Partagez | 
 

 Sans rancune [PV Mikasa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Exploration

Féminin Messages : 358
Date de naissance : 23/09/1997
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 20
Localisation : Te faire chercher c'est bien mieux.
MessageSujet: Sans rancune [PV Mikasa]   Jeu 19 Nov - 10:57

Cette expédition… Elle était arrivée assez soudainement, pourtant ils la prévoyaient depuis longtemps mais tout s’était passé très vite. Une expédition qui avait porté ses fruits malgré toutes les pertes. En même temps, on pouvait dire que c’était comme d’habitude, ils ne pouvaient pas sortir sans qu’il n’y ait de perte. C’était tout bonnement impossible. Pourtant, pourtant… Ils avaient réussi à ramener de précieuses informations. C’était parfait, ils pourraient enfin faire avancer les recherches sur ces foutus monstres. C’était du moins ce que pensait Rivaille, qui avait espoir de massacrer tous ces monstres un jour. Un espoir partagé par tout le monde d’ailleurs, un espoir d’une vie meilleure dans un monde meilleur.

Tout cela était utopique, et nombreux le savaient. Le Caporal le savait. Combien de fois il avait rêvé d’un monde bien meilleur ? Depuis qu’il était gamin. Mais cela faisait parti des fantasmes, des choses qui n’arriveraient sans doute jamais. Est-ce que c’était possible de ne pas avoir souffert dans ces murs ? Dans les souterrains ou à la surface, qui pouvait prétendre ne pas avoir souffert des deux attaques sur le mur Maria, puis Rose ? Par chance ils avaient pu repousser la deuxième grâce à leur intervention mais cela n’avait pas été suffisant, malheureusement. Ca arrivait à Rivaille d’y penser encore, même si ça ne servait à rien.

Penser au passé, rester ancré sur cette chose qui n’était plus, n’allait pas lui donner la solution et comme il faisait depuis très longtemps, depuis sa sortie des souterrains, il fallait vivre et continuer à avancer sans s’arrêter. Des morts, il y en avait. Il en avait vu, beaucoup, beaucoup trop et c’était pour eux qu’il se battait, pour ne pas que leur mort soit vaine. Ils lui donnaient la rage de combattre et de ne pas abandonner alors que parfois tout semble perdu. Le petit Caporal était perdu dans ses pensées alors qu’ils rentraient avec les membres du Bataillon au bercail. Etait-ce le fait qu’ils soient dehors qui lui faisait penser à tout ça ? Non, parce que ça lui arrivait d’y penser comme ça, de manière aléatoire.

Tout ce qu’il fallait retenir cette fois c’était qu’ils avaient pu s’en tirer assez bien face aux titans et ils pouvaient enfin respirer jusqu’à leur prochaine expédition qui allait déjà être programmée. Erwin était comme ça, il prévoyait dans le temps, il ne laissait jamais rien au hasard. Voilà pourquoi ce blondinet avait réussi à le rallier à sa cause des années auparavant… Il avait su comment appuyer sa ‘demande’. Tch. Il était vraiment redoutable cet homme. Rivaille leva les yeux vers le mur qui se dressait devant eux en silence, l’esprit ailleurs, le regard absent. Ils allaient pouvoir se reposer tandis que les chercheurs commenceraient à déchiffrer toutes ces informations qu’ils avaient pu récupérer cette journée. Les habitants allaient encore les regarder comme s’ils n’étaient que des moins que rien à toujours rentrer avec la moitié de la troupe en moins.

Cette fois-ci, c’était différent, ils avaient des informations. Cela n’empêcherait sans doute pas le regard du peuple sur eux. Un coup ils les acclament, quand ils partent et lorsqu’ils reviennent, c’est tout le contraire, comme si leur attitude avait changée. Alors quand on l’appelait le soldat le plus fort de l’Humanité, ça le faisait doucement rigoler. Bien entendu cela était ironique. Mais bon, voir à quel point les gens retournaient leur veste alors qu’ils se donnaient tant de mal, qu’ils dépensaient tant d’énergie et surtout qu’ils laissaient leurs amis, leurs maris, leurs femmes, au combat, ça avait le don de l’agacer. Qui ne le serait pas de toute façon ?

Un soupir s’échappa de ses lèvres alors qu’il baissa les yeux en continuant de suivre les autres pour aller à l’abri, à l’intérieur des murs. Plus qu’à passer la foule de personnes et c’est bon, ça serait une semi-liberté, tant qu’on ne les traite pas comme des animaux. C’était vraiment agaçant cette situation, il fallait que ça change. Vraiment. Mais comment faire changer l’avis du peuple qu’en se donnant encore plus à fond ? Chose qu’ils faisaient déjà. Décidément Rivaille n’en savait rien et au final, ne voulait pas vraiment savoir parce que c’était inutile de discuter avec des gens aussi peu ouverts d’esprits.

Lorsqu’ils commencèrent à remonter la rue, Rivaille sentit quelque chose de différent qui l’avait sorti de ses pensées. Une sensation étrange qui le dérangeait en quelques sortes. Comme s’il s’était passé quelque chose. Il y avait des personnes qui les attendaient comme d’habitude mais… Ca semblait… Différent, quelque chose qui ne présageait rien de bon. Le Caporal fronça les sourcils mais décida que ça ne le regardait pas, du moins pas pour l’instant parce qu’il avait besoin de décompresser et le problème des habitants n’était pas son problème majeur. Si seulement il savait.

En attendant il avait besoin de respirer, de se changer les idées, pour continuer à être efficace. Et un petit tour en s’isolant semblait être la meilleure des solutions alors il laissa les autres vaquer à leurs occupations avant de s’éloigner en silence pour marcher, se dégourdir les jambes et se changer les idées. Et le fleuve allait être un bon moyen pour ça, pour se sentir seul un peu et surtout au calme. Le brun ne cherchait pas à être discret, si quelqu’un voulait lui parler, libre à lui de le suivre après tout.

_________________

Je vous parle en steelblue ~


Dernière édition par Caporal Rivaille A. le Lun 1 Fév - 1:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1181-changement-de-personnage-pour-rivaille-terminee http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1178-corporal-s-relationships#7519
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Sans rancune [PV Mikasa]   Ven 20 Nov - 0:22

Cette expédition....

Elle avait été la première de Mikasa en tant que membre à part entière du bataillon d'exploration. C'était étrange comme atmosphère. L'atmosphère juste avant le départ où les différentes personnes se sentaient fébriles ou excitées à l'idée de quitter les murs et leur sécurité rassurante. Certaines nouvelles recrues tremblaient légèrement d'appréhension à l'idée de se retrouver dehors. D'autre, plus aguerries, essayaient de les convaincre que tout se passerait pour le mieux et qu'il fallait faire confiance en la stratégie du Major Erwin.

Mikasa, elle, ne se retrouvait dans aucune des deux catégories. Elle n'avait pas peur de se retrouver dehors et de devoir affronter les titans. Elle ne se sentait pas supérieure non plus. Elle avait confiance en ses capacités. Elle se savait forte .... et en même temps d'une fragilité certaine. Son talon d'Achille à elle portait un nom : Eren.

Évidement qu'elle se serait inquiétée pour chacune des personnes présentes à ses cotés dans cette expédition. Évidemment qu'elle avait envie que le plus de personnes possible rentent en vie. Mais il n'y avait que Eren qui se démarquait du lot. Lui.... Toujours lui.... Il avait beau être parfois ( pour ne pas dire souvent... ) ingrat, elle n'en demeurait pas moins certaine que tout ce qu'elle avait fait depuis de nombreuses années n'avait qu'un seul et unique but : celui de le protéger et ce au péril de sa propre vie. Elle n'hésiterait pas. Elle ne faiblirait devant rien ni personne. Que ce soit un titan ou un humain. Personne.

L'expédition s'était déroulée.... Comme elle l'avait plus ou moins imaginé. Leur départ fut salué par une foule de badauds curieux de voir les héros du bataillon. Les suicidaires plutôt.... Assise sur son cheval, les mains bien placées sur les rennes et les pieds bien calés dans les étriers, Mikasa se souvenait qu'il y avait quelques années, elle se trouvait là, parmi la foule avec Eren et Armin pour saluer la bravoure, le courage et la témérité des fiers soldats de ce bataillon de renommée. Une renommée qui, au fil des expéditions, s'était entachée de la couleur du sang des membres morts au champ d'honneur. Leur retour au sein des murs se faisait toujours dans la morosité, dans la tristesse, dans les pleurs et sous les critiques des personnes qui ne s'oseraient même pas à mettre un orteil hors du mur Maria, à cette époque là.

Les choses avaient-elles changés depuis ces longues années ? A bien des aspects on pouvait dire que oui. Mikasa n'était plus la fillette orpheline et recueillie qui regardait passer le cortège des cheveux et de leur cavaliers aventureux. Elle en faisait partie maintenant. Elle était là, à sa place, son cheval renâclant légèrement alors que le bruit de ses fers battaient la pierre dure des pavés, créant avec les sabots des autres animaux, une sorte de réquiem d'adieu pour ceux qui ne reviendrait jamais...

Une fois encore ( fallait-il croire que ça deviendrait une habitude ? ) Eren et elle furent affectés à deux corps différents sur le plan de la répartition de la traque longue distance imaginée par le Major Erwin. Mikasa avait été affecté au flan gauche....  Eren lui, devait toujours coller aux bottes du Caporal chef Rivaille. En pensant à cet homme, Mikasa ne put s’empêcher de froncer les sourcils et de crisper davantage ses mains sur la bride de sa monture qui lui signala son désaccord d'un vif mouvement d’encolure.

Rivaille. Le meilleur soldat du bataillon d'exploration. C'est du moins ce qui se racontait de bouches à oreilles. Mais pour l'avoir déjà vu elle, elle devait avouer que sa réputation n'était pas erronée. Il était rapide, impossible à anticiper dans ses mouvements. Il était agile et puissant. Comment ne pas respecter un tel guerrier. Il était une chance inespérée pour l'Humanité.

Un petit claquement de langue lui échappa. Il était surtout grossier et violent. Les images de son comportement lors du procès d'Eren ne cessaient de lui revenir en mémoire. C'était douloureux.... Elle aurait tout donné pour être à la place d'Eren ce jour là, pour lui épargner l'humiliation de cette cours martiale et la douleur des coups que Rivaille lui avait asséné. Sans hésitation. Sans retenue non plus... Il l'avait frappé. Longuement. Fortement.... Si Armin ne l'avait pas retenue, Mikasa aurait sauté la rambarde en bois pour interrompre cette mascarade que tout le monde regardait sans rien faire pour intervenir. Misérables....

Elle n'était pas stupide. Elle savait que tout ce qu'avait fait Rivaille était justifié et que grâce à cela, il avait réussi l'exploit d'éviter à Eren une mort certaine et souhaitée par le reste des corps d'armée autre que l'Exploration. Qu'est que quelques coups et une dent en moins comparé à la perceptive d'une condamnation à mort ? Pas grand chose. Et pourtant... Mikasa n'avait toujours pas digéré. Il lui faudrait beaucoup de temps pour faire de nouveau confiance au Caporal Chef dont tout le monde vantait les mérite. Ce jour viendrait peut être.... Mais pour l'heure c'était l'expédition qui allait commencer qui occupait toute son attention.

Vu son habilité au combat, aucune surprise à ce qu'elle fut placé en tête, près des lignes de front. L’Escouade Rivaille, elle , était positionnée plus en arrière. Elle se tournant dans l'espoir infime d’apercevoir Eren mais elle ne put contempler que les visages sérieux de ses compagnons. Espérons au moins qu'il revienne saint et sauf...


Bien plus tard


Alors c’était comme ça une expédition ? Finalement ce n'était pas bien éloigné de ce qu'elle s'était imaginé. La peur et l'angoisse avaient envahi les rangs dès l’apparition des premiers titans. La formation de repérage à distance imaginée par Erwin était efficace mais il y avait des cas exceptionnels durant lesquels la confrontation était inévitable. Mikasa le savait pertinemment. Une nouvelle fois, elle avait assisté avec impuissance à la mort de plusieurs de ses camarades broyés, dévorés, avalés..... c'était atroce. Mais elle n'avait pas perdue son sang froid pour autant.

Si des hommes étaient morts, des titans aussi. N'était ce pas un réconfort satisfaisant ? Il était bien mince, c'est vrai, mais il fallait s'en contenter. C'était toujours mieux que d'avoir perdu la vie sans raison...

La bataillon d'exploration regagnait le mur Rose avec fierté. Médisants seraient ceux qui prétendaient les voir revenir la queue entre les gens, honteux des corps sans vie qui s'entassaient sur les charriots. Elle avait été soulagée d'apprendre qu'Eren allait bien, qu'il était sauf....  C'était une victoire

La grande porte du mur Rose s'éleva dans les airs et le bataillon puis retrouver la sureté de l'enceinte. Elle s'était attendue à voir une foule parquée pour les accueillir de leurs railleries désobligeantes mais rien. Personne. La place était vide et l'interrogation parcourait déjà les rangs des soldats. Ce n'était visiblement pas normal mais qu'importe. Mikasa n'allait se plaindre d'échapper aux moqueries du peuple. C'était bien mieux comme ça pour tout le monde !

Suivant ses semblables, Mikasa retourna à la caserne pour s'occuper de sa monture. Les chevaux étaient précieux pour les hommes. Ils étaient le seul et unique moyen de pouvoir échapper aux titans à l'extérieur des murs sur un terrain de plaine où l'équipement tridimentionnel n'avait aucune efficacité.

La jeune fille remit son cheval au près pour un moment de détente bien mérité. Elle le vit rejoindre ses semblables avant d'aller brouter de l'herbe grasse et verte. Il pouvait en profiter, il avait été bien brave. Mikasa aussi n'aurait pas été contre un moment de détente afin d'oublier l'espace d'un instant les horreurs auxquelles elle avait été confrontée. Elle avait beau ne pas le montrer, elle n'était pas pour autant insensible. En vérité, elle aurait aimé passer un peu de temps auprès d'Eren et d'Armin. Mais cela était impossible pour l'heure et elle devait se contenter d'un moment de solitude comme ultime alliée contre la morosité d’après cette expédition sanglante

Elles laissait ses jambes l'emmener loin de la caserne sans qu'elle en ai vraiment conscience. Elle se retrouva à longer le cours d'eau qui traversait la ville. Si elle continuait à le suivre en direction du sud, elle aurait pu arriver jusqu'a Shinganshina.... Là où autrefois, avec Armin et Eren, ils passaient du temps à se construire un monde imaginaire sans mur, sans titan, sans barrière....

Une silhouette se découpa finalement à l'horizon. Elle se rapprocha vers le dos de cette personne qui s'était, tout comme elle, un peu isolé du reste de la population. Elle resta là un instant. Son regard fixé sur la nuque de cette personne vêtue du l'uniforme du bataillon. Il ne lui fallut pas beaucoup plus de temps pour réussir à le reconnaitre et à mettre un nom sur l'identité de cet homme esseulé : Rivaille.

Une pulsion aurait pu s'emparer d'elle. Il était là, désarmé, dans la même position que l'était Eren lors de son procès. Peut être aurait-elle pu faire une entrée fracassante en plus explosant la mâchoire   comme il ne s'était pas privé de le faire pour son précieux ami. Elle aurait pu lui abattre la tête par terre et l’écraser de sa semelle dégueulasse pour assouvir sa soudaine supériorité. Elle aurait pu....  Au lieu de ça elle se contenta d'avancer dans sa direction. Elle prit place à sa droite. La tête de Mikasa resta droite alors qu'elle contemplait un point fictif sur l'autre rive. C'était bien beau d’être venu près de son supérieur.... il fallait maintenant qu'elle trouve quelque chose à dire pour justifier sa présence.

Un petit silence s'installa. Elle ne le regarda pas. Elle ignorait s'il avait levé la tête pour la regarder lui aussi. Elle ignorait s'il avait prêté attention à elle. Peut être même qu'il ne la connaissait pas. Après tout le bataillon rassemblait beaucoup de gens et Rivaille ne connaissait sans doute pas par cœur le visage et l'identité de chacun des soldats qui le constituait. Encore moins des jeunes recrues comme elle...

Un petit coup de vent s’engouffra sous la cape verte foncé de Mikasa, la faisant danser autour d'elle, tout comme les mèches de ses cheveux noirs d'une raideur extrême. Elle leva la main pour replacer l'une d'entre elle derrière son oreille. Son regard, lui, était resté fixé sur la rive opposée.

"J'imagine.... Que je dois vous remercier pour Eren"

Ses bras retombèrent le long de son corps alors qu'elle crispait les poings. Argh ! C'était dur de devoir mettre son égo de coté et de remercier une personne qu'elle avait immédiatement catalogué comme étant un rival à garder à l’œil... Quelqu'un de potentiellement dangereux pour Eren... Quelqu'un qui le tuerait de ses propres mains si la situation l'exigeait. Le genre de personne qui, par définition, représentait un danger à éliminer pour Mikasa.

" Vous êtes malgré tout allé trop loin.... "

Elle baissa seulement le regard vers lui avant de soupirer et de  poser ses fesses dans l'herbe verte, indifférente au fait que cela pouvait tacher le pantalon blanc de son uniforme. Celui là était déjà dans un triste état alors un peu plus où un peu moins.....

Elle tourna sa tête dans la direction du Caporal. Elle ancra son regard d'un gris profond au sien, d'un gris étrangement familier.

" Vous devez savoir qu'Eren est tout ce qui me reste..... Que ce soit un titan ou vous..... Je ne ferai pas de différence pour évincer ceux qui chercheront à me le prendre...."

Voila. Ça c'était dit. D'un ton qui n'avait rien de menaçant. Sa voix n'avait pas été acerbe. Elle avait parlé simplement comme elle aurait évoqué la pluie et le beau temps. Ce qu'elle venait de dire était une telle évidence qu'elle ne voyait pas le mal qu'il y avait à formuler cette phrase dont la portée pouvait être malgré tout mal interprétée. Libre à lui de lui faire subir son courroux après ça..... Elle avait sa conscience pour elle et sa ligne de conduite demeurerait inchangée : sauver Eren, quoiqu'il advienne.
Revenir en haut Aller en bas
Exploration

Féminin Messages : 358
Date de naissance : 23/09/1997
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 20
Localisation : Te faire chercher c'est bien mieux.
MessageSujet: Re: Sans rancune [PV Mikasa]   Mar 1 Déc - 11:10

Quelqu’un l’avait suivi en fin de compte. Qui ça ? Il ne tarda pas à le savoir. C’était Mikasa Ackerman. Elle s’était placée à sa hauteur pendant qu’il marchait vers le bord du fleuve, mais il ne disait rien. Rivaille avait une idée derrière la tête quant à sa présence ici, il se doutait que ce n’était pas pour ses beaux yeux dans tous les cas. Quand ils s’arrêtèrent, Mikasa le remercia pour Eren. Donc c’était bel et bien ça, elle lui parlait de ce moment, au tribunal. Le brun tourna son regard froid vers elle. Où voulait-elle en venir exactement ? Pourquoi venait-elle pour ça ? Parce qu’elle l’avait encore mauvaise de ce qu’il s’était passé ?

Le Caporal ne tarda pas à avoir la réponse. Il était allé trop loin selon Mikasa. Il l’observa du coin de l’œil en train de s’asseoir, tout en se demandant si c’était sérieux. Parce qu’il n’allait certainement pas s’excuser pour ce qui s’était passé, et au fond il se disait que la jeune fille ne devrait pas se faire trop d’illusions, mais autant être clair tout de suite.


"Je suis allé trop loin ? Si je ne l’avais pas fait, le merdeux se serait retrouvé avec la Brigade en train de se faire disséquer, c’est ce que tu veux ?"

Il posa les yeux sur elle directement. C’était sûrement le règlement des comptes, parce qu’elle devait vouloir en parler depuis un moment. Seulement, il s’en fichait éperdument de ce qu’elle pensait puisqu’il agissait selon ce qui était le mieux. S’il se laissait guider par les sentiments, il serait perdu. Comme elle, elle était en train de faire cette erreur d’être trop sensible et protectrice envers une seule personne et ce n’était pas forcément une bonne chose. Puis elle le regarda, et Rivaille soutint son regard sans broncher en l’écoutant parler. Qu’Eren était la dernière personne qui lui restait. Et qu’elle n’hésiterait pas à l’évincer lui ou un titan s’il cherchait à lui prendre. Cette réflexion lui fit froncer les sourcils.

"C’est une menace ?"

Le Caporal marqua une pause en la fixant, avant de tourner la tête vers le fleuve en soupirant intérieurement et en fixant l’eau d’un air pensif, mais aussi agacé. Se laisser guider par ses sentiments… Ce n’était pas la meilleure des solutions et elle ne s’en rendait pas compte. Il n’y avait rien de pire que ça.

"Grandit un peu, parce que tu as l’air d’une petite fille fragile qui a peur qu’on lui enlève son jouet préféré. Arrête avec tes caprices parce que c’en est clairement un, et les gosses qui geignent, c’est pas ici."

Rivaille ne cherchait pas à être agréable avec elle, ni compatissant, ni rien parce qu’elle l’agaçait avec son attitude de gamine immature. De plus, s’attaquer à lui n’était pas forcément une bonne chose. Elle avait beau être très douée, elle n’avait pas autant d’expérience que lui. Pas qu’il la sous-estimait, loin de là, mais s’ils devaient se battre, ça ne se terminerait pas très bien. L’impressionner, d’une part ce n’était pas son truc mais d’autre part, elle n’avait pas l’air du genre à avoir peur comme ça ou alors ne pas le montrer. Sauf qu’il voulait vraiment qu’elle comprenne ce qu’il lui disait. Parce que sinon ça n’avait plus aucun sens.

"Qu’est-ce que tu feras si Eren se faisait tuer à l’extérieur ? Tu t’énerverais en tuant le titan en question ? Et après tu feras quoi ? Tu te laisserais mourir parce que ‘la seule personne qui te reste’ n’est plus de ce monde ? Si tu voulais continuer à vivre ta vie de paysanne avec Eren, il ne fallait pas venir dans l’armée. Ici on peut se faire tuer n’importe quand. Et si tu commences à m’en vouloir alors que je l’ai sauvé d’une torture certaine, malgré ton remerciement qui sonne creux, tu n’as même pas à m’en vouloir, juste à être reconnaissante."

En disant ça, il se souvenait. Il se souvenait de cette fois où il avait tout perdu parce qu’il avait mal calculé son coup et qu’au final… Tout cela n’avait servit à rien. Cependant il avait continué à vivre pour eux en intégrant le Bataillon définitivement, en continuant à s’améliorer, en se battant pour la cause de l’Humanité, et non pas vivre dans la désillusion et le mensonge d’un monde qui ne voulait pas de nous, en se laissant mourir parce qu’on a été inutile une fois. Une seule fois qui avait tout fait changer. Dans un coin de son esprit, le brun pensa à une chose.

La situation de Mikasa ressemblait fortement à la sienne malgré des différences. Elle avait quitté sa vie de paysan pour s’engager dans l’armée et en voulant protéger quelqu’un. Lui c’était différent, mais au final ça se rejoignait un peu… Parce qu’ils avaient le même but : protéger quelqu’un. Aujourd’hui, Rivaille ne vivait plus exactement dans cette situation, beaucoup de choses avaient changé, et il avait un nouveau but depuis quelques temps.


"Tu veux protéger Eren, c’est aussi ce que je veux. Je le protège contre lui-même, en lui laissant des libertés mais en lui faisant comprendre qu’il n’a pas intérêt à faire un faux pas. Toi tu t’accroches à lui comme une bestiole à son rocher, c’est ça qui te perdra."

De nouveau il tourna les yeux vers elle. Elle avait parlé d’un ton calme, et il lui avait répondu sur le même ton. Parce que c’était une conversation comme une autre où il fallait simplement mettre les choses à plat une bonne fois pour toute et ce n’était pas une mauvaise chose qu’ils se parlent entre quatre yeux, au moins chacun savait ce que pensait l’autre. Mais vraiment, ce que Rivaille espérait réellement, c’était que Mikasa ne se laisse pas avoir par ses émotions, qu’elle ne commençait pas à vouloir faire n’importe quoi pour Eren parce que comme il l’avait dit, ce serait ça qui la perdrait définitivement. Pour de bon. En laissant tous ceux qu’elle aimait derrière elle.

S’il lui disait tout ça, c’était parce qu’il voulait également la protéger. Parce qu’il savait combien la vie était précieuse, et qu’il en avait vu des gens se battre uniquement motivé par la haine ou le désespoir et ces gens-là, ils n’avaient pas fait long feu. Rivaille était persuadé que la jeune soldate était talentueuse, mais aussi intelligente. Maintenant à elle de faire la part des choses, puisqu’il n’y aurait qu’elle pour ça.

_________________

Je vous parle en steelblue ~


Dernière édition par Caporal Rivaille A. le Lun 1 Fév - 1:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1181-changement-de-personnage-pour-rivaille-terminee http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1178-corporal-s-relationships#7519
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Sans rancune [PV Mikasa]   Jeu 3 Déc - 16:12

Le soleil se reflétait sur la surface de la rivière qui traversait le district. Cela donnait l'impression d'un miroir brillant au dessus duquel Mikasa aurait pu se pencher pour contempler son reflet et celui du Caporal chef présent à ses côtés. Malgré sa stature peu imposante il avait quelque chose d'impressionnant. Un charisme, une personnalité, une attitude qui lui étaient propres. Elle n'avait que rarement eut l'occasion d'échanger avec lui mais elle était certaine qu'il n'était pas le genre de personne à prendre des pincettes. S'il avait quelque chose avait dire, il n'irait pas par quatre chemins et claquerait sa façon de penser sans se soucier de la forme à y mettre. C'était quelque chose dont Mikasa s'apprêtait à faire la douloureuse expérience, encore plus maintenant qu'elle même n'avait pas mâché ses mots pour s'adresser à l'un des hauts officiers du Bataillon.

Assise dans l'herbe, Mikasa était occupée à arracher des brindilles d'un vert luxuriant. C'était un geste un peu nerveux qui n'avait que pour seul but d'occuper ses mains et de fuir un instant le regard transperçant du jeune homme toujours debout. Sa voix était froide sans pour autant être acerbe. Mais Mikasa ne put retenir son corps de se tendre tout entier quand elle entendit la façon avec laquelle Rivaille traitait Eren. Les sourcils froncés et les lèvres pincées, elle le regardait avec colère

" Il a un prénom. Il s'appelle Eren. "

Oui. Eren. Et non pas le merdeux.... même il, elle devait l'avouer, Eren pouvait se comporter comme le pire petit merdeux sur terre quelque fois.... mais ça, elle ne le dirait jamais.

Elle ne prit pas la peine de répondre à sa question tant c'était une évidence. Bien sure qu'elle ne voulait pas que Eren soit remit aux brigades spéciales. Il avait toujours voulu faire partie de ce fichu bataillon d'exploration et grâce à Rivaille ( Mikasa avait envie de dire " à cause de Rivaille ") c'était maintenant chose faite.

Mikasa était allée loin....ses paroles avaient dépassées sa raison et quand le Caporal lui demanda s'il s'agissait d'une menace, elle riva son regard au sien pour lui répondre effrontément

" Prenez ça comme vous voulez..... "

La suite du discours de Rivaille ne plus pas à la jeune fille. Elle ? Une gamine capricieuse ? Son regard se fit plus accusateur. De quel droit la jugeait il ? Il ne connaissait rien de sa vie ! Rien ! Il ne savait pas par quoi elle était passé ! Capricieuse ? Le prenait elle pour une morveuse issue de Sina et ayant grandit avec tout ce qu'elle désirait à tel point qu'elle ne souffrait aucune contrariété ?

Un caprice ! Est ce vraiment un caprice que de vouloir que la personne que l'on aime le plus puisse vivre ? Et puis Eren n'était pas son jouet ! Jamais de la vie elle ne l'avait vu comme tel ! Elle était outrée par les propos qu'on lui balançait à la figure mais elle n'en montra rien et garda son ressenti pour elle.

Qu'est ce qui allait se passer si Eren venait à mourir ? Telle avait été la question de son supérieur à laquelle Mikasa répondit par un regard furibond. Elle connaissait cette réponse pour avoir déjà cru vivre cet instant. Comment oublier le moment dramatique où la voix tremblante d'Armin lui avait annoncé la dislocation complète de son unité dont faisait parti Eren. Façon contourné mais délicate qu'il avait vu de lui annoncer la morte de cette personne à laquelle elle tenait tant.

La réaction de Mikasa n'avait certainement pas été celle à laquelle Armin et les autres s'étaient attendus. Elle n'avait rien dit. Elle s'était redressée en position debout et sans un cri, sans une larme, elle avait prononcé son discours visant à galvaniser le reste des troupes encore vivantes. Elle les avait attiré à sa suite dans un assaut suicide dans lequel elle espérait faire disparaitre le désespoir d'avoir perdu Eren Elle avait l'impression de ne plus avoir d'objectif ni de but dans la vie. Oui.... Rivaille avait raison. Elle avait eut envie de mourir. Jusqu’à ce qu'elle se souvienne des paroles d'Eren, de son visage, de son regard.... Si elle venait à mourir, les souvenirs de lui disparaitraient vraiment aussi. Elle s'était donc résolu à vivre quoiqu'il arrive. Pour elle.... et surtout pour lui.

" Je ne mourrai jamais.... J'imagine que vous ne pourrez pas comprendre... S'il venait à lui arriver quelque chose, je ferai tout pour qu'il puisse continuer à vivre d'une certaine manière à travers moi...."

Non... Il ne pourrait pas comprendre à moins d'avoir vécu une situation similaire. Mais vu le caractère froid, presque antipathique, du Caporal, elle doutait fort qu'il ait un jour connu un attachement si fort pour une personne. Ce qu'elle éprouvait pour Eren était unique et elle se plaisait à croire qu'Eren ressentait la même chose à son égard...

La jeune fille baissa le regard. Qu'y avait -il de mal d’être à ce point accrochée à lui ? Pourquoi cela était-il mauvais ? Pourquoi Rivaille lui reprochait sans cesse cette affection et ce besoin de protection qu'elle vouait à Eren. A vrai dire, elle avait beaucoup de difficulté à voir où il voulait en venir. N'y avait-il pas besoin d'un objectif pour se batte ? Ne fallait-il pas une motivation qui surpassait les autres et qui donnait le courage d'avancer dans le situations difficiles ?

Mikasa se remet debout et elle frotta l’arrière de ses fesses avec ses mains. Elle était indifférente aux taches qui auraient pu s'imprimer sur son uniforme Celui-ci avait déjà quelques taches d'hémoglobine maculant le blanc de ses vêtements par des traces d'un rouge foncé virant au brun sanglant. Un peu plus ou un peu moins..... Et puis elle n'avait jamais vraiment été du genre à faire attention à son apparence. Elle avait l'habitude de la saleté. Que ce soit celle de la poussière des champs à labourer ou de celle des champs de bataille. Elle ne faisait plus aucune différence.

" N'avez vous pas quelque chose ou quelqu'un qui vous donne la force de vous surpasser durant un combat ? Quelque chose ou quelqu'un qui vous permet de contenir vos peurs et vous battre de toutes vos forces ?"


Inutile que Mikasa précise quelle était cette personne dont elle faisait mention. Pour elle, il n'y avait aucune surprise mais elle aurait été curieuse de savoir si le Caporal Chef n'avait pas une motivation similaire. Si ce n'était pas le cas, cela forçait encore plus le respect. Ou cela en était effrayant.... elle n'aurait su décrire son ressenti.

Une phrase interpella tout de même Mikasa et elle tourna la tête en direction de son supérieur. Il disait vouloir protéger Eren.... Au moins, cela leur faisait un point commun. C'était sans doute le seul et unique d'ailleurs.Il disait vouloir le protéger mais elle savait qu'il n'hésiterait pas une seule seconde à mettre fin a ses jours si la situation le demandait. La différence entre eux se situait à ce niveau.

Un vent frais se mit à souffler un peu plus fort et Mikasa resserra les mains sous sa poitrine pour empêcher la cape verte de voler et retenir un frisson qui lui parcourait le corps. La district était carrément silencieux. C'était étrange mais lénifiant.... Pour une fois que le Bataillon ne revenait pas sous les huées de la foule. Pour une fois qu'elle n'avait pas à affronter les regards accusateurs. Cela ne faisait pas longtemps qu'elle faisait parti du bataillon et cette clameur de la foule contre les Explorateurs la laissait toujours un peu perplexe. Le Caporal, lui, semblait ne plus se soucier de ce genre de détail. Etait il blasé ou prenait-il sur lui pour ne pas divulguer ses émotions ? Des deux possibilités elle penchait pour la première.

La jeune fille tourna la tête sur le coté opposé à celui où se trouvait Rivaille. Une question lui brulait le bout delà langue et elle ne tarda pas à l'énoncer clairement

"Pourquoi avez vous rejoins le Bataillon d'Exploration ? Moi, je l'ai fais pour suivre Eren.... Je serai allée partout, même jusqu'au bout du monde, si cela aurait été son vœux. Mais vous ? Qui êtes si austère, si... détaché de tout. Pourquoi risquez vous votre vie à chaque expédition si ce n'est pour une personne à laquelle vous êtes attaché"

Une nouvelle bourrasque de vent les balaya et fit se coucher les champs de blés que l'on pouvait voir au loin sur la rive juste en face. Le vent dans les végétations donnait l'effet de vague agréable à regarder. Mikasa s'arracha à cette contemplation des blés en train de danser pour se mettre face à l'homme avec lequel elle discutait

"C'est calme......Presque trop...  Vous ne trouvez pas ?"
Revenir en haut Aller en bas
Exploration

Féminin Messages : 358
Date de naissance : 23/09/1997
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 20
Localisation : Te faire chercher c'est bien mieux.
MessageSujet: Re: Sans rancune [PV Mikasa]   Jeu 3 Déc - 19:13

Plus il avançait dans sa tirade, moins ça semblait plaire à Mikasa. Cependant il s’en fichait complètement, il disait ce qu’il pensait sans passer par des gentillesses ou des politesses futiles qui ne servaient qu’à repousser l’échéance. Que ses paroles ne plaisent pas à la jeune fille, ça aussi il s’en tapait le coquillard, parce qu’il n’allait pas lui prendre la main pour lui dire qu’ils vivaient dans un monde parfait et magnifique gouverné par les papillons. Non, la vérité était là, que ça la blesse, que ça l’énerve, tant pis. Cette vérité n’était pas belle à entendre et ceux qui étaient trop faibles pour la connaître allaient continuer à vivre dans une désillusion.

Rivaille ignorait si c’était le cas pour Mikasa, mais vu les propos qu’elle tenait… S’il savait rire ouvertement, peut-être qu’il aurait rigolé. Alors que là, ce n’était qu’un visage fermé qui rencontra le regard de la jeune adolescente. Qu’elle lui dise qu’elle n’allait jamais mourir… Mais dans quel monde elle vivait ? Pas dans celui-là apparemment. Non, elle s’était confectionnée un idéal… Sans doute avec Eren. Une vie où ils étaient tous les deux. Rien que parler avec elle, le Caporal avait ce ressenti. Pour dire qu’il n’avait pas besoin de beaucoup de choses pour cerner la personne de Mikasa. Eren ceci, Eren cela… Elle n’avait que ce prénom à la bouche.


"Je comprends bien plus de choses que tu ne sembles le croire."

Parce que lui dire qu’il ne comprenait pas sur ce plan là… Si, il comprenait parfaitement au contraire. Il savait ce que ça fait, de voir des proches mourir. Rivaille avait vu beaucoup trop de gens mourir sous ses yeux avec ces foutus titans, tout ça pour quoi ? Pour rien la plupart du temps. Strictement rien. Voir tous ces gens que l’on connaissait… C’était dur, très dur, peut-être trop même. Le brun regarda le fleuve pensivement, les revoyant tous les deux dans l’eau, souriant et plein de vie. Le temps de cligner des yeux, ils n’étaient plus là. Une nouvelle bourrasque fit voler sa cape sans qu’il ne bouge d’un centimètre. La culpabilité de ce jour-là revenant au grand galop. Voilà pourquoi il comprenait ce dont Mikasa parlait. A la différence que ce n’était pas la même chose, pas le même vécu, pas le même ressenti.

Il tourna la tête vers elle une fois le vent calmé, pour la regarder se relever de ses yeux gris froids. Tous deux avaient vécu des expériences similaires tout en étant différentes, ce qui faisait qu’ils avaient un point de vue différent. Rivaille comprenait parfaitement le désir de l’adolescente de protéger Eren. Lui aussi il aurait aimé pouvoir les protéger à l’époque, ne pas avoir ce sentiment lourd qui revenait sans qu’il ne le dise à personne. Seulement, rien ne s’était passé comme prévu, et il avait tout perdu ce jour-là. Une vie de misérable avant ce jour, il avait eu la chance de devenir quelqu’un après ça. Enfin, devenir quelqu’un… C’était vite dit. On le considérait comme le soldat le plus fort de l’Humanité, mais est-ce que c’était vrai ? Jamais il ne s’était vanté de ce titre, bien au contraire.

D’un coup, Mikasa lui demanda s’il n’y avait pas quelque chose qui lui donnait la force de se surpasser. En disant cela, le Caporal avait compris que pour elle, c’était Ere cette force. Et pour lui, qu’est-ce que c’était ? Rivaille garda le silence un moment en réfléchissant à la question. Pourtant la réponse était toute trouvée pour lui. Cette chose qui lui donnait l’envie de continuer de se battre…


"Je me bats pour ceux qui ne sont plus là. Ce sont eux qui me donnent la force de continuer. Ce sont eux qui me donnent la rage de vaincre, toute cette haine que je laisse éclater contre les monstruosités dehors."

Suite à ça, le Caporal se tut un moment en s’étant de nouveau mit à fixer le fleuve. Oui, il se battait pour eux, pour tous ceux qui avaient donné leur vie pour la survie de tout le monde. Leur mort ne servirait pas à rien, et c’était pour eux que Rivaille tranchait. Cela pouvait paraître bizarre mais il s’en fichait, c’était sa manière à lui d’honorer leur mémoire et de ne pas rendre leur sacrifice vain.

Une nouvelle bourrasque vint soulever leurs cheveux alors que c’était Mikasa qui reprit la parole, cette fois pour savoir pourquoi il avait rejoint le Bataillon. Elle lui avoua d’ailleurs qu’elle, c’était pour Eren qu’elle était venue. Pas pour elle-même, juste pour suivre ce stupide morveux.


"S’il se jetait d’une falaise, tu le ferais aussi ? Ou même s’il te le demandait ?"

Rivaille la regardait du coin de l’œil cette fois-ci, pour connaître sa réponse avant de lui donner sa raison pour laquelle il avait rejoint le Bataillon. Si elle lui répondait oui, alors c’était pire que du dévouement à ce stade et ça faisait presque peur en fait mais bon… Chacun était différent, alors pourquoi pas ? Ca les mènerait sans doute à leur perte mais eux étaient là pour veiller sur ces stupides gamins. Le Caporal pouvait comprendre à quel point elle était attachée à Eren, mais autant… C’était une relation un peu étrange vu comment il l’imaginait mais ce n’était pas ses affaires, et il ne voulait pas s’en occuper non plus parce que ça ne changerait rien au traitement du gamin shifter dans tous les cas. Peu après, Rivaille pris une inspiration, se replongeant dans son passé pour répondre à Mikasa.

"J’ai rejoint le Bataillon… Sous la contrainte."

Il garda le silence un instant en levant les yeux vers le ciel pour regarder les quelques nuages qui passaient.

"J’étais dans un milieu très particulier avant, et les choses se sont faites de telle sorte que mes compagnons et moi-même avons dû rejoindre les rangs du Bataillon. On savait utiliser l’équipement tridimensionnel à cette époque sans avoir appris par quelqu’un, et on ne nous connaissait pas pour être des gens charitables."

Un soupir lui échappa alors qu’il baissa la tête en fronçant un peu les sourcils. Cela lui faisait mal, de replonger dans ces souvenirs. Rivaille choisissait de se livrer à Mikasa alors qu’il ne l’avait jamais vraiment fait avant. Peu de gens savaient ça. Les seuls qui le savaient étaient Erwin, Hansi, et Mike. Et maintenant l’adolescente. Il savait qu’elle ne le répèterait pas, il ne savait pas pourquoi. Parce qu’elle semblait savoir garder les choses pour elle ? Probablement.

"C’est parce que je n’avais pas trop le choix que j’ai intégré le Bataillon. Et un événement a fait que j’y suis resté. Ce jour-là, j’ai perdu les deux personnes les plus chères à mes yeux."

Voilà pourquoi Rivaille comprenait ce que Mikasa voulait dire. Qu’il n’était pas aussi insensible qu’elle semblait croire. Tout le monde pensait qu’il n’avait pas de cœur vu comment il agissait mais il était sans doute plus humain que beaucoup de personnes. A la seule différence qu’il ne voulait pas en parler tout simplement. Mikasa pouvait… Disons s’estimer chanceuse de savoir ce qu’il venait de lui dire, sinon il l’aurait déjà envoyé bouler et pas de la manière la plus délicate qui soit. Maintenant restait à savoir comment elle allait réagir à sa petite histoire qu’il avait vécu, pourtant très vrai. Il ne restait qu’à voir si elle allait garder son point de vue sur lui ou s’il allait changer. Honnêtement, le Caporal s’en fichait mais c’était toujours bon à savoir.

Il tourna la tête quand elle fit une observation, du fait que c’était trop calme pour un retour comme le leur, d’habitude c’était l’inverse qui se passait… Mais il y avait pensé et au début, il s’en foutait un peu parce que ça leur permettait de respirer sans qu’on leur fasse des critiques, des accusations, bref qu’on les apostrophe comme à leur habitude. Rivaille ne pouvait qu’être d’accord avec elle, et hocha la tête positivement.


"Il se passe sûrement une chose ailleurs. Peut-être qu’on devrait aller vérifier."

Parce qu’il ne s’en préoccupait pas, mais peut-être que c’était vraiment grave. Il n’y avait qu’un seul moyen de le savoir, et c’était d’aller voir par soi-même.

_________________

Je vous parle en steelblue ~


Dernière édition par Caporal Rivaille A. le Lun 1 Fév - 1:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1181-changement-de-personnage-pour-rivaille-terminee http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1178-corporal-s-relationships#7519
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Sans rancune [PV Mikasa]   Ven 4 Déc - 10:59

Que savait-elle du Caporal-chef Rivaille ? Peu de chose en définitive. Que ce que la légende du soldat le plus fort de l’humanité racontait depuis plusieurs années. Elle savait qu’il n’y avait jamais eu de combattant aussi puissant, aussi téméraire et aussi acharné que lui. Comment en était-il arrivé à avoir cette renommée ? Elle n’en savait rien et elle ne pouvait pas dire que cela l’intéressait outre mesure. Elle était seulement un peu curieuse. Elle aurait aimé savoir comment le très froid et distant Rivaille avait réussi à se forger une telle expérience et une telle réputation. Mais son passé était tout aussi mystérieux que sa personnalité. Elle n’avait jamais cherché en apprendre à en savoir plus sur lui et même si telle était son envie, elle demeurait persuadée qu’elle ferait choux blanc. Rares devaient être les personnes dans la confidence de son histoire vécue.

Il avait répondu à la question qu’elle lui avait posée. Elle en était un petit peu surprise. Elle se serait attendu à se faire envoyer sur les roses mais il semblait plus enclin à lui expliquer les tenants et aboutissants de sa détermination à combattre. Peut-être la fatigue de la dernière expédition qui lui permettait d’abaisser un peu sa garde et de s’ouvrir à elle ? Ou bien, est ce qu’il essayait simplement de lui faire prendre conscience de quelque chose d’important et que c’était dans cette optique qu’il acceptait de se livrer un petit peu ? Toujours est-il que Mikasa l’écouta en silence, méditant sur les paroles qui s’échappaient de ses lèvres.

Il se battait pour les soldats tombés au combat. Il se battait pour tous ces morts qui n’avaient plus la chance d’être vivant. Il se battait comme s’il était redevable à chaque corps sans vie qu’il avait vu rejoindre d’au-delà. Se sentait-il responsable de la mort des soldats qu’il avait sous ses ordres et qu’il avait été incapable de protéger ? Ce n’était pas son rôle. La mort pouvait surgir de nulle part à l’extérieur des murs. N’est-ce pas c qu’il venait de lui dire peu de temps auparavant ? Il devait être on ne peut mieux placé pour savoir cela. Mais Mikasa respectait cette motivation peu commune mais au combien honorable.

"S’il se jetait d’une falaise, tu le ferais aussi ? Ou même s’il te le demandait ?"

Mikasa tiqua à cette question qu’elle trouvait particulièrement grotesque. Comment pouvait-il lui demander ça ? Il ne devait pas bien connaitre Eren, c’était une évidence. Car si ça avait été le cas, il aurait su que ce dernier ne demanderait jamais une telle chose à Mikasa. Il n’avait pas non plus le genre de caractère résigné du garçon qui préfère se balancer d’une falaise plutôt que d’affronter ses problèmes à bras le corps. La réponse que Mikasa apporta au Caporal était simplement l’écho de cette pensée qu’elle se faisait mentalement

« Eren ne me demanderait jamais de faire une telle chose. Il ne ferait jamais ça non plus. Il tient trop à moi pour agir de cette façon…… »

Toute personne autre que Mikasa aurait manqué de s’étouffer en avalant de travers ou aurait simplement pouffé de rire tant sa tirade était désolante. Mais elle, elle était dans le déni complet. Eren l’aimait d’une façon ou d’une autre, elle le savait. Il tenait à elle tout autant qu’elle tenait à lui. C’était une évidence que rien ne pourrait désapprouver. Pourtant la réalité était toute autre. Oui Eren tenait sans doute à elle, comme on tient à une petite sœur ou à un membre de sa famille sans doute. Comme il tenait à Armin aussi. Eren avait son libre arbitre, il avait ses envies, il avait son ambition, ses projets….. Il avait sa vie, tout simplement. Elle…. Elle avait l’impression que sa vraie vie s’était arrêtée le jour où ses parents avaient été assassinés sous ses yeux impuissants et enfantins. Depuis elle n’avait fait que marcher dans les pas d’Eren sans réussir à se détacher de lui, s’enfonçant un peu plus dans sa paranoïa obsessionnelle à mesure que les années s’écoulaient.


Elle n’avait même pas conscience d’avoir répondu à côté de la plaque. La question que Rivaille lui posait n’était pas de savoir si oui ou non Eren était capable de se jeter d’une falaise. C’était de savoir jusqu’où Mikasa était-elle prête à aller par amour ou obsession pour Eren. Là…. C’était une autre paire de manches et Mikasa elle-même n’aurait pas pu dire la limite de son entêtement possessif pour le garçon aux yeux émeraudes autour duquel elle avait construit toute sa vie.

Une fois n’est pas coutume, Rivaille se livra à elle et Mikasa ne savait plus quoi penser des révélations qu’il lui faisait. Elle lui avait posé une question sur son ambition à devenir un membre du Bataillon d’Exploration et finalement elle se retrouvait à écouter les confidences sur son passé. C’était un peu déroutant, elle devait bien l’avouer. Elle avait l’impression d’avoir poussé une porte de sa vie qu’il s’entêtait à vouloir garder hermétiquement close pour tous les autres. Elle avait conscience d’être une privilégiée, en quelque sorte, sans pour autant en comprendre la raison. Pourquoi lui disait-il tout cela ? Pourquoi à elle surtout ? Elle ne comprenait pas vraiment mais elle accueillait ce moment comme une parenthèse dans le petit conflit qu’il l’opposait à lui.

Mikasa ne disait rien. Elle le laissait parler alors qu’il gardait ses yeux rivés sur la surface du fleuve. Elle l’imita, contemplant le miroir aquatique qui se déformait en fonction des rafales de vent. Le soleil brillant, quoique soudainement moins chaud, continuait de faire danser ses rayons scintillants sur l’eau. C’était joli…. Il parait qu’au delà des murs, dans des régions lointaines, il y avait de l’eau à perte de vue ! On appelait ça la mer ou l’océan. Elle l’avait appris avec le fameux livre qui appartenait au grand père d’Armin. Que ça devait être beau, la mer, quand le soleil se reflétait sur cette immense surface d’eau qui n’en finissait pas. Ça devait être magnifique de voir le soleil se coucher sur l’horizon…. Combien de fois Armin, Eren et elle s’étaient imaginés voir un jour se spectacle de leurs propres yeux….

La voix de Rivaille était neutre. Il n’avait pas l’air de quelqu’un torturé par les regrets. Il n’avait pas l’air triste non plus bien qu’elle imaginait qu’il devait l’être malgré tout. Elle l’écouta lui raconter son maniement exceptionnel de l’équipement de manœuvre tridimensionnelle. De son avis, cet engin barbare n’était pas bien compliqué à manier une fois qu’on avait compris le truc. Mais qu’il ait pu s’en procurer un avant son entrée à l’armée ? Ca c’était une information intéressante. Un petit sourire aurait presque pu orner les lèvres de Mikasa quand elle l’entendit parler de personne « peu charitable ». Ainsi le Caporal aurait été un voyou dans sa jeunesse. ? Elle n’était pas plus étonnée que ça à vrai dire. Cela pouvait expliquer bien des choses que ce soit son tempérament assez brusque, la violence qu’il dégageait pendant un combat ou encore l’air nonchalant qu’il était le seul à réussir d’afficher avec une telle perfection.

Mais lorsqu’il poursuivit son histoire, elle ne peut retenir un frisson de lui parcourir l’échine et cela n’avait rien à voir avec les rafales de vents qui soufflaient de façon saccadée. Il avait perdu les deux personnes les plus précieuses à ses yeux….Tous trois faisant parti du Bataillon d’Exploration, la façon avec laquelle ils étaient mort ne laissait que peu de place à l’imagination. Qu’ils aient été dévorés, piétinés, écrasés ou que sais-je encore, ils étaient forcément morts par un titan.

Un nouveau frisson la parcourut. Elle ne pouvait pas comprendre ce qu’il avait dû ressentir. Elle ne sait pas elle-même comment elle réagirait en pareille circonstance. Si elle voyait Eren et Armin se faire dévorer devant ses yeux…. Elle en deviendrait folle, c’est certain. Elle réagirait sur le coup de l’impulsion pour aller faire payer au centuple au responsable qui lui avait arraché ces vies si précieuses à ses yeux. Est-ce qu’avait fait Rivaille aussi ?

« Je suis désolée….. »


Elle ne savait pas trop pourquoi elle s’excusait au juste. Pour les deux camarades décédés du Caporal ? Pour lui avoir posé cette question qui l’avait forcé à replonger dans son passé ? Ou l’avoir jugé trop vite et l’avoir catalogué comme quelqu’un dépourvu de sentiments ? Un peu de tout ça sans doute……

Mikasa remonta légèrement son écharpe bordeaux afin de dissimuler son menton et ses lèvres. Lorsqu’Eren lui avait fait cadeau de cette écharpe, elle avait encore son odeur…. Depuis le temps, l’odeur avait disparue mais la chaleur qu’elle lui prodiguait lui donnait l’illusion d’avoir toujours un peu Eren à ses côtés. Elle ne se rendait même plus compte que ce geste simple qui consistait à se cacher le bas du visage de son écharpe, relevait presque d’un tique nerveux. C’était sa façon à elle se de protéger, pathétiquement, quand elle était mal à l’aise face à une situation.

« Finalement…. Nous ne sommes peut-être pas si différents. Nous avons connu l’horreur de perdre des personnes précieuses…. et nous avons dû apprendre à vivre avec ça…. »

Ses parents…… Ce que ça faisait mal de repenser à eux. C’était extrêmement douloureux de ressasser cette histoire ancienne sur laquelle elle avait essayé de tirer un trait mais qui ne cessait de venir la hanter encore et encore. Le visage serein de sa mère auprès de laquelle elle apprenait la borderie. Le visage de son père qui lui souriait avec bienveillance et protection…. Leur visage à tous les deux, noyés dans des mares de sang….. Leur sang….

« Nous avons juste des façons différentes d’affronter le présent…. »

Mikasa hésita un instant. Elle ne savait pas si oui ou non elle devait parler à Rivaille de son passé. Elle se doutait que cela lui était d’aucun intérêt et qu’il s’en fichait certainement comme de sa première chaussette mais il avait été si prompt à juger son attachement à Eren sans en connaitre les réelles causes. Elle s’appliqua à garder son regard loin du sien, ne voulant surtout pas avoir à affronter les orbes grises de son supérieur

« Mes parents ont été assassinés par des bandits qui cherchaient à m’enlever pour me vendre…. La suite, vous la connaissez vu qu’elle a été dite au tribunal lors du procès d’Eren….. Il est venu me sauver et nous avons tué les trois hommes responsables du massacre de ma famille… »

Elle marqua une pause et se retourna complétement pour observer les horizons. Elle avait dit cela sans la moindre émotion dans la voix. Elle n’allait pas se mettre à trembler en repensant à ce meurtre qu’elle avait commis et qui était justifié. Elle n’avait d’ailleurs jamais éprouvé le moindre remords, juste de la…. satisfaction ? Oui…. C’était ca. De la satisfaction et du soulagement. Un déclic s’était opéré en elle lorsqu’Eren lui avait parlé. Elle avait agi par instinct. Elle n’avait pas réfléchi et avait simplement fait ce que tout son corps empli d’adrénaline lui hurlait de faire. Elle avait voulu vivre….. Survivre aurait été plus exact.

Tout lui semblait bien étrange. Habituellement, les berges de la rivière étaient un lieu assez fréquenté. Là, il n’y avait pas âme qui vive. Les rues qu’ils avaient remontées avec le cortège du bataillon étaient toutes aussi désertes. Comment ne pas remarquer l’étrangeté de ce silence inexpliqué et anormal. D’ailleurs, Rivaille ne sembla pas plus serein qu’elle…. Si Mikasa pouvait se vanter d’une chose, c’était d’avoir un instinct qui ne la trompait que rarement. Elle avait une sorte de don pour reconnaitre les situations dangereureuses et ce soudain silence ne lui disait rien qui vaille. Son supérieur proposa d’ailleurs d’aller vérifier, elle ne put qu’acquiescer d’un signe de tête en guise d’approbation.

« Pensez vous que quelque chose ce soit produit pendant notre absence ? »


La Bataillon d’Exploration n’avait pas pour vocation première de faire régner l’ordre dans la ville. Ca c’était celle des Brigades Spéciales. La circulation libre entre les murs n’était pas autorisée non plus et l’étrange désertion du district laissait supposer que la population avait trouvé refuge ailleurs.
La jeune fille se mit en marche. Elle aurait tellement aimé pouvoir jouir encore un peu de ce moment de repos post expédition. Mais il semblait qu’elle allait devoir remettre son besoin de repos à plus tard. Elle aurait volontiers soupiré et laisser ses épaules s’affaisser face à tant de déception. Rivaille ne semblait pas plus enchanté qu’elle de devoir mener une petite mission d’inquisition inopinée. Visiblement, il était harassé lui aussi.

« Pourquoi il n’y a personne ? Ils sont-ils tous partis ? Habituellement la famille des membres du bataillon attend notre retour sur le parvis devant la porte. Si même eux ne sont pas là, c’est que la situation est plus grave qu’elle n’y parait…. »

Et elle s’en voulait d’avoir été stupide au point de ne pas l’avoir remarqué tout de suite…. Elle espérait seulement que quoiqu’il soit arrivé, il ne serait pas trop tard….
Revenir en haut Aller en bas
Exploration

Féminin Messages : 358
Date de naissance : 23/09/1997
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 20
Localisation : Te faire chercher c'est bien mieux.
MessageSujet: Re: Sans rancune [PV Mikasa]   Ven 25 Déc - 20:06

Discuter avec Mikasa, c’était un peu comme s’il discutait avec une gamine. Du moins certaines de ses réflexions lui donnaient cette impression, après il trouvait que cette conversation était intéressante. Cependant, dès que ça concernait Eren, elle répondait à côté de la plaque, mais vraiment. A croire qu’elle vivait dans un monde de fées avec Eren. Ce n’était pas la réalité, et elle le savait certainement mais si se leurrer lui faisait plaisir, il n’allait certainement pas essayer de la raisonner. Elle vivait dans son monde, tant pis, il ne ferait rien pour l’arranger, puisqu’elle ne voudrait pas l’écouter. C’était seulement un dialogue de sourd à ce moment-là.

Quand il avait raconté un court passage de son passé, la plus marquante, Mikasa se sentait désolée pour lui. De la pitié, Rivaille n’en voulait pas. S’il lui avait dit, c’était uniquement pour lui dire qu’elle ne savait rien, qu’elle n’avait pas le droit de juger sans savoir comme ça. Ça, c’était une évidence, et maintenant le Caporal avait l’impression qu’elle se sentait mal à l’aise. Il se retint de lever les yeux au ciel. La vérité, il fallait la dire telle qu’elle était. Pas besoin de prendre des pincettes. Rares étaient ceux qui vivaient encore joyeusement avec toute leur famille. La nouvelle génération, c’était le cas mais les gens comme Mikasa, Eren, d’autres jeunes du même âge, ils avaient connu la chute du mur.

Ils avaient même connu les deux chutes, puisqu’ils avaient participé à la bataille de Trost. Rivaille préférait ne rien dire, parce que c’était inutile. Il écouta simplement Mikasa lui dire qu’ils n’étaient pas si différents tous les deux, qu’ils avaient vécu la perte d’êtres chers, qu’ils avaient une vision différente d’affronter le présent. Rivaille était bien d’accord concernant cette dernière affirmation. Il planta son regard dans celui de Mikasa.


"Toi, ta manière d’affronter le présent, c’est en vivant à travers Eren c’est ça ?"

Nul doute qu’il allait certainement toucher une corde sensible avec cette question mais il s’en fichait, il voulait voir jusqu’où allait son problème. De quel problème il parlait ? Celui de Mikasa avec le morveux. Le Caporal ne cherchait pas la petite bête ni rien, juste savoir si elle savait raisonner convenablement quand il s’agissait d’Eren, parce que là il n’était pas encore convaincu de plusieurs choses. Parce que Mikasa avait l’air de vivre dans le déni. C’était son choix, mais à penser ainsi, c’est ce qui la conduirait à sa perte. C’était ce que Rivaille pensait.

Il l’écouta ensuite raconter à son tour un petit bout de son passé, comme si c’était… Donnant-donnant ? Il lui avait parlé du sien alors elle faisait de même ? Sans doute, c’était ce qu’il en déduisait mais maintenant il en savait un peu plus sur elle. Des bandits qui avaient cherché à la vendre… Ce n’était pas mieux que ce qu’il se passait en bas en vérité, mais ça il ne le précisa pas. En fait, le Caporal ne cherchait pas à répondre, à dire quelque chose par rapport à ça, parce que c’était inutile et que dans tous les cas, il ne savait pas quoi dire. A la place, il se préoccupa de ce qui les entourait, et décida à se moment là de bouger.

Libre à Mikasa de le suivre ou non mais d’après ce qu’il entendait, la voix de l’adolescente était toujours proche de lui, qui lui demandait si quelque chose s’était produit. Probablement, vu le manque de personne sur les rives.


"Sûrement, va savoir quoi par contre."

Ils marchèrent tous les deux en silence pendant un court instant. Aussi bien Mikasa que lui n’avait envie d’aller voir ce qu’il se passer, voir si c’était grave ou non, parce qu’ils venaient de rentrer d’une mission alors… Alors il n’avait qu’une envie, c’était allé se reposer. Enfin, reposer pour lui signifiait repartir rapidement au travail, parce qu’il n’arrêtait quasiment jamais. Il ne fallait rien dire, pas se plaindre, rien du tout, parce que ça ne servirait à rien et en plus de ça, ça ne les ferait pas avancer plus vite. Mikasa reprit la parole quand elle dit que c’était bizarre, cette ambiance. Concrètement c’était ça. Personne. Il n’y avait vraiment personne, ce qui était étrange. Comme elle l’avait souligné, d’habitude il y avait au moins des familles et là… Rien.  C’était de plus en plus étrange cette situation.

"Viens, il faut trouver quelqu’un."

Ce qui n’allait pas être aisé mais peu importait, il fallait qu’ils bougent pour vérifier. La jeune fille le suivait toujours, donc c’était parti. Une petite enquête, ça n’allait pas les tuer. Mais même lui ça lui piquait sa curiosité, parce qu’il avait envie de savoir à quoi était due cette absence. Une chose de grave, certainement.

_________________

Je vous parle en steelblue ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1181-changement-de-personnage-pour-rivaille-terminee http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1178-corporal-s-relationships#7519
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Sans rancune [PV Mikasa]   Mar 19 Juil - 8:07

Mikasa avait toujours été une personne discrète. Elle était souvent prise en exemple pour ses faits d’arme et son exemplarité sur le terrain mais cela se limitait à ça. Le fait qu’elle soit relativement solitaire et peu loquace avec son entourage ne lui permettait pas de tenir longues discutions et celle qu’elle était d’ailleurs en train d’entretenir avec son Caporal-Chef était sans doute l’une des plus longues conversations qu’elle avait eu avec une personne depuis fort longtemps.

"Toi, ta manière d’affronter le présent, c’est en vivant à travers Eren c’est ça ?"

La jeune fille s’était immobilisée. Son regard anthracite s’était ancré à celui si transperçant de Rivaille. Il lui donnait l’impression, désagréable, de lire en elle comme dans un livre ouvert. Elle n’appréciait que modérément la perspective d’être si prévisible à ses yeux. C’était une forme de faiblesse…. Elle l’avait toujours perçu de cette façon.

Mikasa claqua la langue contre son palais dans un signe d’agacement manifeste. Elle tourna la tête dans la direction opposée, exposant ainsi son visage à une petite brise de vent qui vint faire danser ses cheveux d’un noir ténébreux.

Vivre à travers Eren….. Cela voulait dire qu’elle ne vivait pas sa propre vie mais qu’elle se contentait de suivre celle de son précieux ami.

Vivre à travers Eren… Cela pouvait aussi signifier qu’elle avait fait le deuil de sa propre vie pour se centrer uniquement sur lui….

Lorsque l’on y réfléchissait un peu, c’était une vision bien triste de la vie…. Etait-elle comme ces parasites qui sont incapables de survivre sans leur hôte ? Etait-elle un parasite pour Eren ? La voyait-il de cette façon ? Est-ce qu’il était agacé qu’elle lui colle toujours après comme son ombre ?

Sans qu’elle ne s’en rende compte, elle venait de serrer fortement ses poings. Elle avait toujours pensé que Eren avait besoin d’elle. Qu’elle était importante et vitale pour lui. Mais elle s’était peut être bercée d’illusions jusqu’à présent. Egoïste….. Narcissique….

Malgré son cœur sur le point de se rompre, elle trouva la force de répondre au Caporal Chef d’une voix qu’elle espérait assez posée pour ne pas trahir son émoi intérieur.

« Oui….. Vivre à travers Eren est la seule façon que j’ai trouvé pour donner un sens à ma vie. Je ne veux pas savoir si c’est une bonne ou une mauvaise chose… Je veux juste…. Le protéger ».


Il aurait fallu être aveugle ou stupide pour ne pas se rendre compte que Mikasa était bien plus forte qu’Eren. Elle était d’ailleurs bien plus forte que de nombreuses personnes au sein du Bataillon d’Exploration. Elle ne s’en était jamais vantée pour autant. Loin d’elle l’envie d’être mise en avant ou de frimer pour le simple plaisir de se sentir supérieur.

Mais cette force, Mikasa l’utilisait et la mettait toute entière au service de l’Humanité. Et au service de la protection d’Eren….

Le bruit de la semelle de ses bottes résonnait sur les pavés de la ville déserte. Il n’y avait plus aucun doute quant au fait qu’un évènement important ( dramatique ou pas ) devait s’être produit. Jamais une ville aurait été ainsi désertée sans aucune raison.

Le décor dans lequel évoluaient Rivaille et Mikasa donnait un air de désolation à la scène. Des bâtiments vides dont certains d’entre eux avaient encore les portes ouvertes comme si leurs occupants étaient partis à la hâte sans prendre la peine de refermer derrière eux. Un étal de marchand de légumes renversé pouvait faire penser à un mouvement de panique qui se serait emparé des habitants du district. Mikasa s’approcha de ce tas de légumes qui jonchaient le sol. Elle se pencha pour regarder d’un peu plus près une courgette éventrée donc la chaire d’un vert pastel avait déjà virée au marron sous l’effet de l’oxydation. Ce légume, tout comme le reste de l’étal, avait du être saccagé il y a un bon moment de ça…

Elle se redressa sur ses pieds et laissa son regard scruter le reste de la ville déserte qui les entourait. Elle devança Rivaille et coupa la route pour aller se saisir d’une poupée de chiffon esquintée qui était allongée dans la rue poussiéreuse. Une petite fille l’aurait fait tomber…. Mikasa regarda la petite poupée molle qu’elle tenait entre ses mains. Ses yeux étaient formés par de gros boutons noirs cousus à même le tissu rembourré de contons formant la tête. La chevelure était formée de  morceaux de laine fixés au sommet du crâne avec soin. Une poupée de fabrication «  maison » à n’en pas douter. Quelque part, une petite fille devait certainement être en train de la réclamer…

Mikasa épousseta un peu la poupée avant de la glisse sous sa ceinture de cuire pour ne pas la faire tomber ou risquer de la perdre. Elle ignorait à quelle gamine pouvait bien appartenir le jouet mais elle s’était mise dans la tête de pouvoir le lui restituer. C’était peut-être aussi une façon de s’empêcher de penser que la propriétaire de la poupée pouvait déjà être décédée….

« Caporal…. Que pensez-vous qui se soit passé ? »

Mikasa se redressa et se tourna vers lui. Une nouvelle fois son regard parcouru tout ce qui l’entourait. Les bâtiments n’étaient pas abimés. Pas de destruction massive de maison ou de toiture. Cela ne pouvait signifier qu’une seule chose :

« Ce n’est pas l’œuvre de titan….. Si des titans avaient pénétrés dans l’enceinte de la ville, on retrouverait forcément des dégâts importants sur les bâtiments…. Ou des restes humains régurgités par les titans…. »

Mais rien de toute cela…. Il y avait juste le silence…. Le vent qui soulevait la poussière jonchant le sol…. Et cette chaleur trop présente qui paraissaient être décuplée par la tension sordide qui régnait dans la ville. Il y avait aussi cette odeur…. Une odeur âcre… Métallique… une odeur forte aussi…. Le genre d’odeur que Mikasa ne connaissait que trop bien pour l’avoir trop de fois sentie….

L’odeur du sang.

L’odeur de la mort….

L’odeur d’un corps en décomposition…

Miksa fronça les sourcils et elle tourna la tête vers son supérieur pour voir si lui aussi avait remarqué cette forte odeur désagréable qui les entourait.

Elle regarda ensuite autour d’eux à la recherche de l’origine de cette émanation olfactive atroce. Ses jambes flagellaient un peu lorsqu’elles la portèrent jusqu’à un bâtiment qui n’était autre qu’un quartier général réservé aux membres de la Garnison. Elle poussa lentement la lourde porte en bois qui se mit à grincer sur ses gongs au fur et à mesure qu’elle s’ouvrait.

Le cœur de Mikasa fit un bond dans sa poitrine. Elle laissa échapper une exclamation d’horreur avant de se plaquer la main sur la bouche pour s’empêcher de vomir face au triste spectacle qui s’offrait à ses yeux affolés.

Des corps….. Une dizaine de corps de soldats de la Garnison étaient étendus sur le sol devenu aussi rouge que l’écharpe qu’elle portait autour de son cou. Il y avait du sang partout…. Sur les meubles et sur les murs….. Cet enchevêtrement de corps était le témoignage affreux du carnage qui avait eut lieu dans cette pièce. Mikasa en avait déjà vu des dizaines, des morts, mais là… elle était saisie par l’horreur de la scène.

« Mon Dieu….. Ca…. Caporal Rivaille ! »

Elle se retourna brusquement et se mit à appeler un peu plus fort son supérieur resté en retrait, sans prendre en compte le risque de se faire repérer par un ennemi éventuel.

« Coporal ! Vite ! »

Elle écarta la porte pour lui permettre de rentrer dans la pièce et de voir de ses propres yeux la triste réalité qui s’offrait à eux. Elle remonta son écharpe pour couvrir son nez et sa bouche afin de se préserver des maladies que pouvaient véhiculer ces cadavres abandonnés depuis plusieurs jours à en juger par l’odeur nauséabonde et l’amas de mouches qui gravitaient autour.

Elle laissa le temps à Rivaille de se faire son propre avis sur la situation. Puis, comme si elle n’arrivait plus à contenir l’horreur de ses propres constatations, elle fut dans l’obligation de rompre le silence pour lui énoncer l’évidence affreuse de ces crimes macabres

« Ces hommes….. n’ont pas été tué par des titans …. »

Pas par des titans…. Mais par des humains….
Des humains qui ont assassiné des membres de la Garnison. Des humains qui ont assassiné d’autres humains…..

Qui étaient-ils ? Est-ce qu’ils s’en sont pris qu’aux seuls membre de l’armée ou est-ce que des civils ont connu ce triste sort ? A combien s’élève le nombre des victimes ? Et surtout…. Pourquoi ? Pourquoi ces gens ont-ils étaient assassinés… ?
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Sans rancune [PV Mikasa]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sans rancune [PV Mikasa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le palais Sans-souci en Danger
» Il n'y pas de vie sans agriculture...
» Land des Gabions, un modèle de site pour les sans-abri
» Elèves sans frontières, malades sans frontières
» QUE VAUT UN PEUPLE SANS MEMOIRE COLLECTIVE?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shingeki No Kyojin RPG :: Fleuve-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Autres Mangas (RPG)