Partagez | 
 

 In trouble ; pv Kristopher Moreau [OUT]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Commercant

Féminin Messages : 156
Date de naissance : 15/02/1996
Date d'inscription : 25/09/2015
Age : 23
Localisation : Weshland.
MessageSujet: In trouble ; pv Kristopher Moreau [OUT]   Dim 27 Sep - 15:10

La lady avait quitté les vastes et verdoyantes terres de son oncle défunt, qui lui appartenaient à présent, et la quiétude de son paradis équestre pour se rendre au district de Trost. Elle avait une vague idée de l'endroit où elle devait rencontrer quelques autres commerçants pour acheter des fournitures de cuir, essentielles à la monte. C'est que les équipements existants déjà dans ses écuries commençaient à faire pâle figure, et elle sentait que bientôt, il serait difficile de dresser et d'éduquer ses bébés dans de bonnes conditions. De plus, si elle voulait éviter quelques accidents qui pourraient s'avérer graves, un bon équipement était primordial. A tout moment, une lanière de cuir pouvait lâcher et provoquer une chute, blessant cavalier ou monture, ou pire encore... les deux à la fois.
Rashieka se souvenait des longues heures passées dans la sellerie avec son oncle à nettoyer et huiler les cuirs, pour les nourrir et les renforcer. Il était essentiel qu'elle possède un équipement de qualité, si elle désirait produire de la qualité.

Montée sur son jeune étalon de sept ans, qu'elle destinait aux brigades spéciales, la rousse pénétra l'enceinte du district. Il s'agissait d'un grand cheval bicolore, dont le pelage brillant était composé de fauve et de blanc. Ses crins abondants et blonds retombaient en cascade le long de son encolure puissante et large. C'était l'une de ses plus belles bêtes et l'une des plus obéissantes qui plus est. Rashieka avait désiré pousser son entrainement plus loin encore et le désensibiliser aux bruits de la ville et de la foule, ce pourquoi elle l'avait choisi pour venir ici faire ses courses.

Flambeau s'avançait prudemment entre les passants. Rashieka se tenait prête à encaisser chaque mouvement imprévisible de sa jeune monture, mais son destrier faisait preuve d'un grand calme et d'assurance. Les claquements de ses sabots sur les pavés n'indiquaient aucun signe de stresse, ils étaient réguliers, et témoignaient même des allures légères et aériennes du cheval ibérique.
Fouillant dans son veston, la lady en sortit une petite note sur laquelle elle avait écrit le nom de la boutique où se rendait son oncle. A priori, ce commerçant n'avait pas succombé à l'attaque des titans qui avaient eu lieu ici, quelques temps auparavant. Rashieka trouvait cela courageux de sa part de s'être même de nouveau installé ici, et de ne pas avoir fermé boutique. Il aurait très bien pu fuir plus à l'intérieur des murs.

Attentive aux enseignes et après une bonne heure à déambuler calmement dans les rues du district, mademoiselle Bartels aperçut enfin la boutique où elle devait se rendre. Se hissant sur le sol doucement, elle accrocha Flambeau devant l'enseigne, lui flatta l'encolure en lui accordant quelques doux mots rassurants, puis pénétra dans la boutique. La porte fit sonner une petite clochette lorsqu'elle s'ouvrit et se referma derrière elle de la même manière. Un homme tout en rondeur et de petite taille (tout de même plus grand qu'elle) l'accueillit, et ils commencèrent à parler affaire, après moult compliments (oh, demoiselle Bartels, vous avez bien grandi, toutes mes condoléances pour votre oncle, blah blah blah...).
De longues minutes passèrent, lorsque le bourrelier disparut dans son arrière-boutique, pour aller chercher quelque chose, laissant Rashieka seule un instant. Patientant, la rousse laissa vagabonder son regard émeraude à travers les fenêtres, où elle pouvait voir la rue et la foule, et Flambeau. Non, Flambeau n'était pas là. Du moins, il n'était plus là. Elle mit quelques secondes à réaliser que son précieux étalon avait disparu. Se redressant alors, elle sortit en vitesse de la boutique et observa la foule à sa recherche, naïvement. Pourtant, elle était certaine de l'avoir bien licolé à la barrière... Se pourrait-il... qu'on lui l'est volé ?

« Bordel de... Grrr ! »


L'expression de son visage passa de l'inquiétude surprise, à la colère noire. Il ne devait pas être loin, elle n'était pas restée longtemps dans cette boutique. Et si Flambeau n'était pas loin, et bien elle avait un excellent moyen pour le localiser. Rashieka siffla, plusieurs fois, bien fort. Elle n'attendit pas longtemps avant d'avoir une réponse. Un hennissement puissant retentit quelque part dans la foule, assez long pour qu'elle puisse savoir où se diriger. Ni une ni deux, la voici partit, poussant les gens pour lui laisser la place, hurlant de la laisser passer, elle si petite, dont la crinière rougeoyante virevoltait dans son dos.

Flambeau refusait visiblement d'avancer, donnant du fil à retordre à ses ravisseurs. Rashieka put le rejoindre et sauta sur le premier homme qu'elle put voir, à côté de son destrier, mais se fit rapidement jeter de l'autre côté de la rue par un autre. Sa tête heurta les pavés, et elle cracha sur le sol salive et sang, ayant mordu à pleine dents un des voleurs de chevaux. Elle eut à peine le temps de se relever qu'un des deux hommes enfourcha Flambeau et talonna si fort que l'étalon partit au grand galop dans la rue commerçante, écrasant quiconque se trouvait sur son chemin.

« Flambeau ! »


Mais elle eut beau l'appeler et siffler, son cavalier avait plus d'emprise sur l'étalon qu'elle, debout sur le sol, pendant qu'ils s'éloignaient. Dans un cri de rage étouffé, Rashieka partit à leur poursuite. Elle eut à peine le temps de faire trois foulées, qu'on la percuta de plein fouet.
Sans rien comprendre, la voici qui se retrouvait dans une ruelle sombre et étroite, plaquée sur le sol par un complice des chapardeurs de Flambeau qui avait vraiment l'air d'en vouloir à la vie de la jeune femme.
edit staff : pas de blockquote. Merci d'aller lire les règles !

_________________
❝ love is like war ❞
« soit comme un loup blessé qui se tait pour mourir, et qui mord le couteau de sa gueule qui saigne. »


rashieka s'exprime en #ff4c73


Dernière édition par Rashieka B. Bartels le Mar 3 Nov - 8:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1352-bamby-une-bombe-a-la-place-du-coeur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1358-rashieka-linkstopics http://falonasynae.forumactif.com/
Garnison

Masculin Messages : 154
Date de naissance : 04/04/1998
Date d'inscription : 17/01/2015
Age : 20
Localisation : wouaf
MessageSujet: Re: In trouble ; pv Kristopher Moreau [OUT]   Dim 27 Sep - 21:36

Dans les rues, je me promenais, dans les rues du district de Trost. Le ciel était assez clair et le soleil tapait fort, enfin, assez fort pour nous faire plaindre de la chaleur, mais les brises qui soufflaient sur les gens les apaisaient de cette chaleur. Tandis que moi, je me promenais dans les rues, portant mon habituel uniforme de la Garnison, mes bottes ne faisant que peu de bruit quand je marchais, ma veste ballottant légèrement aux vents. D'un revers de la main, je disais non aux marchands qui essayaient de m'attirer pour venir acheter un peu de leur produit ou les écouter en vanter. Je suis déjà ici en mission pour acheter autre chose. Euh, non, pas en 'mission' exactement... Je devrais plutôt dire une commission qui m'a était donné par un paresseux, un de mes supérieurs. Sérieusement... Ne pouvait-il pas se taper cette corvée lui-même ? Il a beau être un supérieur, il doit donner l'exemple aux autres, c'est son devoir de chef. Je soupirais doucement et passais ma main en dessous de mon capuchon, sur mes cheveux noirs. Et moi qui pensais pouvoir patrouiller sur le Mur Rose, encore une fois... Au moins, il y avait de la fraîcheur en haut, vu les vents. Et ça ne puait pas. Pas vraiment, en tout cas.

De ma poche, je sortis une liste des choses que je devais acheter, car oui, je devais acheter des trucs pour cette commission... Je devais notamment vérifier les potentiels chevaux que je pourrais inscrire sur la liste aussi, pour dire lesquels la Garnison pourrait possiblement acheter. Sur la liste était marquer le nom des dresseurs et dresseuses de chevaux de 'qualité'. Je décidais donc d'aller voir une dresseuse de chevaux nommer Rashieka, qui était plus proche. Après un moment a marcher, je vis soudainement un cheval galopé rapidement a mes côtés, avec son cavalier qui lui faisait des 'hues, hues !'. Bon, à croire que ce cavalier était vraiment pressé mais quand même, qu'il fasse attention, il aurait pu renverser quelqu'un ! Avec un grognement, je m'époussetais la veste vue que j'avais reçu du sable et un peu de poussière dessus après le passage du cavalier fou et continuais mon chemin avant d'apercevoir que quelqu'un semblait avoir plaqué quelqu'un d'autre au sol... Dans une ruelle sombre.

Rapidement, je me dirigeais vers ces personnes et sortais mon couteau, fronçant les sourcils légèrement.

L'homme qui avait plaqué la femme ricanait d'une manière perverse, une lueur sadique luisait dans ses petits yeux tandis qu'il palpait la poitrine de la femme qui l'avait plaqué.

-Je voudrais te tuer, mais j'aimerais m'amusais avant... Dit-il, se léchant les babines.

D'un coup, j'attrapais l'homme par le col et le projetais vers un mur, mettant mon couteau en dessous de sa gorge, le tenant fermement.

-Mais tiens, tiens, tiens... Un petit pourceau s'en prend a plus faible que lui, maintenant ? Lui dis-je froidement, d'une manière menaçante.

Sans relâcher ma garde, je tournais légèrement ma tête vers la victime, qui était une femme a priori, seul ses yeux émeraudes semblaient luire dans la ruelle sombre où nous étions, je ne pouvais pas voir le reste de son physique.

-Et toi, ça va aller ? Pas de mal ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1145-kristopher-moreau http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1155-kristopher-moreau-un-predateur-difficile-a-apprivoiser
Commercant

Féminin Messages : 156
Date de naissance : 15/02/1996
Date d'inscription : 25/09/2015
Age : 23
Localisation : Weshland.
MessageSujet: Re: In trouble ; pv Kristopher Moreau [OUT]   Dim 27 Sep - 22:33

Lorsque son corps heurta le sol froid et glissant, dont les pavés mal agencés lui rentraient dans les os, la première pensée qui traversa l'esprit de Rashieka fut vide, extrémement vide. Le néant. La surprise était telle qu'elle perdit le fil de sa réflexion, et de sa logique, alors même qu'elle se faisait attaquer. Mais cela ne dura que quelques millisecondes, bien heureusement, le temps que son cerveau prenne conscience qu'elle venait d'être projetée par un corps lourd, et qui avait mis fin à sa courte course.
Par réflexe, elle se débattit et balança ses bras devant son visage, frappant le cuir chevelu de son agresseur, qui lui plaqua les mains de telle sorte qu'elle ne pouvait plus bouger sans se faire mal. Mais loin d'être pétrifiée par la peur, elle avait apprit à en faire un moteur. Alors que l'homme qui la dominait lui susurrait quelques doux mots chaleureux et plein de bonté, tout en promenant ses doigts -sales évidemment- sur sa poitrine (tachant sa veste qui plus est), la jeune femme profita du fait qu'il la pensait sans défense et sans ressource pour relever les jambes et lui asséner un coup de genou dans les parties intimes.

Son coup eut l'effet attendu. Son agresseur se plia en deux et lâcha ses mains. Libre de ses mouvements, elle allait le repousser loin d'elle, lorsqu'il s'envola comme par magie de lui-même. Enfin, ce fut sa première impression, mais qui s'effaça bien vite lorsqu'elle remarqua qu'il s'était tout simplement fait attraper par le col par un nouvel individu. Rashieka se releva rapidement, se sentant plus en sécurité debout et beaucoup moins vulnérable, et elle s'éloigna instinctivement des deux hommes, à une distance qui lui semblait de deux ou trois mètres.
Elle se remit quelque peu de ses émotions et analysa la situation de ses yeux perçants, animés de myriades d'émotions. Son agresseur était au prise avec un soldat de la garnison à en voir son uniforme et le symbole fleuri dans son dos. Rashieka remercia le ciel de lui avoir envoyé cet inconnu, surement passé par hasard dans cette rue au bon moment. Le timing parfait.

Elle déchanta rapidement lorsque le soldat la traita indirectement de 'faible'. Elle plissa les yeux, mais ne dit rien : ce n'était pas le moment de chipoter sur les mots. D'autant plus que l'homme capuchonné venait de se tourner vers elle pour lui demander si elle allait bien, en oubliant de la vouvoyer, assurément. Elle souffla.

« Je vais bien, merci.. »


Elle devait lui être redevable tout de même, bien qu'elle n'appréciait pas ses manières de rustres, et qu'elle aurait très bien pu se débrouiller sans lui (du moins pour la partie fuite). Elle doutait qu'un duel entre elle et son agresseur se serait terminé par une victoire, mais elle avait su se délivrer de son emprise, avant que le soldat n'intervienne. Cependant, elle était soulagée d'avoir du soutien. Il pourrait l'aider à retrouver Flambeau.

Flambeau ! Il lui était sorti de l'esprit pendant ces quelques minutes de chamboulement intense. Elle s'approcha d'un pas vif de l'homme hideux qui avait osé la toucher, et du haut de son mètre cinquante-neuf, le fusilla d'un regard haineux et colérique, qui faisait froid dans le dos, ses prunelles d'un vert pur acérées comme des lames de rasoir.

« Où est-ce que vos collègues ont emmené mon cheval ?! Et je vous conseille de répondre rapidement et sans jouer avec moi. »
Elle jeta un bref coup d’œil au soldat de la garnison. « Ou lui. »

Elle profita de ce bref interlude pour glisser son regard sur le visage du militaire, donnant un peu plus d'attention à ses traits, maintenant qu'elle en avait l'occasion, durant quelques secondes.
Il s'agissait d'une homme qui ne devait pas être loin de son âge. Elle pouvait entrevoir sous sa capuche quelques mèches rebelles et d'un noir corbeau intense, qui lui retombaient sur le front. Elle s'attarda sur ses yeux quelques brefs instants, notant la profondeur de leurs iris dotées d'une teinte grisonnnante aux reflets sombres, puis reporta de nouveau son attention sur le malotru qui avait osé s'attaquer à elle. Comme il ne daignait pas répondre, elle planta son éperon pointu dans son talon, et retira de lui un cri aigu de douleur.

« Je ne répéterai pas ma question éternellement : où emmenez-vous mon cheval et que voulez-vous en faire ? »
L'homme grimaçant de douleur parut enfin lui donner quelques informations. « Vers les quais... Pour élevage... »

Rashieka s'écarta de lui et posa une main sur l'épaule du jeune soldat, le tirant vers l'arrière, pour qu'il lâche le pauvre homme stupide et déloyale envers ses compères. Sachant pertinemment qu'il ne suivrait pas son geste si elle ne lui donnait aucune raison de le faire, la lady s'adressa à lui assez froidement, bien que sa colère n'était pas dirigée vers lui.

« Laissons cet homme tranquille pour le moment. Voudriez-vous bien m'aider à récupérer mon étalon ? Je ne peux pas me permettre de le perdre et si j'en crois les dires de ce vaurien, ses complices l'emmènent vers le fleuve pour le faire sortir du district. Nous devons faire vite, ne perdons pas de temps, je vous en prie. »


Elle s'adressait à lui avec respect et politesse, lui indiquant peut être inconsciemment par la même occasion qu'elle n'était pas une fille de campagne et de ferme, et qu'elle avait reçu une certaine éducation.
Le fixant intensément de ses grands yeux verts, brillant d'une lumière trahissant son inquiétude, elle attendait une réponse de la part de ce soldat de la garnison. Qu'il l'aide ou pas, elle devait récupérer Flambeau à tout prix.

_________________
❝ love is like war ❞
« soit comme un loup blessé qui se tait pour mourir, et qui mord le couteau de sa gueule qui saigne. »


rashieka s'exprime en #ff4c73
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1352-bamby-une-bombe-a-la-place-du-coeur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1358-rashieka-linkstopics http://falonasynae.forumactif.com/
Garnison

Masculin Messages : 154
Date de naissance : 04/04/1998
Date d'inscription : 17/01/2015
Age : 20
Localisation : wouaf
MessageSujet: Re: In trouble ; pv Kristopher Moreau [OUT]   Mer 30 Sep - 3:27

Après que j'eus enlevé l'agresseur de la victime, la silhouette se mit debout et reculait rapidement, environ de quelques mètres assez précipitamment, s'époussetant au passage aussi. En même temps, une victime, après s'être failli agresser, elle ne voudrait pas rester auprès de celui qui a failli l'agresser... J'ignorais si c'était une femme ou un homme vu la noirceur quasi-totale dont mes yeux ne s'étaient pas encore habitués pour l'instant. Néanmoins, je retournais mon regard vers l'homme que je maintenais prisonnier avec mon couteau sous sa gorge et ma main, toujours porté a son col. La victime me disait qu'elle allait bien. Ah donc, c'était une femme, vu le ton de la voix. Normal qu'un homme voudrait s'en prendre a une femme dans ce genre de monde... Un homme qui a le sang à vif est attiré par tout ce qui a une poitrine alléchante et quelque chose de féminin entre les jambes, après tout. Dommage qu'on ne pouvait pas empêcher chaque crime de ce genre, mais on peut au moins rendre justice en les mettant en prison... Ou en les tuants. Je préférerais qu'on les castre, selon moi, cela apprendra aux autres une leçon... Une très douloureuse leçon. Ne jamais s'attaquer à une femme de la sorte, forte ou pas.

Après un moment, j'entendis les pas brusques de la victime s'approcher et demander à l'homme qui l'avait attaqué ou était son cheval que ses collègues auraient emmené d'une voix qui pouvaient ressembler a s'y méprendre à celle d'un supérieur donnant des ordres a ses soldats, tout en conseillant qu'il ne faudrait pas mentir en sa présence et en la mienne, surtout. Je ne lâchais pas du regard l'homme que je maintenais toujours prisonnier, ne voulant pas lui donner une chance de s'échapper. Au bout d'un moment de silence, elle donnait un coup à l'homme au talon ce qui lui fit fait souffrir et répétait sa question, comprenant enfin qu'elle essayait de le faire absolument parler, ce qu'il fit, disant que l'animal était dans les quais pour élevage.

La personne s'écartait et posait sa main sur mon épaule, m'incitant a reculer, ce que je fis tout en lançant un regard sombre à l'homme qui eut aussitôt fait de courir au loin comme si le diable était à ses trousses tandis que je m'arrêtais enfin de bouger, rangeant mon couteau dans son fourreau qui était a ma ceinture, regardant la victime enfin. Une jeune femme qui était a peu prés mon âge, les yeux vert émeraude assez jolies, une cicatrice qui courait le long de son front jusqu’à sa pommette et des cheveux de feu assez long, bien que je ne puisse point dire a quel point ils étaient longs vu que je la regardais de devant, et non de derrière. Elle s'adressait a moi sur un ton froid alors que je venais de la sauver. Bon, j'allais mettre ça sur le fait qu'elle a failli se faire violer et qu'elle s'est fait voler son cheval, mais ça ne donne pas le droit d'être comme ca, quand même. Toujours froidement, elle me demandait si je pouvais l'aider à récupérer son étalon de ses voleurs qui l'emmènerait hors du district, me suppliant de faire vite pour qu'on ne perde pas de temps. Elle avait l'air éduqué, vu les mots qu'elle employait...

-Même si tu t'adresses a moi de cette façon, oui, je vais t'aider... De toute façon, j'ai encore du temps. Allez, viens, je n'ai pas envie de perdre mon temps et toi non plus tu n'en a pas envie, disais-je nonchalamment avant de marcher rapidement et d'un pas silencieux, ayant fait signe à la dame de me suivre. J'espère que tu sais te battre parce que je pense qu'ils ne seront pas seuls

Je reportais mon regard sur son visage, observant ses traits, me demandant d’où elle a obtenu cette cicatrice. Surement le résultat d'une bagarre ou d'un accident a un travail.

-D'ailleurs, tu es une éleveuse de chevaux ou tu as simplement acheté le cheval qu'il t'a volé ? Il a tant de valeur que ça?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1145-kristopher-moreau http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1155-kristopher-moreau-un-predateur-difficile-a-apprivoiser
Commercant

Féminin Messages : 156
Date de naissance : 15/02/1996
Date d'inscription : 25/09/2015
Age : 23
Localisation : Weshland.
MessageSujet: Re: In trouble ; pv Kristopher Moreau [OUT]   Jeu 1 Oct - 19:44

Alors qu'elle s'adressait au soldat à la rose, Rashieka pouvait découvrir chaque émotion qui traversait l'esprit du jeune homme. Elle soutint son regard, lorsqu'il le balada sur son visage, et ne dit rien lorsqu'il s'attarda sur sa balafre. Après tout, elle l'avait bien dévisagé elle aussi, et elle en profita encore pour découvrir son ton halé et les quelques détails qui lui avaient échappé. Elle lut l'agacement passager dans ses yeux gris, lui rappelant le ton qu'elle avait employé pour lui parler, et elle se demanda si cela allait lui porter préjudice, se mordant l'intérieur de la joue pour se punir intérieurement de s'être laissée emporter par la colère. Après tout, ce n'était pas de sa faute à lui, si Flambeau avait été volé. Et si elle désirait qu'il l'aide, elle devrait se montrer beaucoup plus sympathique avec lui.

Se préparant à essuyer un refus, la surprise put se voir dans ses yeux verts lorsqu'il prit la parole à son tour, acceptant de l'aider. Il se mit à marcher, en lui faisant signe de le suivre, vers la rue principale afin de sortir de la ruelle dans laquelle ils se trouvaient et Rashieka ouvrit la bouche pour dire quelque chose, mais au final, rien ne sortit et elle lui emboîta le pas, trottinant un peu pour le rattraper, avant de se mettre à sa hauteur. Elle faisait vraiment petite à côté de lui, et elle dut lever la tête pour lui adresser la parole, fronçant quelques peu les sourcils à sa dernière réplique.

Elle devait être franche, et bien qu'un peu honteuse, elle devait lui avouer qu'elle ne savait absolument pas se battre. Une lady n'avait pas besoin de cela. Du moins, c'était ce qu'elle pensait jusqu'à ce jour. Après s'être faite attaquer, elle en était moins certaine... Peut être devrait-elle prendre des cours ?
Rashieka n'avait jamais frappé personne. Elle s'était bien sûr énervée de temps en temps, et lors de ses colères noires, elle pouvait se montrer violente. Mais jamais, ô grand jamais, elle n'avait levé la main sur qui que ce soit. La plupart du temps, elle attrapait les objets autour d'elle et les balançait n'importe où dans un geste rageur. Cela n'avait rien à voir. Le soldat parlait de se battre contre une personne, un autre être humain. La demoiselle ne s'était jamais frottée à ça. Elle ne savait pas si elle en était capable, mais elle ne s'avouerait pas vaincue pour si peu. Elle ferait le nécessaire, et ce qu'elle pourrait bien faire, aussi. Elle doutait de posséder un punch inné. Elle ne savait même pas comment se tenir, pour combattre.

Bien qu'il l'ait tutoyée, Rashieka continuait de le vouvoyer.

« Mes seuls duels ont toujours été des joutes verbales, Monsieur. » dit-elle en dirigeant son regard sur la foule, anxieuse. Elle ne voyait pas Flambeau. Il devait être loin. « Je suppose que je vais devoir apprendre sur le tas... Je me débrouillerai. » supposa t-elle. Elle n'était sûre de rien. Mais après tout, elle n'avait pas le choix.

Rashieka reporta son attention sur le jeune soldat aux cheveux noirs lorsqu'il la questionna une nouvelle fois. Sa capuche camouflait à merveille son visage, l'empêchant de savoir à quoi il pensait. Elle nota tout de même qu'il fixait encore sa cicatrice, mais elle se contenta de plonger ses yeux verts dans les siens, sans rien dire. Elle n'était pas honteuse de cette balafre.
La demoiselle soupira, avant de lui répondre. La question de son congénère amplifiait quelque peu l'angoisse dans laquelle la perte de Flambeau l'avait plongée.

« Je suis l'actuelle propriétaire des élevages Kleiss. Mon oncle vous a vendu ses plus belles montures jusqu'à sa disparition, il y a cinq ans. » La rousse observa le visage du jeune homme, quelques millisecondes, avant de reprendre, en tournant ses prunelles sur les gens alentours. « Mes premières ventes vont avoir lieu dans quelques semaines à peine, et Flambeau fait partie de mes montures d'élites. Autrement dit, il est destiné aux brigades spéciales, et il représente un lourd investissement, dont je ne peux pas me passer. »

Un peu perdue dans les rues, Rashieka se contentait de suivre le militaire à la peau brune, en observant tout autour d'elle, à l'affût de la moindre crinière blonde. Il n'y avait pas beaucoup de chevaux dans ce quartier, elle le constata. C'était surement du au fait que la rue était bondée. Cela ne voulait pas dire pour autant que Flambeau ne se trouvait pas ici. Mais il était peut être déjà dans les quais, et ses malfaiteurs l'embarquaient surement dans un bateau à l'heure qu'il était. Si c'était le cas, elle pouvait lui dire adieu, jamais elle ne le retrouverait. Et puis, elle pouvait aussi dire adieu à un bon quart des bénéfices des ventes qu'elle prévoyait pour les brigades spéciales.
Se mordant la lèvre inférieure, Rashieka perdit son regard sur la foule, un instant, lorsque, comme des radars, ses yeux s'arrêtèrent sur une croupe familière qui dépassait au dessus de la tête des gens. Elle s'arrêta, accrochant une main à l'uniforme du soldat en le tirant quelque peu, et lui montra la silhouette de Flambeau qui disparut aussitôt dans un coin de la rue.

« Ils sont là ! »

Sans plus attendre, elle s'élança entre les fantômes du district, qui loin de toute cette pagaille, continuaient de vivre leur vie, dans leur petite routine ennuyante. Rashieka poussa quelques personnes qui gênaient son passage, puis s'engagea dans la rue où elle avait vu disparaître son Flambeau.
Elle ressortit dans une allée pavée qui était presque vide, et malgré que les voleurs de chevaux avançaient vite, du fait qu'il n'y avait plus rien pour gêner l'avancée du grand étalon qu'était Flambeau, Rashieka pouvait encore user de sa botte secrète. Ainsi, lorsqu'ils se rendirent compte qu'ils étaient suivis, et alors que le cavalier de Flambeau talonnait dans les flancs de l'entier, lui faisant prendre le galop, la rousse s'arrêta net au milieu de la rue et siffla, du plus fort qu'elle pouvait.

L'effet désiré ne se fit pas attendre : Flambeau pila, faisant basculer l'homme qui était sur lui, par dessus ses oreilles, provoquant une bonne panique dans le groupe des trois délinquants.
Rashieka ne savait pas si elle devait être fière de cet exploit ou pas, car dès à présent, elle savait le combat engagé, et elle avait un mauvais pressentiment la concernant.

_________________
❝ love is like war ❞
« soit comme un loup blessé qui se tait pour mourir, et qui mord le couteau de sa gueule qui saigne. »


rashieka s'exprime en #ff4c73
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1352-bamby-une-bombe-a-la-place-du-coeur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1358-rashieka-linkstopics http://falonasynae.forumactif.com/
Garnison

Masculin Messages : 154
Date de naissance : 04/04/1998
Date d'inscription : 17/01/2015
Age : 20
Localisation : wouaf
MessageSujet: Re: In trouble ; pv Kristopher Moreau [OUT]   Ven 2 Oct - 3:30

La jeune femme marchait donc à mes côtés après qu'elle m'ait rattrapé, obligé de trottiner rapidement pour rattraper mon pas rapide. La surprise était toujours visible sur son visage pale et a l'air féroce à cause de sa cicatrice. Elle s'attendait clairement a ce que je lui refuse mon aide après la façon dont elle m'a parlé tout à l'heure, voire peut-être même a une réplique cinglante accompagnée d'une certaine colère. Je ne dis pas que je sais maîtriser mes colères, mais je sais quand il faut garder mon calme et quand je peux me relâcher, bien que j'aime bien relâcher ma colère sur les autres idiots de la Garnison. Ils se croient tout permis, ils se relâchent au travail alors que le Titan Colossal pourrait frapper a n'importe quel moment... Beaucoup sont morts à Trost quand le Titan Colossal a frappé. Ainsi qu'a Maria, j'ai eu la 'chance' de voir le visage de ce Titan de prés.

En réponse a ma remarque sur le fait qu'on aura surement à combattre et que j'espérais qu'elle a déjà combattu avant, elle répondit que les seuls duels et batailles qu'elle ait jamais eus dans sa vie, c'était avec des mots et des lettres. Génial... J'allais devoir jouer au chevalier et a la princesse. Je n'allais pas laisser cette femme toute seule contre ces voleurs, mais j'espérais qu'au moins elle avait l'expérience du combat. Ou qu'elle avait pris des cours. En guise de réponse a ma seconde question, elle me dit qu'elle était propriétaire des élevages de chevaux Kleiss, assez fameux et réputés pour avoir de bons chevaux dociles et patients. Son oncle aurait vendu aux corps armés ses plus belles montures jusqu’à sa mystérieuse disparition, il y a 5 ans, quand le Titan Colossal a détruit le mur Maria. J'imagine qu'en même temps, c'était soit un soldat, soit qu'il était là-bas au moment ou le Mur Maria a chuté. Elle ajoutait aussi que Flambeau, son cheval volé, faisait partie de ses montures d'élites qui allaient mis en vente dans quelques semaines et qu'il allait être remis aux brigades spéciales, représentant donc un lourd investissement qu'elle ne pouvait pas perdre.

Alors que j'allais parler à la dame, elle s'exclama bruyamment que les voleurs étaient là et s'élança dans la foule rapidement comme un loup ayant repéré sa proie, rapide comme l'éclair. Je grognais silencieusement et la suivis du mieux que je peux, ne voulant pas la perdre et heureusement que je ne la perdis pas, voyant qu'elle avait emprunté une autre rue. Je continuais de la suivre jusqu’à déboucher à une allée pavée, en entendant un sifflement qui eut aussitôt fait d'alarmer les voleurs ainsi que le cavalier, qui eut aussitôt fait de tomber du cheval. Je soupirais et pris rapidement mon couteau, m'avançant vers le groupe de malfrat, mes sens en alertes, surveillant la jeune femme du coin de l'œil quelque fois.

-Allez, faite pas les cons et lâchez ce cheval et je vous laisserais en vie...

L'un d'eux me regardait d'une façon sombre, les deux autres essayaient de calmer le cheval tandis que je m'approchais d'eux.

-Tu crois qu'on va se laisser faire !?! On ne va pas te donner ce canasson, il est a nous maintenant ! Répondait l'un des hommes qui me regardaient sombrement, s'avançant vers moi, couteau a la main aussi, se mettant en position de combat.

Je me mis en position aussi, tenant fermement la garde de ma lame. Dommage que j'avais laissé mon équipement tridimensionnel a ma chambre, au QG... J'aurais pu les intimider facilement. Mon adversaire criait et fonçait vers moi, donnant des coups de couteau que j'esquivais avec aisance avant d'attraper le poignet de la main qui maintenant le couteau, utilisant ma propre arme pour soudainement couper des muscles de la jambe, ainsi que les tendons, ce qui eut pour effet de le faire tomber au sol, criant de douleur et tenant ses blessures, du mieux qu'il pouvait. Rapidement, je me mis a marcher rapidement vers les deux autres voleurs. L'un d'eux s'avançait aussi finalement vers moi tandis que le dernier reculait, l'air effrayé. L'agresseur courait vers moi, l'air en colère, mais je le stoppais après avoir donné un coup de pied vers ses genoux, le faisant ployer avant de lui donner un coup de genou a sa tête, l'assommant sur le coup. Celui-ci finit et KO, je tournais mon regard vers le troisième qui essayait tant bien que mal de monter sur le cheval qui cabrait et ruait. Je l'empoignais par le col et le tirai vers l'arrière brutalement, le faisant lui aussi tomber sur le pavé du sol et que j'assommais en lui donnant plusieurs coups-de-poing au visage. Un soupir s'échappait de mes lèvres avant d'attraper les rênes du cheval, cheval qui avait failli me renverser, tout à l'heure, avant que je ne rencontre la dame, et me mit à le calmer en utilisant de douces paroles. Après un moment, le cheval se calma en effet et tournait mon regard vers la dresseuse de chevaux... Qui était prise en otage par l'homme qui l'avait failli violer.

-Donne-moi le cheval et je la laisse sauve ! Criait-il d'une voix forte, tenant entre ses mains un petit canif, sous la gorge de la dame, prêt à l'égorger...

Merde... Que devais-je faire ? J'avais bien une idée en tête, mais... Elle était risquée...

HRP:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1145-kristopher-moreau http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1155-kristopher-moreau-un-predateur-difficile-a-apprivoiser
Commercant

Féminin Messages : 156
Date de naissance : 15/02/1996
Date d'inscription : 25/09/2015
Age : 23
Localisation : Weshland.
MessageSujet: Re: In trouble ; pv Kristopher Moreau [OUT]   Sam 3 Oct - 20:49

Rashieka ne savait pas vraiment quoi faire. Elle fixait les hommes qui tentaient de calmer Flambeau, mais l’étalon avait dû comprendre qu’il était avec des ennemis, dans sa petite cervelle animale et il était bien décidé à ne plus leur obéir. Elle le voyait trottiner sur place et faire quelques cercles, alors que l’un des malfrats tirait sur les rênes de son filet, lui arrachant presque la mâchoire, et surement qu’il serait blessé au niveau de la bouche. Elle en eut mal pour lui et serra les dents, fronçant les sourcils. Ils abîmaient son Flambeau. Ils n’avaient aucune idée de la valeur de ce cheval.
Heureusement pour elle, elle n’eut pas le temps de prendre une décision. Le soldat qui l’accompagnait s’avançait dès à présent vers les voleurs de chevaux, un couteau aiguisé entre les mains. Ne sachant pas se battre, pensant qu’elle gênerait plus qu’elle ne l’aiderait, Rashieka resta plus en arrière, mais s’avança elle aussi à mesure que le brun le faisait. Elle n’était pas une couarde, et n’avait pas froid aux yeux. Et puis surtout, c’était de son cheval qu’il s’agissait, elle ne pouvait pas rester les bras croisés à attendre.

Le militaire conseilla aux voleurs de relâcher Flambeau s’ils tenaient à la vie, ce à quoi ils répondirent par un poli « va te faire foutre », du moins ce fut comme ça que la lady le traduisit. Rashieka s’immobilisa lorsqu’elle vit un des hommes s’approcher du soldat, une lame à la main. Ça allait chauffer maintenant, et elle n’avait aucune envie de se mettre au milieu d’un combat à armes blanches. Encore que s’il s’agissait de poing, peut-être qu’elle aurait soutenu son accompagnateur, mais cela dépendait aussi de la façon dont il se débrouillait. Il n’avait surement pas envie d’avoir une petite boule rousse frappant dans le vide à ses pieds, alors qu’il pourrait très bien se débrouiller seul.
Et d’ailleurs il le lui démontra dans les instants qui suivirent. Rashieka suivit l’action qui se déroula rapidement sous ses yeux. Le soldat mit chacun des hommes par terre, presque K.O sans aucune blessure, mais avec violence. Non habituée à ce genre de spectacle, la rouquine porta ses mains devant sa bouche, mais ne put cacher la surprise et l’inquiétude qui se lisaient sur son visage alors que le combat se déroulait devant elle. Et il ne dura pas bien longtemps, le militaire n’ayant eu aucun mal à s’occuper chacun leur tour des malfrats qui s’en étaient pris à Flambeau. Juste le temps pour la jeune femme de laisser s’échapper un « Dieu du ciel… » de surprise.

Rashieka retira les mains de devant son visage, alors qu’un petit sourire naissait sur ses lèvres rosées. Il l’avait impressionnée vraiment. Elle n’aurait jamais été capable d’une telle prouesse, n’ayant jamais appris à se battre. S’avançant d’un pas lorsqu’elle vit le soldat calmer Flambeau avec douceur, son sourire s’agrandissant quelque peu, elle allait exprimer quelques gracieux remerciements et compliments, lorsqu’une main rugueuse et sale se plaqua sur sa bouche la tirant vers l’arrière. Les yeux agrandit par la stupeur, Rashieka ne réagit pas tout de suite. De toute manière, vu sa petite taille et donc son poids plume, il lui était difficile de résister à une telle force.

La lady sentit sa tête cogner contre le torse de quelqu’un. La main sur son visage lui faisait mal, car l’homme qui s’exprima d’une voix claire et agressive ne tenait visiblement pas à ce qu’elle puisse s’échapper. Ecrasant ses lèvres contre ses dents, il y mettait une telle pression qu’elle pouvait à peine respirer. Elle faillit répliquer en secouant la tête pour essayer de se dégager, mais elle s’arrêta net lorsqu’elle sentit l’acier froid lui piquer sa peau tendre, laissant quelques gouttelettes de son sang glisser le long de sa gorge. Quelque peu apeurée, elle darda ses prunelles verdoyantes sur le soldat qui au vue de sa tête et de son expression du visage, semblait totalement perdu. Rashieka ne fut pas rassurée. Il ne pouvait pas l’aider. Du moins, elle ne savait pas comment il pouvait faire. Mais, elle n’était pas sans ressources ! Elle était une battante, une guerrière, et jamais, ô grand jamais, elle ne s’abaisserait devant un homme. Surtout qu’elle l’avait reconnu, ce saligaud, pervers. Celui-là même qui s’en était pris à elle quelques instants plus tôt dans la ruelle.

Ses sourcils rougeoyants se froncèrent soudainement, alors que l’expression de son regard changea du tout au tout. Plus de peur ni de surprise, on pouvait y lire détermination, rage et colère. Rashieka tenta le tout pour le tout : elle releva une jambe et l’envoya vers l’arrière, frappant avec force dans les parties intimes de son agresseur. Elle avait la taille parfaite pour cela, c’était pratique. Alors qu’il la lâchait, à cause de la douleur, elle tomba quelque peu vers l’avant à cause du contrecoup, mais se retourna, emportée par l’adrénaline. Tempétueuse, voyant qu’il relevait son visage vers elle pour la regarder à travers la douleur, elle lui asséna un coup de poing qui le fit reculer de quelques pas. A entendre les craquements lors de son attaque, elle devait avoir brisé le nez de son assaillant. A moins que ce ne soit sa main ?
Car juste après avoir lancé son poing dans la figure du malfrat, Rashieka ressentit une vive douleur dans ses doigts. Elle sautilla sur place en secouant sa main blessée, ne pouvant réprimer un « aïe ! » entre la surprise et la souffrance. Elle se tourna vers le soldat, en regardant et tenant sa pauvre main qui n’avait vraiment pas l’habitude de rencontrer de plein fouet le visage de quelqu’un, oubliant momentanément l’homme qu’elle venait de frapper.

Instinctivement, elle se réfugia près du soldat, et glissa enfin ses yeux verts sur le malfaiteur qui tentait vainement de contenir le sang coulant de son nez, à genoux sur le sol.

« Ça c’est pour Flambeau. »

Voyant qu’il ne bougeait plus vraiment, en état de faiblesse, elle en profita pour se venger une bonne fois pour toutes de lui, n’ayant assurément pas oublié ses mains baladeuses lorsqu’il l’avait attaqué dans la ruelle. Elle lui balança un coup de pied –maladroit mais tout de même puissant- dans le ventre, qui le fit se plier en deux.

« Et ça c’est pour moi ! »

Pas peu fière d’elle, Rashieka releva la tête et le fixa, impérieuse, un sourire victorieux éclairant son visage. Elle se tourna de nouveau vers le jeune homme à la chevelure corbeau.

« Je vous laisse vous occuper de lui et de ses compagnons. » Ces deniers étaient toujours en train de comater sur le sol. « Merci de m’avoir aidé, soldat. Je ne sais comment vous remercier. » dit-elle en lui offrant un splendide sourire.

Elle lui prit ensuite les rênes de Flambeau des mains, délicatement, heureuse et soulagée de retrouver son bel étalon. Caressant le chanfrein de sa monture, Rashieka déposa un baiser sur ses naseaux duveteux, fière de ce qu’il lui avait démontré. Flambeau s’était bien débattu lui aussi, une fois qu’il avait compris qu’il était entre de mauvaises mains. Il était prêt pour rejoindre les Brigades Spéciales, c’était certain. Elle eut un petit pincement au cœur en y pensant. Un peu comme une mère ou un père laissant partir ses enfants pour une nouvelle vie.
Une lueur s’éclaira dans ses yeux, lorsqu’une idée traversa son esprit. Elle tourna son visage apaisé vers le soldat à la rose, et tout en lui souriant une nouvelle, elle s’exprima d’une voix calme et posée. Elle n’avait plus rien à voir avec la Rashieka troublée et énervée des instants précédents.

« Si vous avez du temps de libre, j’aimerai vous payer un petit quelque chose, n’importe quoi, ce que vous voulez. Je vous dois bien ça. »

La demoiselle le fixa, intensément. Elle comprendrait s’il avait autre chose à faire, mais elle voulait vraiment le remercier. Récupérer Flambeau n’avait pas été chose aisée, et puis, s’il ne l’avait pas aidé, le monde de Rashieka se serait écroulé en mille morceaux. Il n’en avait surement pas conscience, mais il lui avait évité le pire.

_________________
❝ love is like war ❞
« soit comme un loup blessé qui se tait pour mourir, et qui mord le couteau de sa gueule qui saigne. »


rashieka s'exprime en #ff4c73
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1352-bamby-une-bombe-a-la-place-du-coeur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1358-rashieka-linkstopics http://falonasynae.forumactif.com/
Garnison

Masculin Messages : 154
Date de naissance : 04/04/1998
Date d'inscription : 17/01/2015
Age : 20
Localisation : wouaf
MessageSujet: Re: In trouble ; pv Kristopher Moreau [OUT]   Mar 6 Oct - 3:41

Une lame sous sa gorge... Une lame sous sa gorge... Je me tenais là, regardant la dame aux cheveux de feu, prisonnière du malfrat, de l'homme dont nous nous étions occupé tout à l'heure. Même dont nous nous étions occupés tout à l'heure. Que faire, que faire...? Mes pensées s'accélèrent, le temps semblait ralentir et mon cœur s'accélérait... Était-ce ce qu'on appelait l'adrénaline, déjà ? Oui, c'était bien de l'adrénaline... Ça fait longtemps que je n'ai pas ressenti ça. Certains disaient que l'adrénaline faisaient 'ralentir' le temps tandis que pour d'autre, ils disaient qu'au contraire, le temps ne faisait qu'accélérer et qu'ils devaient réagir vite. Ils ont tous eu à faire l'expérience de l'adrénaline quand la porte du district de Trost s'était fait percer par le Titan Colossale, encore.

À la bataille de Trost, moi, j'étais en train d'escorter les civils tout en éliminant les Titans proches. Je crois que ce jour-là, j'en avais tué... 4 ? Oui, 4. Plus 2 autres en équipes. Ce jour-là, j'étais plutôt fier de moi d'avoir tué mon premier Titan, je me souvenais exactement a quoi il ressemblait... Il avait les yeux verts feuilles, des cheveux, enfin ce qu'il en restait, couleur brune et il faisait environ 10 mètres de haut. Quand j'avais regardé ce Titan... Il ne m'avait pas fait peur. Non, pas vraiment. Je ne dis pas que je n'étais pas sans peur, mais dis que je savais me maîtriser vu l'enfer auquel j'ai passé quand j'étais jeune. Je ne dis pas non plus que les Titans ne me faisaient rien du tout, mais... Le fait qu'ils dévoraient les gens avec un sourire sur le visage parfois, ça me dérangeait vraiment. En tout cas... Quand je l'ai tué, j'ai ressenti l'adrénaline qui coulait dans mes veines, une sorte d'excitation bestiale et ça me faisait cet effet à chaque fois que je tuais l'un d'entre eux, j'y prenais même plaisir... Prenais-je plaisir a tuer quelque chose ? Où prenais-je plaisir a tuer un monstre ? Je n'en savais rien... Et je ne saurais probablement jamais.

Du sang perlait au bout de la lame de l'homme et quelque goutte descendait le long de la gorge de la femme, qui avait l'air apeuré. Je pourrais bien lancer mon couteau à son visage, mais... Ce serait dangereux (le visage de l'homme) et très risqué. Soudain, alors que j'allais décidément lancer mon couteau, la femme prisonnière changea d'expression faciale de quelqu'un d'apeurer pour quelqu'un qui voulait survivre et qui était en colère... Pour un bref instant, je me revoyais dans ma 'prison', dans la grotte, mais avec des larmes. Les fantômes du passée se battaient devant moi parce qu'un des esclavagistes avaient lancer un bout de pain tandis que je me tenais dans mon coin, recroquevillé, l'air apeuré, mais prêt à survivre si l'un d'eux essayait de me faire du mal. Elle envoya son pied-droit dans les parties intimes de l'homme ce qui eut pour effet de la relâcher. Elle basculait un moment et enfin, elle assénait un coup-de-poing au visage de l'homme, brisant son nez... Ou sa main, vu les craquements que j'ai entendus. Elle sautillait sur place un moment en agitant sa main et se réfugiait ensuite auprès de moi avant qu'elle balançât un coup de pied à son ventre, puissamment et tournait son regard vers moi, un sourire éclatant sur son visage. Elle dit qu'elle me laisserait s'occuper des compagnons voleurs et qu'elle ne savait comment me remercier, toujours souriante.

La dame s'approchait et prit les rênes de mes mains, caressant la monture et le rassurant. Heureusement, un soldat des Spéciaux passait par là et je lui expliquais en gros ce qu'il s'est passé. Avec ses compagnons, ils embarquèrent les malfrats et les emmenèrent au loin. Je retournais mon regard vers la dame alors qu'elle me demandait si j'ai du temps libre, car elle voudrait bien me payer quelque chose en guise de remerciement et ce que je voulais, vu qu'elle me devait bien ça. Je croisais les bras et soupirais silencieusement derrière mon masque. Évidemment que j'avais du temps, mais je ne voudrais pas profiter de l'argent de quelqu'un d'autre... Bon, pour être poli, je vais simplement accepter. C'est rare, des jours où je suis poli. Et pas trop froid.

-Bon, d'accord, si tu le dis... Je t'avoue que j'aimerais bien quelque chose a boire, ça m'a donner un peu soif tout ça, disais-je en commençant à la suivre. Au fait, c'est quoi ton nom ? Je te l'ai jamais demandé... Le mien est Kristopher.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1145-kristopher-moreau http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1155-kristopher-moreau-un-predateur-difficile-a-apprivoiser
Commercant

Féminin Messages : 156
Date de naissance : 15/02/1996
Date d'inscription : 25/09/2015
Age : 23
Localisation : Weshland.
MessageSujet: Re: In trouble ; pv Kristopher Moreau [OUT]   Mer 7 Oct - 19:41

D’autres soldats apparurent enfin, surement attirés par tout le raffut causé par le vol de Flambeau. Caressant les ganaches bicolores de l’étalon, Rashieka les observait, perdue dans ses pensées, rêvassant l’espace d’un instant. Ils étaient des brigades spéciales, et elle se demandait bien pourquoi ils étaient là. Ils étaient censés être plus au centre de l’humanité, là où les gens brillent non pas de personnalité mais de richesse, de joyaux, d’or et d’argent. Les brigades spéciales s’occupaient principalement de la sureté du mur Sina, et de la famille royale. Elle émit l’hypothèse qu’ils étaient peut être en repos et passaient par ici par hasard. En examinant leur mine un peu déconfite, elle se confondit dans cette réflexion : s’ils étaient en repos, il était normal qu’ils soient un peu déçus de devoir prendre en charge les malfrats arrêtés par le soldat de la garnison. Par ailleurs, certains semblaient vouloir râler auprès de l’homme masqué qui avait aidé la lady, mais ce dernier expliqua très clairement à leur chef d’escouade ce qui venait de se produire ici. Lorsque l’homme des unités spéciales jeta un coup d’œil sur Rashieka, elle lui accorda un bref sourire et un hochement de tête en guise de salut. Il repartit aider les siens sans faire plus d’histoire.

Elle soupira en attrapant une poignée de crins de Flambeau, lorsque le soldat à la rose répondit à sa proposition, après un long soupire, visiblement agacé. Irrémédiablement, elle glissa son regard verdoyant de son bel étalon jusqu’au visage à demi camouflé du militaire, se demandant bien ce qui pouvait se cacher derrière ce voile et à quoi il pensait. Avait-elle fait quelque chose de mal pour qu’il soupire ainsi ? Où avait-elle fauté ? Elle chassa ces pensées de son esprit pour mieux être attentive aux paroles du jeune homme. Elle lui sourit, simplement.
Apparement, il n’était pas vraiment pour le fait de boire quelque chose avec elle, ou d’être avec elle. Peut-être qu’elle se faisait des idées, mais elle avait la lourde impression qu’il faisait ça plus par obligation, par politesse, que par envie, bien qu’il lui ait glissé qu’il avait soif (peut-être qu’il essayait de se trouver une excuse, une bonne raison, inconsciemment, d’accepter sa demande). Elle haussa un sourcil et le fixa, mais décida de ne rien dire. Pourtant, elle ne cacha pas son trouble et son propre agacement. Rashieka était franche et sincère, c’était dans sa nature de dévoiler ce qui n’allait pas, ce qui lui posait problème. Mais elle avait aussi la capacité à exprimer clairement tout ce qui lui passait par la tête que ce soit des reproches ou des compliments. Elle ne faisait pas de rentre-dedans, mais elle ne prenait pas de pincette.

La lady se mit en marche, et il la suivit docilement en lui demandant son nom. Alors, il s’appelait Kristopher. Juste Kristopher ? Ce n’était pas vraiment conventionnel de lâcher son prénom ainsi. Rashieka n’en avait pas l’habitude, elle n’avait pas été éduquée comme cela. Pour sa part, elle se contenta de faire comme elle avait toujours fait.

« Lady Rashieka Bartels, enchantée de mettre enfin un prénom sur votre… Demi-visage ? » elle rit doucement en lui jetant un regard malicieux. Allait-il enfin se dévoiler complétement ?

La demoiselle ne pensait pas faire mal en se présentant ainsi. Il ne lui vint pas à l’idée que les autres personnes pouvaient la penser arrogante d’avancer son statut social de la sorte. Pour elle, c’était naturel, inscrit dans ses règles de bienséance.
Tenant son beau Flambeau par le bout des rênes, Rashieka s’avançait dans les rues, entre les gens, sans rien dire de plus. Elle s’arrêta soudainement lorsqu’elle se rendit compte qu’elle n’avait aucune idée d’où aller. Elle ne connaissait pas les environs. Le district de Trost lui était totalement inconnu. Elle se sentit un peu honteuse, et ses pommettes se teintèrent d’un léger rosé, traduisant sa gêne. Elle tourna son visage vers le dénommé Kristopher et leva les yeux pour les poser dans les siens. Elle ouvrit la bouche, mais aucun son n’en sortit pendant quelques secondes. Finalement, elle glissa ses prunelles d’émeraude sur les gens autour d’eux, qui continuaient leur vie, dans leur train-train quotidien, avant de prendre enfin la parole.

« Je ne sais pas où aller. Je ne sais même pas où nous sommes. »

Rashieka cligna des yeux. Elle se sentait stupide, tout d’un coup, et lorsqu’elle porta de nouveau ses yeux sur le jeune homme l’accompagnant, elle se prit à rire d’elle-même, sincèrement. C’était gênant oui, et elle avait perdu toute crédibilité, mais… Ne valait-il pas mieux en rire qu’en pleurer, ou s’en cacher ? Et puis, elle avait l’impression d’être une enfant qui se retrouverait au milieu de nulle part. Perdue, oui, c’était le terme. Ce sentiment, elle ne l’avait pas gouté depuis très longtemps. Cela lui faisait tout drôle, et elle ne saurait dire s’il lui était agréable ou non.

« Allons-là où vous le désirez. Je vous suis, soyez mon guide. » lui adressa t-elle en lui octroyant un large sourire, les yeux brillant.

Elle se mordit la lèvre inférieure en repensant à sa bourde. Mais, c’était fait, elle ne pouvait rien y changer, et de toute façon, elle devait en assumer les conséquences. Sa petite honte passée, la lady réajusta la crinière de son compagnon à quatre jambes avant de reporter son attention sur Kristopher, dardant ses prunelles luisantes dans celles faites d'acier du jeune homme.

_________________
❝ love is like war ❞
« soit comme un loup blessé qui se tait pour mourir, et qui mord le couteau de sa gueule qui saigne. »


rashieka s'exprime en #ff4c73
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1352-bamby-une-bombe-a-la-place-du-coeur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1358-rashieka-linkstopics http://falonasynae.forumactif.com/
Garnison

Masculin Messages : 154
Date de naissance : 04/04/1998
Date d'inscription : 17/01/2015
Age : 20
Localisation : wouaf
MessageSujet: Re: In trouble ; pv Kristopher Moreau [OUT]   Ven 9 Oct - 20:56

Je la suivais, mes pensées vagabondant un peu, regardant les alentours pour essayer de trouver de quoi m'intéresser. Il y avait des gens qui vaquaient a leur quotidien, des vieillards qui bavardaient avec d'autres vieillards, fumant une pipe et des femmes qui lavaient leur linge, bavardant joyeusement elle aussi, surement se raconter des ragots de divers sortes. Les gens normaux faisaient des choses normales... Moi, je ne faisais rien de ce genre. Je n'avais point d'ami, je n'avais pas d'amis et plus encore... Je n'avais vraiment personne avec qui parler. J'étais un loup solitaire, en quelque sorte, dont le pelage noirci étaient couvert de cicatrice aussi. Pourtant, même sous ce loup noire que j'étais pouvait se cacher... Un cœur ? Avais-je seulement un cœur ? Hmm. Peut-être que oui... Peut-être que non. Après un moment, la femme se présentait sous le nom de Lady Rashieka Barthels. Ah, tiens donc... C'était une noble, alors ? D'après tout les nobles que j'ai rencontrées, la majorité d'entre eux étaient arrogants, égocentrique, hypocrite et quelque peu ayant des airs supérieurs sur leurs airs. Je ne savais pas ce qu'elle essayait de me prouver, mais je n'étais guère impressionné par quelqu'un qui pouvait avoir un nom de noble. Pour m'impressionner, il faut qu'on fasse des actes assez conséquents. Ce n'est pas parce que quelqu'un avait un nom que j'allais plier genou a terre et commencer a louanger quelqu'un. Néanmoins, elle m'appelait 'Demi-Visage' avec un certain regard malicieux accompagné d'un petit rire. Demi-visage, sérieux ? Je restais calme, faisant mine de ne pas avoir entendu le petit 'surnom' qu'elle vient de me donner et marchais à ses côtés.

Nous continuions a marcher pendant un long moment avant qu'elle s'arrêtât de marcher complétement, l'air perdu... Attend... Ne me dites pas qu'elle... Venait de se perdre, quand même ? Rashieka tournait sa tête vers moi, le regard émeraude de la jeune femme croisant mon regard d'acier, essayant de parler, ses joues étaient légèrement rouges et tournaient ensuite son regard vers les alentours avant d'enfin parler, avouant qu'elle ne savait pas ou aller et ou nous étions. Oh franchement... Mon irritation montait en moi, bien que je la gardait cacher, mon visage étant inexpressif. Elle portait son regard vers moi avant de se mettre a rire, stupidement. Mon dieu, être poli, ca ne marche vraiment pas avec moi... Ça finit toujours dans des situations où je me mettais en colère facilement. Je gardais en tout cas mon calme alors qu'elle me dit qu'on irait là où je le désirais. Pendant un moment, je réfléchissais avant de savoir ou j'irais, a une taverne que je connaissais bien.

-Bien... Suis-moi et ne fait pas de gaffe, dis-je d'une voix sans émotion avant de marcher rapidement vers une direction, m'assurant qu'elle me suivait.

Pendant un long moment, je marchais en silence en sa compagnie, empruntant des dédales de rues avant d'enfin arriver a la taverne plutôt populaire du coin du nom de l'Antique, inscrit sur une pancarte au-dessus de la porte dans une fine et belle écriture, réputé pour servir les meilleures boissons dans ce coin-ci du district. Des rires et des bruits de discussions émanaient de l'intérieur de l'Antique ainsi que de la musique. Ça avait l'air plutôt rempli, maintenant... J'entrais à l'intérieur en la compagnie de Rashieka, voyant que beaucoup de table étaient prises, mais par chance, on trouva enfin une table pour nous. Je pris place devant la dame aux cheveux de feu, m'installant confortablement sur ma chaise, en regardant les alentours. Les serveuses et serveurs étaient bien occupés a livrer les boissons aux autres tables avant qu'une serveuse arrive, au cheveux noirs et yeux bleus, des mèches cachant son œil droit.

-Bienvenue a l'Antique, je te prends quoi ? Demandait-elle d'une voix douce, tenant un plateau dans ses mains ?

-Moi, je prendrais bien de la bière brune...

La serveuse hochait la tête et tournait son regard vers Rashieka, un air interrogateur sur son visage ovale

-Et toi ? Tu veux quoi ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1145-kristopher-moreau http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1155-kristopher-moreau-un-predateur-difficile-a-apprivoiser
Commercant

Féminin Messages : 156
Date de naissance : 15/02/1996
Date d'inscription : 25/09/2015
Age : 23
Localisation : Weshland.
MessageSujet: Re: In trouble ; pv Kristopher Moreau [OUT]   Mer 14 Oct - 13:48

Plus ça allait, et plus Rashieka sentait qu’elle s’enfonçait auprès du soldat. Qu’avait-elle bien pu faire pour éveiller chez lui un tel agacement ? Bien qu’elle ne puisse pas le voir, elle pouvait clairement le ressentir. Le malaise grandissait, irrémédiablement, à chaque fois qu’elle ouvrait la bouche. Elle n’avait pourtant rien fait de mal à sa connaissance. Elle agissait normalement, avec toute personne qu’elle aurait rencontrée et avec qui elle faisait connaissance. Rashieka n’était pas associable, c’était même tout le contraire. Son métier et sa formation la poussaient à aller vers les autres, à multiplier ses connaissances et ses relations. Cela faisait partie de sa vie, elle connaissait beaucoup de monde. Peu était ses amis, mais elle entretenait tout de même une majorité de relations positives. Elle ne comprenait tout simplement pas pourquoi Kristopher ressentait de l’agacement à son égard. Elle le fixa un instant, lorsqu’il semblait pensif, cherchant un endroit où aller, dardant ses prunelles émeraudes sur le peu de visage qu’elle pouvait voir de lui. Il semblait fait de marbre, peu d’émotions pouvaient se lire sur ses traits. La lady détourna le regard sur la foule, lorsqu’il lui répondit enfin, d’une voix vide de sentiment, qui lui traversa le cœur comme un vent froid d’hiver. Elle hocha la tête et le suivit, en silence.

Pendant le trajet, elle ne put s’empêcher de repenser à tout cela. Non, elle ne voyait vraiment pas ce qu’elle avait fait de mal. Elle s’était perdue, avait juste marché sans vraiment se rendre compte qu’elle ne savait pas où aller mais eh… Et alors ? Etait-ce si important ? Oh mon dieu, elle lui avait fait perdre dix minutes de son temps, si précieux ! C’était peut-être pour cela qu’il était agacé, et qu’il s’énervait, petit à petit. Car même s’il ne le montrait pas, il ne pouvait dissimuler le malaise qui grandissait entre eux. Ils étaient si différents, elle si ouverte pleine de vie, et lui… Rashieka fronça les sourcils, en posant ses yeux sur le dos du jeune homme, alors qu’elle le suivait à travers les rues. Et lui ? Lui, il se cachait. Il se cachait derrière son masque. Il ne devait pas avoir beaucoup de contact social avec d’autres personnes, et pourtant, il était tout de même venu à son secours et avait pris le temps de l’aider. Et il était là, à la mener dans le district, toujours avec elle. Pourquoi ? S’il ne supportait pas les autres, pourquoi restait-il avec elle ? Elle se pinça l’intérieur de la joue. Rashieka resta silencieuse, gardant ses réflexions pour elle-même.

Ils entrèrent dans une taverne portant le nom de l’Antique. C’était quelque chose qui parlait à la lady, bien qu’elle n’y ait jamais mis les pieds. Elle s’empressa de suivre Kristopher après s’être assuré que Flambeau était bien accroché et installé aux côtés d’autres montures des clients. La salle était assez remplie et l’endroit plutôt sympathique. Rashieka glissa ses yeux un peu partout, détaillant ce lieu de vie, en marchant dans le sillage du soldat. Il s’installa à une table et elle fit de même, croisant les jambes et s’accoudant sur le bois vieux et un peu abimé. Sa chevelure rousse lui tomba quelque peu devant les yeux et elle se passa une main dans sa crinière pour la faire couler vers l’arrière de sa tête, dégageant son visage, alors qu’elle observait les personnes présentes dans la taverne. Elle finit par détourner son attention de tous ces gens, et la dirigea sur le jeune homme en face d’elle. Elle lui sourit doucement. Elle n’avait aucune raison d’être désagréable avec lui, après tout.

Une serveuse vint enfin les voir après plusieurs minutes d’attente. Prenant la commande de Kristopher, elle se tourna vers la lady et lui demanda gentiment, d’une voix douce, mais dépourvue de politesse, ce qu’elle désirait. Rashieka passa outre le fait qu’elle la tutoie, bien que le vouvoiement fût de mise dans ces conditions. Après tout, elles ne se connaissaient pas, ne s’étaient jamais vues. C’était un peu « wesh pelo qu’est-ce que j’te prend ? ». Mais bon après tout, peut être que tout le monde était ainsi ici, à se tutoyer sans même se connaître. Le respect en prison.

« Je prendrais un malt bien boisé, s’il vous plait. »

En d’autres termes, un verre de bon vieux whisky. Rashieka était une grande fan d’alcool puissant et avec du caractère. Elle adorait tout ce qui datait, avait une histoire, avait traversé les âges. Chaque gorgée racontait alors une histoire et on pouvait, avec un palais aguerri, disséquer l’arôme pour en découvrir chaque parfum. La lady émit un petit soupire, appréciant d’être enfin posée quelque part à profiter de la vie, pour quelques instants. Sa journée avait été longue. Elle glissa son regard sur le soldat en face d’elle, et se prit à lui sourire, clairement amusée.

« Vous me rappelez un vieux loup solitaire. » lui lança t-elle d'une voix trahissant la taquinerie.

Un peu aigri par la solitude, un peu troublé d’être secoué par quelques rencontres. Elle doutait que Kristopher soit méchant au fond, elle s’était donc demandée pourquoi elle l’agaçait tant, alors qu’elle ne faisait vraiment pas grand-chose, au final. Il semblait avoir oublié comment relativiser. Du moins, elle ne saurait vraiment décrire ce qu’elle décelait en lui. Mais, c’était un peu comme s’il désirait rencontrer du beau monde, sans vraiment vouloir changer le cours de sa vie. Un peu comme un enfant qui a hâte de réaliser quelque chose, mais qui en même temps, en est effrayé.
Elle ne le prenait pas en pitié, loin de là. Mais elle ressentait comme un défi de se faire apprécier de lui. Rashieka planta ses prunelles brillantes dans les siennes. Peut-être fallait-il le bousculer un peu ?

_________________
❝ love is like war ❞
« soit comme un loup blessé qui se tait pour mourir, et qui mord le couteau de sa gueule qui saigne. »


rashieka s'exprime en #ff4c73
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1352-bamby-une-bombe-a-la-place-du-coeur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1358-rashieka-linkstopics http://falonasynae.forumactif.com/
Garnison

Masculin Messages : 154
Date de naissance : 04/04/1998
Date d'inscription : 17/01/2015
Age : 20
Localisation : wouaf
MessageSujet: Re: In trouble ; pv Kristopher Moreau [OUT]   Mer 21 Oct - 2:46

La serveuse prit en note la demande de Rashieka, un malt bien boisé et la serveuse s'en alla rapidement chercher lesdites boissons, bien qu'elle dût aussi servir les autres clients aux gosiers secs et assoiffés ou bien accro a l'alcool. L'alcool était une chose mauvaise pour moi, quelque chose a éviter a tout prix, car, une fois tombés dedans, on en ressort jamais, c'était un cercle vicieux, un trou sans fin. Je n'ai jamais bu d'alcool, mais je sais quel effet ça peut avoir sur les gens, heureux et malheureux. Pour l'heureux, il ou elle se dira que ce sera qu'une gorgée de temps en temps jusqu’à temps a ce qu'il en devienne dépendant des effets et/ou du goût tandis que pour le malheureux... Hey bien, le malheureux voudra oublier des choses qu'il a faites ou qu'il a vécues, j'imagine. Comme moi. Sauf que, dans ce cercle vicieux, quand on boit, on oublie parfois sur le moment notre passé et on devient heureux sauf que, quand on reprend nos esprits... Les mauvais souvenirs frappaient plus fort et restaient marqués plus longtemps, comme si c'était marquer au fer-blanc. Et encore, plus on y était accro, plus on pouvait devenir violent et faire du mal aux gens qu'on aime.

Après que la serveuse fut partie servir les autres clients tout en essayant de remplir notre commande, Rashieka laissait échappait un soupir. Quoi, elle était s'ennuyait ? Ce n'était pas ma faute si j'avais accepté de l'accompagner à venir ici... De toute façon, beaucoup de gens me trouverait surement ennuyant et sans intérêt, puisque je n'ai pas fait grand-chose d'excitant. Selon moi, en tout cas, qui voulait écouter parler quelqu'un comme moi ? Personne a ma connaissance n'aimait trop me parler... A part Elyana. Elle aimait bien me harceler, lorsqu'on était à la Brigade d'Entrainement, à me parler. En même temps, je l'avais sauvé de ces salauds, et elle se montrait très reconnaissante envers moi, c'est normal. Seulement, pas au point de me harceler et d'essayer de me protéger des autres aussi...

Rashieka me gratifiait ensuite d'un sourire et me dit que je lui rappelais un loup solitaire d'une manière taquine, toujours souriante. Bingo... Touchée, elle a touché.

-Ah ? Et bien, peut-être que j'en suis un ? Lui répondis-je, d'une voix sans émotion.

Ensuite, la serveuse de tout à l'heure vint enfin avec nos verres et nous souhaitait de boire avec bonheur avant de s'en aller. Je pris mon verre et baissais légèrement mon cache-bouche, goûtant la bière brune dont le goût amer emplissait déjà ma bouche.

-Ce n'est pas mauvais, ce n'est pas mauvais...

Soudainement, je ressentis l'urgence de sortir la feuille de papier de ma poche, ce que je fis après avoir posé mon verre sur la table et lu les noms qu'il y avait sur la liste des dresseurs et dresseuses de chevaux, voyant le nom de Rashieka B. Bartels.

-Ah... J'étais tellement distrait que j'ai oublié ce pourquoi je suis venu ici. Je devais vous voir pour savoir quel cheval potentiel la Garnison pourrait se procurer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1145-kristopher-moreau http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1155-kristopher-moreau-un-predateur-difficile-a-apprivoiser
Commercant

Féminin Messages : 156
Date de naissance : 15/02/1996
Date d'inscription : 25/09/2015
Age : 23
Localisation : Weshland.
MessageSujet: Re: In trouble ; pv Kristopher Moreau [OUT]   Sam 24 Oct - 19:53

Rashieka s’était attendue à se faire remballer, à l’irriter, encore, ou pire. Elle s’était intérieurement préparée à se faire refouler, derrière son sourire fin et malicieux, mais dont les yeux verts trahissaient la crainte du rejet. Elle avait bombée le torse, et relevée la tête, en son fort intérieur, serrant les dents et prête à encaisser une bravade de la part du soldat, suite à sa pique taquine. Mais rien de tout cela ne vint. Il ne se renfrogna pas derrière son masque, n’abattit pas sur elle une pluie de flèches, d’un seul regard, au contraire. Elle semblait, par tout hasard, avoir trouvé une brèche dans l’être qui se tenait assis devant elle, l’autre bout de la table de vieux bois qui les séparait physiquement. Elle se trouvait dans un autre monde.

Spirituellement, elle se trouvait au pied d’un mur de glace, un palais aux milles merveilles, dont le propriétaire semblait vouloir cacher les trésors derrière de lourdes portes intimidantes. L’immensité du monument lui coupait le souffle, elle prenait conscience qu’elle n’était rien, elle si petite, si fragile, face à ce monstre gigantesque qui lui barrait la route. Une muraille qui semblait inébranlable, bâtie par la douleur, modelée par le besoin irrépressible de se couper du monde, dans un seul et unique but : se protéger.

Oh elle savait, elle comprenait, elle en avait vu, elle en avait longé, des cités de l’âme telles que celle-ci. Et toutes, elles avaient ce quelque chose qui vous prenait les tripes, lorsque vous admiriez leur grandeur. Elles étaient grandes de beauté. Elles étaient belles, parce qu’elles étaient prises d’une infime tristesse. Elles étaient belles, parce qu’elles pleuraient en silence. Chaque mur, chaque tour, chaque brique, hurlait dans un si long silence, leur si longue lassitude, leur si âpre solitude. Elles imposaient aux yeux une douleur sourde, que vous partagiez sans peine avec le seul être semblant vivre en-dedans, derrière les murailles insurmontables. Alors que vous posiez votre front contre leur structure froide, elles vous murmuraient leur souffrance, une poésie dont il fallait savoir apprécier la saveur. L’exacte mélodie, en accord parfait avec le cœur qui battait, juste derrière, vous le sentiez, et dont vous effleuriez la surface, sans pouvoir le toucher ni l’atteindre. Vous partagiez sa peine, sans qu’il ne le sache. Et c’était si beau, elles étaient si belles, en leur façon, ces merveilleuses Citadelles de l’esprit, que certains bâtissaient avec tant de hargne qu’ils s’emprisonnaient littéralement, n’élevant que des murs autour d’eux, de magnifiques monuments riches d’esthétisme traduisant l’âme, en oubliant consciencieusement d’émettre la moindre porte. Les Palais de l’âme, éternellement en deuil, d’une beauté solennelle, dont les origines tenaient aux ailes de papillons noirs.

Le Palais de Loup semblait empreint de cette même mélancolie, ce même désenchantement. Et alors qu’elle dardait ses prunelles d’émeraude sur les grandes murailles cristallines, et si froides, immenses, plus grandes même que n’importe quel titan existant, semblant toucher le ciel d’une noirceur absolue, vague néant, plafond qui vous happait, elle crut entrapercevoir une infime fissure. La faille était minime, mais éclairée par la splendeur des intérieurs du palais. Était-ce une invitation ?
Rashieka approcha son visage et tenta de voir à travers cette fenêtre sur l’âme, un fin rayon de lumière pareil à ceux de la lune se reflétant dans ses iris. Mais avant même qu’elle ne puisse caresser la douce paroi gelée, tout disparut et elle fut renvoyer par chez elle aussi brutalement qu’une gifle sur le visage.

Elle sursauta légèrement sur sa chaise, cligna des yeux plusieurs fois, avant de les baisser sur le verre qu’elle tenait entre les mains. Elle n’avait pas réalisé qu’ils avaient étés servis, et tapota distraitement ses ongles sur la glace, dardant ses prunelles sur l’ombre brune du malt qui ondulait à chaque tape d’un de ses doigts. Ce n’est qu’après, qu’elle releva son visage marqué d’une expression indescriptible vers Kristopher.

« Vous pouvez oublier les autres éleveurs, ce sont des amateurs. Mes chevaux sont les meilleurs. » s’exprima-t-elle d’une voix neutre, désignant d’un léger signe de tête le bout de papier que le soldat à la rose tenait.

Rashieka n’était pas hautaine, ni vantarde, mais elle savait qu’elle seule possédait les plus belles montures, et les plus performantes. Et pour preuve, Flambeau n’aurait pas été volé, si cela n’avait pas été le cas. C’était un fait avéré. Fermant les yeux quelques secondes, élégamment, lorsqu’elle les rouvrit, ce fut pour parler de cette même voix dépourvue d’émotion, d’une neutralité intense, et elle déclama la liste des chevaux qu’elle avait à proposer aux garnisons en n’oubliant pas d’indiquer nom, sexe, robe et qualités de chacun. Et dans ses yeux verts, une certaine lassitude. Elle conclut avec un « Voilà. » simple, et fixa Kristopher, en jouant un peu avec son verre de whisky.
Elle ne dit rien, un instant, se contentant de mordiller légèrement sa joue, en dévisageant le jeune homme, puis s’accouda sur le bois, se penchant sur la table, avant de le questionner tout naturellement :

« Quelle est votre plus grande peur, Kristopher ? »

En tant que soldat, il devait craindre beaucoup de choses. Curieuse, elle le fixait en attente d’une réponse.

_________________
❝ love is like war ❞
« soit comme un loup blessé qui se tait pour mourir, et qui mord le couteau de sa gueule qui saigne. »


rashieka s'exprime en #ff4c73
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1352-bamby-une-bombe-a-la-place-du-coeur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1358-rashieka-linkstopics http://falonasynae.forumactif.com/
Garnison

Masculin Messages : 154
Date de naissance : 04/04/1998
Date d'inscription : 17/01/2015
Age : 20
Localisation : wouaf
MessageSujet: Re: In trouble ; pv Kristopher Moreau [OUT]   Mer 28 Oct - 4:08

Mon regard était plongé dans le sien, elle semblait ailleurs cette fois-ci, comme si elle pensait a quelque chose qui la fascinait ou qu'elle se posait une question à l'intérieur, une question qui avait le mérite de lui accorder beaucoup de son temps. Ou quelque chose dans le genre. Moi aussi, il m'arrivait d'être dans ces genres de moments là sauf que ces instants a pensé profondément a quelque chose, comme Rashieka ici présente qui le faisait, était généralement dans mes moments de faiblesse qui arrivaient par hasard et sans avertissements. Des moments qui me faisaient réfléchir ont tout ce qui m'était arrivé dans la vie, en bien ou en mal, me montrant aussi des mémoires de ceux qui ont survécu... Et de ceux qui n'ont pas survécu. J'appelais ces moments-là : les moments de dépression majeurs. Quand ça arrive, je n'ai plus envie de rien faire, de ne rien faire du tout et de laisser les émotions parler, les pensées déferlé dans ma tête... Bien que les émotions ne semblent pas vouloir sortir. Pas les bonnes, en tout cas.

Je regardais toujours les yeux de Rashieka qui était d'un beau vert émeraude, comme l'herbe fraîche lorsque l'été arrivait et les arbres qui reprenaient leur allure verte et vivante... Les miens étaient d'un gris acier froid, quelque peu sombre, comme la pierre dure et froide ou la neige qui recouvraient les forêts et les arbres, le froid leur donnant une allure de forêt morte. Hmpf... Une vivante et un zombie autour d'une table, sirotant une bière. Elle devait bien avoir des gens sur qui veiller, celle là, des gens qui l'aimaient et qu'elle aimait. Sans qu'elle ne le sache, c'est qu'en ouvrant notre cœur, on laisse les gens nous poignarder celui-ci a leur gré. Où prendre des morceaux tout en profitant de ce qu'on avait. L'Humain était pathétique, n'est-ce pas ? Il était capable de poignarder son propre frère ou son propre père pour n'avoir ne serait-ce qu'un bout de terre ou des miettes de pain.

Nous étions tous pathétiques, en une certaine manière. On se dit civiliser, mais au moment ou on ça commence a devenir chaotique, il abandonne toutes les 'leçons' qu'il a appris au cours de sa vie sur être civilisé et bien éduqué, et quand ça arrive, croyez-moi, ils deviennent des bêtes prêtes a tout pour survivre. À tout. Même si cela rimait à vendre son propre enfant pour avoir un sac de pomme de terre en cas de famine... Enfin, je ne crois pas que tout le monde soit comme ça mais il devait y en avoir, des gens comme ça. Des gens qui méritaient de mourir...

Rashieka sursautait ensuite, revenant à la réalité et regardait son verre un moment avant de me regarder ensuite, disant d'oublier les autres éleveurs pour ne parler qu'a elle, disant que ses chevaux sont les meilleurs, tout en ayant une expression faciale difficile a lire. Elle avait l'air arrogant quand elle disait cela et je m'en foutais royalement, ce que je voulais, c'était des chevaux pour la Garnison. Et elle me fit ainsi la liste des meilleurs chevaux qu'elle possédait, indiquant leur état, leur sexe, leur physique, etc. En effet, ses chevaux semblaient plutôt impressionnants, mais je vais quand même aller voir les autres dresseurs, au cas où, il y aurait peut-être des surprises là-bas.

Après qu'elle ait fini, elle se contentait de me fixer tandis que je buvais ma propre bière silencieusement, voyant déjà que le verre était à moitié vide et que l'alcool ne me faisait pas d'effet. Peut-être me fallait-il plus que ça pour me rendre saoul, qui sait ? Pendant que je buvais ma bière, Rashieka me posait une question : De quoi avais-je peur ?

La peur ? La peur... Ma peur. Je ne vais pas révéler carrément ma peur a cette étrangère et je n'allais la révéler a personne. Mais je sais une chose, ce n'est pas les Titans qui me feront peur, bien qu'ils aient cette aura assez morbide autour d'eux, une aura indescriptible. Mais je n'avais pas peur d'eux. Pas comme les autres idiots de la Garnison. Je posais mon verre a table et craquais mon cou avant de répondre :

-Ma peur ? Je n'ai pas peur facilement, Rashieka. Je ne suis pas une de ces lopettes qui ont peur des Titans. Il n'y a rien à avoir peur d'eux..., disais-je en la regardant droit dans les yeux. Je n'ai pas peur facilement, sinon je ne serais pas là. J'étais la quand, Trost était envahi et quand le Mur Maria est tombé. J'ai vu des choses qui hanteraient vos nuits, toute votre vie.

Je remettais le papier dans ma poche et regardais les alentours, l'air ennuyé, tout en remontant mon cache-bouche.

-Vous devriez plutôt vous méfier des autres... Et d'avoir peur de ce qu'ils sont capables de faire.

Ma tête pivotait ensuite vers Rashieka, dardant encore une fois mes yeux sur elle

-Et vous, vous avez peur de quoi ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1145-kristopher-moreau http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1155-kristopher-moreau-un-predateur-difficile-a-apprivoiser
Commercant

Féminin Messages : 156
Date de naissance : 15/02/1996
Date d'inscription : 25/09/2015
Age : 23
Localisation : Weshland.
MessageSujet: Re: In trouble ; pv Kristopher Moreau [OUT]   Jeu 29 Oct - 20:45

Alors qu’il lui répondait, elle prit le temps de l’observer et de détailler chaque geste qu’il réalisait. Il disait ne pas avoir peur facilement, mais était-ce vrai ? Pouvait-on ne pas avoir peur, comme il le prétendait ? Rashieka en doutait. La peur enclenchait le courage. Il n’y avait pas de courage sans peur, par définition. Mais, s’il ne connaissait pas la peur, face aux titans, comme il le disait si bien, alors qu’est-ce qui le faisait se battre encore ? Une part d’elle-même voulait croire que c’était parce qu’il était seulement suicidaire. Qu’il allait au combat, le cœur sans crainte, avec autant de hargnes que ses camarades portés par le courage, à la différence que lui se fichait bien de crever, que ça lui était égal. Comment pouvait-on arriver à penser de la sorte ? La vie était cruelle, mais elle valait la peine d’être vécue et appréciée. Elle valait la peine qu’on se raccroche de toutes nos forces à elle. Rashieka avait l’intime conviction que le jeune homme lâchait prise, qu’il était indécis, ne savait s’il devait se battre pour vivre, ou se battre pour mourir.

Il parlait des titans d’une façon étranges, prétextant que les titans n’avaient rien d’effrayant. Rashieka n’était pas du même avis, elle tiqua, un de ses sourcils se haussant légèrement à l’entente de la première réponse de Kristopher. Ce n’était pas parce que lui n’avait pas peur d’eux, que tout le monde ne devait pas en être effrayé. La lady elle-même savait que si un jour elle devait se retrouver face à un titan, elle n’en mènerait pas large et prierait le ciel de rester en vie. Mais tous deux n’avaient pas les mêmes capacités, ni les mêmes options, s’ils devaient faire face à un de ces géants. Kristopher était un soldat maniant l’équipement tridimensionnel, portant des armes faites dans le but de trancher ces monstres. Rashieka ne devrait compter que sur ses courtes jambes pour espérer vivre. Alors oui, elle avait peur. Elle craignait le jour où elle se retrouverait seule, devant l’atrocité. Et comme la plupart des civils, elle préférait ne pas y penser et oublier que cette possibilité puisse arriver, plutôt que passer sa vie dans le noir, à sursauter au moindre craquement du Mur.

Elle allait ouvrir la bouche pour partager son point de vue avec le soldat à la rose, quand il rajouta qu’elle devrait plutôt se méfier des autres êtres humains. Mais ce fut le geste qu’il réalisa en lui disant cela, qui la fit s’interroger. Kristopher venait de remonter son cache bouche en dardant un regard ennuyé, presque suspicieux, sur les autres clients présents dans le bar. Instinctivement, Rashieka glissa ses prunelles vertes sur la salle, puis reposa ses yeux sur le visage de Kristopher.
Et une nouvelle fois, elle crut voir une autre fissure sur les murailles glacées du palais de l’esprit du Loup. Il l’invitait timidement, la narguait presque, ne sachant pas sur quel pied danser. La laisser entrer, ou rester caché ? Au fond d’elle-même, la lady sentait qu’à la moindre faute, tout serait fini et elle le perdrait ; il lui claquerait la porte au nez et l’enverrait au diable. Si bien que comme elle sentait qu’il pouvait à tout moment se braquer, elle ne savait pas vraiment comment dire ou faire les choses. Il la troublait énormément dans sa façon d’être. Elle avait envie d’en savoir plus sur lui, de le mettre en confiance et de lui prouver que non, les autres ne sont pas toujours cruels et méchants, que l’humain peut être bon. Tout cela avec grande minutie et une profonde douceur.

Dans ses propres, il la mettait en garde. Se méfier des autres, et de ce qu’ils pouvaient lui faire. Oui, elle était d’accord dans un sens. Mais n’était-ce pas s’isoler que de penser de la sorte ? Si l’on craignait du mal des autres, la seule solution était de rester seul. Au moins, on était certain que personne ne pourrait nous atteindre. Mais le revers de cela, c’était que l’on se rongeait seul. On se tuait à petit feu. Et devant l’immense citadelle de glace du Loup, Rashieka se rendit compte que c’était ce qu’il avait choisi, la voix de facilité. La fuite. Il se disait n’ayant aucune peur, mais il était le plus lâche de tous. Il se disait cœur de pierre, mais il n’était que porcelaine.
Et inconsciemment ou non, il venait de lui révéler une de ses plus grandes peurs. Il n’était pas logique dans sa façon de faire et de procéder. Mais pouvait-on l’être dans son cas ? Rashieka ne savait pas trop quoi en penser. Elle était maintenant certaine qu’il avait eu une histoire difficile et compliqué, quelque chose qui fait mal au point de préférer s’isoler du monde plutôt que de le braver. Et à l’entendre parler, le monde qu’il observait n’était que désillusion.
Elle avait juste envie de le secouer, de lui ouvrir les yeux et de lui crier que le monde était beau. Le monde était beau malgré tout. Qu’il était toujours en vie, qu’il n’avait pas trente ans, et qu’il vivait encore. Que c’était une chance et que le malheur était derrière lui. Que malgré les titans, le faible espoir de survie de l’humanité, il fallait vivre et profiter de ce que le ciel lui avait donné.

Ce fut sans grande surprise qu’il lui retourna la question. Rashieka choisit la carte de la franchise, puisque c’était à celle-ci qu’elle était la plus fidèle. Elle prit son inspiration, dans un soupire, comme pour se donner un peu de force, puis répondit au jeune homme, le plus simplement possible.

« J’ai peur de perdre ceux que j’aime. »

Cela pouvait paraître un peu bête, mais après tout, c’était naturel. C’était ce qu’elle redoutait le plus : perdre un être cher. Elle se souvenait très bien du goût apre et amer dans sa bouche et dans son cœur, lorsqu’elle avait appris pour son oncle Kleiss. Elle avait eu beaucoup de mal à s’en remettre et elle n’imaginait même pas ce que cela serait si elle devait perdre un de ses cousins qu’elle considérait comme des frères. Ou Malice. Sa belle malicieuse. Rashieka vivait pour ceux qu’elle aimait, son cœur battait en accord avec les leurs, et chaque perte était un battement de rater, un pas de plus vers l’implosion.
Encore troublée par ses réflexions, la lady porta un regard brillant d’émotions dans les yeux gris de Kristopher. Un sourire vint étirer ses lèvres, comme pour balayer une bonne fois pour toutes ses pensées peu reluisantes. La vie continuait.

Elle se frotta les yeux, d’un geste rapide et discret, puis releva son visage vers le soldat.

« Sortons d’ici. » ajouta t-elle, presque dans l’urgence.

Rashieka se leva, but son verre d’une traite, laissa quelques pièces sur la table pour payer leur commande, et s’échappa à la chaleur pesante du bar. La fraîcheur de la nuit tombante lui claqua au visage et elle ferma les yeux quelques secondes en appréciant la sensation, revigorante. L’air semblait si pur, dans la nuit. Lorsqu’elle rouvrit ses paupières, ce fut pour regarder le ciel se parer de ses premières étoiles. Elle frissonna. Elle n’avait pas pris de veste ou de châle. Le vol de Flambeau et cette tournée dans le bar n’ayant pas été prévus, elle n’avait pas pensé qu’elle aurait besoin de quelque chose de chaud.
Rashieka soupira, de la buée s’échappant d’entre ses lèvres. Un fin sourire éclaira son visage, alors qu’elle plaçait ses mains tout devant, pour souffler encore de cette fumée blanche, dans un geste enfantin. Ses yeux verts restèrent fixés sur ses paumes un instant, avant qu’elle ne les glisse de nouveau sur le firmament, une pensée traversant son esprit fugacement.

Peut-être qu’elle aussi, c’était enfermée dans un Palais de l’âme.

_________________
❝ love is like war ❞
« soit comme un loup blessé qui se tait pour mourir, et qui mord le couteau de sa gueule qui saigne. »


rashieka s'exprime en #ff4c73
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1352-bamby-une-bombe-a-la-place-du-coeur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1358-rashieka-linkstopics http://falonasynae.forumactif.com/
Garnison

Masculin Messages : 154
Date de naissance : 04/04/1998
Date d'inscription : 17/01/2015
Age : 20
Localisation : wouaf
MessageSujet: Re: In trouble ; pv Kristopher Moreau [OUT]   Dim 1 Nov - 2:48

Rashieka prenait son temps pour réfléchir un moment avant de prendre une bouffée d'air et de dire d'une manière très simple, qu'elle avait peur de perdre ceux qu'elle aimait. Perdre les gens qu'on aimait... C'était déchirant, oui, elle avait raison. J'avais peur de ca. J'avais peur de perdre les gens que j'aimais, car je ne me pensais pas assez fort ni assez habile pour tous les protéger... Par le passé. Ils me manquaient, tous. Ils me manquaient terriblement. Mes parents. Mes amis. Ma sœur. Tous. La vie avait été plutôt cruelle, mais c'est dans ces moments-là que nous en ressortions fort. Mais... Mais à la fois, on dirait qu'ils ne me manquaient pas. Que je les haïssais pour m'avoir abandonné dans ce monde. M'avoir abandonné, seul, face a cette Humanité qui essayait de survivre a l'intérieur de ces Murs.

L'Humanité, je la haïssais en général. Nous sommes des êtres pathétiques, perfides, ayant des 'codes moraux' qui se briseront aux instants les plus chaotiques. Nous nous trahissions. Et je me haïssais moi-même... Car je n'étais pas assez fort pour avoir su les protéger. À la place, c'est eux-mêmes qui se sont trahis entre eux pour survivre, lors de ma période de captivité. Perdre les gens, a ce moment-là, alors qu'ils se tuaient entre eux sans que je ne puisse rien faire... C'était déchirant. Maintenant, que suis-je, moi ? Un survivant ? Tsk... Un mort-vivant, oui, je suis. Un mort-vivant qui n'arrive pas a laisser son passée derrière lui, car il n'arrête pas d'en faire des cauchemars.

Des petites larmes commençaient à perler dans ses yeux, remplis d'émotion, avant qu'elle se frotta les yeux et me dit sur un ton plutôt nerveux, soudain, de sortir d'ici. J'acquiesçais et l'accompagnais après qu'elle ait eu payer, rassuré qu'enfin, je puisse pouvoir rentrer au QG pour remettre cette liste a mon supérieur, voulant en finir avec ca. Une fois dehors, nous regardions les étoiles qui recouvraient le ciel d'un noir d'encre. Quand j'étais jeune, ma mère m'avait appris a reconnaitre certaine constellation qui se retrouvait dans le ciel à certains temps de l'année. Elle m'avait appris des tas de choses. Le savoir de mes ancêtres, la confection de certains objets, les rites, tout, elle m'a tout appris ce qu'elle savait. Et mon savoir favori était le ciel étoilé. Mes deux constellations, que je voyais heureusement, mes favorites, étaient présentes. Celle du Loup et celle du Petit Ours.

Le Loup était féroce, territorial, qui peut se montrer gentil envers les gens qu'il aime, mais se montrer le plus puissant des adversaires si on faisait du mal à sa famille tandis que le Petit Ours était joueur et amical, sociable et aimable. Enfin, c'Est-ce que disait ma mère... Elle était les deux, selon moi. Effrayante quand elle était en colère. Même mon père était d'accord avec moi... Un petit soupir s'échappait de mes lèvres et je tournais mon regard vers Rashieka

-Écoute, moi, je dois partir ou mon supérieur va me faire chier. Tu penses que tu pourras rentrer chez toi toute seule ou faut que je t'accompagne ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1145-kristopher-moreau http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1155-kristopher-moreau-un-predateur-difficile-a-apprivoiser
Commercant

Féminin Messages : 156
Date de naissance : 15/02/1996
Date d'inscription : 25/09/2015
Age : 23
Localisation : Weshland.
MessageSujet: Re: In trouble ; pv Kristopher Moreau [OUT]   Lun 2 Nov - 10:50

Ce fut sans grande surprise que Kristopher la rejoignit, dehors, sous le ciel constellé d’étoiles. A son tour, le jeune homme observait le firmament et semblait lui aussi absorbé dans sa contemplation. Tous les deux restaient silencieux. Flambeau releva la tête, aux côtés d’autres montures, en apercevant sa maîtresse, et il émit un faible hennissement, l’appelant. Tirant la lady de ses réflexions, elle glissa ses yeux verts sur le cheval pie, puis se tourna vers le soldat à la rose, qui se tenait toujours à ses côtés. Elle ne dit rien, détaillant les traits de son visage, éclairé par les quelques lanternes que l’on allumait pour la nuit. L’obscurité les avalait et bientôt, ce fut une nuit sombre d’automne qui les entourait.

Kristopher soupira, de la buée blanche s’échappant d’entre ses lèvres. Il se tourna à son tour vers la jeune femme, et lui adressa quelques mots, lui demandant si elle désirait qu’il la raccompagne. Il devait filer, rejoindre le QG des garnisons avant de se faire tirer les oreilles par ses supérieurs. Rashieka darda ses prunelles d’émeraude dans les siennes.
Elle n’était plus une enfant. Elle se débrouillerait toute seule, comme elle l’avait toujours fait depuis cinq ans. Elle était une femme indépendante et forte. Du moins, elle le pensait. Un léger sourire étira ses lèvres rosées, avant qu’elle ne réponde au soldat, déclinant poliment sa proposition. Il avait des choses à faire, elle ne voulait pas le mettre en retard, ou lui attirer plus de soucis. Et puis, elle connaissait le chemin maintenant. Malgré l’obscurité et le danger qu’elle courrait, même de jour, étant une demoiselle, elle rentrerait seule.

« Ça ira, merci. »

La lady descendit les quelques marches la séparant de Flambeau. Elle dénoua les rênes attachant l’animal et le guida jusqu’au milieu de la rue. Vérifiant le sanglage de la selle, et les attaches des paquets que l’étalon portait sur lui et qu’elle avait acheté plus tôt dans la journée, elle passa ses doigts fins dans les crins blonds, ne disant mot. Elle n’aimait pas les au revoir, elle n’était pas douée pour ce genre de choses.
Elle se tourna néanmoins vers le soldat et lui sourit.

« Rentrez bien, Kristopher. »

Prestement, elle mit un pied à l’étrier et se hissa sur le grand cheval, avant de le faire volter dans la bonne direction. Elle allait talonner les flancs de l’animal pour lui faire prendre le pas, quand elle changea d’avis pour adresser encore quelques mots au jeune homme.

« Merci encore, de m’avoir aidé. » dit-elle en glissant ses yeux de haut en bas sur la silhouette du soldat. « Bonne nuit. »

Rashieka pressa ses talons et sa monture prit le pas, s’enfonçant dans la rue, entre les lanternes qui allumaient à peine son chemin. Cette nuit était brumeuse, mais c’était une ambiance particulière qui plaisait à la lady. Bercée par les pas de Flambeau, elle leva une nouvelle fois son regard sur le ciel plein d’étoiles, d’une noirceur inégalée. Elle frissonna, et pensa qu’à se prochaine sortie, peu importe l’heure et le temps, elle n’oublierait pas de prendre avec elle une veste ou une couverture chaude. Cachant ses mains sous la crinière de son destrier pour les réchauffer, elle glissa ses yeux verts droit devant elle et claqua de la langue, prenant le trot. Elle avait une longue route à faire.

_________________
❝ love is like war ❞
« soit comme un loup blessé qui se tait pour mourir, et qui mord le couteau de sa gueule qui saigne. »


rashieka s'exprime en #ff4c73
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1352-bamby-une-bombe-a-la-place-du-coeur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1358-rashieka-linkstopics http://falonasynae.forumactif.com/
Garnison

Masculin Messages : 154
Date de naissance : 04/04/1998
Date d'inscription : 17/01/2015
Age : 20
Localisation : wouaf
MessageSujet: Re: In trouble ; pv Kristopher Moreau [OUT]   Mar 3 Nov - 3:50

Le cheval appelait sa maîtresse faiblement, mais la dresseuse de cheveux me regardait ensuite dans les yeux, déclinant l'offre que je lui faisais avec un sourire au visage. Bon, tant pis, elle n'est plus entre mes mains et ce sera a elle de se débrouiller a présent s'il y avait un problème. De toute façon, selon ce que j'avais vu, elle aurait au moins une chance de s'en sortir en cas de pépin, car, même si elle ne savait pas vraiment se battre, elle n'allait pas se laisser faire si des agresseurs voulaient lui faire du mal. Une vraie femme qui ne se laissait pas faire. Dans ce monde, c'était assez chiant pour les femmes... Beaucoup ne savaient pas se battre et beaucoup étaient soumises. Il ne devrait pas y avoir d'inégalité comme ça. Les femmes étaient aussi bien que les hommes.

Rashieka s'approchait de Flambeau, dénoué les rênes qui étaient attachées a un poteau et l'amenais ensuite sur la rue, vérifiant les sacoches et la selle pendant un moment avant de se retourner vers moi, l'air hésitant, mais me souhaitait de rentrer au QG sans malheur. Elle ne devait pas être bonne pour faire les au revoir. Moi, je me contente simplement d'un 'salut' ou d'un 'va te faire foutre', ça dépendait de qui je n'aimais pas. Ce qui veut dire a peu prés tout le monde. Et là, je n'avais pas vraiment envie de lui dire ça car je ne voulais pas perdre plus mon temps. Elle montait sur son cheval et allait le talonner avant qu'elle ne me remercie encore et qu'elle me souhaite bonne nuit. Je hochais de la tête et la vit s'éloigner au loin avant de me diriger vers le QG. Une bonne nuit, hein...? Si seulement cela se pouvait...

Après avoir arrivé au QG, je vis que mon supérieur était endormir, ivre mort avec ses copains, a mon grand bonheur, je n'aurais pas à faire affaire à ce crétin. Je mis la liste sur la table et me dirigeais vers ma chambre. Une fois arrivé là-bas, je fermais la porte de ma chambre et m'allongeais sur mon lit, un soupir s'échappant de mes lèvres tandis que je sombrais dans mon monde onirique... Froid... Et sombre...

Fin du RP:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1145-kristopher-moreau http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1155-kristopher-moreau-un-predateur-difficile-a-apprivoiser

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: In trouble ; pv Kristopher Moreau [OUT]   

Revenir en haut Aller en bas
 

In trouble ; pv Kristopher Moreau [OUT]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Hope is Dead : Kira Takumi & Trouble VS Mina Luvia
» Trouble mnémonique ou mnémotechnique,la methodologie du mensonge politique
» JEANNE MOREAU
» Commotion cérébrale pour Kristopher Letang
» GUSTAVE MOREAU

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shingeki No Kyojin RPG :: District de Trost-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit