Partagez | 
 

 Et des étoiles à la terre ▬ Rivaille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Noblesse

Féminin Messages : 38
Date de naissance : 20/10/1993
Date d'inscription : 17/09/2015
Age : 25
Et des étoiles à la terre ▬ Rivaille Empty
MessageSujet: Et des étoiles à la terre ▬ Rivaille   Et des étoiles à la terre ▬ Rivaille EmptyJeu 1 Oct - 16:08

Elle triture nerveusement son jupon, il est assez relevé, mais trop long. Le genre de robe chiffon d’un bleu délavé qui ne lui va pas à la taille, qui s’emmêle dans ses gestes, qui la fait briser bien des choses. Et Malice triture la maladresse tisseuse, de ses petits doigts usés par le lavage, elle se remémore la scène, le regard partagé entre la honte et la recherche de courage. Tu fais bien peur, monsieur caporal, tu n’as rien fait pour, au fond, cette peur vient de sa honte, vient de l’idée de t’avoir énervé. Malice est facilement influençable, elle imagine tant de scènes. Et elle triture son jupon, elle triture, et triture.

Il fait encore jour, le soleil brille à peine à travers les fenêtres nettoyées. Il reste quelques traces dessus, ce n’est pas mon œuvre, je me suis occupée du parquet aujourd’hui ! Je regarde la scène de loin, de mon bout de mur favori, de ma position favorite, un peu penchée, persuadée d’être cachée. J’aimerai bien avoir le courage de Délice, en cet instant, y aller d’un pas décidé, et ne pas avoir l’air d’une profonde idiote faisant tâche dans le paysage.

Elle secoua la tête. Ce n’était pas le moment de se dénigrer, c’était le moment de te parler. Mais dès qu’elle trouva le courage de lever son pied, le souvenir de son excessive joie à ton encontre lui revint en plein visage, le doigt pointé vers elle. Regarde ta gourde, dès qu’il te verra, il t’engueulera ! Ha… Si cela c’était passé autrement, elle ne serait pas restée vingt minutes derrière ce mur. Surtout que ses cheveux dépassaient, que les gens la voyaient. Mais elle, elle tenait sa tête dans ses mains, et maugréais quelques insultes à son égard.

On ne peut pas m’en vouloir ! Son visage n’est pas placardé sur tous les coins du mur Sina, et je ne l’avais jamais rencontré… J’ai une bonne excuse ! En avait-elle une aussi pour l’avoir traité de petit et avoir exprimé sa joie ? Ce n’était pas contre lui, on le sait Malice, elle ne dirait jamais de méchancetés sur quelqu’un. Simplement que dans toute sa vie, c’était le premier homme qu'elle croisait qui était plus petit qu'elle, et un centimètre ça compte. Je lui ai fait un câlin pour un centimètre… Un centimètre… Pour un centimètre. J’ai été tellement impolie…

« Un centimètre… » furent les deux mots qui sortirent de ses lèvres, cela en était comique.

Désolé caporal, attendez encore trente minutes, et elle devrait se décider à faire un pas, ou deux ; on peut rêver.

Puis, Malice étira un sourire presque cynique, il n’allait pas à son faciès angélique. Non, elle semblait comme nostalgique. Elle repensait à Délice, au vrai, à celui qui la pousserait dans le dos, qui l’encouragerait d’y aller, de poser ses questions, de se proposer pour la moindre aide même inutile ! Car c’est ta force Malice, dirait-il. Seulement, Délice n’était pas là, et elle ferma les yeux, pour sortir de cet état d’esprit. Il n’apporterait rien de bon, ni à elle, ni à ses compagnons.

Malice vit les soldats passer, elle leurs fit un signe de paume, en guise de salutation, puis prit son courage à deux mains. Rester là ne lui donnerait pas réponses à ses questions, ni la possibilité de s’excuser. Elle ferma ses poings, regarda son reflet dans la vitre, ses yeux hésitants, sa chevelure un peu emmêlée à cause de la journée, puis elle s’efforça d'étirer un sourire rassurant, pour elle-même, pour les autres, ce sourire un peu niais dont on aimait rire.

Malice, elle finit par s’avancer vers la silhouette du caporal de l’autre côté du couloir, elle était pieds nus, elle ne faisait pas trop de bruit, elle longeait le mur, un peu contractée dans sa pauvre musculature. Malice, ses cheveux traîneraient presque au sol, tandis que son cœur tambourinait à ses tempes. Elle s’en voulait tellement de sa gaffe, c’était terriblement embarrassant. Alors, plus elle avançait, plus elle pensait à ses doutes, à ses peurs et à sa conviction.

Prenez garde Caporal, une serpillère blonde sauvage apparaît !

« Capo… Po… ? »

Le "ral" ne se décida pas à s’extirper de sa gorge. J’ai tellement été impolie ! Il va me tuer avec ses yeux fusils ! Malice, reprends-toi, tu es une adulte maintenant et… Et tu fais un centimètre de plus que lui, voilà ! Elle aurait aimé une autre rencontre, une où elle le remercie de l’espoir qu’il apporte, de l’admiration qu’elle lui voue comme beaucoup, et du courage qu’elle y trouve. Ce n'est rien dit comme ça, il doit être habitué, mais elle voulait l'exprimer, car dire aux gens qu'ils sont géniaux, c'est sa spécialité, c'est son petit métier, c'est sa façon de croire que ce genre de mots peut faire la différence dans le cœur des gens. Mais Malice n’a pu dire ça, non, elle n’a pas pensé, elle a été excessive, comme d’habitude.

La petite blonde jouait avec ses propres doigts, et chercha sa voix pour paraître plus assurée, peut-être un peu trop.

« CAPORAL ! » s’exclama-t-elle trop fort.

Elle ferma ses lèvres, changea la tonalité pour reprendre d’une voix plus normale mais toujours avec son hésitation habituelle, et son horrible gourde en tête.

« Je… Je peux vous parler un instant, ou… Je vous dérange ? »

Ah, cette fois-ci elle ne le tutoyait pas, en même temps elle n’était pas excitée comme une puce. Malice attendit, s’attendant déjà à un refus, à un vent pur et dur qu’elle aurait mérité. Puis elle repensa à Eren, aux titans, au jugement, à toutes ces choses nouvelles, aux tragédies des uns, aux pleurs des autres, et son regard se fit légèrement plus triste et humide. Finalement, Malice ne veut pas d’un refus, elle veut son attention, sa conviction, sa certitude, ses informations, lui demander comment aider, et surtout : s’excuser.

_________________

Et des étoiles à la terre ▬ Rivaille 111031060901506751
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1344-let-s-add-a-touch-of-malice-terminee#8622 http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1347-once-upon-a-dream-oo-malice-s-relationships#8662
Exploration

Féminin Messages : 358
Date de naissance : 23/09/1997
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 21
Localisation : Te faire chercher c'est bien mieux.
Et des étoiles à la terre ▬ Rivaille Empty
MessageSujet: Re: Et des étoiles à la terre ▬ Rivaille   Et des étoiles à la terre ▬ Rivaille EmptySam 3 Oct - 0:08

Cela faisait un moment que Rivaille n’était pas resté au QG, ou plus précisément dans les bureaux. Dernièrement il avait presque passé sa vie dehors si on pouvait dire les choses ainsi. Cela faisait du bien d’être plus ou moins au calme même si ça fourmillait de partout avec les gens qui allaient et venaient dans les couloirs inlassablement. Un flot en continue de personnes, tel une colonie de fourmis travailleuses. Voilà comment on pouvait considérer les humains si ce n’était pas comme du bétail. Le Caporal avait de la paperasse à remplir, chose qui faisait longtemps et qui le reposait parce qu’il était au calme dans son bureau, loin de s’énerver ou de perdre patience avec quelqu’un.

Pourtant en remplissant lesdits papiers, toujours plus ennuyant les uns que les autres soit dit en passant, il réfléchissait. Enfin non, pour être exact, il songeait au passé. Pas à son passé de voleur dans les souterrains. Non il songeait à quelque chose de bien plus récent, qui s’était passé il y a quelques mois. Quelque chose qui l’avait réellement surpris. Et qui l’amusait à chaque fois qu’il y pensait. Ca arrivait rarement que Rivaille soit amusé par quelque chose mais là ça avait été le cas. Il ne se souvenait plus des circonstances exactes mais il savait qu’une demoiselle à la chevelure dorée était venue lui faire un câlin.

Comme ça, gratuitement alors qu’il ne s’y attendait pas ni rien. Cela avait eu un aspect comique sur le moment, le petit soldat n’avait pas su comment réagir alors il n’avait rien dit et la pauvre jeune fille avait dû se sentir mal. En même temps, vu ce qu’elle avait fait et quand elle avait réalisé à qui elle faisait un câlin… Décidément elle n’avait pas eu froid aux yeux. Un peu comme Isabel d’ailleurs, mais ce n’était pas ça le plus important. Cela faisait des mois qu’il ne l’avait pas revue, même s’il devait l’avouer que sa proximité, son détachement, son naturel avait quelque chose de… Plaisant. Non pas que Rivaille ne ressente un sentiment pour elle ou quoique ce soit, elle était bien plus jeune que lui. Pourtant quelque part, il l’appréciait.

C’était un sentiment assez spécial aux yeux du Caporal qui avait rarement ressenti ça, ou du moins ça faisait depuis bien longtemps que ce n’était pas arrivé, qu’une personne puisse lui attirer autant de sympathie. Il fallait aussi préciser qu’il connaissait son nom à cette demoiselle imprudente. Malice. Comment il le savait ? Parce qu’il connaissait son frère avec qui il avait déjà parlé une fois ou deux. Le soldat n’était pas du genre à aller retrouver les personnes comme ça, mais il avouait que quelque part, ça lui ferait plaisir de la revoir. Elle lui rappelait sa défunte amie… Bien entendu il faisait la part des choses. Malice n’était pas Isabel, à aucun moment, elles se ressemblaient sur le plan du caractère où les deux étaient toujours naturelles, quelque soit l’avis des autres.

Un soupir s’échappa des lèvres du Caporal alors qu’il regardait distraitement ses feuilles. Depuis combien de temps cela s’était passé ? Il ne saurait dire exactement, mais en tout cas plusieurs mois facile. Il s’en était passé des choses en quelques mois… Entre sa rencontre avec une albinos, une mission dans les souterrains, une autre mission hors des murs, une autre rencontre… Après quoi il avait été malade, avait eu une altercation avec un membre des Licornes puis une autre altercation avec une gamine. A se demander quand est-ce qu’il vivait. Jamais ?

Rivaille se laissa retomber contre le dossier de sa chaise en pensant à tout ça. Il s’était vraiment passé beaucoup de chose depuis le procès d’Eren. Malgré les murs qui les enfermaient tous, il fallait avouer qu’il y avait toujours de quoi faire et jamais le Caporal n’avait trouvé le temps de se reposer réellement. Même quand il était allé voir Lains pour une histoire de surmenage, il avait continué à travailler. Moins, certes, mais il avait continué. Parce qu’il ne pouvait pas se permettre de glander ou se la couler douce.

Au bout d’un moment, Rivaille décida d’aller faire un tour pour se dégourdir les jambes et aller prendre l’air surtout, pour ne pas rester enfermé toute la journée. C’était barbant et un peu gonflant de rester assis en tête à tête avec des feuilles, mais ça, il y était obligé, même si c’était barbant. On remerciait Erwin aussi au passage, hein, c’est lui qui refilait du boulot au Caporal, du moins principalement. Il ne pouvait plus se permettre de l’envoyer balader maintenant qu’il n’était plus malade. Quel dommage. Le soldat fini donc par quitter l’endroit de son malheur, soit son bureau. Il était décidé à sortir.

En marchant dans le couloir, au bout de quelques instants à peine, il entendit quelqu’un l’appeler. Rivaille su très rapidement que ce n’était pas vraiment pour le travail puisque la voix était féminine et un peu trop forte pour être discrète. Il ne disait pas non plus qu’il n’y avait pas de femmes au sein du Bataillon d’Exploration, seulement elles étaient plus discrètes. De plus cette voix lui disait quelque chose, quelque chose de familier qui lui revenait en tête. Il se retourna pour confirmer ses doutes et il s’avérait que c’était bien ça. Enfin plus précisément, c’était bien elle. La demoiselle blonde qui lui avait fait un câlin comme ça. Malice.

Elle se rapprocha rapidement de lui avant de lui demander si elle le dérangeait. Elle semblait un peu plus timide, plus calme que la dernière fois, peut-être à cause de son erreur. Enfin ce n’était pas vraiment une erreur, simplement une… Une boulette en fait. Voilà, on peut dire ça comme ça. Avant même qu’il ne réponde, il posa une main sur sa tête. Rivaille avait noté son regard qui venait de changer. C’était léger mais le brun l’avait vu, parce qu’il observait la jeune fille.


"Tu ne vas pas pleurer quand même ?"

Son ton n’était pas froid ni cassant, ni ironique ni rien. Simplement… Normal. Comme si ça lui faisait plaisir de lui parler et de la revoir. Son visage était toujours inexpressif, mais dans sa voix ça se sentait légèrement qu’il était bien. Le plus important dans tout ça c’était qu’il n’en voulait pas à Malice mais ça, il lui dira si elle évoquait sa boulette. Il retira sa main pour la regarder.

"Non tu ne me déranges pas, tu voulais me parler ?"


Après tout si elle était là, c’est parce qu’elle voulait quelque chose, sûrement. Même si ça l’étonnait un peu qu’elle se soit déplacée pour le voir. Enfin, il n’avait qu’à attendre ses explications.

_________________
Et des étoiles à la terre ▬ Rivaille 875432tumblrmtvze96VVO1re09ifo1500
Je vous parle en steelblue ~


Dernière édition par Caporal Rivaille A. le Lun 1 Fév - 1:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1181-changement-de-personnage-pour-rivaille-terminee http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1178-corporal-s-relationships#7519
Noblesse

Féminin Messages : 38
Date de naissance : 20/10/1993
Date d'inscription : 17/09/2015
Age : 25
Et des étoiles à la terre ▬ Rivaille Empty
MessageSujet: Re: Et des étoiles à la terre ▬ Rivaille   Et des étoiles à la terre ▬ Rivaille EmptyDim 4 Oct - 21:02

On dirait un animal qui se fait rassurer. Malice, elle sent cette grande main calleuse sur sa tête, elle est un peu lourde, lourde de surprise et d’une certaine chaleur. C’est contagieux, ça traverse son crâne, son visage et ça lui chatouille les doigts de pied, ça lui fit écarquiller ses yeux déjà bien ronds. Elle ne s’attendait pas à cela de la part du caporal, non, elle pensait que tu allais te détourner d’elle. Et pourtant, tu restais là malgré sa gourde, et tu répondais à son appel silencieux. Malice était heureuse, il lui en fallait peu, simplement ton écoute pour ce coup. Elle était naïve, et elle comprenait ce genre de mots. Ne pas pleurer, cette question lui fit étirer un petit sourire, pas de celui timide, de celui plein de franchise. Il était clairvoyant le Caporal, à n'en point douter !

Tu étais heureuse, ta dent du bonheur apparut timidement tandis que ce sourire s’étirait de plus belle, tu ne l’empêchas de faire son apparition, il était trop fort devant ta volonté dégradée ! Non, tu ne pleurerais pas. Pourquoi ? Car les gens seraient tristes. C’était agaçant, Malice. La nobliette prit un ton plus assuré cette fois-ci, les mains ancrées sur ses hanches, bien décidée à ne pas plier :

« Bien sûr que non ! Je ne pleure jamais ! »

C’était une menteuse, et c’était une taquinerie. Elle avait pleuré, elle pleurait souvent, on pouvait le dire. Pleurer de rire, pleurer pour les autres, pleurer un souvenir, pleurer simplement quelque chose. Mais jamais pour elle. Malice le savait, et ça s’entendait dans sa voix. Elle oublia quelques instants cette gourde monstrueuse d’il y a quelques mois. Le plus important était de prouver qu’elle ne pleurerait pas, pas devant lui. Et puis, ce serait embarrassant, sa honte se multiplierait par dix ! Mais la jeune femme avait compris, tout simplement, par ce geste malgré ce regard imperturbable, que le Caporal Rivaille n’était pas le grand petit monsieur qui faisait peur et que, d’une certaine manière, elle avait son écoute. Oui. Et maintenant quoi ?

Malice garda son sourire, regarda à droite, à gauche. Elle ne le dérangeait pas, mais ce geste et l’encouragement qu’il lui avait prodigué… Lui avait fait perdre les multiples speech qu’elle avait en tête.

« Euh… » sortit-elle, bien inspirée.

Devant sa propre idiotie, Malice rentra la tête dans ses épaules, dans une posture bien moins fière, sortit un petit rire gêné, se gratta l’arrière de la tête, un peu plus hésitante et le sourire embarrassé : « A vrai dire, je ne sais pas par où commencer… Héhé ! »

Tu soupiras, attrapant une poignée de ta chevelure d’une main, comme pour prier le dieu de la mèche mordorée de te donner l’inspiration, puis tu regardas le dehors. Malice ne savait par quoi commencer, elle repensa à sa gourde, elle pensa au ciel bleu dehors et c’est avec un naturel déroutant qu’elle ajouta : « Allons dehors, je trouve que l’air y est moins lourd qu’à l’intérieur ! Et j’ai envie de prendre le soleil, pas vous ? »

Parce qu’il était rare de le voir dans les locaux, parce qu’il avait l’habitude du dehors, Malice le voyait ainsi, son œil interrogateur dans les siens de fusil, puis elle sentit la honte lui monter aux joues et c’est avec la sincérité du monde qu'après un demi-silence, elle s’inclina à demi et ajouta :

« Je suis tellement désolée ! »

Tu aurais aimé avoir le charisme de ces belles dames s’excusant, tu avais juste la fébrilité d’une enfant prise sur le fait. Tes yeux ne respiraient pas l’orgueil, simplement la tristesse de ta bêtise, et tu ajoutas avec ta peine aussi agaçante que vive :

« Je ne voulais vraiment pas vous manquer de respect, il y a quelques mois ! C’est juste que… Ha, je n’ai jamais rencontré un homme plus petit que moi, et je ne vous ai jamais rencontré aussi, du coup je ne savais pas et… » Reprenant une position droite, elle argumentait de ses mains, de ses bras et son visage reflétait mille émotions. « Je suis du genre un petit peu excessive, j’étais tellement heureuse ! Je sais qu’un centimètre c’est peu, mais je n’ai pas pu me retenir, ce n’était pas de la moquerie ! Alors je vous ai fait un câlin et je comprendrais totalement que vous soyez encore en colère, et je ne savais pas comment vous demander pardon, même là  je ne sais pas ce que je dis ! Et enfin […] Bref, voilà. » Ses mains se rejoignirent devant sa robe, et son long et lourd discours se finit par un piteux : « Désolée. » Et des yeux de chien battu. Malice, tu étais un numéro… Pas fabuleux. Divertissant.

_________________

Et des étoiles à la terre ▬ Rivaille 111031060901506751
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1344-let-s-add-a-touch-of-malice-terminee#8622 http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1347-once-upon-a-dream-oo-malice-s-relationships#8662
Exploration

Féminin Messages : 358
Date de naissance : 23/09/1997
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 21
Localisation : Te faire chercher c'est bien mieux.
Et des étoiles à la terre ▬ Rivaille Empty
MessageSujet: Re: Et des étoiles à la terre ▬ Rivaille   Et des étoiles à la terre ▬ Rivaille EmptyMar 13 Oct - 21:58

La jeune femme lui affirma qu’elle ne pleurait pas. Rivaille y croyait moyennement mais soit, il la croyait. Après tout une femme se vexait rapidement quand on la contredisait… Enfin cela dépendait des femmes bien entendu mais certaines préféraient rester fières, et elles avaient bien raison. De toute manière ce n’était pas le genre de la maison de se moquer des uns ou des autres, même gentiment. Voilà pourquoi il n’insistait pas lorsque Malice lui avait dit ça. Ensuite quoi ? Elle restait silencieuse, comme si elle ne savait pas où ni par quoi commencer. Le Caporal les voyait, ses changements d’expression, signe qu’elle semblait un peu stresser. Pourquoi ? Au fond il ne savait pas.

Pourtant Rivaille ne broncha pas, il n’allait pas parler tant que la demoiselle devant lui ne lui aurait pas dit ce qu’elle voulait lui dire, il n’allait pas la forcer ni s’impatienter. Encore ça lui serait sans doute arrivé s’il n’avait pas pu encadrer la personne en face ou qu’il n’était pas de bonne humeur. Là ça allait à peu près à vrai dire. Puis Malice lui proposa d’aller dehors, chose qu’il accepta naturellement parce qu’il préférait rester dehors après tout. De plus c’était toujours mieux que de rester à l’intérieur. Il allait tourner les talons pour quitter les locaux avec elle mais quelque chose l’en empêcha. Enfin pour être exact, c’était l’attitude de la jeune blonde qui était intrigante.

Elle disait qu’elle était désolée. Le brun haussa un sourcil en se demandant pourquoi, mais il ne tarda pas à connaître la réponse. Elle parlait de cette fois, il y a quelques mois… Le jour où ils s’étaient rencontrés, où Malice était venue lui faire un câlin pour une histoire de taille. Certes, le Caporal avouait qu’il avait été surpris mais il ne l’avait pas mal pris pour autant. Cependant il écouta silencieusement tout le speech de Malice qui ne semblait pas s’en finir et il retint un soupir. A un moment il décrocha même de ce qu’elle disait parce qu’elle partait trop loin pour cette histoire. Quand elle eut enfin terminé, Rivaille la regarda en croisant les bras.


"C’est bon, tu as terminé ?"

Pour être sûr qu’elle n’en rajoute pas une couche parce qu’il venait d’avoir sa dose d’excuses pour la journée, en plus pour quelque chose qui s’était passé il y a un moment donc pour l’avouer avant aujourd’hui, il n’y avait pas trop pensé mais là ça lui était revenu en tête, inexplicablement et aussi il la revoyait le même jour. Coïncidence ? Sans doute. Parce que Rivaille ne croyait pas vraiment à tout ce qui était fatalité, destin et compagnie. Il croyait en ce qu’il voyait, et souvent ce qu’il voyait n’était pas bien joli. Là n’était pas la question, qu’il décroisa les bras avant de soupirer.

"Tu penses encore à ça ? Si je ne suis pas venu te casser la gueule c’est que je ne l’ai pas si mal pris, tu ne crois pas ?"

Raffiné, c’était tout ce qu’il y avait à dire. L’homme de petite taille n’était pas réputé pour être poli alors il n’allait pas faire exception, après tout comme on disait, chassez le naturel et il revient au galop. Suite à ça il entraîna Malice avec lui pour aller dehors. Non, il ne lui en voulait pas, il aimerait presque que la demoiselle ne pense à autre chose. Enfin, maintenant on pouvait vraiment dire qu’elle avait vidé son sac, même si Rivaille ne doutait pas qu’elle pouvait repartir dans une longue tirade comme ça. Décidément les femmes se prenaient trop la tête pour rien par moment… Pas que les femmes certes, mais celles-ci restaient un mystère pour le Caporal. Alors il ne cherchait pas vraiment, de plus il n’avait pas que ça à faire en fait.

Ils finirent par aller tous les deux dehors pour respirer un peu l’air frais de la journée. Les gens allaient et venaient, vaquaient à leurs occupations quelles qu’elles soient, comme une journée normale. Tout était calme, il faisait assez beau. Pourquoi Rivaille sentait que ça n’allait pas durer ? Parce qu’il savait tout simplement qu’ils vivaient tous entre des murs et que la protection n’était qu’éphémère. Restant pensif un instant, il fini par tourner les yeux vers la jeune blonde.


"Arrête d’être désolée, il y a des choses bien plus graves dans la vie."

C’était vrai après tout. Disait-il ça parce qu’il venait juste d’y penser ? Sans doute oui, parce qu’il n’avait pas envie que Malice ne se prenne la tête pour une histoire de taille, de câlin et compagnie, ça n’en valait pas vraiment la peine et puis franchement, ce n’était vraiment pas grave, il n’y avait pas mort d’homme. Donc il espérait vraiment au fond qu’elle se calme et qu’elle passe à autre chose parce qu’il n’avait pas envie de lui faire comprendre que ce n’était vraiment pas grave.

"Allez, arrête aussi de penser à ça, tu te fais du mal, je t’ai dit, tu es pardonnée."

Il lui jeta un regard avant de lui ébouriffer de nouveau les cheveux, presque affectueusement. Nul doute qu’elle n’aurait pas envie qu’il la décoiffe mais là elle le cherchait avec ses excuses et son speech travaillé, ou pas même, uniquement improvisé… Tout ça pour dire qu’il trouvait Malice amusante, parce qu’elle n’avait pas non plus peur de dire ce qu’elle pensait même si elle avait du mal à démarrer. Qu’elle garde sa fraîcheur parce que cela faisait du bien de parler avec elle, comme s’il n’y avait même pas de prise de tête ni rien. Et ça c’était bien. Rivaille leva les yeux vers le ciel un instant en attendant la réponse de la jeune fille.

_________________
Et des étoiles à la terre ▬ Rivaille 875432tumblrmtvze96VVO1re09ifo1500
Je vous parle en steelblue ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1181-changement-de-personnage-pour-rivaille-terminee http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1178-corporal-s-relationships#7519

Contenu sponsorisé

Et des étoiles à la terre ▬ Rivaille Empty
MessageSujet: Re: Et des étoiles à la terre ▬ Rivaille   Et des étoiles à la terre ▬ Rivaille Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Et des étoiles à la terre ▬ Rivaille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Peu importe que les étoiles dont la lumière nous parvient soit mourante ...
» tremblement de terre haiti
» Un temple sous terre [PV Kusari]
» 7.0 earthquake hits Haiti / Puissant tremblement de terre en
» ? Toiles d'araignées et fumée...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shingeki No Kyojin RPG :: Bureaux-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit