Partagez | 
 

 Wild ; pv Neyalis Arzen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Commercant

Féminin Messages : 156
Date de naissance : 15/02/1996
Date d'inscription : 25/09/2015
Age : 22
Localisation : Weshland.
MessageSujet: Wild ; pv Neyalis Arzen   Jeu 1 Oct - 17:53

Rashieka voulait s'envoler. Comme un oiseau, elle déploierait ses ailes et s'élancerait par la fenêtre, dans l'infinité d'un ciel bleu parsemé de quelques nuages cotonneux et blancs comme neige. Elle profiterait des courants chauds pour surplomber les murs et les districts, la ville sous elle, et s'étendant à perte de vue, ce serait le monde extérieur qui s'offrirait à elle. La brise fraîche ferait danser ses cheveux flamboyants et caresserait ses ailes brunes avec la douceur de la main d'une mère sur le visage de son enfant. Elle serait fille de la liberté, libre comme l'air et rien ni personne ne pourrait l'enchaîner à la terre. Elle côtoierait les colombes, les grands rapaces et découvrirait même quelques chimères tout là haut dans le ciel. Elle rêverait de toucher le soleil et de se poser sur la lune, de voler des plumes aux étoiles. Elle serait hors d'atteinte de l'humanité, de ses responsabilités, et de la vie. Elle s'enfuirait ainsi, dans l'immensité de l'azur, sans frontière.

Peut être qu'elle découvrirait un monde nouveau, au delà des murs. Un monde d'eau, ou de terre, liant le ciel et l'horizon. Un monde où la nature serait divine et maîtresse de la vie, un monde déshumanisé, dont la vie cruelle sévirait sans justice, sans contrainte. Un monde où les arbres seraient aussi grands que trois maisons, un monde où les plaines seraient infinies, et où le soleil brûlerait la peau. D'aventures, de peurs et de craintes, d'excitation, un monde sauvage dont elle enviait la liberté.

Et peut être qu'elle était naïve de croire qu'elle pouvait fuir sa vie, tout cela. Une sensation oppressante l'avait poussée à faire ses bagages et prendre des vivres. Tout ce qu'elle désirait, c'était oublier, pour quelques temps, quelques instants, les fatalités du monde dans lequel elle existait. Vivre simplement, se sentir, se ressentir. Elle fuit un soir, alors que la lune grimpait dans le ciel, sur le dos de son vieil ami Archibald. Oh, il en avait vécu des choses, lui. Peut être bien que si sa robe avait blanchi, c'était à cause de tout ce qu'il avait pu voir.

Caressant la longue encolure de l'étalon, Rashieka évoluait entre les arbres d'un bois, quelque part à l'intérieur du mur Rose. Elle lui murmura des mots d'amour, et il tourna ses oreilles vers elle quelques instants, avant de porter de nouveau son attention sur les alentours. Parfois, elle enviait la facilité de penser des animaux. Ils semblaient dépourvus de méchanceté, manger et dormir au chaud leur suffisait. Elle soupira, et leva son visage vers la cime des arbres. Cela faisait une journée qu'elle randonnait, et le soleil se couchait, dardant des couleurs majestueuses sur la toile céleste. Elle sourit. C'était beau.

Quelques heures plus tard, il faisait nuit noire. Près du feu qu'elle avait allumé, Rashieka se tenait assise sous sa couverture et perdait son regard dans les flammes dansantes dont les lueurs se reflétaient dans ses prunelles d'émeraude. A cet instant, elle ne pensait à rien. Son esprit se vidait, et cela lui faisait le plus grand bien. Loin de l'élevage, loin des hommes, loin des femmes, loin du brouhaha incessant, loin des journées qui n'en finissent plus, loin des comptes débités, loin de l'angoisse de l'avenir. Elle oubliait tout.
La jeune femme posa sa tête sur ses genoux et ferma les yeux, somnolant, l'esprit presque tranquille. Oh, elle savait que cela aurait une fin, que ce n'était qu'un pauvre moyen pour elle de refaire le point et de souffler un peu. Elle ne pouvait pas tout fuir indéfiniment, et elle ne le voulait pas, de toutes façons. Mais parfois, les choses devenaient si lourdes et si compliquées qu'elle en avait tout simplement marre. Alors, elle profitait un maximum de ces instants de douceur et de tranquillité, où elle était seule avec elle-même, et la nature.

Archibald renacla. Rashieka ouvrit les yeux.
Il y avait du mouvement autour de son camp. Délicatement et discrètement, elle prit son couteau de chasse dans sa main gauche, et ne bougea plus, faisant mine de ne se douter de rien. A la moindre attaque, elle était prête à répliquer.

_________________
❝ love is like war ❞
« soit comme un loup blessé qui se tait pour mourir, et qui mord le couteau de sa gueule qui saigne. »


rashieka s'exprime en #ff4c73
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1352-bamby-une-bombe-a-la-place-du-coeur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1358-rashieka-linkstopics http://falonasynae.forumactif.com/

Féminin Messages : 69
Date de naissance : 20/03/2002
Date d'inscription : 21/08/2015
Age : 16
Localisation : Où je suis.
MessageSujet: Re: Wild ; pv Neyalis Arzen   Jeu 1 Oct - 21:49

Une immensité de vert.
Voilà ce que je pensais en cet instant précis, me tenant devant cette forêt luxuriante, si belle que l'on aurait dit un tableau. Des teintes variant du vert bouteille, au vert sapin, en passant par un vert émeraude ou encore un vert pomme.

C'est dans ce tableau, entourée d'arbres de toutes sortes, chacun essayant de dépasser l'autre, que je faisais tâche. Seule pour oublier. Oublier ces souvenirs qui me hantent.

Je n'arrivais plus à dormir la nuit, revoyant passer devant mes yeux les moments horribles de ma vie. Des moments que j'aurais dix-mille fois préféré ne pas voir, quitte à mourir. Et l'ironie était qu'il m'était impossible de ne pas y repenser.

J'étais alors venue ici, m'isoler de la bruyante ville. Pour ressasser toutes mes idées. Je pris un chemin dans cette jungle d'aventure ; gauche, droite, droite, gauche, gauche, me répétais-je mentalement. Il ne faudrait pas oublier cela quand même.

Un dernier sentier franchi, je me retrouvée dans une petite clairière. Une p'tit coin de Paradis, au milieu de toute cette végétation. Un petit coin où je pourrais me reposer, pensais-je en m'installant contre un peuplier.

***

Les insomnies avaient finalement eu raison de moi. Je m'étais endormie. Et pas mal de temps à en voir la position du sol... Lune? Autant que ça? Mieux réveillée, quoique l'esprit toujours un embrumé, je me levais et me dirigeais vers la sortie. Si on apprenait mon absence, cela allait chauffer pour moi.

Hum... Gauche, gauche, droite, droite, gauche, non? Ou alors, droite, gauche, droite, droite, gauche? J'étais dans la merdasse. Si je ne me souvenais plus du chemin.... Je voyais déjà les journaux: "Apprentie soldate retrouvée morte, mangée par un loup!" Bien entendu pas en première page. Plutôt en dernière, dans une petite partie de la feuille.
Enfin, quelle mort pitoyable. Et bien sûre, je n'avais pas mon équipement avec moi.

"Sale garce" sifflais-je vers le ciel tout en montrant un doigt d'honneur. Mère Nature avait le don de me mettre en rogne.
Une fois calmée, je m'asseyais toute en réfléchissant.
Résumons la situation:
•J'étais perdue dans un forêt inconnue.
•Je me retrouverais sans défense face à un quelconque ennemi.
•Je n'avais pas de lumière et la luminosité commençais à fortement décliner.

J'étais vraiment dans la merdasse.

***

Après quelques temps de marche, où je n'avais -malheureusement- pas pu retrouver la limite de ce labyrinthe luxuriant, j'étais sur le point de pleurer. Oui, comme une gamine. Mais que pouvais-je faire d'autre?

***

Mal aux pieds.... J'en pouvais plus. Torture physique. Torture mentale. Fatigue, peur, stresse. Tout ce qui me venait à l'esprit pour décrire ce que je ressentais à ce moment la.
Marcher, encore et encore, jusqu'à l'épuisement, jusqu'à que mort s'en suive.
Et c'est en faisant cette randonnée forcée que je repris espoir. Là-bas! De la lumière! Je me mis à courir vers mon sauveur, pleurant de joie, cette fois.
Et puis, à quelques mètres du campement, je pilais net. Et si c'était un de ces trafiquants, tueurs, et mercenaires? Et moi qui allait me jeter dans la gueule du loup..! Fallait vraiment être complètement con, pour faire ça!

J'allais espionner un peu, pour pouvoir évaluer le danger, lorsqu'un renâclement de cheval m'arrêta. Repérée? Je risquais un autre coup d'œil. Non, la jeune femme n'avait pas l'air de m'avoir aperçue. Mais où étaient les autres? Ne me dites pas qu'elle était seule? Enfin, seule si on ne comptait pas le cheval.
Je décidais de m'approcher, de me faire voir. Au pire, il était mieux de mourir la gorge tranchée au bord d'un feu, essayant d'arrêter des malfrats, que d'engelures.

"Hé toi! Qui es tu?" Lançais-je tout en sortant des fourrées.

_________________
The Reluctant Heroes
Denying her wounds, her wounds came from the same source as her power.

#660099
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1315-l-ombre-entre-les-autres http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1325-moi-et-les-autres
Commercant

Féminin Messages : 156
Date de naissance : 15/02/1996
Date d'inscription : 25/09/2015
Age : 22
Localisation : Weshland.
MessageSujet: Re: Wild ; pv Neyalis Arzen   Sam 3 Oct - 9:50

Rashieka restait à l'affut du moindre bruissement, son regard dirigé vers son vieux Archibald. Les chevaux étaient un très bon indicateur de danger, et l'étalon semblait être absorbé par du mouvement sur la gauche de la demoiselle. La rousse glissa ses prunelles d'émeraude de ce côté, et se perdit dans la noirceur des bois. La lumière de son feu de camp était bloqué par les fourrés, de gros buissons qui jaillissaient entre les troncs sombres et larges des arbres, comme des ombres, des silhouettes inhumaines dont l'esprit s'amusait à faire prendre des formes étranges pour vous tromper. Mais Rashieka gardait la tête froide.
Se tendant, alors que les buissons se mirent à gigoter rapidement, elle se leva précipitamment lorsqu'elle put apercevoir quelqu'un se mouver vers elle. Pointant sa lame de chasse vers l'inconnu qui s'approchait d'elle, Rashieka serra les dents, son regard fier, froid et sauvage, fixé sur la silhouette qui s'était dégagée du bois.

Les lueurs du feu parsemaient le corps de l'étranger et décrivait délicatement quelques uns de ses traits. De longs cheveux blancs se balançaient de part et d'autre d'un visage à la peau sombre, éclairé par les lumières rougeoyantes du feu de camp de Rashieka. D'ici, la lady ne pouvait qu’apercevoir un seul œil d'un bleu électrifiant. La silhouette en elle-même n'était pas très impressionnante, et la rouquine fut soulagée de voir qu'il ne s'agissait que d'une gamine, une jeune adolescente portant l'uniforme. Elle ne pouvait pas encore distinguer l'emblème sur ses épaulettes, mais cela ne tarderait pas. Rashieka s'attarda sur sa posture, toisant la jeune fille. Elle avait tout d'un chat effarouché, et elle se fut pas surprise du ton sur lequel la gamine lui adressa la parole. Elle haussa tout de même un sourcil, face à la rudesse des mots employés et au manque certain de politesse dont avait fait preuve la soldate. Rashieka releva la tête, le regard dur, qu'elle planta dans les prunelles de l'inconnue.

« Devrais-je vous apprendre la politesse, à votre âge, mademoiselle ? Déclinez votre identité au préalable si vous désirez qu'autrui le fasse devant vous. C'est la moindre des choses. »

Se rendant compte que la jeune militaire n'avait rien sur elle, à une heure aussi tardive de la nuit, Rashieka émit l'hypothèse qu'elle avait été attiré par la lumière de son feu de camp, peut être à la recherche de chaleur ou de présence humaine. Et si c'était le cas, cela ne voulait dire qu'une chose : elle s'était perdue. Cela expliquerait son air quelque peu troublé et alarmé. Rashieka n'était pas méchante. Elle ne l'expulserait pas de son campement si la jeune fille désirait rester près du feu. Elle se demandait même si elle avait mangé, alors que ses yeux d'un vert luisant de multiples émotions fixaient sans relâche le visage de la soldate. La lady avait peut être été un peu dure dans ses premières paroles, mais c'était tout mérité compte tenu du fait que l'adolescente lui avait gravement manqué de respect lorsqu'elle s'était montrée. Pour autant, sa voix se fit plus douce et son regard plus clairvoyant, lorsqu'elle s'adressa une nouvelle fois à la jeune femme aux cheveux de nacre.

« Approchez donc, avant de mourir congelée sur place. Ne soyez pas timide, je ne mord pas. » dit-elle en désignant le feu de camp d'un geste de la tête.

Rashieka posa ses prunelles sur le couteau de chasse qu'elle tenait encore dans sa main gauche, et le rangea à sa hanche. Elle démontrait ainsi à la soldate qu'elle n'avait rien contre elle, mais qu'elle ne lui faisait pas confiance non plus. C'était peut être une ruse et Rashieka ne savait pas à qui elle avait à faire. Bien que peu impressionnée par la jeune fille, elle ne pouvait se permettre de baisser sa garde entièrement. Elle savait l'entrainement des soldats aux techniques de combat, et ne devait pas écarter la possibilité que la gamine pouvait l'attaquer. Un couteau ne serait pas du luxe, si une bagarre devait éclater.

La rousse hésitait à s'assoir. Après quelques millisecondes de réflexion, elle ne le ferait pas. Du moins, pas jusqu'à tant d'être certaine que la militaire ne représentait pas de danger pour elle. Et tant qu'elle ne bougeait pas, Rashieka ne pouvait pas le savoir.

_________________
❝ love is like war ❞
« soit comme un loup blessé qui se tait pour mourir, et qui mord le couteau de sa gueule qui saigne. »


rashieka s'exprime en #ff4c73
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1352-bamby-une-bombe-a-la-place-du-coeur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1358-rashieka-linkstopics http://falonasynae.forumactif.com/

Féminin Messages : 69
Date de naissance : 20/03/2002
Date d'inscription : 21/08/2015
Age : 16
Localisation : Où je suis.
MessageSujet: Re: Wild ; pv Neyalis Arzen   Sam 3 Oct - 17:55

Je sortis des fourrés pour faire face à une jeune femme d'environ ma taille. Ses cheveux roux de feu encadrait son visage fin, et délicat, et ses yeux émeraudes. Une cicatrice barrait son œil gauche. Instinctivement, je portais ma main à ma joue, touchant la boursouflure que m'avait laissé mon passage dans la folie.

Je grelottais de froid, et mon ventre me fit comprendre aussi que je mourrais de faim. J'étais irrésistiblement attirée par le feu, je voulais pouvoir me réchauffer les mains, pouvoir de nouveau sentir mes membres. Mais restait un problème. La jeune femme.

Je ne savais toujours pas son nom, pour "politesse". Et aussi, si elle n'était pas un de ces mercenaires. Elle ne semblait pas très forte, et je ne lui voyait comme arme, que le couteau de chasse qu'elle tenait à la main.

"Moi? Je m'appelle Neyalis. Et vo..."
Un nouveau gargouillement me coupa la parole. Merci de me ridiculiser, Mère Nature!
"Et vous?" Répétais-je.

Je frissonnais encore un fois. Qu'est ce qui m'avait pris de partir, comme ça, à froid, sans autres vêtements que ma tenue habituelle de soldate? Je m'imaginais avec une bonne grosse doudoune, des gants fourrés, un cache-nez et/ou une écharpe. *Sois positive, Idiote.* me glissa ma conscience. Et elle avait raison. A force de penser aux doux lits moelleux dans une pièce chauffée, je n'en avait que plus froid. Maintenant, je m'en mordais les doigts.

Le jeune femme rangea son couteau, me faisant tourner imperceptiblement la tête vers elle. J'avais cerné le message. En somme, elle m'avait dit "Tu me fais pas de mal, je te fais pas de mal. Mais si tu veux me nuire, saches que je peux me défendre". Et oui, tout ça dans un petit geste tout simple.

Je haussais les épaules, les mains bien visibles, pour lui faire comprendre que je n'avais pas d'armes. A part mes poings bien sûr.

"J'peux?"Dis-je en désignant une couverture près du feu.

_________________
The Reluctant Heroes
Denying her wounds, her wounds came from the same source as her power.

#660099
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1315-l-ombre-entre-les-autres http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1325-moi-et-les-autres
Commercant

Féminin Messages : 156
Date de naissance : 15/02/1996
Date d'inscription : 25/09/2015
Age : 22
Localisation : Weshland.
MessageSujet: Re: Wild ; pv Neyalis Arzen   Sam 3 Oct - 18:46

La jeune fille n'avait pas l'air si sauvage que ça au final. Elle ne recherchait a priori que la chaleur du foyer de Rashieka, et coopéra facilement à la demande de la lady, quant à son nom, qui d'ailleurs fut accompagné d'un bruyant gargouillement de ventre. Elle s'appelait Neyalis, et elle avait faim. Le regard de Bamby se fit plus doux et tendre. Neyalis n'était qu'une adolescente affamée qui l'avait pris pour quelqu'un de mauvais. Il n'y avait pas de quoi s'alarmer. Surtout qu'elle haussait les épaules pour lui montrer qu'elle ne portait pas d'arme, ce que Rashieka avait déjà remarqué auparavant. Alors ainsi, elle jouait elle aussi la carte de la diplomatie. La jeune fille semblait avoir rangé son agressivité de côté, ce qui satisfit la Bartels. Assez pour qu'elle reprenne sa position initiale, c'est à dire : assise près de son feu. Elle déclina ensuite son identité, comme il était convenu.

« Je suis lady Rashieka Bartels. Enchantée de faire votre connaissance, mademoiselle Neyalis. »

Voyant que la jeune fille ne semblait pas oser s'approcher du feu, la rousse allait le lui proposer une nouvelle fois lorsque la soldate désigna une couverture près du feu, demandant la permission d'une manière peu délicate de s'y faufiler. Rashieka hocha la tête, acquiesçant à sa demande. Après tout, elle lui avait déjà proposé de venir se réchauffer.
Ayant conscience de l'état de famine dans lequel devait se trouver l'adolescente, la rousse sortit quelques tranches de viandes séchées qu'elle lui tendit, sans rien lui dire, une fois qu'elle fut installée près du feu dansant.
La lady détailla son visage quelques instants, notant sa couleur de peau sombre contrastant avec ses cheveux nacrés, ainsi que son regard asymétrique, avant de lui adressa la parole une nouvelle fois.

« Vous êtes-vous perdue, mademoiselle Neyalis ? »

Rashieka glissa ses yeux sur les épaules de la jeune fille, et observa l’emblème de son uniforme. Elle appartenait aux nouvelles recrues et devait être encore en formation. La rouquine se demanda si elle avait le droit de sortir de son camp d'entrainement de la sorte, pour passer la nuit dehors. Elle doutait que cela soit autorisé dans le règlement des recrues, mais elle supposait que Neyalis était une soldate apprentie modèle, et que si elle était là, c'était pour une bonne raison. Une mission peut être ? Rashieka n'en savait rien. Mais elle n'allait surement pas supposer des choses mauvaises au sujet de cette demoiselle. Elle ne la connaissait pas, et ne devait pas se faire de fausses idées sur elle. Ce n'était qu'en discutant avec elle, qu'elle pourrait la découvrir.

Bamby prit son outre d'eau et la tendit à Neyalis. Elle devait avoir soif aussi, et la viande séchée étant salée, cela avait du accentuer sa déshydratation. Elle n'était qu'une adolescente, Rashieka n'avait aucune raison de ne pas prendre soin d'elle. Après tout, elle était dans une phase très fragile de son développement, l'adolescence étant une période compliquée. A en observer plus attentivement les traits fins de la gamine, elle ne lui donnait pas plus de dix-huit ans. Autant dire que pour Rashieka, c'était encore une enfant. Une enfant déjà à l'armée.
Elle soupira doucement, et posa son regard sur les flammes du feu qui dansaient devant elle, dardant ses paumes de main près d'elles pour se réchauffer.

L'attaque du Titan Colossal d'il y avait cinq ans avait bousculé les vies tranquilles des humains habitant les murs. Neyalis n'était qu'une autre conséquence de cette attaque. Ils devaient être beaucoup, de jeunes gens de son âge, à s'être engagé après avoir perdu un ou plusieurs proches. Rashieka ne voyait pas ça d'un très bon œil. Ils n'étaient que des gosses encore à la recherche d'eux-mêmes, et on les envoyait se faire dévorer par des créatures monstrueuses. On les envoyait à la mort, face à un monde cruel, alors qu'ils sortaient à peine des illusions de l'enfance. Elle se doutait que cela devait avoir un impact considérable sur leurs esprits.
C'est donc avec un peu plus de douceur encore que Rashieka glissa de nouveau ses prunelles émeraudes sur Neyalis. Elle lui sourit, sincèrement. Un sourire léger qui étirait ses lèvres, mais un sourire qui ne mentait pas. Rashieka n'avait rien contre elle, au contraire. Elle ne désirait que l'apprendre, et se montrait plus que sympathique envers la jeune fille.

Elle devait en baver tous les jours, elle aussi, à sa manière. La lady se souvenait de son adolescence, passée chez sa famille paternelle, une famille riche et noble, mais tellement aux antipodes de ses valeurs. Elle se doutait que l'entrainement des recrues devait leur faire cramer le cerveau un peu. L'armée devait profiter du fait qu'ils étaient encore de frêles et manipulables adolescents pour faire rentrer du plomb dans leur tête, et les rendre le plus patriotique possible. Rashieka n'aimait pas vraiment cela. En fait, elle n'aimait pas du tout cela. Mais l'humanité traversait une ère sombre. Et ça, elle le comprenait gravement.

Cette gamine devait avoir souffert, elle aussi, c'était certain. Rashieka tourna son visage vers elle. Elle n'avait pourtant pas de pitié pour Neyalis dans ses yeux, mais elle respectait la force de caractère qui murissait en sa personne. Pour autant, ce n'était pas de cela dont elle voulait parler avec elle.

« Buvez-vous, Neyalis ? »

Elle désigna une outre brune non loin de Rashieka, contenant de l'alcool, puis glissa de nouveau ses yeux sur la soldate, en attente d'une réponse.

_________________
❝ love is like war ❞
« soit comme un loup blessé qui se tait pour mourir, et qui mord le couteau de sa gueule qui saigne. »


rashieka s'exprime en #ff4c73
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1352-bamby-une-bombe-a-la-place-du-coeur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1358-rashieka-linkstopics http://falonasynae.forumactif.com/

Féminin Messages : 69
Date de naissance : 20/03/2002
Date d'inscription : 21/08/2015
Age : 16
Localisation : Où je suis.
MessageSujet: Re: Wild ; pv Neyalis Arzen   Mar 6 Oct - 17:49

Je me laissais lourdement tomber sur la couverture, mains tendues vers le feu. Aaaaah, que cela faisait du bien de nouveau sentir mes membres, quoique mes jambes endolories par le trajet ne me donnait pas tout le repos dont je souhaitais. Mais enfin, je n'allais pas me plaindre.

Les yeux fermés, écoutant les bruits de la forêt, j'étais bercée par le crépitement des flammes. Une douce quiétude m'envahit, sentiment de bien-être, de sécurité. Une chose que je n'avais ressentie depuis longtemps. Trop longtemps à mon goût.

Je ressassais mes pensées : mon sauveur, enfin ma sauveuse plutôt, se nommait donc Rashieka. Un nom singulier, mais avec une belle consonance, en somme. Mais je n'avais rien à dire, étant donné comment je m'appelais.

Je dardais mes iris sur la "rouge" ; la lady m'offrait de la viande séchée. Je dus me retenir de ne pas me jeter avidement dessus, tellement j'avais faim, mais politesse oblige, je la remerciais d'abord. Prenant ensuite la tranche, je l'enfournais dans ma bouche ; oh mon dieu, comme c'était salé! Je n'avais plus assez de salive pour pouvoir manger cela... Rashieka dût le comprendre, car elle me tendis une gourde d'eau, que je m'empressais de boire. Au moins, mon ventre s'était calmé.

"Si je suis perdue? Non, non, je me promène, sans me soucier d'avoir froid au autres..." ironisais-je.

Un instant plus tard, je me mordis la langue. *C'est comme ça que tu remercie ta sauveuse?* m'assena mon esprit. C'est vrai. J'étais nulle de dire cela. Essayant de reprendre ma bêtise, tout en éprouvant des remords, j'ajoutais :
"Oui, enfin, oui je me suis perdue... Je ne retrouve plus le chemin jusqu'à la ville..." Et puis pensant que mon sarcasme ne lui aurait sûrement pas plu, j'expliquais que mon côté très impulsif qui me force à sortir des conneries.

"Et puis, pour répondre à ta question, je n'ai jamais bu d'alcool... On le m'interdisait à l'époque... J'étais trop jeune."

_________________
The Reluctant Heroes
Denying her wounds, her wounds came from the same source as her power.

#660099
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1315-l-ombre-entre-les-autres http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1325-moi-et-les-autres
Commercant

Féminin Messages : 156
Date de naissance : 15/02/1996
Date d'inscription : 25/09/2015
Age : 22
Localisation : Weshland.
MessageSujet: Re: Wild ; pv Neyalis Arzen   Sam 10 Oct - 15:38

La lady observait avec attention la jeune adolescente dévorer la viande séchée qu’elle lui avait donnée. A priori, elle était affamée, et avait dû errer pendant plusieurs heures dans les bois, sans nourriture et sans eau, visiblement, puisqu’elle but longuement suite au bref repas que lui avait apporté Rashieka. A la première question de cette dernière, la dénommée Neyalis lui répondit sur un ton ardent, sec et empli d’une certaine agressivité. Elle ironisait, son sarcasme faisant froncer les sourcils de la commerçante, alors que son regard vert émeraude s’intensifiait sur le visage de la soldate, perçant. Elle n’aimait pas ce manque de respect et de politesse. Neyalis était surement une adolescente difficile, encore en pleine crise d’existence. Rashieka glissa son regard sur les flammes dansantes de son feu de camp, pensant qu’elle ne devrait pas tenir rigueur à la jeune femme de son comportement. Elle ne connaissait rien d’elle, après tout, et elle n’était qu’une enfant aux yeux de la rousse.

Cependant, Neyalis dut se rendre compte de son impertinence et se reprit, quelque peu. Elle parlait mieux, mais il lui semblait difficile de faire autant d’effort pour ne pas être tranchante dans ses réflexions. Rashieka tourna de nouveau son attention vers elle. Sa question n’était pas stupide, et pourtant pour Neyalis, il semblait que c’était une évidence qu’elle s’était perdue. Ne lui venait-il pas à l’esprit que des gens aimaient à se promener dans les bois, jusqu’à des heures tardives ? Elle aurait aussi pu être en fuite. C’était assez égocentrique de sa part, de penser que son cas était universel, et que oui, c’était évident qu’elle s’était perdue, car ça ne l’était vraiment pas. Rashieka la fixa quelques instants, en silence. Les adolescents étaient des créatures étranges vraiment immatures. Parfois,  certains se pensaient même supérieurs aux autres, et aux adultes. Mais la lady connaissait sa valeur. Elle n’était nullement impressionnée par l’impulsivité et la froideur dont pouvait faire preuve Neyalis. Elle faisait preuve d’un calme olympien, une certaine nonchalance vis-à-vis des agressions systématiques de la jeune femme.

Rashieka se demandait si la soldate avait conscience du ton sur lequel elle parlait, et des mots qu’elle employait. Souvent, les jeunes ne s’en rendaient pas compte. Du moins, s’ils s’en rendaient compte, il était déjà souvent trop tard : les mots avaient traversé leurs lèvres dans un souffle rageur, et ils ne pouvaient dès lors que s’en mordre les doigts et tentaient de se faire pardonner. Et puis, ils s’énervaient, car personne ne les comprenait. Et ils parlaient mal encore. Ainsi de suite. La lady soupira doucement un air chaud sur ses mains. Oh oui, malgré le fait qu’elle avait été elle-même une adolescente troublée et rebelle, elle était devenue une adulte responsable, bien que sulfureuse, loin du monde en perpétuel changement dans lequel les jeunes évoluaient, si bien que parfois elle avait du mal à les comprendre. Il fallait dire que des fois, ils étaient vraiment stupides.


Neyalis répondit à sa deuxième question, plus calmement. La Bartels tourna ses prunelles vives sur elle, et lui adressa un léger sourire. Ainsi, elle était vierge de tout alcool. Celui qui se trouvait dans l’outre brune n’allait pas la laisser de marbre, si elle y goutait. Rashieka aimait les alcools forts et vieux. Elle attrapa l’outre et la déboucha, laissant le parfum boisé et puissant s’évaporer près de ses narines. Fermant les yeux, elle s’en délecta quelques secondes, avant de tendre l’alcool à la jeune soldate.

« Il est temps d'essayer alors, ne pensez-vous pas, Neyalis ? »

Elles étaient seules, au milieu des bois. Personne ne viendrait réprimander Neyalis si elle buvait une bonne lampée de whisky. Rashieka l’observait à présent avec une lueur malicieuse dans le regard, se demandant si la jeune femme allait refuser son outre, ou boire. Elle avait hâte de découvrir sa tête en gouttant à ce puissant breuvage. Recracherait-elle son contenu ? Dans tous les cas, il était certain que sa première gorgée lui brûlerait un peu le palais.

_________________
❝ love is like war ❞
« soit comme un loup blessé qui se tait pour mourir, et qui mord le couteau de sa gueule qui saigne. »


rashieka s'exprime en #ff4c73
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1352-bamby-une-bombe-a-la-place-du-coeur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1358-rashieka-linkstopics http://falonasynae.forumactif.com/

Féminin Messages : 69
Date de naissance : 20/03/2002
Date d'inscription : 21/08/2015
Age : 16
Localisation : Où je suis.
MessageSujet: Re: Wild ; pv Neyalis Arzen   Lun 12 Oct - 22:58

Nous voilà donc, assis, coupées du monde, la Lady et moi. Il faisait assez calme, autour de nous. L'éclat rosé du matin levant commençais déjà à arriver. Les oiseaux chantaient, de ce son clair et beau, tel de l'eau qui coulait. On se serait cru dans un conte féerique. Un conte quelque peu gâché par les circonstances ; j'avais encore le goût salé dans la bouche, ce qui m'irritais quelque peu. Mais si vous savez, celui qui vous brûle le palais, celui qui vous donne envie de vous rincer la bouche à l'eau froide pendant des heures...

La lady me tendis tout à coup l'outre d'acool. Prendre? Pas prendre? Boire? Pas boire? Allez, il faut tenter, non? Je pris donc l'outre, reniflant l'odeur de breuvage qu'elle contenait.

"Ça... Ça sent fort quand même..."

Prête à me pincer le nez pour faire passer le goût si je ne pouvais le supportais, j'avalais deux-trois goûtes de l'alcool...

***

"OH MON DIEU, ÇA PIIIIIIIIIQUE!"

Je comprenais enfin pourquoi on me l'avait défendu... Je comprenais trop bien même... C'était si acide que je l'en avais recraché mes boyaux... Presque littéralement. Autant dire que je me demandais comment la jeune femme en face de moi pouvait avaler ça.. C'était si... Choquant? Mais enfin, c'était horrible! J'avais l'impression d'avoir avaler de la lave en fusion! Non, pire, c'était pire que de la lave en fusion...

Je lui retendît la gourde, d'un air dégoûtée. Nan, franchement, je n'avalerais plus jamais ça.. Ou alors celui ci était vraiment, mais alors vraiment, piquant.. Quoi qu'il en soit, il fallait que je me rince à la bouche... Ça allait déjà mal avec le goût salé de la viande, alors là.... C'était mort, quoi.

J'attrapais l'autre outre -celle contenant de l'eau- et la but cul sec, déglutissant difficilement. C'est que cela m'avait fait mal aux gencives, son truc! Relevant la tête, pour pouvoir boire le fond de la bouteille, je remarquais alors que l'aube pointait le bout de son nez... Il fallait vite que je rentre si je voulais pas me faire passer un savon... Pour récurer les chiottes...

"Dites moi, chère Rashieka, connaissez-vous le chemin pour retrouver la ville?"

_________________
The Reluctant Heroes
Denying her wounds, her wounds came from the same source as her power.

#660099
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1315-l-ombre-entre-les-autres http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1325-moi-et-les-autres
Commercant

Féminin Messages : 156
Date de naissance : 15/02/1996
Date d'inscription : 25/09/2015
Age : 22
Localisation : Weshland.
MessageSujet: Re: Wild ; pv Neyalis Arzen   Lun 19 Oct - 7:55

Rashieka n'en perdit pas une miette. Un sourire amusé, taquin et rieur fiché sur son visage, elle observa la jeune soldate porter l'outre d'alcool à ses lèvres pour en prélever un minime échantillon. Et le sourire de la lady ne put que s'agrandir lorsqu'elle vit les yeux de Neyalis s'écarquiller et ses joues rosirent face à la puissance du breuvage. Son palais vierge d'alcool allait s'en souvenir pour quelques jours. Rashieka était certaine qu'elle n'allait pas aimer le goût. Il ne fallait pas être timide avec l'alcool. On goutait une fois, on n'aimait pas, puis on goutait deux fois, trois fois... Et on y prenait goût, sans même s'en rendre compte. Neyalis avait tout son temps pour apprendre à apprécier l'eau de vie. Rien ne pressait.

La demoiselle Bartels ne put cependant pas s'empêcher d'éclater de rire lorsque la jeunette se mit à crier son dégoût universel de l'alcool. Elle ne perdit pas son sourire lorsqu'elle attrapa l'outre d'eau et la descendit d'une traite. C'était tellement précieux, comme instant. La lady scrutait avec attention le minois rougi de Neyalis, ses prunelles émeraudes brillant d'une lueur amusée et affectueuse.

« Bien... Je pense que vous devriez commencer plutôt avec une bonne bière que mon whisky. » lui dit-elle alors que le sourire qui étirait ses lèvres brunes lui faisait quelque peu plisser les yeux.

Rashieka glissa son regard sur le feu qui pétillait, près d'elles. Il s'éteignait peu à peu, laissant place aux premières lueurs du soleil. Le ciel se parait de belles couleurs dorées, comme un phénix renaissant de ses cendres. A son tour, la lady leva la tête vers le firmament et l'observa quelques secondes, éblouie par la beauté, simple, sans fioriture, du jour qui se lève.
Ce fut la voix de Neyalis, pleine de politesse, qui la tira de sa contemplation. Elle fut quelque peu surprise de l'entendre s'exprimer de cette façon, en usant le vouvoiement, et afficha un sourire pour répondre à la question de la soldate. Elle était beaucoup plus agréable, lorsqu'elle s'exprimait ainsi, que lorsqu'elle crachait quelques mots venimeux et rudes.

« Bien sûr. » Elle fit parcourir ses prunelles sur le visage de Neyalis, la fixant avec une certaine intensité. « Je peux vous y mener, si vous le voulez. Vous ne semblez pas bien lourde, Archibald pourra vous supporter. » rajouta t-elle en désignant d'un geste de la tête son vieil étalon qui broutait non loin d'elles.

Rashieka se leva et éteignit son feu. Frémissant à la douce température de la matinée, elle ramena sa couverture sur ses épaules et fut parcourue d'un petit frisson. Fermant les yeux, prenant une grande inspiration, elle profita des odeurs des sous-bois, accentuées par la rosée matinale. Rashieka adorait cette instant. La vie reprenait son cours, les oiseaux s'éveillaient peu à peu, et les bruissements familiers de la forêt revenaient. Un fin sourire de contentement s'afficha sur son visage.

_________________
❝ love is like war ❞
« soit comme un loup blessé qui se tait pour mourir, et qui mord le couteau de sa gueule qui saigne. »


rashieka s'exprime en #ff4c73
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1352-bamby-une-bombe-a-la-place-du-coeur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1358-rashieka-linkstopics http://falonasynae.forumactif.com/

Féminin Messages : 69
Date de naissance : 20/03/2002
Date d'inscription : 21/08/2015
Age : 16
Localisation : Où je suis.
MessageSujet: Re: Wild ; pv Neyalis Arzen   Lun 19 Oct - 10:49

Je souris. La compagnie de Rashieka m'apaisait un peu, en sorte. Je m'allongeais, les yeux sur les étoiles qui commençaient à disparaître. L'aube pointait le bout de son nez, éclairant d'une jolie couleur rosée la prairie. Des éclats d'eau apparaissaient un peu partout, ici et la, grâce à la douce lumière du soleil. Je relevais la tête, perdue dans cette contemplation, les mains se baladant sur les herbes fraîches. Un moment d'hébétude, de silence et de chaleur, même si les braises du feu commençait à s'éteindre. Une vision presque mystique, tel un conte de fée.

Je plantais mon regard franc dans les yeux de Rashieka, tout en lui demanda d'un ton fatigué et à la fois repu: "Vrai de vrai? Ce.. Ce serait super, merci!" Personne ne m'avait encore fait le plaisir d'une aide sans retour. Il était donc normal que je sois assez surprise... Voulant être complètement sûre, je posais la question "Tu... Vous voulez quelque chose en retour? Genre un service?" Sans attendre sa réponse, je le levais, et m'approchais d'un pas décidé du dénommé Archibald. Si service il y avait, je le redevrai, voilà tout.  Le cheval leva un regard intrigué vers moi, et l'examinant, je ne fis pas attention à une ronce qui s'accrocha à mon pantalon. Je chutais, mains en avant.... Droit vers l'animal. Ma main droite claqua sur sa croupe, lui arrachant un hennissement de douleur. Il se cabra devant mes yeux, son ombre gigantesque s'abattit sur moi.

J'écarquillais les yeux d'horreur.

_________________
The Reluctant Heroes
Denying her wounds, her wounds came from the same source as her power.

#660099
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1315-l-ombre-entre-les-autres http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1325-moi-et-les-autres
Commercant

Féminin Messages : 156
Date de naissance : 15/02/1996
Date d'inscription : 25/09/2015
Age : 22
Localisation : Weshland.
MessageSujet: Re: Wild ; pv Neyalis Arzen   Sam 24 Oct - 13:24

Rashieka se prit à observer la fine silhouette de Neyalis, tandis que cette dernière rêvassait, bercée par la quiétude du jour qui se levait et du monde diurne qui s’éveillait. Elle allait surement gagner encore un ou deux centimètres, mais ne grandirait pas plus. Elle était plutôt fine et l’entraînement de soldat lui avait taillé un abdomen musclé, se dessinant sous son haut. Elle ne semblait pas posséder un brin de graisse sur son corps. La lady fronça quelque peu les sourcils, pensant qu’elle était peut-être même un peu maigre, mais il était difficile de s’en rendre compte sous ses habits. Neyalis n’avait pas une silhouette imposante, à la voir ainsi, allongée à regarder le ciel, elle semblait même fragile, toute légère. Difficile de croire qu’elle deviendrait soldat, dans quelques temps.

Rashieka glissa ses yeux dans ceux de la demoiselle, lorsqu’elle répondit à sa proposition. Un fin sourire délicat étira ses lèvres rosées, alors qu’elle tentait presque vainement de capter et soutenir le regard de la jeune femme. Ses deux iris fausses jumelles rendaient la tâche difficile, mais la lady trouva cela amusant. Ce n’était pas tous les jours que l’on croisait de telles pupilles. Neyalis ne semblait pas revenir de l’attention de l’éleveuse, mais elle accepta avec une certaine joie, quelque peu camouflée, par une gêne touchant à la mignonnerie. C’était dans un moment comme cela, que Rashieka sentait que la jeune soldate n’était encore qu’une enfant. Elle avait presque un corps d’adulte, mais son esprit était encore en pleine évolution. Tout allait si vite à cet âge, on grandissait si vite… Il était parfois difficile pour certains de soutenir le rythme de la puberté, de l’adolescence et de tout ce que cela apportait.

Quelque peu attendrie par le comportement de Neyalis, Rashieka la suivit du regard lorsqu’elle se leva pour s’approcher d’Archibald, en lui demandant si elle désirait quelque chose en retour. Ce à quoi elle répondit poliment, refusant quoi que ce soit de sa part.

« Ne vous en faites pas, cela me fait plaisir. » murmura-t-elle d’une voix doucereuse.

Archibald leva la tête à la vue de la jeune soldate s’approchant de lui. Rashieka savait son vieil ami très calme et posé. Le cheval fit poindre ses oreilles vers l’avant et observa avec curiosité l’adolescente. Puis tout se passa très vite.
Neyalis trébucha et tomba en cognant malencontreusement la croupe de l’équidé, qui répliqua par pur réflexe en se cabrant de toute sa hauteur, lâchant un hennissement de surprise, plus que de douleur. Rashieka, de là où elle se tenait, ne pouvait pas faire grand-chose. Elle avait toute confiance en Archibald, mais elle s’élança tout de même en avant, se jetant sur Neyalis pour la protéger, au cas où l’étalon ne puisse pas les éviter, lorsqu’il reposerait ses sabots sur le sol. Mais le grand gris avait de l’expérience et du sang-froid, et il fit atterrir ses antérieurs à côté des deux humaines, à quelques centimètres à peine de la jambe gauche de Rashieka, alors que celle-ci, se tenait au-dessus de Neyalis, presque couchée sur elle.
L’entier renâcla, et fit vrombir ses naseaux, dardant un regard étonné et curieux sur les demoiselles. Rashieka se redressa, à califourchon sur la jeune soldate, sans la toucher pourtant, en regardant sa monture, lui sourit, puis tourna son visage vers Neyalis.

« Tout va bien ? » demanda-t-elle d’une voix douce, un léger sourire étirant sa bouche.

Archibald baissa sa longue encolure et avança sa tête vers l’adolescente, comme pour vérifier qu’elle n’avait rien, soufflant un air chaud dans les cheveux de nacre de Neyalis, avant de reculer et de se remettre à brouter l’herbe. Rashieka s’écarta, s’asseyant juste en face de la soldate. Elle lui sourit, et lâcha un petit rire nerveux.

« C’était tout juste. Heureusement qu’Archibald respecte l’Homme. »

Elles auraient pu se casser un os, et être piétinées. Il valait mieux en rire qu’en pleurer. Il fallait savoir relativiser, elles allaient bien toutes les deux. Affichant un large sourire à sa compagne, la lady se leva et épousseta son pantalon de la terre s’y étant accrochée.

_________________
❝ love is like war ❞
« soit comme un loup blessé qui se tait pour mourir, et qui mord le couteau de sa gueule qui saigne. »


rashieka s'exprime en #ff4c73
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1352-bamby-une-bombe-a-la-place-du-coeur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1358-rashieka-linkstopics http://falonasynae.forumactif.com/

Féminin Messages : 69
Date de naissance : 20/03/2002
Date d'inscription : 21/08/2015
Age : 16
Localisation : Où je suis.
MessageSujet: Re: Wild ; pv Neyalis Arzen   Dim 1 Nov - 19:13

Les yeux fermés, j’écoutais les sons environnants : tout d’abord des bruits de pas, une course effrénée, puis des pas lourds qui se posèrent tout prêt, un courant d’air sur mon visage, suivi d’un renâclement. Mon corps entier tremblait, tandis qu’une forme indéterminée était juchée sur moi. Une forme qui parla, de sa voix douce et claire, me demanda si tout allait bien. Ce pourrait-il que cela soit un ange ? Voulant en avoir le cœur net, je relevais la tête, dardant mes iris si peu semblables sur la lady. Elle m’avait encore une fois sauvé. Pour la deuxième fois dans la même journée. Au final, peut-être était ce bien un ange... Un ange humain.

Je tâtais mon corps, vérifiant que je n’avais rien de cassé à cause du choc. Tout allait bien, me semblait-t-il. Un sourire étira mes fines lèvres, un sourire navré, un peu triste. Un sourire qui s’élargit jusqu’à virer au rire. J’étais bien entendu consciente de ce qu’il aurait pu se passer, si l’animal était bien moins compétant, et heureusement, j’y avais échappé. Moi et ma légendaire maladresse.  Mon rire m’échappa, comme s’il s’envolait dans le ciel, rejoindre les étoiles et une mine sérieuse s’afficha sur mon visage. Je vérifiais mon corps une nouvelle fois, avant d’annoncer :

« Si j’en crois les sensations qui parviennent à mon cerveau, tout va bien...  Grâce à vous. Merci. »

Je n’en crus moi-même mes oreilles. Malgré ma nature si réservée et immature avouons-le, j’avais déjà réussi à la remercier deux fois, cette chère Rashieka. Ça en devenait presque irréel. La demoiselle avait cet effet sur moi, le don de m’apaiser, la force et le courage de me supporter, alors que je savais pourtant comme j’étais difficile comme gamine. Je me relevais, regardant mon pantalon taché par la boue, sans un geste, les yeux baissés. Que devais-je dire ? Plusieurs idées me vinrent en tête, mais je chassais chacune de ces pensées, aucune ne convenant à la situation. Le sentiment de stress que j’éprouvais teinta mon visage, fronçant mes sourcils.

« Rashieka ? Je… je suis désolée pour tout ça... » lançais-je en balayant les alentours de la main.

Depuis que j’étais arrivée, je n’avais cause que des misères à la pauvre lady, qui m’avait pourtant aidé, protégé, nourri. Je serais les poings, me promettant que je le redevrais d’une façon ou d’une autre. Je déteste cette sensation d’être dans le besoin, il fallait que je lui prouve que moi aussi, je pouvais faire quelque chose pour elle. En attendant le moment propice –peut-être serait-ce pour dans quelques années, qui sait ?- je grimpais sur le cheval, laissant de la place sur le devant de la monture.

« Vous venez ? »

_________________
The Reluctant Heroes
Denying her wounds, her wounds came from the same source as her power.

#660099
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1315-l-ombre-entre-les-autres http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1325-moi-et-les-autres
Commercant

Féminin Messages : 156
Date de naissance : 15/02/1996
Date d'inscription : 25/09/2015
Age : 22
Localisation : Weshland.
MessageSujet: Re: Wild ; pv Neyalis Arzen   Lun 2 Nov - 12:01

Neyalis toucha son corps, comme si elle se demandait si elle était toujours en vie. Rashieka ne cessait de l’observer, à la recherche d’une réponse à sa question, mais la mine souriante de l’adolescente lui indiqua qu’elle allait bien. Elle se mit à rire, et la lady ne put réprimer le sourire qui étira ses lèvres en la voyant ainsi. Rashieka était assez empathique avec les gens qu’elle appréciait, et avec qui elle s’entendait bien. C’était un rire nerveux, un rire de soulagement, un vrai rire, mais qui faisait disparaître le stress acquis et accumulé par la peur de l’accident. Neyalis semblait en avoir besoin. Elle vérifia une nouvelle fois son état, avant de répondre à la rousse qu’elle n’était pas blessée, en profitant pour la remercier.
La lady lui répondit par un nouveau sourire. C’était normal, après tout. Elle avait agi d’instinct et par pur réflexe.

La soldate se leva enfin, le pantalon taché par la boue, le visage rivé vers le sol. Elle semblait mal à l’aise, maintenant et Rashieka se demanda bien pourquoi, inquiète. Alors que la lady caressait l’encolure de son vieil Archibald, lui faisant relever la tête pour le préparer à la monte, son attention fut de nouveau attirée par Neyalis.
Lorsqu’elle posa ses yeux verts sur elle, ce fut pour voir un visage empourpré de rose. Visiblement, la demoiselle avait du mal à trouver ses mots. La commerçante rassemblait ses affaires et les accrochait à la selle de sa monture, préparant leur départ, lorsque Neyalis parla enfin. Elle s’excusait de tous les désagréments qu’elle pensait causer à la lady, ce à quoi cette dernière répondit dans un sourire.

« Oh, ne vous en faites pas. Ce n’est rien. »

Neyalis grimpa sur le dos d’Archibald, qui ne broncha pas d’un poil, invitant la lady à faire de même. Rashieka accrocha les dernières affaires à la selle, avant de prendre place devant la demoiselle, attrapant les rênes de sa fidèle monture. Elle glissa une dernière fois ses yeux verts sur les restes de son feu de camp, avant de presser les talons contre les flancs de l’étalon, qui prit le pas docilement. Bercée par l’allure nonchalante du cheval gris, elle resta silencieuse un instant, avant de reprendre la parole, désirant briser le silence avant qu’il ne s’installe trop longtemps entre les deux femmes.

« J’espère que vous ne serez pas en retard et que vous n’aurez pas de problème avec vos supérieurs. »

Il serait fort fâcheux que Neyalis rentre sous les cris de ses supérieurs, et se fasse punir pour l’escapade nocturne qu’elle avait faite. La lady se demandait si elle pourrait l’aider. Elle chercha une solution, une excuse, et finit par en faire part à la demoiselle aux cheveux de nacre.

« Vous n’aurez qu’à leur dire que vous m’êtes venue en aide suite à une attaque de brigands. Qu'en pensez-vous ? »

Cela lui semblait être une bonne excuse.
Rashieka se redressa sur sa selle et raffermit l’emprise de ses mains sur les rênes d’Archibald. Lorsqu’il sentit la tension dans sa bouche, il releva la tête et prit le trot, zigzaguant entre les arbres du petit bois. La ville ne devait plus être très loin maintenant, la lady pouvait entendre le lointain murmure des gens qui s’éveillaient et reprenaient le cours de leur vie, après le silence de la nuit.
Elle reprit la parole, étayant la conversation.

« Quel corps de l’armée voudriez-vous rejoindre, à la fin de votre formation ? »

Ce devait être une question bateau pour Neyalis, mais il était toujours intéressant de savoir où voulaient se diriger les jeunes recrues.

_________________
❝ love is like war ❞
« soit comme un loup blessé qui se tait pour mourir, et qui mord le couteau de sa gueule qui saigne. »


rashieka s'exprime en #ff4c73
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1352-bamby-une-bombe-a-la-place-du-coeur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1358-rashieka-linkstopics http://falonasynae.forumactif.com/

Féminin Messages : 69
Date de naissance : 20/03/2002
Date d'inscription : 21/08/2015
Age : 16
Localisation : Où je suis.
MessageSujet: Re: Wild ; pv Neyalis Arzen   Mer 18 Nov - 0:04

Assise le plus confortablement possible, j'attendit que la lady me rejoigne, ce qu'elle ne tarda pas à faire, juste le temps de récupérer ses affaires. Je glissais les mains sur son buste, pour m'accrocher, sans toutefois la gêner dans ses mouvements. Je ne parlais plus, et ce fut elle qui prit la parole, s'inquiétant pour ce qui allait se passer avec mes supérieurs. J'acquiesçais la tête à son excuse, mais au fond de moi, je savais bien que ce bobard ne serait pas suffisant pour me justifier de mon absence. Ah, si elle savait...

Le silence nous engloba quelques instants encore, mais fut brisé par la question de la lady. Quel corps d'armée je voulais rejoindre ? Je n'y avais toujours pas réfléchi. Il le fallait pourtant. Je pris quelques minutes pour répondre, nuançant le pour et le contre pour chaque section. La Brigade Spéciale sortait du lot, oh non, pas que je sois fainéante -je connaissais les critiques autour de la Brigade- mais plutôt parce que cela me permettait de rendre hommage à mon père, d'une certaine manière. Mais cela, et malgré la gentillesse de Rashieka, je ne pouvais me résoudre à le lui dire, c'était mon passé, mon 'secret', je n'avais pas envie de le partager avec qui que se soit, même si la personne se révélait digne de confiance. Parfois, il vaut mieux avoir des parts d'ombre que d'être à découvert, sans carapace, non protégé des pierres tranchantes que pouvait être le regard des autres. Ce fut pourquoi j'optais pour un laconique "J'en sais rien..." avant de me taire.

Je me détendît, les yeux mi-clos, satisfaite par ma réponse. Je commençais à sombrer dans le sommeil, enveloppée des doux bras de Morphée, lorsqu'un bruissement se fit entendre près de mon oreille droite. Je sursautais, m'éveillant complètement, et je faillis glisser mais je me rattrapais au dernier instant à la selle. Mon visage afficha ma stupéfaction mêlée de crainte, et je tordis le cou pour voir qui ou qu'est ce qui était à l'origine du bruit. Je tombais des nues : ce n'étais pas un ennemi comme je me l'étais imaginé, mais un simple papillon. Juste un papillon qui voletait autour de nous. Je soupirais ; je devenais vraiment parano des fois...

N'ayant plus aucune envie de dormir, je me mis à regarder le bel insecte tournoyer. C'était la première fois que j'en voyais un aussi grand. Ses gracieuses ailes battaient doucement, au rythme de nos cœurs, des ailes ayant l'air si fragiles, si facile à déchirer. Des couleurs chatoyantes ornaient l'ensemble du corps du papillon, passant du jaune au vert, de l'orange au rouge, ou encore du bleu au violet. Il avait l'air si heureux, comme ça, à faire ses amples mouvements, et son vol était si harmonieux... Je voulus le toucher, voir si cette magnificence était réelle ; tendant ma main vers lui, m'agrippant à la selle de l'autre, je me penchais en avant, et je réussi presque à l'effleurer du bout des doigts. Malheureusement, mon geste le fit fuir, mais j'eus tout le loisir de le voir s'envoler plus haut, vers les nuages. Je repris ma position assise, et je lâchais à nouveau un soupir. La vie nous offrait parfois des belles choses, mais cela en était si rare que j'en faisais un mythe... Le papillon me le démontrait.

Ce dernier tournoya encore quelques instants dans le ciel, se laissant planer au dessus de nous, comme un ange l'aurait fait. J'eu un demi-sourire, une esquisse qui étira le coin de mes lèvres. Il redescendit à notre niveau, nous effleurant de ses douces ailes. Il alla même jusqu'à se poser sur les cheveux soyeux de la lady, et j'étouffais un rire. C'était beau, d'une certaine manière, comme un tableau exprimant la gaieté, la joie, et le bonheur. Il ne bougea plus pendant quelques minutes, se contentant seulement de battre des ailes d'un mouvement régulier. Puis il s'envola, sans autre forme de procès, se dirigeant vers le soleil levant. Libre.

_________________
The Reluctant Heroes
Denying her wounds, her wounds came from the same source as her power.

#660099
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1315-l-ombre-entre-les-autres http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1325-moi-et-les-autres
Commercant

Féminin Messages : 156
Date de naissance : 15/02/1996
Date d'inscription : 25/09/2015
Age : 22
Localisation : Weshland.
MessageSujet: Re: Wild ; pv Neyalis Arzen   Mer 25 Nov - 20:04

Neyalis était devenue bien silencieuse. Une pointe d’inquiétude fit son nid dans l’esprit de la lady, alors qu’elle lançait un coup d’œil par-dessus son épaule dans l’espoir de voir le minois de la militaire. Ce silence, la jeune fille le brisa uniquement pour souffler un « je ne sais pas » à la question de Rashieka. Elle frémit légèrement, alertée par la soudaine certitude que l’adolescente n’avait aucune idée de ce qu’allait être son avenir. Quand bien même elle savait à quoi il ressemblerait, et encore, la lady sentait qu’elle n’était sûre de rien, et que quelque part elle était perdue. Perdue dans l’immensité de la vie et de l’existence, à se demander pourquoi elle était là, et quel devait être son rôle ici.

Oh, Rashieka connaissait bien cette sensation. Ce semi-coma, cette torture que l’on s’inflige comme pour se punir d’un crime dont on est innocent. Qui pourrait bien nous reprocher d’exister et de vivre, même sans but, même sans savoir d’où nous venons et pourquoi ? Pourquoi sommes-nous là ? Pourquoi donc suis-je ici à respirer ? A quoi rime la vie, si au bout on meurt et c’est le vide ? Et c’est quoi le vide ? Le vide fait peur, le vide c’est la mort. Il y a les gens qui meurent et qu’on enterre, et il y a les gens qui meurent parmi nous, que l’on croise, à qui l’on parle. Ces gens-là sont morts parce qu’ils sont vides. Ces gens-là font peur comme le vide. Comme la mort. On vit, sans savoir pourquoi, et on a tous peur de la mort. Au fond, on aime bien vivre et on crache sur les suicidaires, ces incompris. A quoi bon se tuer ? Et pourquoi ? Et pourquoi pas.

Ses démons refirent surface, et le temps où ses ailes étaient bridées lui revint en mémoire. Elle se revit assise à une table ronde, lisse, peinte dans un blanc crémeux et gravé avec goût. Elle se revit assise sur sa chaise, jouant avec sa cuillère en argent et tenant sa tasse de porcelaine, le non-goût du thé qui fumait, les gens autour et la fenêtre à laquelle elle rivait son regard pour se perdre. Elle se souvint alors du vide dans sa tête et dans sa poitrine, au creux de ses seins. Elle se souvint du vide. L’évidence la frappa alors : elle était morte, elle aussi, à cet instant de sa vie.

Rashieka sursauta en sentant la jeune soldate bouger derrière elle. Le retour à la réalité fut troublant. Clignant des yeux, elle glissa son regard émeraude sur le paysage alentour, comme pour reprendre conscience qu’elle était toujours là. Qu’elle faisait toujours partie du monde. Et que malgré ça, elle ne savait toujours pas pourquoi elle était là. Un léger soupire s’échappa entre ses lèvres rosées. L’homme était bien la seule créature capable de se faire du mal à lui-même. Mais l’homme était aussi la seule créature ayant conscience du monde, du ciel, et du vide. Du rien, après le vide. Du rien, que représentait le vide.

La lady sentit la frêle bestiole se poser sur sa chevelure, avant même de la voir. Lorsque le papillon prit son envol et disparut dans le ciel, Rashieka le suivit du regard en admirant avec quelle grâce et quelle légèreté il battait des ailes proprement. Son vol semblait être désordonné, mené par le hasard et pourtant, pourtant, il était beau. Il était beau parce qu’il était fragile. Il semblait qu’un seul doigté sur son corps pouvait le casser en mille morceaux. Les papillons étaient pareils aux gens.
Les gens étaient beaux, quand ils étaient fragiles. On avait beau dire tout ce qu’on voulait : la tristesse avait un certain esthétisme et attrait.

Puis les arbres se firent de plus en plus rares et enfin, elles sortirent des bois. Archibald s’avançait le pas sûr vers des bâtiments plantés dans le paysage, d’une façon méthodique. C’était un campement militaire, dans toute sa splendeur. Rashieka tendit les rênes, stoppant le grand étalon gris. Elle ne devait surement pas aller plus loin. Elle ne savait pas. Oh et puis, qu’avait-elle à perdre ?
Sans un mot, la lady pressa ses talons contre les flancs de sa monture et lui fit reprendre le pas, se rapprochant du camp. Car après tout, qu’est-ce qui pourrait l’empêcher de s’y rendre ? Elle était libre encore. Personne ne dictait sa conduite.

Une part d’elle pensa qu’elle verrait peut être dans ce camp de formation des chevaux qu’elle avait vendus à l’armée. L’espoir fit briller ses prunelles vertes. Elle désirait savoir comment ils se comportaient et s’ils faisaient bien leur travail. Ils devaient former les jeunes recrues à la monte. Et puis, ils restaient ses enfants, avant tout, qu’elle avait élevé au biberon pour certains, et qu’elle avait éduqué avec la patience d’une mère aimante.
Rashieka se redressa sur sa selle. Mais peut-être n’aurait-elle pas le droit d’entrer ou de circuler librement là- bas. Pourtant, elle en avait envie.

Archibald s’engagea entre les bâtiments de bois, tous très rectangulaires et bien droits, et parmi les soldats présents dans le camp qui vaquaient à leurs occupations.

_________________
❝ love is like war ❞
« soit comme un loup blessé qui se tait pour mourir, et qui mord le couteau de sa gueule qui saigne. »


rashieka s'exprime en #ff4c73
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1352-bamby-une-bombe-a-la-place-du-coeur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1358-rashieka-linkstopics http://falonasynae.forumactif.com/

Féminin Messages : 69
Date de naissance : 20/03/2002
Date d'inscription : 21/08/2015
Age : 16
Localisation : Où je suis.
MessageSujet: Re: Wild ; pv Neyalis Arzen   Jeu 31 Déc - 17:15

Ce doux moment de quiétude passé, je replongeais à mes réflexions, ne pipant plus mot. Le bruit apaisant des sabots s’estompa pour me laisser seule. Seule avec mes douleurs. Les ombres que je devais vaincre. Toujours cette même refrain : s’isoler pour mieux réfléchir… ou mieux pleurer. Parfois les deux à la fois. Tristesse incarnée.

D'une légère claque mentale, je m’empêchais de me rabaisser à ces considérations. Oublier, voilà ce qu’il fallait. Vivre de l’avant. Je savais qu’il ne fallait pas penser à telles choses, de peur de sombrer dans la folie. La déchéance. Cette ennemi toujours tapie dans l’ombre, à vous épier, prêt à déchirer votre cœur sanguinolent de votre poitrine, de le briser, ne vous laissant que cette profonde torpeur appelé haine. Et dire, que j’avais failli être la proie de cet horrible prédateur sournois. Chassé ou être chassé, dit la maxime… Non. C'est faux. On sera toujours les esclaves de cette société pourrie. Le pouvoir n’engendre que la peur, qui engendre elle-même la haine. Un cercle vicieux, en somme.

Relevant les yeux, je fixais le lointain. Le froid engourdissait déjà mes membres transis. Je boutonnais ma veste jusqu'au col, croisant le regard des jeunes autres apprentis intrigués par ce trio si mal assorti. Un noble animal, une belle jeune femme et une petiote à qui il fallait apprendre comment se comporter en société. Et qui refusait de l’assimiler. Une gamine au sale caractère, qui était en colère contre tout, ou presque. Mon portrait. Moi.

Et pourtant, si les choses s’étaient déroulées autrement… Des parents aimants. Peut-être même que j'aurais eu un cadet... Quelqu'un à qui j’aurais pu apprendre les erreurs à ne pas faire. Quelque chose de parfait… mais tout bonnement impossible. La mort avait déchirée cette famille. Mais le passé est inchangeable. Il fallait juste prendre les bonnes décisions, et ne pas se reprocher ses fautes, ses méprises. Se lamenter de ses maladresses. Et quand le deuil nous touche, braver la douleur. Ce que j’avais échoué à faire. Et voilà que la solitude nous frappe, anéantissant la joie. Le bonheur. C'est à cause de cela que les dépressifs deviennent ce qu'ils sont.

Tic-tac, Tic-Tac. Le temps s’écoulait inlassablement. Tic-Tac, Tic-Tac. Il fallait en profitait, de notre temps. Tic-tac, Tic-tac. Ensoleiller nos yeux de merveilles colorées. Tic-Tac, Tic-Tac. Embraser nos Âmes si étroitement liées. Tic... Pouvoir quitter ce monde en ayant l’impression d’avoir fait tout ce que nous devions. Tac.

Je papillonnais doucement des paupières, pressant doucement l’épaule de la jeune femme, une demande silencieuse qui signifiait que je voulais descendre… Je n’avais qu’une envie, me coucher, et dormir… Terrassée par cette journée.. Enfin cette nuit. Les deux.

Un dernier souffle :
« Merci. »

_________________
The Reluctant Heroes
Denying her wounds, her wounds came from the same source as her power.

#660099
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1315-l-ombre-entre-les-autres http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1325-moi-et-les-autres
Commercant

Féminin Messages : 156
Date de naissance : 15/02/1996
Date d'inscription : 25/09/2015
Age : 22
Localisation : Weshland.
MessageSujet: Re: Wild ; pv Neyalis Arzen   Dim 3 Jan - 17:21

Marchant d’un pas traînant, l’encolure étendue vers l’avant et quelque peu basse, Archibald somnolait presque en s’avançant entre les différents bâtiments militaires. Rashieka avait laissé couler les rênes de son filet entre ses doigts fins, mais habiles, laissant au vieil étalon tout le loisir de se prélasser et de détendre les muscles de son dos. Elle savait son compagnon calme et capable de sang-froid. Il pourrait y avoir une explosion à côté de lui qu’il ne broncherait pas d’un poil. Archibald avait été un grand maître de monte et d’école. Il y avait appris tout ce qu’elle savait, et lui avait donné les bases du dressage. C’était grâce à lui qu’elle en était là aujourd’hui. Mais maintenant, il vieillissait, et venait le temps de le remercier en lui offrant tout ce qu’il y avait de mieux dans la vie d’un cheval : de l’herbe à volonté, de grandes prairies et des escales douces dans les forêts. Il pouvait encore supporter son poids, et la lady comptait bien profiter de lui encore un moment. Elle prenait soin du grand gris comme la prunelle de ses yeux.

La rousse baladait son regard sur les alentours, lorsqu’une pression à son épaule lui fit détourner son attention vers Neyalis. La jeune femme désirait visiblement descendre et Rashieka fit s’arrêter sa monture. Silencieuse, elle la regarda se laisser glisser sur le sol, et lui indiqua un léger sourire. Voilà le temps pour elles deux de se séparer. Elles prenaient des chemins différents dans la vie, pour sûr. Neyalis deviendrait une soldate, et jouerait sa vie contre la pire menace de l’humanité. Quant à la lady, elle tracerait sa route dans la société humaine, se contentant du ciel et de la terre pour vivre.

Le regard émeraude et fier se posa sur le visage encore paré de courbes enfantines de l’adolescente. Quelque part, elle était curieuse de savoir où se dirigera l’esprit perdu et embrumé de Neyalis, et ce que lui réservera l’avenir. Se croiseraient-elles de nouveau ? Que sera-t-elle devenue alors ? Aura-t-elle finalement trouvé sa voie ?
Rashieka ne lui souhaitait que le meilleur.

« Bonne continuation, Neyalis. J’espère que l’on se croisera une nouvelle fois, lorsque vous porterez le blason d’un des corps de l’armée. »

Un large sourire éclaira le visage de la lady, alors qu’elle reprenait ses rênes dans les mains, redressant l’encolure d’Archibald qui tendit son dos en attendant patiemment les ordres de sa cavalière et maîtresse. Bamby darda une dernière fois ses prunelles sur le visage de la jeune femme, dont les yeux si marquants resteraient pour sûr gravés dans sa mémoire.
Dans un claquement de langue, elle fit partir son destrier au galop et prit la direction des forêts. Elle désirait éviter le fracas de la ville et profiter encore un peu de la quiétude de la nature, avant de rentrer dans ses terres et de mettre un terme à cette pause éphémère.

Spoiler:
 

_________________
❝ love is like war ❞
« soit comme un loup blessé qui se tait pour mourir, et qui mord le couteau de sa gueule qui saigne. »


rashieka s'exprime en #ff4c73
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1352-bamby-une-bombe-a-la-place-du-coeur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1358-rashieka-linkstopics http://falonasynae.forumactif.com/

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Wild ; pv Neyalis Arzen   

Revenir en haut Aller en bas
 

Wild ; pv Neyalis Arzen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Baptême de Wild Cloud
» Sarah Wild
» 07. Girls running wild
» Minnesota Wild
» Le Wild soumet au ballotage...Roulement tambours

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shingeki No Kyojin RPG :: Autres endroits-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit