Partagez | 
 

 La Valse du Papillon ; pv Elliot O'Leary [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Noblesse

Féminin Messages : 30
Date de naissance : 15/02/1996
Date d'inscription : 29/10/2015
Age : 22
MessageSujet: La Valse du Papillon ; pv Elliot O'Leary [TERMINÉ]   Ven 30 Oct - 11:40

Le Renard se tenait assis bien droit sur sa monture, un destrier tout de blanc vêtu aux crins abondants, dansant sur les pavés, juste devant les grandes portes éventrées du mur Sina. Il portait un regard indescriptible sur la muraille dont on avait violé l’intégrité. Son visage à demi camouflé par un masque de renard roux, aux broderies dorées et raffinées, il laissait son regard parcourir les traces de sang séché et les cadavres qu’on avait oublié de ramasser. Les nombreux témoins de la nuit de massacre et d’horreur qui avait eu lieu il y avait de cela à peine deux jours.

Talonnant quelque peu dans les flancs de son étalon, il poussa son exploration plus loin dans les ruelles silencieuses de Stoless. Les sabots claquant sur les vieux pavés foulés depuis des lustres par les nobliaux, l’écho de ses pas résonnait doucement entre les demeures serrées et ravagées. Les fenêtres dont on avait brisé le verre et les portes fracturées, les meubles renversés et les quelques feux encore brûlants, les mères, les pères, les fils, les filles, les oncles, les vieux, les jeunes, pleurant leur perte. Au milieu de la rue, une gamine qui ne devait pas avoir plus de cinq ans d’existence se noyait dans ses sanglots, tenant entre ses bras une poupée à moitié brûlée. L’étalon blanc passa à ses côtés sans s’arrêter, le Lord Phantom ne lui accordant qu’un simple regard, ne s’attardant pas sur elle.
Il s’avança dans les rues de Stoless jusqu’à atteindre la zone la plus primée du district. Sans grande surprise, elle fut celle que les rebelles saccagèrent le plus. Alors que le Renard parcourait des yeux les grandes demeures vides et dont la beauté et la dignité avait été volées au prix du sang, il pensa qu’il restait peut être quelques survivants. Si tel était le cas, ils devaient avoir une bonne étoile. C’était pourtant peu probable, les rebelles ayant accès leur invasion de Sina sur les grandes familles nobles.

On ne comptait aucune perte chez les Ker-Ramsay, malgré que les rebelles soient allés jusqu’à décapiter le roi. Ils avaient eu la sage réflexion de ne pas provoquer la Cour des Miracles en la privant d’une de plus grandes sources de revenus. Quand bien même les assassins d’élites devraient engager des représailles pour les nobles tués possédant un sceau de la Cour, Shadock ne comptait pas se mouiller concernant les rebelles. Il était curieux de savoir comment réagiraient les révolutionnaires et quelles seraient leurs prochaines actions. Peut-être seraient-ils assez audacieux pour s’en prendre au Lord Phantom en personne. Ou bien viendraient-ils lui proposer un marché. De sombres rumeurs circulaient au sujet de la Cour des Miracles sur sa participation au massacre. Le Renard savait son ordre innocent, et le mieux était de ne rien dire ou faire pour ne pas enflammer les esprits. Les rumeurs allaient et venaient, et le peuple était encore sous le choc de cette tragédie. Tout se calmerait peu à peu, la Cour des Miracles n’ayant rien à se reprocher, les rumeurs à son sujet allaient disparaitre. Il n’y avait pas à s’inquiéter pour si peu.

L’étalon blanc s’engagea dans une allée verte, bien entretenue. Il savait le nom des propriétaires de cette grande et belle maison, à l’écart de Stoless, qui avait préféré la tranquillité des lieux plutôt que le centre-ville agité. Cela avait été un très bon choix, puisque d’espace, ils ne manquaient pas. Du moins, avant que les rebelles ne frappent, ils devaient vivre tranquillement et très agréablement. Les O’Leary. Le Renard n’avait dû les apercevoir que deux ou trois fois, lors d’occasions. Il ne s’était jamais attardé sur eux, ils ne représentaient à l’époque pas un investissement faramineux pour lui ou la Cour, il n’avait donc pas eu besoin de faire leur connaissance.
Aujourd’hui, ils semblaient morts. Comme beaucoup d’autres, la demeure des O’Leary ne possédait plus que des fenêtres aux vitraux cassés, et de la fumée s’échappait de l’une d’entre elles. La porte entrouverte témoignait encore de la venue des rebelles.

Le Lord Phantom allait poursuivre, quand une silhouette se détacha des débris et de la maison vide de vie. Il tira sur les rênes de son destrier blanc et resta immobile, le regard posé sur le corps sec et nerveux d’un petit homme, jeune d’apparence qui fouillait les décombres. Sous son demi loup à l’effigie de renard, ses yeux glacés se fixèrent sur l’étranger. Fait qui surprenait Shadock, son instinct lui dictait de s’attarder sur ce nobliau perdu. Il avait un quelque chose de différent, qui attisait assez sa curiosité pour qu’il accepte de perdre un peu de temps à le détailler. Et comme pour accéder à sa demande, sa monture renâcla, raclant ses sabots rosés sur les pavés gris et abîmés par le temps en un piaffer léger, en poussant un ronflement rauque, faisant claquer son mors entre ses dents en enroulant son encolure puissante. Assez de bruit pour attirer l’attention du jeune inconnu.

_________________
share in my ♚ torment
« shadows and monsters, they echoed and groaned, they're coming for me. i tried to hold these secrets inside me. my mind's like a deadly disease. i'm bigger than my body, i'm colder than this home, i'm meaner than my demons, i'm bigger than these bones. who is in control ? »


le lord phantom exige en #26C4EC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1424-shadock-lord-phantom-messire-renard http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1425-shadock-linkstopics
Noblesse

Féminin Messages : 65
Date de naissance : 23/09/1997
Date d'inscription : 27/09/2015
Age : 21
Localisation : Dans ton c--
MessageSujet: Re: La Valse du Papillon ; pv Elliot O'Leary [TERMINÉ]   Ven 30 Oct - 21:15

Maintenant qu’il avait fait tout ce qu’il avait à faire, qu’est-ce qu’il lui restait ? Elliot n’en savait rien, il ne savait plus rien maintenant. Alors qu’il avait aidé la jeune Antje à retrouver ses parents, il n’avait plus rien à faire, il pouvait partir, recommencer une nouvelle vie avec les gens du peuple, en essayant de survivre et en tâchant surtout de ne pas se faire tuer bêtement à vrai dire. Du moins c’était ce qu’il espérait, et il allait tout faire pour qu’il s’en sorte. Après tout le jeune noble n’était pas un débutant en la matière, il savait voler, il savait duper son monde, sans utiliser son statut de noble.

Il fallait se méfier de l’eau qui dort, parce que le rouquin n’était pas un imbécile et sous ses airs bien souvent explosifs se cachait quelqu’un qui réfléchissait. Bien entendu c’était quand il voulait, parce que ce n’était pas tout le temps qu’il prenait le temps de se poser et de réfléchir vraiment à ceci ou à cela. Le rouquin préférait agir, mais vu les circonstances, il fallait plutôt qu’il se calme, qu’il pense à son avenir, à comment il allait faire durant les prochains jours, les prochaines semaines. Des choses dont il n’avait pas à réfléchir quand tout allait bien.

Elliot venait de brutalement basculer dans le monde des adultes, et il devait agir en conséquences, il ne devait plus être le sale gosse qui cherchait des crosses aux adultes pour les ennuyer, et encore c’est le plus poli. Non, il fallait qu’il grandisse dans sa tête, qu’il mûrisse, chose qui allait venir lentement, progressivement, il le savait, il n’était pas pressé, mais une chose était sûre, il ne devait plus être un gamin. C’était uniquement ça qu’il fallait commencer par se dire, et encore c’était déjà énorme. Le rouquin poussa un soupir en se décidant enfin à bouger pour aller finalement récupérer tout ce dont il avait besoin, tout ce qu’il pouvait surtout récupérer pour réutiliser par la suite, des choses utiles. Il avait tout son temps après tout, même s’il veillait à ce que les rebelles ne reviennent pas.

Pendant un moment il continua à fouiller les décombres, jusqu’à ce qu’il entendit un mouvement. Armé de son couteau, il se retourna pour repérer l’origine du bruit. C’était un homme à l’apparence assez… Spéciale dirons nous ? Juché sur un cheval blanc. Le type on aurait dit qu’il se promenait, du moins du point de vue du jeune homme qui plissa les yeux pour le regarder. Est-ce que son but était d’attirer son attention ? Avec le bruit que faisait le cheval, il n’en aurait pas douté, mais quand même. Il valait mieux rester sur ses gardes. Elliot ne bougea pas en regardant l’homme, serrant son couteau entre ses doigts, légèrement tremblant. Si ce type savait se battre et qu’il lui voulait du mal, il serait vraiment dans la merde et là il n’y avait pas d’autres mots.


"Qui êtes-vous ? Qu’est-ce que vous voulez ?!"

Le ton d'Elly était agressif mais en même temps méfiant. Quoi de plus normal après tout, avec tout ce qu’il s’était passé ? Le rouquin avait peur au fond de lui. Peur de terminer comme sa famille, c’est-à-dire passer dans l’autre monde. Il ne voulait pas ça. Il n’en avait pas envie. Comme personne d’ailleurs. Parce qu’en vérité, il avait peur de la mort. Une mort qui pouvait le frapper n’importe quand. Sauf qu’il ne devait pas défaillir, ce n’était pas le moment et il ne voulait pas montrer un signe de faiblesse ou de peur. Cependant il n’était pas assez idiot pour foncer tête baissée dans le tas sans savoir de quoi l’homme serait capable. Pour l’instant il ne pouvait qu’attendre. Attendre de savoir ce qu’il voulait.

Il ne bougea pas de là où il était, prêt même à aller à l’intérieur pour se protéger si besoin, parce qu’il n’avait pas envie de se battre, il serait désavantagé même s’il savait se débrouiller pour se défendre à quelqu’un. Mais pas dans ce genre de moments où il était trop agité mentalement. Pour le coup, Elliot ne savait pas quoi faire. S’il devait s’enfuir, s’il devait rester, s’il devait l’attaquer ou non alors il restait immobile et silencieux, sur le qui-vive, prêt à bondir comme un petit animal craintif.


"Vous faites partie de ces rebelles qui ont massacré mes parents et les nobles ?!"

Autant demander tout de suite pour en avoir le cœur net, n’est-ce pas ? Après l’autre pouvait aisément lui mentir mais il avait besoin de savoir que ce n’était pas le cas, se rattacher à quelque chose, même si c’était infime. Il avait besoin de croire de nouveau en quelque chose.


Dernière édition par Matthew O'Leary le Dim 31 Jan - 13:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1359-t-as-cru-que-j-etais-ton-pote-matt-terminee http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1365-les-liens-d-un-petit-noble-pas-si-noble
Noblesse

Féminin Messages : 30
Date de naissance : 15/02/1996
Date d'inscription : 29/10/2015
Age : 22
MessageSujet: Re: La Valse du Papillon ; pv Elliot O'Leary [TERMINÉ]   Sam 31 Oct - 11:37

La réaction du jeune homme ne se fit pas attendre. Il se tourna vers Shadock, et le scruta un court instant, sur le qui-vive, comme un animal sauvage. Le Renard ne perdait pas une miette de son comportement, lisant à travers son langage corporel les quelques émotions qu’il pouvait en déduire. Il le vit serrer son arme blanche, sa position indiquait qu’il n’était pas rassuré par la présence du cavalier. Il était prudent, et a priori, n’écartait pas la possibilité d’un combat entre eux. Mais le Lord n’avait aucune envie de se frotter à lui. Non pas qu’il soit impressionné, ou intimidé, mais il ne ressentait pas le besoin de le tester en duel : la tenue du couteau et l’équilibre dont faisait preuve le nobliau lui suffisaient à penser qu’il savait les rudiments des combats.

Le jeune homme agissait comme un animal pris au piège. Il y avait deux possibilités : soit il était un lâche, un dominé, et agissait de sorte à faire comprendre au Lord qu’il s’écrasait face à sa supériorité, soit il était de ceux qui, flamboyants, grognaient et hérissaient le poil dans l’espoir de faire changer d’avis à leur potentiel agresseur.
Ce fut sans grande surprise pour Shadock, qu’il se révéla être de la deuxième catégorie. Un battant. Un révolté. Le ton sur lequel il s’adressait au cavalier trahissait son anxiété, autant qu’il était agressif et presque provoquant. La crainte de ce qui pouvait se passer entre eux, si le Lord s’avérait être un pillard, un profiteur, un charognard, le mettait dans une position de faiblesse. Il traduisait ce manque d’assurance par de l’agressivité, exactement comme un carnassier coincé dans un coin n’ayant aucun moyen de s’échapper. Ainsi essayait-il de ne point montrer sa peur et son inquiétude, et de se montrer fort et de taille, mais Shadock avait un œil aguerri et n’était nullement intimidé par la violence dans son attitude, sachant qu’il s’agissait d’un dupe. Il l’observait soigneusement, le fixant sans relâche, ne bougeant pas d’un poil, perché sur son étalon de nacre, dont le manteau cachait la croupe rebondie.

Ils étaient là, tous deux, à se surveiller mutuellement. L’un intéressé et curieux, l’autre apeuré, cachant dans ses rares gestes une violence contenue. Ce fut la troisième question du jeune homme qui finit par donner au Renard la certitude qu’il s’agissait d’un O’Leary, revenu sur les lieux du crime de sa famille. Shadock comprenait mieux pourquoi il réagissait ainsi, en sa présence. Le jeune était perturbé, perdu, sans plus aucun repère. En une nuit, il était difficile de savoir ce qu’il avait vu et vécu. Cela ne faisait que deux jours que les rebelles avaient frappé. Il était compréhensible qu’il soit encore sous le choc.
Le Lord Phantom aurait pu le laisser là, et s’en aller. Il n’était qu’un noble survivant, parmi d’autres, essuyant les pertes causées par les révolutionnaires. Mais c’est en s’attardant sur l’expression de son visage et de son regard, qu’il perçut en lui une envie incendiaire de vivre, un besoin irrépressible de se raccrocher à ce qu’il lui restait. En grand romantique, le Renard ne pouvait pas rester insensible à ses yeux.

Il fouilla dans la poche de son veston, écartant un pan de son lourd manteau de cuir et de fourrure, ses iris glacées rivées sur le jeune O’Leary. En retirant sa main de sa poche, il resserra quelque peu les jambes autour des flancs de sa monture, qui commençait à s’impatienter de rester aussi longtemps immobile. Il fit rouler l’objet entre ses doigts et d’un claquement tintant, le balança en l’air. La lumière du jour se refléta sur la petite chose qui décrivit une belle parabole avant de redescendre tout droit dans les mains du jeune noble.
Il ne s’agissait ni plus ni moins que d’une pièce légère d’or blanc, marqué du sceau de la Cour des Miracles : deux renards, un noir et un blanc, tournant autour d’une épée de Damoclès. Une invitation.

Le Lord Phantom ne dit rien. Il n’y avait rien à dire. S’il n’était pas stupide, le jeune adulte comprendrait de lui-même qui se tenait en face de lui, au bout de l’allée verte menant à sa demeure pillée. S’il refusait son offre, se serait fort regrettable, car après tout il n’avait plus nulle part où aller. Et puis, Shadock voyait en lui quelque chose qu’il n’arrivait pas à décrire, mais qui tenait en joue son attention et sa curiosité. Il se revoyait au même âge, le regard plein de flammes criant vengeance. La haine du monde qu’il avait enchaînée au plus profond de lui-même en espérant s’en défaire, en vain. Ils se ressemblaient. Et déjà, le Renard lui portait une certaine affection. Le regard du O’Leary l’avait frappé d’intensité.

Il baissa la tête, et dans un geste habile, léger et propre, retira de son visage le loup à l’effigie de renard et redressa son visage découvert vers le jeune homme, plantant dans les yeux du rouquin ses prunelles azurées, emplies d’une douceur certaine à son égard.
Un autre cavalier le rejoignit, perché sur une monture bai, le visage masqué d’un aigle noir. Il tenait avec lui fermement les longes de trois chevaux trouvés errant dans les ruelles, sans doute sans maison où rentrer. Shadock accorda un regard à son compagnon de la Cour venu l’accompagner dans le district, puis glissa de nouveau toute son attention vers le jeune nobliau. Un fin sourire étira ses lèvres blanches, et il remit son loup, en captant son regard.

Le deuxième cavalier s’éloigna en laissant derrière lui un cheval qui resta près de l’étalon blanc de Shadock, rassuré par la présence d’un de ses congénères.
Il ne tenait à présent qu’à Elliot de décider de son avenir. Le Lord Phantom lui offrait un nouveau foyer, sous son aile, se plaçant en protecteur et l’invitant expressément en personne à le rejoindre, lui et sa Cour. Il lui avait offert un sceau, le loisir de voir son visage, un sourire et un cheval. En soit, c’était comme s’il le priait de bien vouloir le suivre. Mais, comme tout homme en ce monde, le jeune adulte avait tout le loisir de refuser, d'autant plus que l'invitation n'était pas des plus banales.

Le Lord Phantom ne pouvait qu’espérer du plus profond de lui-même que cet adolescent perdu, reflet de son passé, accède à sa demande. Il avait l'indescriptible besoin de lui venir en aide. Car il avait une certitude : si le O'Leary ne venait pas avec lui, alors il scellerait son destin de la plus sombre des manières : il signerait sa chute.

_________________
share in my ♚ torment
« shadows and monsters, they echoed and groaned, they're coming for me. i tried to hold these secrets inside me. my mind's like a deadly disease. i'm bigger than my body, i'm colder than this home, i'm meaner than my demons, i'm bigger than these bones. who is in control ? »


le lord phantom exige en #26C4EC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1424-shadock-lord-phantom-messire-renard http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1425-shadock-linkstopics
Noblesse

Féminin Messages : 65
Date de naissance : 23/09/1997
Date d'inscription : 27/09/2015
Age : 21
Localisation : Dans ton c--
MessageSujet: Re: La Valse du Papillon ; pv Elliot O'Leary [TERMINÉ]   Sam 31 Oct - 18:22

L’homme sur son cheval ne lui répondait pas à ses interrogations. D’abord Elliot cru qu’il n’en avait rien à faire, que lui n’était qu’un pauvre gars qui venait de tout perdre, qui valait mieux qu’il se démerde tout bonnement, voire qu’il n’en valait carrément pas la peine. Ça aurait pu être quelque chose comme ça mais… Quelque chose dans l’attitude de cet homme lui indiquait que ce n’était pas ça. Il avait beau ne pas parler, il dégageait quelque chose de spécial. Elly n’arrivait pas à cerner cet homme à vrai dire, c’était assez dérangeant. Parce qu’il ne pouvait pas savoir s’il comptait lui faire du mal ou quoi. Pourtant dans son regard semblait briller de la curiosité. Elliot n’était pas un excellent observateur mais quand il s’y mettait, il pouvait noter certaines choses, comme là.

Il ne bougea pas, ayant peur que l’autre fasse un mouvement. En effet, au bout de quelques instants à s’observer, l’homme chercha quelque chose dans sa cape avant de lui lancer avec précision. Il tendit quand même les mains pour le rattraper et regarder l’objet dans ses mains. Une espèce de pièce d’argent avec un motif dessus, un motif qu’il n’avait pas vraiment vu ou alors qu’il aurait tout simplement pu la voir sans y faire attention, ce qui aurait été fort probable en fait, bien que le rouquin n’en avait aucun souvenir à vrai dire. Après l’avoir regardé un moment, Elliot releva la tête vers l’homme sur son cheval en silence. En l’occurrence, il l’invitait sûrement à le suivre. C’était certain même, sinon il ne lui aurait jamais donné ça. La question ne se posait pas, il devait le suivre.

Pourquoi une décision aussi hâtive ? Il avait pourtant le temps de réfléchir, et pourtant sa décision était déjà prise. Elliot voulait suivre cet homme dont il ne savait rien, mais il était curieux. Curieux certes, mais toujours méfiant également. Une sensation d’opposition étrange qui se mêlait dans la tête du jeune noble. Il jeta un regard à sa maison derrière lui, aux décombres sur le sol, puis reporta son attention sur la demeure vide de vie, pillée, saccagée par les révolutionnaires. Il était revenu sur ses pas, était revenu chez lui mais au final, Elliot n’avait plus rien à faire là. Il fallait qu’il se fasse une nouvelle vie, où il devait survivre. Pas pour lui, mais pour sa famille. Cet homme lui offrait cette chance de vivre, il ne tenait qu’à lui d’accepter ou non, mais sa décision était prise.

Le rouquin s’avança lentement dans l’allée silencieuse, sans parler, les sourcils froncés et l’air fermé, parce qu’il avait beau accepter l’invitation, ce n’était pas pour ça qu’il allait donner sa pleine confiance à cet homme. Pendant qu’il avançait, l’homme dévoila son visage en retirant son masque. Elly resta silencieux, et pourtant, pourtant le visage de ce type ne lui était pas inconnu. Cela lui disait quelque chose. Le jeune homme avait beau ne pas être un fin observateur, il avait cependant une bonne mémoire, mais impossible de dire avec certitude qui c’était ni où il l’avait vu. Ce qui était sûr en tout cas, c’est qu’il était un noble comme lui. Des vêtements comme ça, ça ne courait pas les rues. Une autre interrogation frappa le jeune homme alors qu’il continuait à avancer jusqu’à arriver non loin de l’homme.

Si c’était vraiment un noble, pourquoi il était là comme si de rien était, comme si tout était normal ? Etait-ce en rapport avec la pièce qu’il lui avait lancée ? C’était fort probable même, et Elliot avait pas mal de questions à lui poser au final. Sauf que ça devait être trop tôt. Le rouquin détestait quand on ne lui répondait pas en revanche et ça, l’homme allait bien vite le savoir. Elliot s’arrêta finalement non loin de lui au moment où un autre homme arrivait avec d’autres chevaux. Lui aussi portait un masque bizarre sur le visage mais le jeune homme n’en fit rien, pas même quand l’autre inconnu parti, même en laissant un cheval pour lui. Il croisa finalement les bras en fixant l’homme.


"Dites, ça vous dérangerait de répondre à mes questions ou pas ? "

Peut-être que le provoquer n’était pas la meilleure des solutions mais Elliot avait besoin de savoir s’il pouvait vraiment lui faire confiance. Pas qu’il en doutait parce que cet homme lui avait donné plus qu’il n’avait espéré, sans qu’il n’eut rien demandé, alors que rien ne l’obligeait à le faire. Le rouquin devait se montrer reconnaissant n’est-ce pas ? C’était seulement de la mauvaise foi, parce qu’il n’avait pas envie de dire directement ‘merci’, parce que ça lui coûtait de le faire. Parce qu’il était comme ça tout bonnement, et ce malgré l’éducation qu’il avait reçu. Parce qu’il se comportait comme quelqu’un de normal et non pas au-dessus des autres de part son rang de noble. De plus, actuellement, il n’était plus rien puisque sa famille avait été décimée et que sans doute on le croyait mort alors qu’il n’arrêtait pas de courir dans tous les sens depuis cette attaque.

Finalement il consentit à grimper sur le deuxième cheval que le compagnon de l’homme qui se tenait là avait amené, preuve qu’il le suivait, qu’il avait accepté son offre sans trop discuter au final, même si Elliot attendait de voir la suite… Espérant au fond ne pas faire un mauvais choix. Même si c’était le cas, c’était trop tard pour reculer. Il ne pouvait décemment pas s’enfuir avec le cheval, ça serait stupide et même ça il le savait. Normalement il l’aurait fait, parce qu’il savait qu’il avait un chez lui et qu’il pouvait jouer la carte de la provocation. Plus maintenant. Il ne devait plus agir sur un coup de tête, agir avec sa tête et pas directement l’action, parce qu’il pouvait le regretter amèrement. Il le sentait. Une fois en selle, il leva la tête vers l’homme, toujours avec son air agressif.


"Bon alors vous êtes qui exactement ? J’ai l’impression d’avoir vu votre tête mais je sais plus où…"

Si cette fois il pouvait consentir à répondre, ça serait vraiment une bonne chose, parce que le rouquin détestait les questions sans réponse, et il l’avait clairement exprimé à l’autre noble.

_________________
Do you have problem with firebrick ? ~


Dernière édition par Matthew O'Leary le Dim 31 Jan - 13:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1359-t-as-cru-que-j-etais-ton-pote-matt-terminee http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1365-les-liens-d-un-petit-noble-pas-si-noble
Noblesse

Féminin Messages : 30
Date de naissance : 15/02/1996
Date d'inscription : 29/10/2015
Age : 22
MessageSujet: Re: La Valse du Papillon ; pv Elliot O'Leary [TERMINÉ]   Mar 3 Nov - 11:08

Il fut ravi de voir que le premier pas était fait. C’était le plus difficile, après tout. S’il venait à lui, et même s’il n’avait pas l’air rassuré, et qu’il restait très méfiant à son égard, c’était qu’il lui accordait un peu de sa confiance tout de même. Shadock ne le décevrait pas. Il savait ces premiers instants cruciaux pour leur relation prochaine. Le Lord voyait loin, il prévoyait. Il planifiait. Il avait d’innombrables idées poussant comme un champ de fleurs sauvages dans son esprit, concernant ce jeune homme, plein de fougue et de détermination. Sa force, sa volonté de vivre, serait le moteur dont se servirait le Renard pour l’apprivoiser et le modeler. Il y avait tant de choses à faire. Il avait hâte. Il était impatient. Mais il devait faire doucement, et prendre des pincettes. Il ne fallait pas le bousculer, sinon il risquait de casser ce qu’il venait à peine de créer entre eux.
C’était infime, fragile, presque invisible. Il fallait faire de ce lien quelque chose d’indestructible.

Le voici qui parlait de nouveau, agressif et provocateur. Il cherchait le danger. Il était un aventurier. Un de ceux qui aime à volter avec le mal. Jusqu’où pouvait-il aller ? Le Lord darda ses prunelles profondes et claires sur le visage de l’adolescent, observant ses traits et l’expression de son visage, dure. Il ne le savait pas, n’en avait peut-être pas conscience, mais en lui, le Renard lisait facilement l’esprit troublé et révolté qui se terrait dans le regard de feu du rouquin. Le O’Leary contenait, tout comme lui, un monstre au fond de son être. Intéressant.
Un fin sourire étira ses lèvres blanches, alors que le jeune adulte prenait place sur sa monture. Il consentit enfin à lui accorder quelques mots, d’un ton trahissant la malice, calme et doucereux pourtant. Le caresser dans le sens du poil pour l’instant. L’animal s’était laissé approcher. Il s’agissait maintenant de lui faire comprendre que le Lord ne représentait aucun danger pour lui.

« Oh, mais j’ai déjà répondu à vos interrogations, jeune homme. »

La pièce d’or blanc était la clef. Mais le O’Leary ne semblait pas savoir qui il avait en face de lui, et ce que représentait le sceau sur l’objet brillant. Il était jeune après tout, et les O’Leary n’avaient été que de simples, mais riches, bourgeois. La Cour des Miracles, bien que réputée au-delà de Sina, pouvait très bien lui être étrangère. Shadock était certain pourtant qu’il avait du entendre rumeurs et légendes à son sujet. Tout le monde savait son existence.
Pressant ses jambes contre les flancs de son destrier blanc, il prit le pas et se mit à déambuler dans les rues, s’éloignant de la demeure brûlée des O’Leary en direction de l’intérieur de Sina. Ce fut sans grande surprise pour le Lord que le jeune adulte l’accompagnant lui posa encore une question. Ca n’était pas prêt de finir, il en avait conscience. Il ferait preuve de patience pour lui répondre, malgré l’agressivité évidente dans la voix du garçon.

« Je me nomme Shadock. Mais je suis plus connu sous le nom de Lord Phantom. »

Il se tourna sur sa selle, captant le regard flamboyant de la jeunesse troublée du O’Leary, un nouveau fin sourire se formant sur son visage. L’air moqueur, taquin ou malicieux, ou juste arrogant, on n’aurait su dire.

« Ce que vous tenez entre les mains monsieur O’Leary, est une pièce marquée du sceau de la Cour des Miracles. J’en suis le Chancelier. »

Le Renard glissa de nouveau ses yeux droit devant lui, faisant prendre un virage à sa monture de nacre, évitant quelques gens pleurant leur malheur devant leur maison fracassée. Il immobilisa sa monture juste devant les portes de sortie du district de Stoless, éventrées et tachées du sang des soldats les ayant gardées, la nuit de l’attaque des rebelles. Là-bas, plus loin, au centre de tous les murs et de l’humanité, il y avait le palais royal dont le propriétaire au sang bleu, n’avait plus de tête. Dans quelques jours, le petit peuple se rendrait compte de la mort de son roi, et ce serait une véritable cacophonie qui débuterait. Les rebelles avaient frappé fort pour une première attaque. Personne n’aurait pu penser que l’on s’en prendrait aux nobles ou au roi en personne. Le mal venait de l’intérieur. Shadock savait qu’il devrait couvrir ses arrières et resté sur ses gardes. Malgré la Cour des Miracles, il n’était pas à l’abri d’une attaque lui non plus, bien que ce serait un geste inconsidéré de la part des révolutionnaires.
Maintenant, il devait venger les porteurs de sceau tués pendant l’attaque, et ça, c’était une autre paire de manches. Il n’avait rien contre les rebelles, mais cela faisait partie du code de conduite de la Cour. Les porteurs de sceau étaient vengés après leur mort. Il ne pouvait pas faire autrement. Il allait devoir traquer les rebelles, les débusquer et peut être parviendrait-il à un marché avec eux. Mais le Lord Phantom devait accomplir sa part du contrat.

« Une fois passées ces portes, vous consentez à laisser ce sombre épisode de votre vie derrière vous. » murmura-t-il doucement, son visage se tournant vers le rouquin à ses côtés. « Si vous venez avec moi, vous me jurez fidélité. En échange de quoi je vous offre protection et un avenir prometteur, parsemé d’aventures. Je crois lire en vous un esprit de feu qui ne demande qu’à s’exprimer. »

Son sourire s’étira sur son visage à la peau pâle. Il pressa les talons et s’avança juste au-dessous des portes. Faisant volter son cheval pour mieux voir l’adolescent, il releva le port de tête, quelque peu.

« Laissez-moi vous apprendre à apprivoiser vos démons. Devenez mon apprenti. »

Il était conscient qu’il lui promettait de belles choses, et que pour le jeune homme, cela pouvait ressembler à des paroles balancées au hasard dans l’espoir de le manipuler. Mais le Lord était sincère. C’était un peu un saut dans le vide pour l’adolescent. Il fallait juste qu’il sache que le Renard était là pour le réceptionner, en bas. Tout en bas. Pourtant, Shadock craignait qu’il refuse et s’enfuit. Car après tout, il lui bandait les yeux et lui demandait de lui faire confiance sans qu’ils ne se connaissent. C’était quitte ou double et la décision n’appartenait qu’au O’Leary, et à lui seul. Le Lord avait été franc avec lui, et lui avait proposé une place de luxe à ses côtés, au sein de la Cour, en tant qu’apprenti. Son flair lui disait qu’ils devraient bien s’entendre. Encore fallait-il que le jeune homme ait assez de courage, ou soit assez téméraire, pour le suivre à l’aveugle, remettant sa vie entre les mains du Renard. Il était curieux de savoir ce qu’il comptait faire.

_________________
share in my ♚ torment
« shadows and monsters, they echoed and groaned, they're coming for me. i tried to hold these secrets inside me. my mind's like a deadly disease. i'm bigger than my body, i'm colder than this home, i'm meaner than my demons, i'm bigger than these bones. who is in control ? »


le lord phantom exige en #26C4EC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1424-shadock-lord-phantom-messire-renard http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1425-shadock-linkstopics
Noblesse

Féminin Messages : 65
Date de naissance : 23/09/1997
Date d'inscription : 27/09/2015
Age : 21
Localisation : Dans ton c--
MessageSujet: Re: La Valse du Papillon ; pv Elliot O'Leary [TERMINÉ]   Mar 1 Déc - 19:24

L’autre noble lui disait qu’il avait déjà répondu à ses questions. Elliot haussa un sourcil mais sans renchérir davantage parce que si quelqu’un devait avoir raison, ce ne serait pas lui même si c’était pénible à admettre. Soit… C’était lui qui ne saisissait pas la subtilité des réponses, sûrement. Avec Elly, il fallait y aller franchement sans prendre de pincettes, parce que tourner autour du pot était juste le plus pénible à ses yeux. Pourtant l’homme fini par décliner son identité, Shadock Phantom. Le rouquin ne devrait pas avoir de difficulté à s’en souvenir, bien au contraire. Il arrivait à se souvenir des noms et des visages des gens qu’il rencontrait.

Tout en discutant, ils faisaient avancer leurs montures et Elliot regardait les nobles hors de chez eux qui avaient survécu à cette nuit d’enfer, qui pleuraient, appelaient après leur famille… Tout ce spectacle serra le cœur du jeune homme, qui resta un moment silencieux en repensant à tout ce qu’il s’était passé… Mais surtout qu’il avait eu une chance inespérée d’avoir été repéré par le Lord Phantom. Parce qu’il aurait pu être comme tous ces gens qui avaient tout perdu et qui restaient là, misérables, couverts de sang pour certains… Un frisson parcourra l’échine du rouquin qui préférait ne rien dire, un peu plus calme.

Ensuite Shadock lui révéla qu’il était le Chancelier de la Cour des Miracles et que c’était son sceau qu’il tenait entre ses mains. La Cour des Miracles… Elliot en avait déjà entendu parler, que d’une seule oreille parce qu’il n’y croyait pas et il réalisa à quel point il avait tord et que ça existait tout simplement. Il releva la tête pour observer le dos du Lord Phantom en silence un moment, lui qui avançait calmement devant lui. Cet homme était mystérieux, Elly ne pouvait pas prétendre le contraire mais en même temps… Il donnait envie qu’on le suive.

Ils s’arrêtèrent tous les deux, du moins l’homme immobilisa sa monture et Elliot l’arrêta un peu trop tard, tout simplement encore perdu dans ses pensées, et il releva la tête vers son interlocuteur, qui s’était tourné vers lui pour lui dire que s’il passait ces portes, il allait oublier cet épisode de sa vie… Mais en plus de ça, il lui offrait une protection et un avenir, en échange de quoi il devait lui jurer fidélité. Là c’était un problème qui se posait... Ou pas vraiment un problème mais une nouvelle décision. Malgré ses airs de teigne, il y en avait dans la tête et il ne prenait pas ces choses à la légère. C’était de sa vie qu’il s’agissait, de tout son avenir. S’il jurait fidélité à Shadock, il s’engageait à rester à ses côtés et s’il fuyait… Qui savait ce qui allait lui arriver ? Lui-même n’en savait rien.

Le rouquin voulait réfléchir vite, semblant peser le pour et le contre de ce choix important. Il avait envie de dire oui, d’accepter cette offre plus que généreuse. Cependant, il avait quand même un doute malgré tout. Celui de se dire que le Lord Phantom pouvait lui mentir, même s’il ne percevait aucune trace de mensonge alors… Soit il était très doué pour le mensonge, soit il ne mentait pas tout simplement, bien qu’une question lui trottait dans la tête depuis un long moment. Avec tout ce qu’il venait de voir, tous ces corps parfois étendus, parfois recroquevillés en train de s’apitoyer, c’était dur à voir. Une chose était sûre, c’était qu’il n’allait pas se défiler, pas maintenant.


"J’accepte votre offre, Lord Phantom."

Elliot marqua une pause en plantant son regard dans celui de Shadock, pour lui montrer qu’il était déterminé en plus de ça, qu’il n’allait pas prendre les jambes à son cou pour partir en courant et aller se terrer dans un coin comme un lâche… Ce genre de proposition, ça ne se présentera qu’une fois. Mais il voulu en savoir un peu plus tout de même.

"Pourquoi moi plutôt qu’un autre ?"

C’était une question légitime, ça aurait pu tomber sur n’importe qui, alors pourquoi lui ? Là était la question parce qu’il n’en savait fichtrement rien et seul le Lord pouvait lui répondre. En tout cas il comptait sur lui pour lui dire ce qu’il voulait savoir. Pas ce qu’il voulait entendre, parce que ça ne servait à rien, ce n’était que désillusion pour se dire que le monde était tout simplement parfait. Ce que le rouquin voulait vraiment, c’était entendre la vérité. Le pourquoi du comment le Lord avait jeté son dévolu sur lui. Parce qu’il comptait le suivre, il prenait le risque de lui faire confiance en espérant ne pas le regretter mais qui à part lui aurait pu lui proposer une telle offre ? Pas grand monde, si ce n’était personne. Saisir l’opportunité au vol, tout simplement.

[HS : Pardon pour le retard T^T]

_________________
Do you have problem with firebrick ? ~


Dernière édition par Matthew O'Leary le Dim 31 Jan - 13:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1359-t-as-cru-que-j-etais-ton-pote-matt-terminee http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1365-les-liens-d-un-petit-noble-pas-si-noble
Noblesse

Féminin Messages : 30
Date de naissance : 15/02/1996
Date d'inscription : 29/10/2015
Age : 22
MessageSujet: Re: La Valse du Papillon ; pv Elliot O'Leary [TERMINÉ]   Lun 14 Déc - 17:30

Les secondes étaient longues, mais pas dépourvues d’importance pour le Lord. Fixant avec attention et intensité le jeune O’Leary, il attendait impatiemment sa réponse, contenant les émotions qui bouillonnaient en son intérieur. Et s’il refusait ? Devrait-il se jeter à ses pieds pour le supplier ? Jamais. Jamais, même pour un être aussi intéressant que le jeune homme, il ne ploierait le genou. Il partirait alors, simplement en le laissant derrière lui, la rage au ventre et son orgueil sauf. Peut-être bien que ce serait un gâchis, un immense gâchis, mais il préférait louper l’opportunité unique de vivre l’expérience d’un apprentissage et de l’apprivoisement du jeune homme, plutôt que de bafouer sa fierté et sa dignité. Ainsi donc était-il, égoïstement.

Mais à son plus grand plaisir, il entendit souffler entre les lèvres du nobliau les mots qu’il attendait tant. Voilà qu’il acceptait son offre et l’accompagnerait dans son existence. A imaginer les innombrables méfaits et choses qu’il lui apprendrait, qu’il réaliserait avec lui, l’impatience grimpait d’un ton dans le corps du maître assassin. Ressentant chacune de ses émotions, sa fidèle monture blanche comme neige se mit à piétiner le sol, voltant d’elle-même et sur elle-même, obligeant le Lord à quitter des yeux le visage du O’Leary, pendant quelques petites secondes. Le temps pour lui de faire apparaître sur ses traits un sourire fin et léger, mais pas des moins satisfaits. Tendant les rênes de cuir pour raffermir sa prise sur la bouche de son étalon, le Lord Phantom ne parvint pas à arrêter les mouvements impatients de l’animal qui recula. Il abandonna l’idée même, trop préoccupé par la pensée nouvelle d’avoir à ses côtés un jeune humain lui ressemblant, à éduquer et élever pour exprimer tout le potentiel qu’il voyait en lui.
Talonnant les flancs du grand cheval qui s’élança vers l’avant, il mena ses pas rassemblés et vifs jusqu’aux côtés du bai que montait son tout neuf apprenti. En face à face, il plongea ses prunelles pareilles à des terres gelées dans la flamboyante jeunesse téméraire qu’il distinguait dans les yeux du roux. Et alors il se souvint : Elliot.

Il avait eu vent de plusieurs chapardages consécutifs et réguliers, chez différents commerçants. A chaque fois, il avait été question d’un seul homme, d’une seule et même description. Sans prêter plus d’attention que cela à ces affaires, le Lord l’avait gardé dans un coin de sa tête. Elle était ressortie plus intrigante encore, alors qu’il apprenait de la bouche d’un de ses fidèles chasseurs que le voleur était un jeune noble redistribuant au pauvre. Interloqué et surpris, Shadock avait laissé couler cette histoire loin derrière lui, parmi ses innombrables souvenirs et dans son palais des mémoires.
Le voici donc devant lui, ce malfrat au grand cœur. Il ne se serait douté de rien, s’il n’avait pas prêté l’oreille à ces rumeurs courant les rues. Déjà à l’époque, quand bien même ce n’était qu’une histoire parmi tant d’autres, il avait donné plus d’attention qu’à son habitude à ce genre d’on-dit. Qui des deux avaient finalement charmé l’autre le premier ? Il ne saurait dire. Happé par la sensibilité profonde qui se dégageait de la présence du O’Leary, le Renard s’était laissé bercer par les blessures qui parsemaient les différentes facettes du jeune homme. L’apprivoiser, ou se laisser apprivoiser, il n’y avait plus vraiment de limite séparant les deux termes. Elliot lui plaisait, c’était indéniable. Il avait jeté son dévolu sur lui, et Shadock ne saurait dire exactement pourquoi encore.

Et pourtant, il devait bien trouver une réponse concrète. L’adolescent la quémandait, et il en avait tout à fait le droit. Il était juste et certain, qu’il méritait de connaître les raisons du Lord concernant son recrutement. C’était un excellent moyen aussi de commencer à le remercier d’avoir accepté d’accéder à sa demande. Une façon de démarrer leur relation sur de bonnes bases, importantes. Nécessaires. Shadock releva quelque peu son visage fin en gardant le silence quelques secondes, rassemblant ses idées. Il ouvrit la bouche pour parler, mais s’arrêta, stupéfait par la vérité qui venait de s’abattre dans son esprit.

Il était elle, en même temps qu’il lui ressemblait. Son image fleurit dans ses yeux bleus d’azur, soudain parsemés d’un voile léger de mélancolie et de tristesse, mais remplit d’amour pour l’unique qui avait ensorcelé son âme, souriante, belle fille de la nuit et du Soleil. Ses cheveux d’un noir de jais qui rehaussait la couleur de son regard semblant posséder en lui les flammes de l’astre diurne et toutes les étoiles du ciel de minuit, sa bouche aux lèvres douces qui s’étiraient d’une expression douce et souveraine, le port de tête altier. La sauvagerie retenue dans ses prunelles, l’élégante tenue de ses gestes. Ses rêves d’égalité et d’une société nouvelle, ses utopies chantées au clair de lune. Ses joutes verbales que jamais elle ne perdait, le trouble qu’elle semait dans les cours, avant de disparaître comme la fumée, comme la brume, échappant même à son ombre. Elle était si belle, si forte et si rebelle. Elle était si belle, si généreuse et si douce. Elle était juste. Et de justesse, avait fait succomber à ses charmes le cœur fou et furieux du Lord Phantom. Avait bridé ses colères et fait taire ses misères. Une lionne, une reine. Ruyn.

« Vous êtes mon reflet. La promesse d'un lendemain sûr et d'entrain pour la Cour. » souffla t-il avec douceur.

Ses mots glissèrent entre ses lèvres fines, alors qu’il détournait son visage vers la ligne d’horizon qui pointait son bout de nez au-dessus des murs. Aurait-il pu être plus sincère ? Aurait-il du ne pas mentir ? Aurait-il pu ne pas mentir ? Et lui avouer toute la vérité ? Qu'il n'était pas seulement arme, soldat, futur grand assassin ou Chancelier, mais aussi l'enfant qu'ils n'auront jamais.
Shadock posa de nouveau ses prunelles glacées sur le jeune homme en face de lui. Elle se serait arrêtée sur lui, elle aussi. Elle l’aurait longuement observé, et l’aurait choisi. Elle l’aurait bien mieux accueilli que lui. Elle était si douée avec les gens, si douée pour les enchantements. Était-elle là, encore près de lui, à le guider dans ses choix ? Était-elle là, lorsqu’elle avait poussé ses yeux à se glisser sur la silhouette fouillant les décombres ? Il n’était pourtant pas fait pour être père. Il ne s’en sentait pas capable, c’était beaucoup trop de responsabilités. Et pourtant ? Pourtant, il n’y pensait pas, quelques minutes plus tôt. Il avait eu la certitude que son choix était le bon, et qu'Elliot ne représentait rien d’autre qu’une potentielle carte maîtresse dans l’avenir glorieux de la Cour des Miracles. Et maintenant, le voici à se laisser désorienter par la seule faiblesse qu’il possédait. Le voici à se désorienter, seul, par la seule blessure qui ne guérira jamais sur son cœur.
Shadock se redressa sur sa monture blanche, soupirant quelque peu en reprenant l’assurance qui faisait de lui un Lord respectable, bridant le démon qui hurlait en lui de douleur et de rage.

« Je ne peux pas vous laisser gâcher votre vie, Elliot O’Leary. Maintenant que j’ai croisé votre chemin, je ne peux pas oublier ce que j’ai vu en vous. » avoua t-il à mi-voix.

Un peu de lui. Un peu d’elle. Une faiblesse. Elliot était devenu une faiblesse. En si peu de temps… ?
Il avait beau être puissant et riche, habile assassin et manieur d’armes d’exception, il n’en restait pas moins fragile, quand bien même il fallait savoir où le frapper. Souvent, il le faisait seul. Il ne pouvait plus effacer l’image de Ruyn, dès lors qu’il croisait le regard du jeune nobliau. Fou ? Peut-être, oui et démesurément. Peut-être était-il atteint d’une folie, dont il ne voulait pas guérir. Elle le tuait à petit feu, à apparaître dans des reflets, dans des miroirs, ou au coin des rues. Elle le tuait à petit feu, et pourtant, pour rien au monde il n’effacerait de sa mémoire ses images qui le hantaient. Il l’aimait tant.
Le O’Leary avait sa réponse, aussi détestable soit-elle aux yeux du Lord.

« Partons maintenant. »

Le Renard plaqua ses rênes contre l’encolure de son étalon nacré, le faisant volter. Plantant ses talons dans les flancs de l’animal, il prit le galop, les foulées claquant contre les pavés vieux et abîmés. Il passa sous les lourdes portes fracturées du district de Stoless, et à travers la foule, fila en direction du repaire de la Cour, caché sous les gens et sous les villes, encore imprenable à ce jour.

_________________
share in my ♚ torment
« shadows and monsters, they echoed and groaned, they're coming for me. i tried to hold these secrets inside me. my mind's like a deadly disease. i'm bigger than my body, i'm colder than this home, i'm meaner than my demons, i'm bigger than these bones. who is in control ? »


le lord phantom exige en #26C4EC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1424-shadock-lord-phantom-messire-renard http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1425-shadock-linkstopics
Noblesse

Féminin Messages : 65
Date de naissance : 23/09/1997
Date d'inscription : 27/09/2015
Age : 21
Localisation : Dans ton c--
MessageSujet: Re: La Valse du Papillon ; pv Elliot O'Leary [TERMINÉ]   Ven 25 Déc - 21:58

Le jeune homme avait dû attendre un petit moment avant d’obtenir réponse à ses questions. Il garda le silence pour écouter le Lord lui parler. C’était bien la première fois qu’il restait aussi calme, qu’il ne coupait pas la parole à un noble, sachant en plus qu’il les détestait, mais là la situation était différente. Tout était différent. Des hommes avaient frappé et tué ce soir, et tout avait basculé. En une soirée. Des vies entières allaient changer avec cet événement aussi tragique qu’inattendu. A peine était-il devenu orphelin que le jeune noble se retrouvait quelqu’un avec qui vivre, avec qui il pourrait survivre. Une chance inouïe, inespérée.

Elliot resta silencieux lorsqu’il lui dit qu’il était son reflet. D’abord il ne comprit pas pourquoi il lui disait ça et puis il entendit les mots qui vinrent après ça. Parce que d’après le Lord Phantom, il était le lendemain sûr de sa Cour… D’un seul coup, il ressentait un poids de responsabilités. Est-ce qu’avec cette offre qu’il venait d’accepter, il ne s’engageait pas à reprendre la relève ? De plus, son désormais protecteur semblait être quelqu’un d’important. Est-ce qu’il deviendrait quelqu’un d’important aussi ? C’était quelque chose qui ne lui avait pas effleuré l’esprit mais bon… Il apprendrait sûrement en compagnie de son protecteur.

Il serra ses rênes entre ses mains en pensant à tout cela. Une nouvelle vie. Une vie qui allait s’annoncer tellement différente de l’ancienne. Une vie qui ne serait plus jamais la même, et le rouquin devrait faire une croix sur tout ce qu’il avait appris jusqu’à présent. Quelque part, il avait un peu peur de ce qu’il allait découvrir, de ce qu’il allait apprendre, peut-être même que rien n’allait être comme il l’imaginait. Oh, pas qu’il pensait que ça serait facile ou quoique ce soit du même genre, mais pire peut-être ? Dans tous les cas il n’en savait rien. Il baissa les yeux un instant.

Elly releva la tête lorsqu’il entendit les mots suivants. Que Shadock ne voulait pas qu’il gâche sa vie maintenant qu’il l’avait croisé, et qu’il avait vu quelque chose en lui… D’un coup, le jeune homme se demandait ce que le Lord avait remarqué en lui. Quelque chose de spécial ? Mais quoi ? Cette affirmation était plus que troublante pour le jeune homme mais il ne disait rien. Du moins pour l’instant, il pesait ses mots, il réfléchissait avant de parler. Quelque chose qu’il ne faisait jamais avant, mais quelque chose le bridait déjà. La présence de Shadock, comme s’il avait la crainte de dire quelque chose de travers ou de déplacé. Parce que d’un seul coup, Elliot avait peur.

Peut de quoi ? Qu’avec des propos déplacés, provoquants, mauvais par moment, Shadock décide tout de même de le laisser parce qu’il était bien trop pénible et ingérable. Une crainte qu’il avait au fond de lui malgré les paroles dites un peu plus tôt. Cette crainte, le jeune rouquin la garda pour lui, bien à l’abri. Il verrait bien au fur et à mesure s’il pouvait se détendre et parler sans crainte. Après tout il l’avait un peu provoqué quelques minutes avant alors il pouvait perdre patience au bout d’un moment. Elly ne le connaissait pas encore assez, et il espérait le cerner un peu plus d’ici quelques temps. Il fini par ouvrir la bouche en relevant la tête, après que Shadock aie dit qu’ils partaient. Elliot faisait avancer sa monture derrière le Lord.


"Qu’est-ce que vous avez vu en moi exactement ? Je n’ai rien de spécial à mon avis, et on voulait plus se débarrasser de moi que de me garder… Alors qu’est-ce que vous avez vu ?"

Le jeune homme marqua une pause, en se demandant si la réponse, il ne l’avait pas eu plus tôt. Il soupira, parce qu’il n’arrivait pas vraiment à exprimer ce qu’il voulait, parce qu’il n’était pas si doué que ça avec les mots. En le suivant, il le regardait, se mettant même à sa hauteur.

"Est-ce parce que je suis votre ‘reflet’ ?"

En demandant cela, il penchait la tête en l’observant d’un air curieux. Au final il avait juste envie d’en savoir un peu plus, et même si ça agaçait Shadock, il n’empêcherait pas Elliot de poser toutes les questions qui lui passaient par l’esprit.

_________________
Do you have problem with firebrick ? ~


Dernière édition par Matthew O'Leary le Dim 31 Jan - 13:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1359-t-as-cru-que-j-etais-ton-pote-matt-terminee http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1365-les-liens-d-un-petit-noble-pas-si-noble
Noblesse

Féminin Messages : 30
Date de naissance : 15/02/1996
Date d'inscription : 29/10/2015
Age : 22
MessageSujet: Re: La Valse du Papillon ; pv Elliot O'Leary [TERMINÉ]   Mer 13 Jan - 12:17

Des questions, toujours des questions. Insatiable curiosité, de la jeunesse fringante dont était pourvu le O’Leary. Des questions et encore des questions, et des réponses qui n’apportaient que des questions à leur tour. Mais c’était des questions importantes, des questions auxquelles il fallait répondre, peu importe le prix. Des questions d’existence, d’identité. Il ne pouvait pas faire l’impasse dessus. Il ne pouvait pas le laisser dans son incompréhension, pataugeant derrière lui en essayant tant bien que mal de le suivre. Il avait besoin d’un garçon fort et bien dans sa peau. Il ne pouvait pas ignorer ses interrogations, et malgré tout, il y répondrait le plus sincèrement possible. Seulement, il ne pouvait pas tout lui dire non plus. Shadock était très pudique, et il semblait qu’il lui serait compliqué de nourrir suffisamment la curiosité d'Elliot, sans se dévoiler.
Il fallait trouver le bon compromis.

Poussant sa monture dans les ruelles, les gens dégageant la place pour laisser passer les deux cavaliers, Shadock écouta sagement les interrogations du plus jeune. Pourquoi. Pourquoi. Toujours des pourquoi. Et pourquoi ci, pourquoi ça. Pourquoi le ciel, pourquoi la terre. Pourquoi la vie, pourquoi la mort. Pourquoi le monde. Pourquoi moi.
Quand bien même le nobliau avait du mal à s’exprimer, il était encore plus difficile pour le Lord de trouver une réponse convenable. Aussi se garda-t-il de répondre à la va vite, et il se mura dans un long silence, le regard fixé droit devant lui à la recherche de la bonne réponse.

Il ne pouvait pas se tromper. Il devait être précis et juste. Il fallait trouver les bons mots. Sa monture blanche dévalait une pente de pavés glissants, obligeant son cavalier à se pencher un peu en arrière pour ne pas perdre l’équilibre et tomber. Elle s’engagea ensuite dans un sentier de gravier et de terre mélangés. Ils approchaient du sous-bois qui menait à quelques résidences cachant une des entrées aux souterrains de Sina. Ralentissant l’allure, le grand étalon de nacre se glissa sous la parure des arbres au pas, les naseaux dilatés par la course.
Sur son dos, le Lord ne parvenait toujours pas à exprimer une réponse. Pourtant, il fallait bien qu’il parle, ou sinon Elliot penserait qu’il se fichait de lui et qu’il n’avait cure de son bien-être. Ce qui était faux, bien évidement. En le prenant sous son aile, Shadock avait accepté l’entière responsabilité de sa vie, de son éducation et de son devenir. D’autant plus qu’il ne s’agissait plus que de cela, à présent. Il ne pouvait empêcher le pincement dans sa poitrine, dès lors qu’il posait les yeux sur lui.
Le Renard détailla son visage une nouvelle fois, ses prunelles d’azur profondes scrutant la sauvagerie indomptée qu’il pouvait lire dans les traits d'Elliot.

« Pourquoi donc pensez-vous cela ? »

Ne trouvant décidément par les bons mots pour exprimer sa pensée, Shadock changea de tactique. Peut-être qu’en bavardant et en questionnant un peu plus Elliot, ils trouveraient à deux une réponse convenable qui les satisferait.
Ainsi donc, le jeune roux sous-estimait son existence. Il était pourtant bien vivant. Bien là devant lui, à ses côtés. Il avait d’ailleurs une assez belle tenue à cheval, ce que le Lord appréciait grandement. Il était prêt à apprendre un peu de voltige et pour sûr que ce serait un de ses points forts, vu sa morphologie. Il était taillé pour la souplesse. Sa légèreté serait sa plus grande force à cheval. Mais là n’était pas la question.

« Je n’ai rien de spécial à mon avis ». Cette phrase ne cessait de revenir dans l’esprit du Renard. Il trouvait cela très affligeant de voir un si grand garçon avec un si grand potentiel bridé par une idée faussée qu’il n’avait pas sa place ici et qu’il n’avait pas de rôle à jouer dans ce monde. Peut-être était-ce cela, la réponse à sa question. Peut-être que simplement, il désirait être rassuré et éclairé sur le sens de sa vie. Shadock glissa ses yeux sur les bois alentours.
« On voulait plus se débarrasser de moi que de me garder ». Point commun ou non, Elliot avait tout de même subit un rejet. Pour un enfant, c’était une blessure qui marquait à vie, le Lord le savait plus que quiconque. Quand bien même on n’avait pas envoyé le nobliau dans les oubliettes de l’humanité, il se doutait très bien de ce qu’avait pu ressentir l’adolescent. L’abandon était un sentiment horrible. Shadock n’avait pas encore appris à passer outre, c’était quelque chose qui le rendait dangereux. Il pouvait se montrer très mesquin. D’autant plus qu’il était rancunier. Mais il ne s’agissait pas de lui, ici. C’était donc ça, l’animosité dans les attitudes et le comportement du roux. Un manque d’attention avait fait naître en lui un sentiment d’incompréhension face à sa place dans la vie. Le Renard l’imaginait très bien faire les quatre cents coups pour attirer les lumières sur lui, sans grand succès. C’était affligeant.

« Vous manquez de confiance en vous, Elliot. » lâcha-t-il calmement. « Mais cela ne répond pas à votre question. »

Il le savait bien. Pourtant, lui indiquer cette lacune n’avait rien d’anodin. Shadock le sentait débrouillard, et il avait pris le parti de n’agir que comme une boussole. Quelques indices par ci par là, une petite pousse dans le dos et Elliot aurait assez de courage pour faire le reste, il en était certain. Il était déjà un adulte. Un peu perdu, un peu capricieux, mais c’était des problèmes qu’il pouvait régler avec un peu d’aide. Le Lord ne s’en priverait pas. Son apprentissage commençait ainsi.

« Le destin, ça n’existe pas. » commença-t-il en voie de répondre enfin à la question du plus jeune. « Tout le monde peut faire quelque chose de formidable dans sa vie. Il faut simplement s’en donner les moyens. »

Leur petite discussion avait peut être portée ses fruits (quand bien même le Lord avait parlé seul, les monologues et réflexions orales avaient toujours du bon). Shadock ne possédait pas la science infuse, d’autant plus que la psychologie était un domaine des plus flous. Mais il avait acquis un esprit vif et malin. Les nombreuses années à s’attarder sur le comportement d’autrui lui avait apporté assez de connaissances pour jouer de cela. La manipulation, mais aussi l’analyse des autres, étaient deux choses dont le Renard raffolait.

« Beaucoup désire me voir mort. Si l’on suit votre logique, je suis donc dépourvu de couleurs. » dit-il en tournant son visage vers l’adolescent. « Et pourtant je vois autour de moi un monde magnifique, dont les teintes raviraient même le plus capricieux des dieux. »

Il le fixa quelques secondes, avant d’arrêter sa monture et de poser une main sur l’épaule d'Elliot.

« Il suffit que vous lui donniez vos couleurs. » murmura-t-il dans un sourire. « J’en ai vu de merveilleuses en vous. Seulement, vous vous obstinez à ne voir que du noir et du blanc. Laissez s’exprimer votre cœur. » ajouta-t-il en glissant sa main sur la poitrine d'Elliot, puis en posant son index sur son front. « Et votre âme. »

Talonnant son étalon, il s’éloigna de quelques foulées avant de lui faire face.

« Délivrez-vous de tout ce que l’on vous a appris, Elliot. Vous avez votre place ici, et auprès de moi. Si je brille, pourquoi pas vous ? »

Le but étant de le faire réfléchir aussi et de l’amener à apporter sa propre réflexion sur le sujet, le Lord ne pâtissait pas de lui lancer des questions rhétoriques. Son grand cheval piaffant sur le sol, il le poussa à tourner autour des arbres, tout en guettant les mouvements d'Elliot.

« Soyez ambitieux, visez haut, ne vous laissez pas brider ! Vous pensez que vous n’êtes qu’un déchet, une erreur ? Un marginal ? Faites en une force. Êtes-vous une brebis ou un loup ? Qui doit en décider ? »

Revenant à lui, il fit se bousculer leur monture, appuyant ses dires, ses réflexions un peu provocantes.

« Moi j’ai choisi d’être un loup. Et vous ? Proie ou prédateur ? » lui lança-t-il dans un sourire mesquin, ou se mêlait la taquinerie au défi. « Ou bien chasseur ? Ne vous laissez pas dévorer alors. »

Shadock lança sa monture au grand galop dans les sous-bois, quittant le sentier qu’ils avaient parcouru depuis quelques minutes. Aurait-il assez de cran pour lui tenir tête ? Ils avaient bien assez de temps devant eux avant de rallier la Cour. Le Renard désirait faire plus ample connaissance et quoi de mieux que le jeu pour se faire. Une petite partie de chasse pour le bousculer, voilà qui serait intéressant.

_________________
share in my ♚ torment
« shadows and monsters, they echoed and groaned, they're coming for me. i tried to hold these secrets inside me. my mind's like a deadly disease. i'm bigger than my body, i'm colder than this home, i'm meaner than my demons, i'm bigger than these bones. who is in control ? »


le lord phantom exige en #26C4EC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1424-shadock-lord-phantom-messire-renard http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1425-shadock-linkstopics
Noblesse

Féminin Messages : 65
Date de naissance : 23/09/1997
Date d'inscription : 27/09/2015
Age : 21
Localisation : Dans ton c--
MessageSujet: Re: La Valse du Papillon ; pv Elliot O'Leary [TERMINÉ]   Dim 31 Jan - 13:23

Elliot savait qu’il posait bien trop de questions, et au final est-ce que ça allait agacer son protecteur ? Il n’en savait rien mais… En tout cas le rouquin se disait qu’il devait être pénible quand même avec toutes ses questions, mais c’était quelque chose dont il ne pouvait pas s’empêcher. A la rigueur quand il aurait toutes les réponses à ses questions et qu’ensuite il n’en avait plus à poser, peut-être qu’il ne dirait plus rien. Enfin cela restait toujours à confirmer, bien que là le jeune homme restait silencieux pour écouter Shadock.

Elly n’était pas du genre à boire les paroles d’un nouveau venu comme ça, mais il acceptait d’écouter ce qu’on avait à lui dire… Sauf quand ça ne lui plaisait pas et que ça lui prenait vraiment la tête. Ce genre de conversations qu’il fuyait en temps normal. Son protecteur lui dit qu’il manquait de confiance en lui. La mine du plus jeune se renfrogna légèrement en entendant ça. Comment pouvait-il affirmer une chose pareille alors qu’il n’était avec lui que depuis à peine une heure ou deux ? Juste avec ses questions qui le faisaient ressembler à un gamin capricieux en manque de réponse ? Rien que ça, ça commençait à le faire bouillonner.

Pourtant il ne disait rien, continuant à écouter son aîné, l’écoutant dire que le destin n’existait pas, que si on voulait faire quelque chose, eh bien il fallait simplement s’en donner les moyens. Il était marrant à dire ça lui… Elliot lâcha un soupir sans rien ajouter de plus. Il allait paraître pour le casse-pied de service s’il commençait à la ramener. C’était comme ça avant mais là, il avait envie que ça change et ne plus être ce sale gamin qui cherchait des crosses à ses aînés pour leur montrer qu’il ne se laisserait pas avoir par leurs manières de penser.

Il haussa seulement un sourcil lorsque son protecteur évoqua les couleurs. Qu’est-ce que cela signifiait, son délire avec les couleurs ? Il disait que lui voyait des choses magnifiques autour de lui en dépit du fait que des gens voulaient sa mort… Et en affirmant que Elliot s’obstinait de voir en noir et blanc. Le rouquin ne broncha pas lorsque le plus âgé posa sa main au niveau de son cœur, puis un doigt sur son front, et il se contenta de détourner la tête en silence avant de soupirer, alors que Shadock s’était éloigné pour le regarder, face à lui sur son cheval. Le jeune homme releva la tête pour l’observer. L’écouter dire qu’il fallait qu’il se délivre de tout ce qu’on lui avait appris jusqu’à maintenant.

Mais qu’est-ce qu’on lui avait appris justement ? Mépriser les faibles parce qu’ils n’étaient pas assez bien pour lui ? Essayer de lui faire comprendre que dans la vie, les riches étaient ceux qui détenaient le pouvoir ? Tout ça, Elliot l’avait déjà rejeté. Tout ça, c’était des choses qui ne plaisaient pas au jeune adulte. Shadock avait une façon de penser intéressante, ce qu’il disait lui plaisait. Elly fonctionnait comme ça la plupart du temps. Il jugeait l’homme ou la femme en face de lui en analysant sa manière de penser, sa manière de parler.

Autant parfois, certains adultes lui courraient sérieusement sur le haricot, autant l’homme en face de lui, lui offrait une perspective d’une nouvelle vie bien différente de l’ancienne et c’était ça qui lui plaisait vraiment. Oublier tout ce qu’il avait fait jusque-là… Non, il n’y arrivera pas, mais oublier cette éducation de petit bourgeois, ça il n’aurait aucun mal à le faire. Un vague sourire se dessina sur ses lèvres. Il ne se disait pas que c’était facile et qu’il y arriverait comme ça, par le Saint-Esprit mais il essaierait de vivre cette nouvelle vie, une vie qui pourrait être nettement mieux et plus profitable… Elliot avait décidé de faire confiance à Shadock, sa décision était finalement prise.

Être ambitieux, viser toujours plus haut, ne pas se laisser marcher sur les pieds, devenir quelqu’un. C’était en gros ce que lui disait Shadock et ça, le rouquin l’entendait bien. Et tout ce qu’il entendait lui donnait vraiment envie… Alors peut-être que ce qui l’attendait serait loin de ce qu’il aurait imaginé, peut-être que rien ne serait comme prévu mais là, le jeune noble voulait prendre le risque. Le risque de changer de vie, aux côtés d’un homme dont il ne savait rien mais qu’il finirait par connaître à force de rester avec lui. Ce n’était qu’une question de temps maintenant.

Le jeune homme sursauta brusquement lorsque la monture de Shadock vint pousser la sienne. Il ne l’avait même pas vu revenir tant il était perdu dans ses pensées. Le Lord était un loup, d’après ce qu’il prétendait. Et lui, qu’était-il ? Un loup, une brebis ou en d’autres termes, une proie, un prédateur ou un chasseur, pour reprendre les termes du Lord. Après quoi il lança sa monture au galop, laissant Elly en plan qui l’observait d’un air curieux avant qu’il ne comprenne. Une course, voilà comment le roux interprétait la situation. Cette dernière avait réveillé l’esprit de feu du jeune homme et il lança à son tour sa monture pour rattraper son protecteur.

S’il y avait quelque chose que Elliot détestait, c’était perdre, et là il allait bien prouver à Shadock qu’il n’était pas seulement un gamin, fils de nobliau qui venait de tout perdre et qu’il venait de recueillir, mais qu’il possédait un fort esprit de compétition. Peut-être même très fort, puisque la défaite n’était pas acceptable chez lui et c’était le meilleur moyen de le motiver pour qu’il donne le meilleur de lui-même.

Elly savait monter à cheval, il se débrouillait même très bien et des courses, il en avait fait contre d’autres jeunes de son âge. La monture n’était seulement pas la même, mais le jeune homme l’encourageait au mieux, penché un peu en avant pour lui montrer qu’il était avec lui, et qu’il ne l’utilisait pas simplement comme un simple animal qu’il pousserait jusqu’à ses derniers retranchements. Rapidement, Elliot rattrapa Shadock, voulant se mettre à sa hauteur, un sourire au visage et le regard flamboyant, de celui qui relevait les défis.


"Je ne sais pas comment je dois me considérer, comme un loup ou un mouton, un chasseur ou une proie…"

Elliot fixa droit devant lui, pour regarder le paysage défiler rapidement, à la vitesse à laquelle ils allaient, en réfléchissant à ses mots.

"Je ne sais pas non plus quelles couleurs je vais finir par voir dans ce monde quand je me serai séparé du noir et du blanc…"

Le jeune homme marqua une pause, avant de tourner les yeux vers Shadock.

"Mais une chose est sûre, c’est que je me laisserais pas battre, même par vous !"

De nouveau il talonna sa monture pour accélérer et dépasser son protecteur. Même s’il devait perdre, il allait lui montrer qu’il en avait du cran, et qu’il n’allait pas hésiter à lui tenir tête si jamais. Il ne voulait pas se montrer faible, et ça passait par prouver sa valeur comme actuellement, montrer de quoi il était capable.

_________________
Do you have problem with firebrick ? ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1359-t-as-cru-que-j-etais-ton-pote-matt-terminee http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1365-les-liens-d-un-petit-noble-pas-si-noble
Noblesse

Féminin Messages : 30
Date de naissance : 15/02/1996
Date d'inscription : 29/10/2015
Age : 22
MessageSujet: Re: La Valse du Papillon ; pv Elliot O'Leary [TERMINÉ]   Sam 13 Fév - 14:30

Un peu surpris par la fugue du Lord, mais pas des moins dépourvu de réactions, le voici qui élançait sa monture derrière l’étalon tout de nacre du Renard. Et Messire Renard en jouissait. Qui des deux chassait l’autre ? Qui était la proie et qui était le prédateur ? Retenant son destrier qui abattait ses sabots rosés et épais sur le sol herbeux du sous-bois, il laissa tout le loisir à son jeune apprenti de venir à lui, galoper à ses côtés.
Elliot lui fit part de ses doutes, encore profonds et bien ancrés dans chaque parcelle de son corps, et c’était comme s’il lui avouait qu’il ne savait pas à quel monde il appartenait, et qu’il ne connaissait pas sa place dans son existence, ni son sens. Un fin sourire étira alors les lèvres du Lord Phantom. Une seule réponse venait à son esprit, lorsqu’il écoutait les dires du jeune roux : « C’est à toi et seulement à toi, de bâtir ton destin et décider de la voie que tu veux entreprendre. »

Les yeux d’azur suivirent la silhouette fine et sèche du jeune adulte alors qu’il provoquait sans hésitation le Renard. Son esprit compétitif ne semblait pas avoir de limite, mais il oubliait surement à qui il faisait face en cet instant. Car après tout, d’après ce qu’il avait pu observer, Elliot ne connaissait rien de lui. Et Shadock serait d’autant plus ravi de lui montrer l’étendue de ses capacités, si c’était aussi pour assouvir sur lui son autorité.
Car quand bien même le rouquin embrassait sa liberté et contrait toutes formes d’enchainement, il avait accepté de devenir l’apprenti du Chancelier de la Cour des Miracles. Et ce n’était pas aujourd’hui qu’il dépasserait son maître. Il avait encore un long chemin à parcourir, avant de pouvoir prétexter le vaincre à plates coutures.

Le hongre bai d'Elliot avalait la distance sous ses longues foulées, porté par les encouragements de son cavalier. Pauvre, pauvre, pauvre, lui. Une course ? Quel jeu ennuyant. Pensait-il vraiment que le Lord pouvait analyser son potentiel de plus près, alors que le facteur déterminant était l’état et les capacités de leurs montures ? Mmh, cela confirmait le fait qu’il avait encore beaucoup, beaucoup à apprendre.
Mais pour l’heure, la partie de chasse commençait. En partant devant, Elliot avait choisi son rôle, laissant au Lord tout le loisir de s’amuser avec sa proie tant qu’il le désirait.

Desserrant quelque peu son emprise sur les rênes de son grand blanc, le Renard déviait légèrement sur le côté, laissant à sa monture la liberté d’allonger son corps et ses foulées. La vue de son congénère devant était une motivation suffisante pour que l’étalon martèle le sol mou sous son poids et gagne en vitesse afin tenir une distance régulière entre eux.
Shadock fit glisser son loup sur son visage, recouvrant son humanité du voile sombre qui habitait au plus profond des entrailles de son âme. Le jeune ne pouvait plus reculer à présent. Il avait à ses trousses la vision du démon blanc que ses victimes découvraient avec stupeur lors des derniers instants de leur misérable existence.
Oh, bien sûr, il n’allait pas lui faire trop de mal. Seulement le bousculer un peu. Mais sachant qu'Elliot ne savait rien de lui, il jouait sur la surprise et la crainte d’une trahison de sa part. Il était au moins certain de voir réagir convenablement le jeune homme en situation d’atteinte à sa vie.

C’est sur cette pensée que le Lord Phantom tira de son fourreau une de ses courtes épées à la lame courbée et d’argent gravée d’ornementations.

_________________
share in my ♚ torment
« shadows and monsters, they echoed and groaned, they're coming for me. i tried to hold these secrets inside me. my mind's like a deadly disease. i'm bigger than my body, i'm colder than this home, i'm meaner than my demons, i'm bigger than these bones. who is in control ? »


le lord phantom exige en #26C4EC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1424-shadock-lord-phantom-messire-renard http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1425-shadock-linkstopics
Noblesse

Féminin Messages : 65
Date de naissance : 23/09/1997
Date d'inscription : 27/09/2015
Age : 21
Localisation : Dans ton c--
MessageSujet: Re: La Valse du Papillon ; pv Elliot O'Leary [TERMINÉ]   Mar 1 Mar - 23:15

Elliot continuait à avancer, à faire galoper sa monture pour tenir le Lord loin de lui. Régulièrement il jetait des coups d’œil vers lui, jusqu’à ce qu’il voit une vision différente de ce qu’il avait vu. Shadock avait recouvert son visage avec son espèce de masque et il galopait vers lui rapidement, sa monture rattrapant la sienne. C’était une blague ? Pour le coup le rouquin se demandait ce qu’il avait fait, si c’était sérieux ou non. En tout cas vu comment il le rattrapait, le jeune noble se disait que ce n’était pas du pipeau l’affaire, bien au contraire, et la tension montait en lui. Une tension qui lui faisait battre le sang à ses tempes.

"Pas bon…"

Il grinça entre ses dents, n’aimant pas l’idée de se faire poursuivre. Pour le coup, Elly se disait que c’était une erreur que d’avoir élancé sa monture comme ça à travers la forêt mais en même temps… N’était-ce pas ce qu’il voulait ? Sûrement pas au final. Alors quoi ? Est-ce que le jeune homme avait mal agit ? Est-ce qu’il avait fait quelque chose de mal tout simplement ? Il avait beau réfléchir, Elliot ne trouvait pas d’explication logique à ce qu’il se passait, tout ce qu’il en retenait était qu’il se faisait traquer. Il n’était pas un prédateur, il n’était pas un chasseur, il était la proie. Au final… C’était peut-être ça qui clochait ? Ou parce qu’il avait défié son désormais tuteur ? Il n’avait pas la réponse, tout était confus, le rouquin ne comprenait pas cette situation.

Est-ce qu’il devait continuer à galoper, à fuir comme ça ? Clairement, il était cette proie avide de vivre, ne voulant pas mourir inutilement, fuyant pour tenir à sa vie. Etait-ce la bonne solution, au final ? Le jeune homme n’en savait décidément rien, et il avait peur de faire le mauvais choix. Encore un, se disait-il. De plus, il avait peur de décevoir Shadock. Autant décevoir sa famille, il s’en fichait un peu, mais cet homme était celui qui lui avait tendu la main, celui qui lui avait offert l’opportunité d’avoir une nouvelle vie, peut-être meilleure que celle qu’il avait avant, et bien entendu, Elliot lui en était reconnaissant, alors pourquoi ce changement de comportement ? Pour lui donner une leçon ?

Elliot ne savait que faire. Jamais on n’avait attenté à sa vie, même en essayant de lui faire peur. Un coup d’œil lui indiqua que Shadock avait en plus dégainé une de ses armes, sans doute une épée courte, et la panique monta d’un cran. Le jeune homme réfléchissait en fixant droit devant lui. Fuir ne servirait à rien au fond, il se savait bien plus faible que Shadock. Est-ce qu’il devait se soumettre ? Est-ce qu’il devait lutter ? Est-ce qu’il devait abandonner ? Toutes ces questions se bousculaient dans sa tête sans obtenir de réponse concrète et claire. Le roux jeta un nouveau regard derrière lui pour fixer le prédateur se rapprocher de plus en plus de lui.

Ce moment d’inattention coûta cher à Elliot. En regardant derrière lui, il ne voyait pas ce qu’il se passait devant. Et devant, il fonçait droit sur un arbre. Sa monture s’arrêta d’un seul coup pour tenter d’éviter au mieux l’arbre, mais elle éjecta le jeune homme de son dos qui alla s’écraser lourdement à terre en étouffant un cri de douleur. Tu avais déjà pu avoir l’expérience de tomber de cheval, mais tout seul c’était tout aussi douloureux. Tu pouvais considérer ça comme une défaite, parce que tu n’avais pas été attentif, et au fond tu le reconnaissais un peu même si tu refusais de le dire. Pourtant tout cela t’énervait et tu avais du mal à te contenir. D’un seul coup Shadock semblait… Avoir retourné sa veste ?

Le Lord savait ce qu’il faisait, Elliot non et tous ces changements commençaient à lui peser sur la conscience. Pas plus tard que quelques heures, il était toujours chez lui dans sa maison en ruine avec sa famille décédée. Brusquement, il ressentait toute la fatigue accumulée d’un seul coup. Il n’avait pas arrêté depuis que les rebelles avaient attaqué. D’abord cette rencontre avec ce blond, puis après l’aide à Antje, et enfin Shadock… Pour toi, c’était des choses qui étaient toutes arrivées trop rapidement et la fatigue se faisait ressentir. Le choc venait de te le rappeler douloureusement, et tu n’avais même pas envie de te lever. Tu étais assis en tailleur en attendant que le bourdonnement dans ta tête s’en aille. Tant pis s’il était faible, tant pis s’il le décevait, mais ça faisait beaucoup trop d’un coup et son corps ainsi que son esprit en ressentait les contrecoups.

_________________
Do you have problem with firebrick ? ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1359-t-as-cru-que-j-etais-ton-pote-matt-terminee http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1365-les-liens-d-un-petit-noble-pas-si-noble
Noblesse

Féminin Messages : 30
Date de naissance : 15/02/1996
Date d'inscription : 29/10/2015
Age : 22
MessageSujet: Re: La Valse du Papillon ; pv Elliot O'Leary [TERMINÉ]   Mar 22 Mar - 19:12

Les lourds sabots s’abattaient avec vivacité et force sur la terre herbeuse et quelque peu humide des sous-bois. Sous les lueurs du soleil qui perçaient au travers le feuillage des arbres, scintillait la lame courbe du Renard, qui faisait tournoyer la poigne de son arme au creux de sa paume de main, agitant mécaniquement le sabre, dont il ne se servirait pas en ce jour.
Il sentait la pression sur les épaules du jeune homme qu’il poursuivait. Tout dans sa posture lui indiquait un changement caractéristique de la peur et de la crainte, dans son comportement. Elliot paniquait. Il ne savait pas contrôler ses frayeurs. Un point sur lequel le Lord devrait travailler rapidement.
La peur devait être un moteur. La peur, devait être une énergie. Un catalyseur. Il fallait du sang froid. Et parfois, il fallait un peu de folie.

Shadock se redressa sur sa monture pour la faire ralentir et éviter soigneusement un arbre, poussant les hanches de son étalon de côté pour ne pas perdre d’équilibre. Son regard dévia quelque peu de sa cible, une fraction de seconde, pour évaluer la distance et ne pas se faire surprendre par son environnement. Et lorsque le Lord reposa ses prunelles sur sa soi-disant proie, il ne trouva qu’un cheval fuyant au travers les bois, effarouché par la course qu’il venait de mener, sans son cavalier. Il ne lui fallut que peu de temps avant de trouver au sol le jeune noble, qui venait de subir une chute.
Le mors se courba dans la bouche de l’étalon blanc, pinçant quelque peu la langue et le palais, alors que rênes tendues, son maître le freinait. La gueule mousseuse, la bête se pointa, ses postérieurs s’enfonçant dans le sol mou et immobilisant son corps de quelques centaines de kilos.

Les yeux perçants au travers les fentes du loup se posèrent sur la silhouette svelte, assise en tailleur au milieu du bois, non loin. Ils la fixèrent quelques secondes, tandis qu’on n’entendait plus que le ronflement des naseaux rauque et agité, de la monture du Renard, ainsi que son piétinement nerveux, ses muscles chauds demandant à se refroidir en douceur. Jusqu’à temps que la voix du Lord ne s’élève.

« Levez-vous Elliot. Les loups ne se reposent qu’en meute. Nous ne sommes plus très loin de la maison. »

Seul et isolé, il était bien difficile de se sentir en sécurité, ou de survivre. L’esprit collectif et le soutien réel qui se trouvaient au sein de la Cour des Miracles, étaient deux choses vitales pour les assassins, le Lord compris. Elliot ne ferait pas exception. Se reposer au beau milieu d’un bois, ne valait pas un bon lit, un bon repas, et la certitude d’être bien entouré de camarades veillant sur votre vie. Bientôt, il sera adopté par tous. A lui de prouver son allégeance, par la suite.

Le Renard ne fit aucun commentaire sur ce qui venait de se dérouler entre les arbres. Il avait eu ce qu’il désirait, il gardait son analyse pour lui. Elliot avait tout à apprendre. Le goût de la peur. De l’adrénaline. La témérité de se retourner contre ses poursuivants, lorsque l’on savait son heure arrivée de toute manière. Shadock comptait bien lui faire comprendre, qu’il valait mieux mourir en brave et s’octroyer le plaisir de blesser son meurtrier, peut-être dans l’optique d’une vengeance prochaine d’un frère, plutôt que de finir comme un chien dans une ruelle en essayant d’apitoyer l’ennemi et de lui demander pitié. Mais c’était tout un apprentissage que d’accepter la mort, et de ne pas la craindre.
Accepter la mort, c’était embrasser la vie. Shadock vivait chaque heure comme sa dernière. Et s’il devait mourir, il n’aurait pas de regret.

Le Chancelier mit pied à terre. Elliot ayant perdu sa monture, il ne désirait le vexer en marchant à ses côtés perché sur sa monture. Le respect devait être réciproque.
S’approchant du jeune homme, le trentenaire retourna sa lame, présentant la poignée à son apprenti, ses prunelles brillant malicieusement et avec une lueur de curiosité.

« C’est une lame courbe forgée par un maître forgeron d’en bas. Là où les hommes ne voient pas la lumière. D’aucun dise qu’elle était utilisée autrefois par les cavaliers pour décapiter leurs ennemis. » expliqua t-il en penchant quelque peu sa tête de côté. « La courbure permet d’éviter de trancher la tête de votre propre monture. »

Tendant l’arme à Elliot, dans l’intention de le laisser l’essayer à sa guise, le Lord balada ses yeux bleus sur son visage dépourvu de ride, le regard luisant de la même tendresse d'un professeur envers son élève, ou plus simplement encore, qu'un père envers son fils. Il nota dans ses traits une profonde fatigue, autant physique que psychologique. Le Renard retira son loup, le laissant négligemment posé sur ses cheveux délavés.

« C’est un sabre très maniable, comparé à une lame droite. Celle-ci est plus légère : son coup de taille ne dépend pas de son poids. » ajouta t-il en souriant légèrement, tout en marchant. « Il vous faudra essayer. Expérimenter. Soyez curieux, trouvez votre style, et votre signature. Nous vous apprendrons le maniement des armes, mais vous aurez certainement vos préférences. »

Le Lord laissa son regard dériver devant lui, sa main ferme tenant les rênes de sa monture qui suivait docilement à côtés des deux bipèdes. Le cheval d'Elliot devait assurément avoir trouvé le chemin du retour, puisqu’ils se dirigeaient dans la même direction que ce dernier. Shadock ne serait pas surpris de le voir à l’entrée de la cache de la Cour, en attendant que quelqu’un vienne le chercher. Ses bêtes étaient sensibles mais intelligentes. Elles plaisaient au Renard.
Quelques minutes de marche suffirent pour qu’ils atteignent leur destination. Shadock n’eut pas à signaler sa présence, les guetteurs l’ayant déjà remarqué depuis un moment. Il en salua un, perché dans les arbres, avant de mener son étalon vers l’entrée du sous-terrain.

Il s’agissait en fait de cryptes abandonnées que la Cour réutilisait depuis plusieurs années comme campement improvisé. Parfois, pendant quelques mois, les hommes l’abandonnaient, ne laissant que peu de traces derrière eux. C’était un assez bon stratagème pour éviter la sédentarisation des troupes. Les ennemis ne savaient jamais vraiment quand les cryptes étaient de nouveau occupées. Shadock se protégeait, mais il se devait de protéger aussi ses assassins, et les gens sous son contrôle. Tout était longuement réfléchi.
L’entrée des cryptes n’avaient jamais été nettoyé. On laissait la végétation s’ébattre pour en camoufler les pierres et les signes d’habitation. On nettoyait seulement un peu le passage pour permettre aux chevaux de pouvoir y pénétrer à la queue-leu-leu.
Shadock se retourna vers Elliot, un sourire collé à son visage princier, son expression mêlant amusement, impatience et malice.

« Votre nouvelle maison se trouve partout et ailleurs. Mais surtout auprès de vos frères d’arme. »

Le regard franc, le Lord laissa tout le loisir à son jeune apprenti de passer devant lui pour découvrir son nouveau chez-lui et les gens qui constitueraient sa famille.

_________________
share in my ♚ torment
« shadows and monsters, they echoed and groaned, they're coming for me. i tried to hold these secrets inside me. my mind's like a deadly disease. i'm bigger than my body, i'm colder than this home, i'm meaner than my demons, i'm bigger than these bones. who is in control ? »


le lord phantom exige en #26C4EC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1424-shadock-lord-phantom-messire-renard http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1425-shadock-linkstopics
Noblesse

Féminin Messages : 65
Date de naissance : 23/09/1997
Date d'inscription : 27/09/2015
Age : 21
Localisation : Dans ton c--
MessageSujet: Re: La Valse du Papillon ; pv Elliot O'Leary [TERMINÉ]   Mar 19 Avr - 11:00

Elliot qui était assis et ne demandait qu’à rester là pour se détendre les muscles au mieux. Shadock qu’il venait d’entendre en lui indiquant subtilement de ne pas se poser ici et qu’ils étaient presque arrivés. Tant mieux parce que le roux n’avait qu’une envie, c’était de dormir et rien d’autres. Parce quand il commençait à ressentir beaucoup de fatigue, ce n’était pas le jeune homme le plus facile de la planète, surtout si c’était pour perdre s’il s’énervait. Retenant une remarque acerbe, il se leva en époussetant ses vêtements et en grimaçant à cause de la chute.

Oh il était bien tombé une fois, avec cette lady, parce qu’elle lui avait sauté dessus. D’ailleurs il se demanda brusquement si elle allait bien… Et qu’il n’avait pas pensé à aller la voir après l’attaque. Elly secoua la tête en se disant qu’elle allait bien. Et qu’il pourrait la revoir un jour. Il s’en faisait un point d’honneur silencieux. Tout s’était passé bien trop vite. Il n’avait eu le temps que d’aller aider Antje, de rencontrer Orryn… Puis croiser Shadock en revenant chez lui. Tout ce qui avait été accumulé, tout retombait dans son corps. Une sensation très désagréable le parcourait.

Le borgne nota que le Lord s’était rapproché, était descendu de son cheval pour progresser à ses côtés. Il aurait tout donné pour récupérer son cheval, ne pas avoir fait ce truc stupide, ne pas être tombé. Mais c’était impossible, la vie était faite de regrets, dont ce qui venait de se passer. Tant pis. C’était fait, Elliot était résolu, maintenant il fallait passer à autre chose. Il vit Shadock du coin de l’œil s’approcher un peu plus, pour lui montrer sa lame. Ce n’était pas dans son angle mort, alors il pu le voir et tourner la tête complètement vers lui pour regarder l’arme qu’il lui présentait, en écoutant distraitement ses informations sur cette lame.

Ce qu’il avait retenu, c’était une lame courbée qui empêchait de décapiter son cheval en passant. Le reste, c’était important, il l’avait entendu, mais impossible de faire un effort de concentration. Même son bras était lourd, et le Lord voulait qu’il essaye maintenant ? N’avaient donc-t-ils pas de temps ou quoi ? Pour le coup, le rouquin n’avait qu’une envie, c’était décapiter Shadock d’un mouvement vif. Ça y est, il commençait à s’énerver intérieurement, et bien entendu, il n’allait rien dire. Même s’il bouillait à l’intérieur, Elliot était conscient de ce qu’avait fait Shadock pour lui, pour l’instant. Il l’avait recueilli alors que rien ne l’y obligeait. Rien que pour ça, le borgne devait lui être reconnaissant.

Partant de ce principe, il devait montrer le moins de mauvaise volonté possible. Il ne s’empêcha pas pourtant d’envoyer un regard courroucé mêlé à de la fatigue à son protecteur, avant de soupirer d’un air las. Au fond, il ne voulait pas se montrer ingrat avec lui, il lui devait assez pour ne pas montrer une éventuelle ingratitude. Cela pouvait se mettre sur le compte de la fatigue, mais Elly n’allait pas tout mettre sur le compte de l’épuisement non plus. De nouveau, il l’écouta lui expliquer que c’était une lame maniable, qu’elle ne dépendait pas du poids. Suite à quoi, il lui dit qu’il faudra l’expérimenter, trouver sa technique, ce genre de choses. Décidément ça ne pouvait pas attendre ?

Perdu dans ses pensées et essayant surtout de ne pas céder à la colère, noble au sang chaud qu’il était, il ne tarda pas à remarquer qu’ils étaient arrivés à destination. Le borgne fut fasciné par l’endroit et observa tout autour de lui, obligé de faire un 360° pour pouvoir balayer les lieux de son œil valide, resserrant sa main sur le manche de la lame courbée. Elly se dit que c’était dommage qu’il soit épuisé, parce que sinon sa curiosité serait très grande. Cependant, comme il se l’était dit un moment auparavant, ils avaient du temps et il aurait tout le loisir de le questionner.

Tout ce qu’il désirait pour le moment, c’était dormir. Même par terre, même dans un confort des moindres, il avait envie de fermer son œil et laisser à son esprit le temps de stocker tout ce qu’il avait vu, tout ce qu’il avait vécu dans une soirée. Pourtant une question lui brûlait les lèvres. C’était bien la seule chose qu’il voulait bien aligner depuis tout à l’heure qu’il restait silencieux sans broncher.


"Vous accueillez tout le monde ici ?"

Elliot tourna les yeux vers Shadock, celui-ci l’ayant fait passer devant lui. Une chose le fit tiquer, c’était que son protecteur souriait franchement, presque avec amusement. Parce qu’il était rentré chez lui ? Du moins le roux l’interprétait comme ça. Avec l’esprit engourdi, il faisait des suppositions qui lui semblaient être fausses. En continuant d’avancer, Elly avait des questions qui lui venaient en tête mais il ne savait pas par où commencer. Seulement, son corps en décida autrement et, pris de vertige, il en lâcha la lame pour s’appuyer sur le mur le plus proche.

Aussi bien son corps que son esprit commençait à craquer tous les deux sans prévenir, ce qui mettait le borgne dans une situation embarrassante, mais il n’avait pas matière à y penser, se préoccupant surtout à ne pas tomber. Le rouquin plaqua une main sur sa bouche. Il ne faisait plus attention à Shadock. Ses jambes étaient lourdes, et des pensées qui n’étaient pas là auparavant firent irruption dans son esprit. Est-ce que ce serait vraiment sa maison, ici ? Est-ce qu’il serait accepté par les autres ? Est-ce qu’il ne commettrait pas d’impair, qui pourrait contrarier Shadock ? Est-ce qu’il sera digne de lui, et ne lui fera pas honte, comme il avait pu faire honte à sa famille pendant toutes ces années ? Est-ce qu’il serait à la hauteur, tout simplement ?

Toutes ces questions se bousculaient dans sa tête, lui provoquant un mal de crâne qui venait s’ajouter au reste. Il n’osait pas regarder Shadock, s’obstinant à fixer le sol en attendant que ça passe. Tant qu’il restait immobile, ça devrait aller. Du moins c’était ce qu’il pensait.


"J’ai peur de pas y arriver, Shadock…", murmura-t-il sans le vouloir.

Indirectement, il confia sa plus grande crainte au Lord. Qu’est-ce qu’il pouvait y faire ? Il tenterait de le rassurer, sûrement. C’était ce que le rouquin pensait. Mais est-ce qu’il était dans le vrai ?

"Est-ce que tout ça… N’est pas qu’un rêve ?"

Elliot écarta lentement sa main en parlant, pour voir s’il n’allait pas se sentir mal s’il n’avait plus la pression sur sa bouche. Le jeune homme grimaçait, la larme à l’œil. Il se sentait tellement mal qu’il commençait à douter de tout. Même de la réalité. Tout cela ressemblait à un rêve, peut-être qu’il se réveillerait ? Il en était à un point où il avait envie de rentrer chez lui, de se réveiller, et de se dire que rien de tout ça n’était vrai. Pourtant, au fond de lui, Elly savait que c’était vrai. Seulement il ne voulait pas y croire, c’était trop dur à supporter pour son esprit fatigué.

_________________
Do you have problem with firebrick ? ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1359-t-as-cru-que-j-etais-ton-pote-matt-terminee http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1365-les-liens-d-un-petit-noble-pas-si-noble
Noblesse

Féminin Messages : 30
Date de naissance : 15/02/1996
Date d'inscription : 29/10/2015
Age : 22
MessageSujet: Re: La Valse du Papillon ; pv Elliot O'Leary [TERMINÉ]   Jeu 12 Mai - 14:23

Fatigue, presque lassitude. Elle se lisait dans les pas du rouquin qui avançait doucement devant le Renard. De son regard aiguisé, planté sur la nuque de son apprenti, Shadock s’engagea à sa suite, à un petit mètre. Elliot était curieux, c’était bien. C’était une qualité que le lord allait nourrir et faire grandir.

« La porte est toujours ouverte ici, comme dans nos autres refuges. Mais c’est le monde qui nous accueille, Elliot. Nous sommes partout. » lui répondit-il avec douceur. « Votre maison, ce doit être-… »

Il n’eut pas le temps de finir que le claquement de la lame sur le sol retentissait dans le passage étroit menant à l’intérieur des vieilles cryptes. Le jeune homme venait de lâcher prise et de s’écrouler contre un pan de mur, ses doigts fins s’accrochant à la roche humide percée de racines profondes de plantes de surface. Elliot craquait. Il dansait dangereusement avec ses limites, autant physiques que mentales.
Le Renard darda ses prunelles bleutées sur lui, avant de prendre délicatement la lame courbe sur le sol et de la ranger dans son fourreau, sous sa veste, après avoir passé un gant sur l’acier pour le nettoyer d’un geste simple. Il laissa ainsi Elliot respirer quelques courts instants, puis reporta toute son attention sur le nobliau, qui n’en était plus un à présent.

Après avoir pénétré dans les entrailles d’un refuge de la Cour des Miracles, il venait d’abandonner son titre pour accepter finalement d’appartenir à la guilde. Shadock avait hâte de lui faire rencontrer sa grande famille. Ses hommes les plus fidèles et en qui il avait le plus confiance seraient surement ravis de voir enfin le Lord prendre un apprenti.
Le temps lui parut long, mais il ne devait s’être écoulées qu’une ou deux minutes seulement depuis qu’Elliot s’était appuyé contre le mur. Le Renard observait avec précision l’expression du visage du borgne. Malgré sa main plaquée devant sa bouche, il lisait dans ses yeux les multiples questions qui devaient l’assaillir en ce moment même. Son regard luisait soudain d’une lueur d’incompréhension, de peur et de doute. Un mélange délicat qu’il lui faudrait expulser au plus vite.

Et finalement, il parla. Un fin murmure traversa les lèvres lisses du roux.
Cette nuit-là, lorsque les rebelles avaient frappé au sein des murs protégeant l’humanité, ils avaient pris la vie des parents d’Elliot, mais bien plus encore. Ils lui avaient dérobé ses repères, sa confiance, sa foi peut être. Ils avaient marqué son cœur d’une nuit d’horreur et d’une blessure qui resterait sanglante, suintante, peut-être pour le restant de sa vie. Et dans son sillage, la lame avait dû percer bien d’autres choses. Comme l’eau qui courrait sur la terre, de rivières en fleuves, ses plaies se rejoignaient-elles en une mer pourpre ?

Un rêve ?
Le Renard pencha quelque peu sa tête de côté, une mèche blanche coulant devant son visage. Cela faisait longtemps que lui ne rêvait plus. Oh parfois oui, elle lui apparaissait, mais c’était pour toujours lui faire revivre son erreur et sa perte. Quand bien même il rêvait encore, il savait qu’il valait mieux agir que d’espérer le voir se réaliser. Et parfois, des rêves impossibles… Il fallait savoir tirer un trait dessus.

Cela faisait longtemps que le Lord faisait partie de la secte des désillusionnés. Les dures réalités lui passaient sur le corps comme de l’eau pouvait couler sur un galet. Elles lui lissaient la face, mais c’était avec une si grande lenteur qu’il ne s’en rendait même plus compte. Il n’avait pas un cœur de glace, trop fragile et si facile à faire fondre. Le sien était pétrifié et comme la pierre, il ne battait plus au creux de sa poitrine. S’il s’intéressait aux choses de la vie, c’était uniquement pour espérer donner un peu de vigueur à cet organe laissé pour mort.
Mais Elliot, le sien battait encore. Et puissamment. Pourtant, Shadock ne pourrait pas le préserver, malgré tous les efforts qu’il pourrait faire pour. Dans la douleur, on apprenait bien plus de nos erreurs, et la leçon était d’autant plus importante qu’on ne l’oubliait rarement. Quand bien même le Lord lui réservait un apprentissage de patience et de souplesse, il ne pourrait lui éviter l’inévitable.

« Je ferai en sorte de vous tenir éveillé. »

Rêver, c’était un trompe-l’œil.
Le Renard se rapprocha, et passa un bras sous les aisselles du roux. Doucement, il le souleva, refermant l’emprise de ses doigts sur les côtes du jeune homme. Et comme dans sa vie future, il le releva et le laissa s’appuyer contre lui.

« Ne regardez pas en arrière, Elliot. »

Shadock reprit sa marche, au rythme que lui imposerait son tout jeune apprenti. Il pouvait déceler de là où ils se tenaient les bruits de la vie qui s’agitait dans les cryptes. Une dizaine d’hommes étaient présents ici, seulement. Mais c’était suffisant. Les cryptes avaient été creusées pour déboucher non loin de la demeure des Ker-Ramsay. Le Lord avait insisté pour que le cimetière de la famille leur soit relié.
Mais Elliot avait besoin de repos. Avant de lui faire visiter sa demeure, et de l’accepter à sa table, le Renard lui accorderait un sommeil bien mérité, au milieu de ses quelques hommes qui s’occupaient ici. Certains, tout comme eux, faisaient juste escale. Après tout, chacun était libre d’aller où il le désirait, tant que les lois de la Cour des Miracles régissaient dans les cœurs de tous.

Les cryptes étaient profondes, mais ils s’étaient installés dans une large alcôve pour profiter de la chaleur commune. Des lits, des meubles, tables, chaises et rangements, étaient venus s’entreposer ici petit à petit. Le campement ressemblait à l’intérieur d’une petite maison d’une unique pièce. Des torches en éclairaient les murs humides et baignaient l’atmosphère d’une lumière tamisée. Shadock aimait cet endroit. Il avait quelque chose d’intime. Le peu de place faisait de ce lieu un rassemblement pour les petits comités. Souvent, c’était ici que les frères d’armes les plus proches se retrouvaient. Les liens au sein de la Cour, entre les hommes et les femmes, tenaient du sacré.
Une autre pièce attenait à celle de vie. Les montures s’y reposaient tranquillement, en liberté, foin à volonté. Une simple corde les empêchait d’empiéter sur le territoire des hommes.

Shadock s’arrêta à l’entrée de l’alcôve et posa ses prunelles sur Elliot, un fin sourire étirant ses lèvres.

« Bienvenue chez vous, Elliot. » lui murmura t-il presque au creux de l’oreille, alors que s’approchait déjà un duo inséparable. Deux frères, deux hommes d’une vingtaine d’années, vinrent saluer le Lord Phantom et darder leur attention sur le nouveau venu.

Le Renard leur laissa le soin d’accueillir son apprenti comme il se devait. Quant à lui, il mena son entier auprès des autres chevaux, pour en retirer tout le harnachement et panser sa bête. Lançant un regard au jeune roux, le Lord posa ses affaires près d’un lit libre, l’intimant à s’installer près de lui. Elliot devait se reposer. Au moins quelques heures. Et prendre le temps d’assimiler ce qui venait de lui tomber dessus.

[Dernière réponse pour moi, si ça te va ♥]

_________________
share in my ♚ torment
« shadows and monsters, they echoed and groaned, they're coming for me. i tried to hold these secrets inside me. my mind's like a deadly disease. i'm bigger than my body, i'm colder than this home, i'm meaner than my demons, i'm bigger than these bones. who is in control ? »


le lord phantom exige en #26C4EC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1424-shadock-lord-phantom-messire-renard http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1425-shadock-linkstopics
Noblesse

Féminin Messages : 65
Date de naissance : 23/09/1997
Date d'inscription : 27/09/2015
Age : 21
Localisation : Dans ton c--
MessageSujet: Re: La Valse du Papillon ; pv Elliot O'Leary [TERMINÉ]   Lun 18 Juil - 13:57

Il commençait sérieusement à se demander s’il arriverait à contenir tout ça, à supporter tout ça, à digérer tout ce qu’il y avait à digérer. Elliot n’était pas bien âgé et avait la vie devant lui. Il avait bien suivi le Lord, par dépit peut-être ? Non, il avait eu le choix. Ce choix de vivre à ses côtés et démarrer une nouvelle vie où il pourrait faire quelque chose, plutôt que de se laisser mourir comme sa famille. Il avait fait le choix de vivre, maintenant il fallait assumer. Un vague sourire étira ses lèvres quand il entendit Shadock lui dire que lui, le maintiendrait éveillé. Alors tout irait bien, du moins c’était ce que le roux supposait à présent.

Peut-être que cette vie n’était qu’une illusion, un rêve, malgré ce que son protecteur lui laissait entendre. Elliot devenait sceptique par rapport à tout ça, cela dit, il ne voulait pas vivre dans le déni. Il avait choisi cette nouvelle vie, à lui d’assumer les conséquences. Il ne recommença à bouger que quand Shadock revint vers lui pour l’aider à se relever, et le soutenir. Elly avait l’impression d’avoir pris la bonne décision, et un sourire flottait sur son visage. Il était désormais persuadé qu’il ne le regretterait pas, à aucun moment. A vrai dire, cet homme était une bénédiction, et était tombé au bon moment.

Pour l’ancien noble, les miracles n’existaient pas, c’était les hommes qui se créaient leur propre chance, leur propre voie. Ce n’était pas par l’intermédiaire d’un quelconque dieu comme pouvait vénérer le Culte des Murs… Non, pour lui, tout n’était que foutaises et eux se berçaient d’illusions. Il commençait à comprendre cette phrase, de le tenir éveillé. Parce qu’on ne pouvait se complaire dans le rêve, et une vie n’était pas possible. Il fallait tenir compte de la réalité, aussi moche soit-elle, mais toujours regarder de l’avant et ne pas se retourner. Il fallait laisser le passé derrière soi, et avancer le plus dignement possible.

Elliot avait tout perdu ce soir-là, cependant, il avait gagné bien plus maintenant. Cet homme, et toutes personnes qu’il allait rencontrer ne remplaceraient jamais sa famille, bien qu’ils lui donneront le sentiment de se sentir de nouveau entouré. Le rouquin ne comptait pas abuser de sa nouvelle condition auprès de Shadock. Bien qu’il soit assez récalcitrant avec les règles, il voulait bien faire des efforts, parce que son protecteur le méritait. Il devrait composer avec son caractère, mais ne valait-mieux pas un caractère curieux et explosif plutôt qu’un esprit lent et passif ? Tout ici intéressait Elliot, il avait envie de partir en exploration, pour voir tout ce que cache cet endroit.

Pour l’heure, il regardait passivement les choses, laissant Shadock l’aider à marcher, le jeune homme avait cette impression que s’il le lâchait, alors il s’écraserait à terre sans chercher à se relever et dormirait à même le sol. Il en était capable, puisque c’était du vécu après tout. Elly regardait à droite et à gauche, observait les quelques personnes qui se trouvaient là, reportant son attention sur Shadock lorsque celui-ci lui souhaita la bienvenue chez lui… Maintenant c’était officiel, le rouquin habiterait ici, c’était une certitude, c’était la réalité. Hochant la tête positivement, Elliot sourit.


"Merci…", murmura-t-il, c’était tout ce qu’il pouvait dire dans l’état actuel des choses.

Shadock le laissa faire connaissance avec deux frères, et le jeune homme se prêta à la conversation, tandis que ces deux hommes lui indiquaient certaines choses. Nul doute qu’ils devront répéter une fois qu’il aura récupéré mais il avait déjà la sensation qu’il se plairait ici. Tandis que son protecteur s’occupait de sa monture, Elliot fit un rapide tour des lieux pour repérer certaines choses, avant de bâiller à s’en décrocher la mâchoire et d’aller s’affaler sur un lit, proche de celui de Shadock à ce qu’il voyait, avec autant de grâce qu’un titan tombant comme une merde par terre après s’être fait tuer. Il aurait besoin d’énergie pour la suite, il le sentait.

Rien ne valait mieux qu’une bonne dose de sommeil, et quelque part, le rouquin avait hâte de commencer sa nouvelle vie au sein de la Cour des Miracles de Shadock. Il avait une nouvelle vie, et un avenir. C’est tout ce qui lui importait dès à présent.
[Dernière réponse pour moi aussi, enfin. xD Au plaisir de rp de nouveau avec toi. ♥]

_________________
Do you have problem with firebrick ? ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1359-t-as-cru-que-j-etais-ton-pote-matt-terminee http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1365-les-liens-d-un-petit-noble-pas-si-noble

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: La Valse du Papillon ; pv Elliot O'Leary [TERMINÉ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La Valse du Papillon ; pv Elliot O'Leary [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ELLIOT Berger Mâle 6 ans
» Le papillon des étoiles
» Scott 17 mois croisé teckel/papillon (06) Nice
» Sous les frondaisons d'un arbre [PV : Papillon Etoilé]
» ~ Lorsque la folie danse la valse de la Vie ~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shingeki No Kyojin RPG :: District de Stoless-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit