tu détournes le regard, passant une main sur ta nuque sans t'en rendre compte.« Parce que si j'acceptais que ça soit ma dernière bataille, si j'acceptais la possibilité de ne pas revenir vers mes amis, alors je ne me battrai pas vraiment de toutes mes forces. Et puis j'ai promis d'éliminer tous les titans, je ne peux pas rompre cette promesse.  »

    Tu jettes un œil aux autres soldats, et heureusement ils n'ont pas l'air de faire attention à votre discussion. Parce que ça peut paraitre facile pour toi de dire ces choses là au vu de tes facultés de guérison, mais tout être humain normalement constitué ne verrait peut-être pas les choses de la même manière que toi.  

« Je sais que ça peut paraître bizarre vu que tout le monde me traite d'idiot suicidaire, mais accepter la mort, c'est comme d'accepter sa défaite. C'est accepter le fait qu'on était pas assez bons pour se mesurer aux titans. C'est accepter de perdre avant même d'avoir commencé... »

    Tu fais de nouveau face à la jeune femme à la peau brune, adoptant un air sérieux. « Et toi ? Est-ce que tu fais parti de ces personnes qui s'en vont au combat préparé à mourir ? Ou de ceux qui pensent aux choses qu'ils pourront faire lorsqu'ils reviendront ? Toi aussi tu dois bien avoir des rêves à accomplir non ? Ou alors comme tous ces autres tu as rejoint les Brigades spéciales pour avoir un semblant de paix ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t736-eren-jaeger-the-world-is-cruel#4770 http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t785-eren-jeager-you-told-me-about-the-outside-world#4777

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Sur nos pensées; quand tu allais on revenait, fils [PV: Eren ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sur nos pensées; quand tu allais on revenait, fils [PV: Eren ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Seul et sage pensée!
» Quand on rêve éveillé. [Pv Jann et Sweety]
» Pensée solitaire sur le toit... [Libre]
» Quand la Diaspora Tousse, Haïti a la Fièvre
» Quand la solitude pèse [PV Paws]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shingeki No Kyojin RPG :: District de Trost-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit