Partagez | 
 

 Une ombre du passé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Féminin Messages : 69
Date de naissance : 20/03/2002
Date d'inscription : 21/08/2015
Age : 15
Localisation : Où je suis.
MessageSujet: Une ombre du passé   Lun 21 Sep - 16:34

-Repos, Soldats!
Heure de pause du midi. Les petites groupes d'amis se formèrent. Je m'assis à une table, à l'écart, fatiguée, éreintée par tout ce brouhaha. Je commençais à manger en silence, seule parmi tous ces "clubs". Ah, non, il y avait un autre apprenti soldat, lui aussi seul. Un gars aux cheveux noirs, barrés de trois lignes blanches. Quelque chose qu'il me semblait déjà avoir vu quelque part.... Où? Argh, je n'arrivais pas à m'en souvenir. Tant pis.
Je croquais à belle dent mon sandwich ; délicieux, avec cette sauc.... Je sais! Ça me revient!
-Si...Silène? Interrogeais-je en m'approchant lentement.

Silène était mon meilleur ami, étant petite. Je l'avais rencontré lors d'une des séances de thérapie de ma mère, celle-ci étant devenu folle après la mort de mon père. Enfin, plutôt je l'avais espionné. Oui, espionné. Je m'explique. A cette époque, où mon nom était encore Julia Prhaoy, j'avais entendu, en passant dans le couloir de l'institut, des bribes de voix provenant d'une des portes, entrouverte.
Je m'étais approchée, aux aguets et curieuse, et avait collé mon oreille contre. Mais un bruit derrière moi m'avait fait sursauter -j'avais appris plus tard que c'était un chat qui avait miaulé- et je m'étais étalée, tête la première, dans la chambre. Oui, dans la chambre. Sonnée, mais pas blessée, je m'étais relevée pour faire face à un jeune homme d'environ 18 ans. Nos regards s'étaient croisés, et c'est ainsi que naquit une grande amitié. Enfin... Jusqu'à que je change de district. Nous nous étions alors perdus de vue.
Jusqu'à aujourd'hui.
-Silène ? Répétais-je.

_________________
The Reluctant Heroes
Denying her wounds, her wounds came from the same source as her power.

#660099
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1315-l-ombre-entre-les-autres http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1325-moi-et-les-autres
Apprentis

Féminin Messages : 26
Date de naissance : 27/05/1989
Date d'inscription : 10/09/2015
Age : 28
MessageSujet: Re: Une ombre du passé   Mer 23 Sep - 17:09

Silène marqua un instant de silence. Il poussa un grognement agacé et reposa son repas. Puis, il se tourna vivement et observa la jeune femme qui l’appelait.

Silène aurait pu rester calme, profiter de sa pause dans le silence de la solitude, dévorer rapidement sa nourriture pour se lever et étirer son corps, réchauffer ses muscles avant la fin de la rémission. Il aurait pu s’allonger un instant, somnoler sans crainte, rêver. Il aurait pu songer à une histoire, à une chanson, penser à la montagne. Il aurait pu courir ou bien se concentrer sur ses mouvements et ses postures de combats, sur ses exercices.

Plein de trucs plus ou moins utiles, en somme. Mais qui ne concernaient que lui, ne regardaient que sa pomme. Et Silène appréciait parfois, surtout après une matinée d’entraînements, être un peu laissé face à lui même. Rester dans son nuage de pensée, remplir son estomac de manière purement pratique et dormir un peu les yeux ouverts.

Mais non. Non. Il y avait-elle.

Elle n’aurait pas pu le laisser seul ? Comme le reste de la journée ? Elle n’aurait pas pu le laisser tranquille, à l’unique instant de la journée où il pouvait être un peu libre de ses actes ? Il semblait que non.

L’air fatigué, il cligna des yeux et toisa la jeune femme d’un air légèrement agacé. Silène. Oui. C’était bien son prénom. Et alors ?

Il fronça les sourcils, pencha soudainement la tête sur le côté, retient bâillement et observa fixement la jeune femme. Il plissa les yeux.

« Tu…me rappelle quelque chose. Ou quelqu’un. Un truc du genre. »


Sans tact aucun, il leva les yeux au ciel, pensif. Il réfléchit quelque instant, avant de cerner la cicatrice sur le visage de la jeune femme. Mais le reste du physique correspondait à un de ses vagues souvenirs. Silène n’était, après tout, pas du genre à mémoriser des événements passés s’ils n’étaient pas d’une importance capitale.

Une amitié, avait toujours été quelque chose d’aussi important, qu'inutile à garder en mémoire si elle n'était plus effective. Celle-ci, n'était plus effective depuis plus d'un an déja.

« Une certaine Julia…mais elle n’avait pas de cicatrice…sur la joue… »


Il pointa le marquage d’un geste vague de la main, avant de regarder les autres apprentis soldats autour de lui. Puis, il poussa une sorte de sifflement à peine audible et écarquilla les yeux, déjà plus avenant.

« Oui…je crois me souvenir de toi. Tu es tombé dans la chambre de mon vieux, il y a trois ans, quand il était encore malade. Tu as disparu pas longtemps après, je crois… »

Il songea qu’il n’était pas très doué avec la notion du temps. Puis il se retourna vers son repas et mordit avec sauvagerie dans son sandwich.

« C’est drôle, je ne t’imaginais pas rentrer dans l’armée. Je me demande ce qui a bien pu t’arriver, entre-temps. »


Silène semblait certainement bien moins sensible et réceptif qu’avant. Mais c’était une réaction simple, brute, qu’il avait développée pendant trois années de galère. Tu es là ? Tant mieux. Tu es partie ? Tant pis.

Tu es de retour ? Alors là, cela soulève des questions…aux réponses pour le moins désagréables.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1333-let-the-rain-wash-away-termine http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1338-relations-d-un-bleu

Féminin Messages : 69
Date de naissance : 20/03/2002
Date d'inscription : 21/08/2015
Age : 15
Localisation : Où je suis.
MessageSujet: Re: Une ombre du passé   Jeu 24 Sep - 18:41

Mon cœur rata un battement.
C'était bien lui. Silène, cet ami que j'avais cru ne jamais revoir. Cet ami qui m'avait sauvé la vie plusieurs fois. Le seul ami que j'avais eu.

Il ne m'avait pas reconnu. J'aurais pu m'en énerver, m'en mettre en colère, mais non. Silène avait toujours été comme cela. Je le savais, et c'est ce qui faisait son caractère après tout. Il ne serait pas Silène sinon. Il ne serait pas unique.

Je restais silencieuse, et ce silence nous engloba, tous les deux. Plus rien d'autre n'avait d'importance à mes yeux, ce moment précis. Seuls, dans ce monde cruel.

"C'est libre?" demandais-je en désignant une chaise à ses côtés, m'asseyant sans attendre sa réponse.

L'Entraide. Voilà ce qui nous avait liés, trois ans auparavant. L'Entraide pour sauver son père, l'Entraide pour tirer ma mère de la folie. Oui, l'Entraide. Et la Survie. Survivre face à un Titan, survivre aux actes, survivre dans ce monde.
Ce mélange avait donné l'Amitié.

Je fus interrompu dans mes pensées par sa remarque. Julia. Oui, le nom que je portais naguère. Cela remontait d'il y'a si longtemps.... C'est ce qu'il me semblait, en tout cas. Mais peut-être que c'était hier. Je n'en savais rien.

Je m'adossais à mon dossier, fermant les yeux. Je ne savais plus quoi faire. Je n'avais jamais émis l'hypothèse de retrouver un ami de ma vie d'antan. Jamais. Prise au dépourvu, voilà ce que j'étais. Que pouvais-je lui dire? Que je l'avais abandonné, lui laissant son père sur les bras? Ou que j'avais été forcée à partir? Non, aucune de ces réponses me paraissait juste. A moins, qu'elles le soient toutes les deux..? C'était peut être cela.

"Il s'est passé beaucoup de choses entretemps. Beaucoup trop même."

Oui. Trop à assimiler. Trop à pleurer. Trop à comprendre.
Comprendre, c'était le mot.

Me comprenait-il?

_________________
The Reluctant Heroes
Denying her wounds, her wounds came from the same source as her power.

#660099
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1315-l-ombre-entre-les-autres http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1325-moi-et-les-autres
Apprentis

Féminin Messages : 26
Date de naissance : 27/05/1989
Date d'inscription : 10/09/2015
Age : 28
MessageSujet: Re: Une ombre du passé   Sam 26 Sep - 18:52

Silène mâchonna sa bouchée de nourriture, avala rapidement, puis tourna son regard vide sur la jeune fille assise près de lui. Il resta un instant figé, puis plissa les yeux, serra les dents et souffla un nuage de buée. Elle semblait étrangement émue, ou tenaillée par l’émotion.

Alors que ce n’était pas son cas.

Silène appréciait la présence de la jeune fille, comme s’il l’avait quitté hier. Il ne s’attardait pas sur les événements ayant causé son départ, ou ce qu’ils avaient vécu entre-temps. Les questions étaient pertinentes, essentielles, dans un sens.
Mais il n’éprouvait pas le besoin urgent de les soulever. Les réponses, ne lui offriraient rien de plus qu’un royal désintérêt, peut-être une légère piqure d’empathie, mais sans plus.

Il n’avait pas à ruminer le passé de la jeune femme à sa place. Il pouvait l’écouter, si elle en sentait le besoin, peut-être l’aider dans le présent, ou même le futur…mais en aucun cas, il ne pouvait s’attarder sur ces choses qu’on ne pouvait modifier.

Après quelque instant, il soupira et secoua doucement la tête.

« Beaucoup ? Il semble que cela soit déjà suffisant pour te saper le moral. »


Il mordit de nouveau dans son sandwich, tira une tranche de viande et l’avala aussi sec. Puis il passa une langue d’affamé sur ses lèvres avant d’enchainer, jetant un regard à son ancienne amie tout en continuant à dévorer son repas.

« Tu n’as pas besoin d’en parler, tu sais. Ton passé m’importe peu. Je me demande, cela ne veut pas dire que j’exige une réponse claire et précise.»

Silène sourit narquoisement à la jeune femme, avant de lever les yeux au ciel. Il la trouvait incroyablement lisible, en cet instant. Sa posture, sa façon de fermer les yeux, de se caler dans son siège, de parler. Tout en elle, semblait hurler la difficulté à s’exprimer qu’elle avait en cet instant. Il se tourna vers elle, un peu plus sérieux, ayant perdu son sourire et retrouvé son calme presque indifférent.

« Heureux de voir, que tu es en vie. »


Serait-elle capable de capter le message ? Serait-elle capable, de se rendre compte des paroles sous-jacentes de Silène ? Sa volonté de ne pas la forcer à se justifier, l’heureux constat de voir qu’elle était encore bien vivante, bien là, sur cette terre.

Il lui lança un coup d’œil rapide, avant d’observer autour de lui. Il examina les lieux, observa dans quel environnement cette jeune gamine qu’il avait connu, avait grandi. Il se demanda comment elle en fut arrivée là. Se posa quelques questions sur les épreuves qu’elle dû traverser. Silène ne se sentait pas abandonner par elle, il sentait juste que quelque chose de possiblement grave avait dû arriver, pour qu’elle disparaisse du jour au lendemain.
Pendant plusieurs années, il la catégorisa dans le registre des abonnés au cimetière.

Il était incroyablement heureux de voir, que ce n’était pas le cas. Comprendre n’était qu’un mot, un mot que Silène ne se sentait pas capable de porter. Il ne pensait pas la comprendre, ni qu’elle, puisse le comprendre. Mais ce qu’il était prêt à faire, à refaire, c’était tendre la main.

Il avait connu cette fille, quand elle n’était encore qu’une enfant. Il l’avait connue pendant une période difficile. Il la retrouvait dans l’armée, il trouvait cela dommage.

Accepter une main, est une chose. En tendre une, une nouvelle fois, en est une autre. Silène aurait pu hésiter, il ne pensait pas le faire. C’était en soi, une énorme preuve de sa bonne volonté et de sa joie de retrouver cette vielle gamine.

Silène bailla, puis cala sa tête dans la paume de sa main droite, avant de somnoler en jetant un regard entendu à la nouvelle venue. Puis, après un temps, il se redressa et tendit cette même main vers la jeune adolescente. Sans rien dire de plus, juste en observant, presque stoïque, un sourire en coin près des lèvres. Un peu comme dans un pacte avec le diable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1333-let-the-rain-wash-away-termine http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1338-relations-d-un-bleu

Féminin Messages : 69
Date de naissance : 20/03/2002
Date d'inscription : 21/08/2015
Age : 15
Localisation : Où je suis.
MessageSujet: Re: Une ombre du passé   Lun 28 Sep - 22:47

*Deux jeunes adultes, assis par terre, l'un aux côté de l'autre. Deux jeunes adultes rêvassant, et racontant leurs aventures. Un vieux moment, un vieux souvenir, une vieille histoire. Le garçon tenait dans sa main quelques fleurs du même type, les doigts blancs, comme si il ne voulait plus les lâcher. Comme si c'était son bien le plus précieux. La jeune fille ria aux éclats, des brindilles parsemant ses cheveux, les habits quelques peu déchirés. Un rire franc, cristallin, comme il est si rare d'en voir. Elle s'arrêta d'un coup, surprenant son camarade, et lui glissa quelque mots à l'oreille. Ce dernier prit un air grave, et se releva, aidant la jeune femme à faire de même. Et lui glissa une petite bourse de cuir dans la main.
Une larme coula, se mêlant aux goutes de rosés.
Une fleur s'échappa, pour se laisser tomber au sol.*


Silène.
Le seul être vivant en qui je peux placer sans danger toute ma confiance. Lui seul arrivait à me consoler dans mes moments de tristesse, lui seul pouvait me faire rire, lui seul pouvait être mon ami.

"Moi aussi Silène, heureuse de te voir tout court."

J'ouvris les yeux, pour le contempler à nouveau. Ses lignes blanches barrant ses cheveux noir corbeau, ses yeux étranges mais beaux, son air fatigué... Tout cela était unique. Et il me tendait sa main, comme symbole d'amitié.
Émue, je la pris, tout en bégayant un vague merci. Et je l'entrainais dehors, laissant les repas.

Je n'étais pas comme cela d'habitude, oui, je sais. Mais ne plus être seule, pouvoir se confier à quelqu'un me redonnait le sourire. Une première depuis l' "Incident".

D'ailleurs, je me demande comment j'ai fait pour ne pas le reconnaître à mon arrivée ici. Et pourtant, je suis une fine observatrice -un peu mon talent caché. Il me semblait pourtant l'avoir vu, pendant les entraînements. Peut-être qu'un doute s'était formée dans mon esprit, mais que je n'y avait pas voulu y croire, trop idéaliste à mon goût? Sûrement. Et c'est peut être cela qui me chagrinais, aujourd'hui.

Ma main en visière, j'observais le soleil, étoile brûlante, chamboulée et éperdue, par ce revirement de situation. Une énergie sans faille, toujours prête pour passer à l'action naissait en moi, lors des moments compliqués. Mais la rien. Portée disparu.

Pour une fois, il ne faisait pas trop chaud, mais assez pour discuter à l'ombre d'un arbre quelconque.
Et c'est ce que je fis, me laissant tomber sous le premier arbre venu -un Saule pleureur, en l'occurrence.

L'herbe était douce sous mes mains, un peu humide, certes, mais cela rajoutait son charme.

"Comme quand on était plus petits..." murmurais-je.

Enfants, ados, ou encore adultes, que cela pouvait-il changer? Rien.
L'Amitié restait telle quelle. Seul les gens pouvait changer l'Amitié, pas le temps.

"Tu m'as manqué..."

_________________
The Reluctant Heroes
Denying her wounds, her wounds came from the same source as her power.

#660099
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1315-l-ombre-entre-les-autres http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1325-moi-et-les-autres
Apprentis

Féminin Messages : 26
Date de naissance : 27/05/1989
Date d'inscription : 10/09/2015
Age : 28
MessageSujet: Re: Une ombre du passé   Lun 19 Oct - 14:33

Silène avait suivi Neyalis, laissant à regret les restes de son repas.

Mains dans les poches, le visage tout aussi neutre et vierge d’expressions que d’habitude, il observait la jeune femme avancer, observer le soleil, semblant profiter de l’instant.

Silène, lui, parcourait le terrain du regard, tout aussi rêveur que d’habitude. En fait, comme d’habitude, aurait été la marque de cette journée. Le seul hic, dans l’attitude du jeune homme, c’était cet assemblage de mots.

Comme d’habitude.

Plus Silène observait la fille, plus il se sentait émoussé. Comme une vielle lame de rasoir, inutilisée. Un sentiment de joie, un sentiment de soulagement, aurait dû lui venir à l’esprit, lui faire lâcher un soupir ou un sursaut d’étonnement.

Mais non. Rien que le naturel d’une rencontre avec une personne, qu’on à vue la veille. Ce qui n’était pas tellement le cas. Mais comment ressentir du soulagement, pour quelqu’un qu’on a enterré mentalement depuis des lustres ? Pour quelqu’un qu’on a rayé de sa mémoire si facilement ?

Seul les gens change l’amitié. Et Silène avait changé. Chaque jour pendant plusieurs années, il avait évolué. Gagné ou perdu en émotions, en résolution, en confiance, en capacités. Et aujourd’hui, il craignait que l’apprentie soldate, ne soit déçue par le Silène qu’elle allait voir. Un Silène qui n’avait plus besoin de rien d’autre, qu’un peu de compagnie et un but à atteindre. Un Silène, se cherchant toujours.

Finalement, Neya se laissa tomber dans l’herbe, près d’un arbre. Silène fixa le sol, perdu dans ses pensées. Puis, il s’adossa au tronc du saule pleureur et s’y laissa glisser. Il avait sommeil. Incroyablement sommeil.

Quand Neyalis parla, il sursauta, puis lança un regard en coin à la jeune femme. Petit. Lors de sa rencontre avec elle, Silène n’était déjà plus vraiment un enfant, sans être totalement un adulte. Neya, était si jeune alors. Pourtant, il n’arrivait pas à digérer, à apprécier cette phrase, même de manière nostalgique.
Silène se tourna un peu plus vers sa camarade, puis lança d’un ton monocorde :

« Nous ne sommes plus petits. Est-ce vraiment comme avant ? J’ai des doutes. »

Il marqua un arrêt. Il ne voulait pas être cruel dans ses propos. Juste, donner son avis inutile.

« Comme si on avait un jour, été des enfants dans ce monde, de toute façon. Avant, on avait des choses à échanger, des choses à partager. Aujourd’hui, je me demande bien ce qu’on a d’autre qu’une vielle amitié. En commun en tout cas.»


Il marqua un temps d’arrêt, leva des yeux excessivement cernés sur Neya, avant de lui sourire d’un air rassurant. Il n’avait aucune raison de sourire. Mais il ne voulait pas que l’apprentie, se vexe, ou s’enfuit à ses mots. Il ne faisait que dire une réalité.

Il aurait aimé dire, lui aussi, que Neyalis lui avait manquée.

Mais cela aurait été faux. Silène, était Silène. Un mort, ne lui manque pas. Le vivant, lui manque. Ainsi, il avait coupé les points avec cette disparue. Maintenant, il essayait tant bien que mal, de retisser les points coupés. Mais il avait du mal. Beaucoup de mal.

« J’aurais aimé ne pas te manquer. Tu aurais moins souffert d’une absence, si je m’étais fait détester de toi. »

Il rit nerveusement, puis soupira face à son piètre humour. Il se tourna, traçant une trainé boueuse dans le sol, du bout de sa botte, puis se mit à gratter l’écorce du saule, de ses ongles rongés.

« Désolé. Je dois te sembler un bien piètre ami. Si on peut me qualifier, d’ami. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1333-let-the-rain-wash-away-termine http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1338-relations-d-un-bleu

Féminin Messages : 69
Date de naissance : 20/03/2002
Date d'inscription : 21/08/2015
Age : 15
Localisation : Où je suis.
MessageSujet: Re: Une ombre du passé   Jeu 22 Oct - 23:51

J'eus la réaction la plus bizarre au possible. Je me mis à rire. Mais genre, vraiment. Une crise de fou rire qui remonta de mes entrailles, allant jusqu'à faire perler des larmes aux coins de mes yeux. Un rire qui n'allait pas du tout avec le contexte. C'était le mélange d'émotions que je renfermais en moi qui avait du causer cela. De la joie mêlée à de la rancœur, de l'ivresse à de la haine, du bonheur à la peur. Tant de sensations contradictoires, mais qui se mariaient à merveille.

Je repris mon souffle, essayant les larmes qui roulaient sur mes joues. Haletante, j'annonçais, à la limite de repartir en crise délirante :

"Un p-piètre ami? Attends, c'est moi la mauvaise fille ici ! C'est moi qui suis partie sans prévenir, c'est moi qui t'ai laissé seul avec ton père sur les bras, c'est moi la fautive. Moi, et non pas toi. Seulement moi."

Je jetais un regard vers Silène, les yeux mi-clos. Il avait quand même un peu changé pendant ces cinq dernières années, des jours qui avaient chamboulé nos vies. Il avait l'air plus, comment dire, plus réservé, plus solitaire. Basculant la tête contre l'arbre, je continuais sur ma lancée :

"Certe, c'est vrai que n'étions déjà plus vraiment des enfants, je me suis mal exprimée ; en naissant dans ce monde, l'enfance n'existe déjà plus. Les Titans nous ont tout pris. Notre enfance, notre adolescence... Et même le fait de devenir un homme ou une femme pour les plus malchanceux.. La famille, la Vie, le bonheur, tout cela est partie en fumée dès leur arrivée. Et l'apparition du Titan colossal n'a rien arrangé."

Je marquais de nouveau une pose, le temps de reprendre ma respiration. Je me levais, les yeux complètement ouvert sur ceux qui m'entourais. Les arbres, les fleurs de différentes sortes, les autres apprentis soldats, la vie humaine en sorte. Et le monde qui vivait aux pulsions des battements de cœur de chacun. Un monde qui viendrait à disparaître si l'Humanité est exterminée.

"Ce que nous partageons? La vie, tout simplement. La joie, la peur, la haine... Les sentiments. Les émotions. La liberté."

Une demi-liberté en somme. Car nous nous étions enfermés dans une prison dorée. Pour vivre qu'avaient-ils dit. Vivre sans liberté n'est pas vivre.

Je m'adossais au Saule, fermant les yeux, laissant la fraîcheur de la journée réveiller mes sens. Et je me replongeais dans mes réflections.

Je voulais vivre. Réellement.
Pour cela, j'étais prête à mourir.

"On retourne au réfectoire ? Je meurs de faim au final..."

_________________
The Reluctant Heroes
Denying her wounds, her wounds came from the same source as her power.

#660099
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1315-l-ombre-entre-les-autres http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1325-moi-et-les-autres
Apprentis

Féminin Messages : 26
Date de naissance : 27/05/1989
Date d'inscription : 10/09/2015
Age : 28
MessageSujet: Re: Une ombre du passé   Mar 10 Nov - 20:40

Silène fixa sa jeune amie, les yeux voilés de brume.

Partager la vie, les sentiments ? Dans ce monde ! Ha ! Comme il aurait aimé, que tout ceci soit plus tangible. Oui, ils partageaient tous quelque chose, mais cela semblait si loin du simple bonheur de vivre. Là ou Neyalis voyait l’union par les émotions et la liberté, Silène ne voyait qu’un épais brouillard rouge. Il ne percevait que le désir fou et désespéré de quelques hommes et femmes, se débattant dans les sables mouvants pour essayer de tenir leurs tête hors de l’eau. A tous.

Là où Neyalis semblait voir la vie, Silène tâtait la mort. Pour lui, c’était la peur de mourir, qui réunissait les hommes plus que n’importe quoi d’autre. La peur de mourir, bien plus que l’envie de vivre, pour la plupart.

Il cligna des yeux et leva le menton, secoué par un tremblement imperceptible. Mais. Mais, car Silène admirait ceux qui, malgré ce qu’il pensait, se battaient pour vivre. Pour pouvoir abattre, enfin, ces affreux murs protecteurs, pour pouvoir prendre leurs envols. Mais pour l’instant, ces murs semblaient impossible à détruire, ils étaient vitaux. De véritables cœurs.

Parfois, quand Silène repensait à l’extérieur, il se demandait si tout cela s’arrêterait un jour. Il en doutait. Il se demandait également, avec un sourire presque carnassier, combien de temps encore allait-il pouvoir survivre dans toute cette mascarade.

D’un mouvement, il chassa une mèche de cheveux chatouillant ses pommettes puis se frotta les coudes avec nervosité. Il réfléchit tranquillement aux paroles de Neyalis. Il murmura, plus pour lui que n’importe qui d’autre :

« Comme si quelque chose, nous était déjà donné à la naissance, autre que la vie, dans ce magnifique monde… »

Silène essayait de relativiser, mais il avait du mal. Il n’avait pas vécu l’apparition des Titans, comme s’il pouvait les accuser de quoi que ce soit d’autre que de lui pourrir la vie, aujourd’hui ! Notre malheur, nous le formons de nos propres mains, après l’afflux d’ennui. Il le pensait réellement. Les humains seraient plus soudés, plus sages, dans le cas contraire.

Puis, il souffla bruyamment, comme un cheval au galop, ses yeux cernés semblèrent se refermer définitivement sur le monde. Puis, il les rouvrit, brillants d’une lumière mordoré et horriblement fugace. La lumière s’éteignit, emportant un rêve et un espoir dans sa mort, avant que les yeux porteurs de ce vieil éclat perdu, ne se tourne vers la jeune apprentie. Aussi remplis d'émotions que deux tombes.

« Ne te lance pas la pierre, pour ta disparition. Cela ne m’a affecté en rien de bien important ou grave. Outre le deuil d’une fort jeune amie, qu’avais-je gagné ? Rien. Mais rien perdu non plus, à part ta présence. »

Il toisa sa consœur apprentie.

« D’autant plus, tu parles comme si tu étais responsable. Comme si j’avais confié la responsabilité de la vie ou de la mort de mon père adoptif, sur tes épaules. Tu divague. Seul moi, moi, entend-tu, es responsable de ce vieux croulant. Ha ! Et puis…la mauvaise fille…Écoute, nous avons tous nos problèmes. Je t’interdis de prendre les miens sous ta responsabilité, sans mon autorisation. Et je ne te l’ai jamais donnée. »

Il fixa Neyalis, l’air déjà plus sévère. Puis, il s’approcha de la jeune fille, posa une main calleuse et ferme sur son épaule et l’étreint légèrement. Toujours en la regardant dans les yeux. Pour que le message soit bien compris. Pour qu’il n’y ait pas de protestations. Puis, il se détacha d’elle en se dirigeant vers le réfectoire.

« Soit. Mais vite. Je veux rapidement reprendre l’entrainement. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1333-let-the-rain-wash-away-termine http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1338-relations-d-un-bleu

Féminin Messages : 69
Date de naissance : 20/03/2002
Date d'inscription : 21/08/2015
Age : 15
Localisation : Où je suis.
MessageSujet: Re: Une ombre du passé   Dim 6 Déc - 19:50

D'une légère poussée sur le sol, je me relevais, attendant celui que je n'osais plus appeler 'ami'. À vrai dire, je savais plus trop quoi penser...: il était vrai qu'on ne se reconnaissait plus vraiment, d'une certaine manière mais... Le problème, c'est que je n'avais pas d'argument de poids pour justifier ce 'mais'. Rien ne me venait à l'esprit. Et cela m'agaçait quelque peu, je l'avoue.

Je fus si prise par mes pensées, cherchant LA bonne réflexion, que j'eus un petit sursaut au contact de sa main froide. Ce geste m'avait surpris, je ne m'y attendais pas venant de ce nouveau Silène, si je peux dire. Mes yeux si imparfait se tournèrent vers mon compagnon de guerre, et je le fixais longuement, impuissante devant sa logique implacable. Et puis j'haussais les épaules, pour marquer une indifférence que je ne ressentais nullement. C'était seulement pour cacher le désarroi le plus total qui emplissait mon corps. Que faire, que faire ? me répétais-je dans une litanie. Je n'en avais aucune idée, et il semblait que notre amitié soit, hélas, bel et bien rompu. Tel un fil de soie garnissant les toiles des araignées. Je me sentais prise dans un filet, un cocon dont l’étau se resserrait autour de mon corps si fragile, l'emprisonnant, l'étouffant. J'étais mal à l'aise, j'avais presque envie de m'échapper le plus vite possible. Et je me haïssais d’émettre ces sensations ; il fallait que je sois courageuse, que je puisse tenir tête. Je ne devais pas fuir au moindre problème. Je ne suis pas faible ! Ce mensonge que je me répétais pour me justifier. Je ne baisserais pas les bras ! Une chose qui n'était qu'à demi-vrai ; j'avais déjà renoncé à me battre en mon mauvais séjour en cellule. Mais... tout cela m'avait endurcie, et je pouvais appliquer ma -mauvaise- expérience pour éviter de renouveler les erreurs. Se tromper aide à apprendre, dit-on.

J’exhalais un soupir, tout en me dirigeant vers nos places, où, heureusement, nos plateaux demeuraient toujours. D'une certaine manière, je regrettais l'ancien Silène... J'avais changé moi aussi, je ne le nie pas, mais c'est juste que... c’est… Bah, triste quoi, cette amitié brisé, il n’y a pas d’autre mot. Mes yeux fixèrent un point lointain, et je m’isolais quelques instants pour réfléchir, loin du brouhaha incessant nous environnant. Puis, tachant de faire bonne mesure, je reviens au présent et j'embrayais sur un autre sujet, afin de couper le silence un peu trop pesant, à mon gout, qui s’installait entre nous.

« Dis-moi Silène, tu te débrouilles bien à l’entrainement ? »

Cette phrase énoncée, je vaquais à mes occupations, croquant à belle dent ma pomme, à m’en faire mal aux gencives, avant d’avaler ma bouchée pour ajouter :

« Perso, j’ai un peu de mal parfois, mais ça va après, enfin j’crois »

_________________
The Reluctant Heroes
Denying her wounds, her wounds came from the same source as her power.

#660099
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1315-l-ombre-entre-les-autres http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1325-moi-et-les-autres

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Une ombre du passé   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une ombre du passé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'ombre du passée - Pv Regard Ambré
» L'ombre du passé prépare l'avenir. - Mackensie
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Le reflet du passé [Terminé]
» Pour l'histoire , que s'est-il passé en 1994 entre le Dr Theodore et Lavalas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shingeki No Kyojin RPG :: Réfectoire-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit