Partagez | 
 

 Au coeur du chaos [Arunja]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Speciale

Féminin Messages : 75
Date de naissance : 20/04/1997
Date d'inscription : 15/08/2015
Age : 21
MessageSujet: Au coeur du chaos [Arunja]   Dim 6 Déc - 16:08

♪ Euterpe


Personne n'avait rien vu venir. Rien n'avait été prévisible. Ils étaient arrivés de nulle part : on ne savait ni qui ils étaient exactement ni ce qu'ils désiraient. Agissaient-ils pour le plaisir de tuer et détruire, ou avaient-ils un objectif précis en tête ? Le soir tombait quand tout avait débuté. Erika s'apprêtait à quitter le QG, la journée avait été on ne peut plus banale. Le ciel s'était déjà assombri et la lune commençait à se lever. Puis des cris s’étaient élevés, à la fois de rage et de détresse. On avait d'abord pensé à une simple bagarre de quartier, c’était assez fréquent à proximité des tavernes à cette heure-ci. Mais rapidement, la ville entière était devenue un véritable champ de bataille. Evidemment, personne, dans la Mur Sina, ne s'attendait à ça. Ils s'étaient toujours tous cru en sécurité des titans, mais là, c'était des humains qui s'affrontaient entre eux. Et bien-sûr, l'organisation des Brigades Spéciales pour défendre les populations et contre-attaqué contre ce groupe d'individus inconnu, était, tout simplement, désastreuse. Les plus haut-gradés beuglaient de toutes parts des ordres contradictoires, s'ils ne se disputaient pas le commandement des opérations. Erika avait fini par s'adosser contre un mur et s'adonna à les observer se crêper le chignon pour déterminer quelles manœuvres il fallait privilégier. Elle avait revêtu son équipement tridimensionnel, comme les autres soldats. La partie des troupes qui se trouvaient au QG du district avait reçu l'ordre de ne pas bouger, seuls quelques soldats avaient été envoyés à la Capitale et aux districts voisins pour faire états des lieux. Le reste était peut-être déjà en train de se battre. Ou s'était planqué.

Tout le monde avait perdu la notion du temps. Pendant ce qui semblait avoir duré une éternité, Erika avait tenté au moins deux fois de proposer à ses supérieurs de se bouger activement, mais elle s'était fait rembarrer. Oui, bien-sûr, pas question de partager le pouvoir. Ils ne savaient ni déléguer ni partager, à force de devoir "travailler" avec ces gens-là, la jeune femme en avait acquis l'habitude. Deux des émissaires avaient fini par revenir, cependant trop tôt pour qu'ils aient pu faire un aller-retour entier. En effet, ils avaient croisé d'autres soldats qui leur avaient indiqué que la situation était la même partout. Peu après, un membre de la Garnison arriva péniblement jusqu'à eux, expliquant que les émeutes avaient débuter au sein du Mur Rose et qu'ils avaient absolument besoin de renforts.


- Je m'en charge.

Assez bavassé. Erika se redressa et abattit sa cape verte signée de l'écusson des Brigades sur ses épaules. Remarquant que les hauts-gradés allaient encore une fois lui faire une remarque désobligeante, elle leur adressa une simple grimace de dégoût, les dépassa et demanda à quelques hommes de venir avec elle. Elle avait beau ne jamais avoir connu une situation d'une telle ampleurs, elle se doutait bien que dans ce genre de cas, il fallait agir rapidement. Après un détour par l'écurie, la troupe réussit à sortir de l'enceinte du mur en évitant le centre-ville où se déroulaient le gros de l'assaut. Les soldats s'étaient séparés et répartis dans les gros quartiers du Mur Rose. Tandis qu'ils filaient dans la nuit, le vent dans la figure, Eri observa ses compagnons. Ils étaient peu nombreux et elle ne connaissait la plupart que de vue. Aucune ne parlait, et ils semblaient tous tendus et anxieux. Bon, au moins, elle avait maintenant la preuve qu'une poignée d'individu avait ne serait-ce qu'un minimum de courage. S'il s'agissait de titans, sans doute qu'ils auraient refusé de venir. Mais malheureusement, c'était également eux qui avaient le plus de risques de périr ce soir.
Ils atteignirent le Mur Rose au plein cœur de la nuit. La situation ne semblait pas si différente que celle leur point de départ, en effet. Erika descendit de cheval, imitée par ses camarades, et préféra le laisser à l'entrée de la cité. Les attaques avaient commencé il y avait un bout de temps, cependant on entendait toujours des hurlements dignes d'un véritable champ de bataille. Apparemment, les attaquants avaient l'attention de faire un véritable massacre. La jeune femme se tourna vers les autres soldats :


- Dispersons-nous. On n'a pas encore déterminé qui était l'ennemi exactement. Ne tentez rien de stupide et privilégiez l'évacuation des civils et des blessés hors de la ville.

Certes, ils n'avaient pas de lieu pour accueillir les réfugiés, mais les campagnes étaient calmes et pour l'instant, le plus important était de mettre un terme à cette révolte. Car oui, l'idée d'une révolte était sans doute le plus logique et plausible. Erika s'élança en direction du centre-ville, sur le qui-vive. Plus elle se rapprochait et plus le bruit était intense, l'atmosphère était lourde, l'air sentait le brûlé et du sang maculait les murs et le sol. La jeune femme eut plusieurs fois l'estomac retourné lorsqu'elle passa à côté de cadavres. Les seules personnes vivantes qu'elle croisa étaient des femmes, enfants et vieillards. Tous étaient tétanisés, sous le choc, blottis les uns contre autres dans un coin ou un autre, au détour des petites ruelles sales. Elle les encouragea chacun à se relever à fuir la ville, d'emmener avec eux tous ceux qu'ils croisaient et se soutenir. La soldate déglutit. Malgré tous son courage, chaque pas qu'elle faisait en direction du cœur de l'attaque la rendait un peu plus tremblante. Elle avait le souffle court, elle prit un instant pour reprendre sa respiration, appuyé contre un mur. Soudain, quelque chose attira son regard. En effet, il lui sembla avoir aperçu une forme humaine dans une maison dont les vitres des fenêtres étaient brisées. D'un coup de pied, elle ouvrit la porte qui n'était en réalité même pas fermée. Elle entra dans l'habitation. Il y avait bel et bien quelqu'un, un homme, qui s'affairait à rassembler des affaires. Agacée par une telle scène, Erika le regarda avec dédains, les poings sur les hanches.

- Oï, qu'est-ce que tu fous ? Tu te rends compte de ce qui se passe dehors ? C'est bien beau de ramasser ses affaires, mais si tu crèves pour n'avoir pas eu le temps de fuir, ça n'aura servi à que dalle !

_________________
Fool the whole world, just until I get better
I'm terrified I'll be faking forever
 

#993366
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1312-erika-niebieski-finish-o http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1322-registre-d-erika

Féminin Messages : 124
Date de naissance : 09/03/1995
Date d'inscription : 13/09/2014
Age : 23
Localisation : Trost
MessageSujet: Re: Au coeur du chaos [Arunja]   Mar 8 Déc - 9:32

Le soir commençait à s’installer sur le territoire humain. Là où à ce moment de la journée l’heure est censée être à la fête et à la détente, c’était tout le contraire actuellement. Les rues s’étaient transformées en peu de temps en de véritables champs de bataille. Les rues étaient jonchées de cadavres aussi bien de soldats que de civils. Même les civils avaient payé le prix fort. C’est bien pour ça qu’Arn ne voulait rejoindre aucun des camps, même les rebelles qui n’étaient que des fanatiques religieux qui valaient pas mieux que les élites en place. Quand Jay Khan, son frère avait voulu se révolter, il le faisait pour la liberté et dans ses rangs des gens tous différents qui voulaient un monde plus juste où tout le monde pourrait pratiquer son culte librement et être accepté malgré ses différences. Jay avait cependant échoué.

Beaucoup plus tôt, dans la mâtiné quand il faisait encore nuit, Arn et Lukas avaient rejoint Rose profitant du sommeil des Titans pour traverser les plaines très risquées pour eux. Si Arn était dur à attraper dans les arbres, au sol c’était une proie facile, même en Titan. D’autant qu’il avait Lukas sur son dos. Il avait fait le trajet en Titan pour aller plus vite et avoir plus de chances de contre-attaquer si on l’embêtait. Une fois à Rose, ils s’étaient installés dans une clairière pour y abandonner les Titans et se reposer avant d’aller en ville quand le soleil serait suffisamment haut dans le ciel. Les deux shifters auraient sans doutes l’air d’anachronisme au sein des Murs, ça faisait des mois qu’Arn ne vivait plus à Rose et avait radicalement changé ses habitudes. Les cheveux longs et crasseux, le teint sombre, les tatouages ainsi que pour seule tenue un pagne. Le shifter avait appris que ses ancêtres mettaient de telles tenues quand ils se transformaient pour la simple et bonne raison qu’ils avaient moins chaud dans le Titan et ça craignait moins que des beaux vêtements et uniformes en cas de fusion.

Quand le soleil commença à décliner, ils partirent pour la ville la plus proche. Des gens les regardèrent surpris de leur accoutrement. Arn avait laissé son cheval à la planque mais avait amené son fils pour la première fois depuis qu’il l’avait récupéré. Lukas avait connu l’orphelinat à Rose mais il avait fini par s’habituer à son père et s’y était rapidement attaché voyant quelqu’un comme lui. Arn allait apprendre à Lukas à voler. Jusque là, l’enfant avait fréquenté avec son père des ruines abandonnées de Maria la nuit quand les Titans dormaient. En effet, lors de la première attaque du Titan Colossal, les habitants avaient fui en catastrophe laissant tout derrière eux. Une aubaine pour un pillard comme Arn qui osait aller sur le territoire Titan. Quand ces monstres dormaient la voie était libre pour le mercenaire qui pouvait évoluer en toute sécurité. Arn regretta très vite son choix voyant que la ville était devenue en quelques instants un véritable chaos. Des groupes armés s’étaient mis à attaquer tout le monde en prenant soin d’abattre en premier les soldats de la garnison pris au dépourvu. Ils se défoulèrent sur les civils par la suite. Arn tenta de passer à travers les maisons et les ruelles pour éviter les fanatiques. Ils passèrent devant un enfant pleurant ses deux parents gisant au sol. Le jeune père avait pris fils dans ses bras, ce dernier se collant contre son père pour ne pas voir les horreurs.

"Je préférais les nuits chez les Titans …"

Arn lui esquissa un sourire avant de se remettre  chercher un endroit où s’abriter et éventuellement se servir. En effet, les habitants quittaient tout en catastrophe pour pouvoir sauver leur peau. Alors que les deux shifters cherchaient une demeure à visiter des rebelles les virent.

"Des mécréants, on va leur montrer la vraie voie et ça ne se fera que par la mort !"

Arn accéléra. Lukas dans ses bras, il grimpa sur les toits pour embêter les agresseurs. Malgré le gosse avec lui, il était plutôt agile. Il n’eut pas vraiment le temps de faire le malin quand on commença à lui tirer dessus comme un chevreuil. Arn vit une fenêtre brisée et s’y engouffra. Alors que les rebelles s’apprêtaient à entrer le capturer, ils furent distraits par un de leurs camarades arrivant en catastrophe.

"Les Brigades Spéciales sont là !"

"Cachons nous et on les prend au dépourvu ils vont plus être distraits par le sauvage qu’il y a dans la maison !"

"Ouais bonne idée !"

Ils disparurent, mais Arn savait qu’ils étaient encore là. Il décida tout de même d’en profiter pour prendre quelques affaires. Lukas était parti dans une autre pièce pour chercher du matériel. Alors qu’il prenait des couvertures, Arn fut interrompu par une voix féminine.

"Oï, qu'est-ce que tu fous ? Tu te rends compte de ce qui se passe dehors ? C'est bien beau de ramasser ses affaires, mais si tu crèves pour n'avoir pas eu le temps de fuir, ça n'aura servi à que dalle !"


Le shifter leva la tête vers la nouvelle venue. Il reconnu immédiatement qu’elle était des Brigades de par le blason à tête de licorne ornant sa veste. Il se leva et rappela Lukas qui accouru à lui.

"Euh ...Je rassemblais le strict minimum avant de partir. D’ailleurs vous risquez aussi de crever, il y a des rebelles embusqués et je peux vous le prouver. Attendez là !"

Arn sauta par la fenêtre pour grimper sur le toit  suivi de Lukas. Aussitôt les rebelles le mirent en joug. Tout comme la soldate dans la maison qui risquait d’y passer. Le shifter regarda son fils et mis sa main à sa bouche.

"T’es prêt ?"

"Je suis prêt !"


Ils se mordirent la main et disparurent dans un nuage de vapeur sous les regards médusés des rebelles. Puis deux Titans apparurent. L’un de sept mètres et l’autre de quatre mètres. Les Titans avaient beau être maigres et bien plus petits qu’Eren, mais ils avaient suffit à intimider les fanatiques.

"Des Titans !!"

Arn esquissa un sourire.

"Tiens, tiens, pour massacrer des civils et des soldats en permission, il y a du monde, mais pour des Titans, plus personne …"


Arn les fixa, les rebelles étaient prêts à déguerpir.

"Bouh !"

Les fanatiques prirent la fuite en hurlant. Lukas en rattrapa un le trainant par la jambe comme un vulgaire jouet il revint vers son père. En Titan, l’enfant faisait preuve de bien plus d’assurance.

"Donne moi ce type !"


Il le fit tomber devant la jeune soldate. Le type était totalement désarmé face à un soldat équipé et deux Titans et tous ses copains avaient déjà fuit. Les deus Titans se mirent en face de la jeune femme présentant le type comme un trophée qu’ils lui offraient.

"Voilà le vrai visage de ces fanatiques, des lâches !"

"Pitié ne me faites pas de mal ..."

"Pourquoi ?"

"Nous sommes les seuls groupes légitimes nous voulons imposer la VRAIE loi et les VRAIS dieux !"


"Tsss ... Alors vous seriez prêts à massacrer une grande part d'humanité bien visible juste pour une entité invisible qui si elle était si puissante n'aurait pas besoin de larbins comme vous ..."


Le gars ne sut pas quoi répondre. Le Titan fit un signe de tête en direction des ruelles.

"J’imagine que tu as des camarades et à l’heure qu’il est ils doivent être en danger. C’est pas une bonne idée de se disperser."


Note : les paroles en italique sont les pensées et paroles d'Arn en Titan. Contrairement à Eren il a les lèvre plus souple pour pouvoir articuler un minimum mais il a un très fort accent qui le rend parfois difficilement incompréhensible. Lukas quand à lui est plus facile à comprendre en Titan.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1004-termineepresentation-d-arn http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1017-oui-oui-arn-a-une-vie-sociale-autre-que-du-reglement-de-compte#6392
Speciale

Féminin Messages : 75
Date de naissance : 20/04/1997
Date d'inscription : 15/08/2015
Age : 21
MessageSujet: Re: Au coeur du chaos [Arunja]   Sam 12 Déc - 15:12

♫ Shiki's theme


L'homme se redressa et l'observa l'espace de quelques instants. Puis il appela quelqu'un et un jeune garçon accourut vers lui. Son fils, sans doute, puisqu'ils se ressemblaient. Erika tiqua. De toute sa vie, jamais elle n'avait vu un type pareil, même dans la Cité Souterraine. Sa peau était tatouée plus sombre que la plupart des humains vivants dans l'enceinte des murs. Et par-dessus tout, il n'était vêtu que d'un pagne. Apparemment, passer inaperçu n'était pas sa priorité.

- Euh ...Je rassemblais le strict minimum avant de partir. D’ailleurs vous risquez aussi de crever, il y a des rebelles embusqués et je peux vous le prouver. Attendez-là !

Ce fut la deuxième chose qui choqua la jeune femme : contrairement à tous les autres habitants qu'elle avait croisés jusque-là, il était le seul à ne pas avoir peur de ce qui se passait. Le garçon aussi paraissait calme ; la seule explication qu'elle put attribuer à cela fut le fait qu'il soit trop jeune pour comprendre la situation. Ou peut-être pas d'ailleurs : l'homme sortit par la fenêtre, et le gamin le suivit sans la moindre hésitation. La soldate remarqua clairement qu'ils grimpaient tout naturellement sur le toit.

- Non, mais comment ça ? VOUS attendez-là, c'est mon boulot de...

Bon, rien à faire, inutile de s’époumoner, ils ne pouvaient plus l'entendre avec le boucan de l'extérieur. Erika resta immobile quelques secondes, les bras ballant, se forçant à croire que, non, la situation ne lui échappait pas du tout. Elle se reprit ; comment ce type comptait affronté des hommes armés jusqu'aux dents avec son gosse dans les pattes ? Vu le peu de vêtements qu'il portait, c'était certain qu'il n'avait strictement rien pour se défendre. Ou alors voulait-il simplement se suicider ? Non, si c'était le cas il n'aurait pas pris le temps de ramasser des objets  dans sa maison. Attends, était-ce vraiment chez lui, en fait ? La jeune femme mit de côté ces questions, et se précipita dans la rue, s'attendant à des coups de feu d'une minute à l'autre.

A peine avait-elle passé le pas de la porte qu'une détonation retentit. Sa vue fut brouillée par un nuage opaque et elle fut projetée au sol. Lorsque la soldate retira ses bras qu'elle avait instinctivement mis devant son visage pour se protéger. La fumée se dissipa rapidement. Ce qu'elle vit alors eut pour seul effet de la faire écarquiller les yeux : elle voulut dire quelque chose, un juron, n'importe quoi, mais aucun son ne sortit de sa bouche ouverte. Des titans, bon sang, elle avait face à elle deux titans ! Normal. Un instant elle pensa qu'elle avait du s'endormir sur son bureau et qu'elle faisait un rêve qui n'avait aucun sens. Car ça devenait n'importe quoi. Eri aperçu les rebelles qui leur avaient tendu une embuscade. Vu leur expression, cette brusque apparition ne faisait effectivement pas parti du programme.

La jeune femme n'avait jamais vu de titans de sa vie. S'amuser à les imaginer ne lui était jamais passé par l'esprit non plus. L'un des deux -le plus petit-, attrapa l'un des rebelles tandis que les autres prenaient leurs jambes à leur coup. La soldate jeta observa les alentours : au moins il n'y avait pas de civils à proximité. Les deux étrangers de tout à l'heure avait disparu aussi. Peut-être avaient-ils finalement décidé de fuir après tout. Sympa de prévenir... Bref. Les titans avaient une forme humanoïde et étaient moins immondes que dans les descriptions qu'elle avait pu entendre. De plus, ils semblaient doués de langage.  Certes pas assez pour qu'elle puisse comprendre de quoi ils discutaient, mais elle crut néanmoins distinguer quelques mots. Contre toutes attentes, le "petit" titan ne dévora pas l'homme qu'il avait en main. Il le déposa devant elle. Non seulement, ils étaient intelligents mais en plus ils étaient de son côté ? Les choses s'éclaircirent. C'étaient eux ! L'homme et le gamin de tout à l'heure s'étaient transformés en titans ! Comme l'était capable cet Eren dont tout le monde parlait depuis un moment ! Complètement prise par les événements, Erika entendit à peine les grognements des titans et les gémissements de l'otage. Elle sursauta lorsqu'il s'adressa à elle. Elle ne comprit que clairement  "camarades", "danger" et "disperser" mais elle devina à quoi il faisait allusion.

- On n'a pas le choix de se disperser : il faut mettre le plus de monde possible à l'abris, et rapidement. On est armé, c'est moins risqué pour nous que pour des civils.

La jeune femme déglutit et jeta un regard accompagné d'une grimace aux titans, puis à l'homme qui gisait au sol en tremblant devant elle. Toujours assis par terre et la mine dégoûtée, elle tenta de le repousser de sa botte.

- Que voulez-vous que je fasse de ce truc ? Ça ne m'intéresse pas, on pourra rien en tirer, alors bouffez-le si ça vous chante, je m'en fous.

Elle se releva péniblement. Malgré elle, elle avait les jambes en coton. Reprends-toi Eri, tu fais partie de l'armée, tu sais te défendre, tu as vécu pire que ça, alors tu ne risques rien. Elle se répéta cette phrase une bonne dizaine de fois dans sa tête, veillant à ne laisser rien paraître de ses émotions sur son visage. Elle ramassa un fusil par terre ; il avait dû appartenir à l'un des rebelles. Il tombait bien : elle n'en avait pas pris en partant du QG, ne comptant que sur ses lames, et en plus il était encore suffisamment chargé. Elle le posa sur son épaule, avança de quelques pas avant de se retourner brusquement.

- Bon, vous deux ! J'sais pas qui vous êtes si c'que vous voulez exactement. Mais commencez par reprendre votre forme normal : si les gens voient des titans ici, ça va créer un mouvement de panique supplémentaire et on n'a pas besoin de ça. Alors j'vous propose un truc : je mets votre cas de côté pour le moment si vous m'aidez à emmener les populations en sécurité. Je déciderai après si ce que fait de vous et vos... pouvoirs. En fonction de mon humeur. Pigé ?

_________________
Fool the whole world, just until I get better
I'm terrified I'll be faking forever
 

#993366
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1312-erika-niebieski-finish-o http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1322-registre-d-erika

Féminin Messages : 124
Date de naissance : 09/03/1995
Date d'inscription : 13/09/2014
Age : 23
Localisation : Trost
MessageSujet: Re: Au coeur du chaos [Arunja]   Mar 16 Fév - 12:27

"Que voulez-vous que je fasse de ce truc ? Ça ne m'intéresse pas, on pourra rien en tirer, alors bouffez-le si ça vous chante, je m'en fous."

Le Titan regarda le type affolé. Puis il passa derrière son interlocutrice.

"Désolé, je suis végétarien. La consommation de chair humaine ne fait pas partie de mon régime. Par contre si vous avez une adresse pour un bon tonneau de bière, je suis preneur !"

La jeune femme se releva péniblement. Elle semblait vouloir cacher sa peur, mais Arn l’avait bien senti. En même temps, il était rare de voir des shifters dans le coin. Et deux c’était le jackpot.

"Bon, vous deux ! J'sais pas qui vous êtes si c'que vous voulez exactement. Mais commencez par reprendre votre forme normale : si les gens voient des titans ici, ça va créer un mouvement de panique supplémentaire et on n'a pas besoin de ça. Alors j'vous propose un truc : je mets votre cas de côté pour le moment si vous m'aidez à emmener les populations en sécurité. Je déciderai après si ce que fait de vous et vos... pouvoirs. En fonction de mon humeur. Pigé ?"

Les deux Titans se regadèrent.

"Euh … si on doit abandonner nos Titans, comment peut-on être utiles ? A moins de nous donner des armes …"

Arn attrapa le type et le suspendit par le caleçon. Arn fit un signe d’adieu au pauvre gars accompagné d’un sourire narquois. Lukas grimpa sur le dos de son père et ils partirent sans bruit vers le fleuve. Encore heureux pour eux, le fleuve n’était pas bien loin. Dans ce coin il n’y avait déjà plus grand monde ce qui facilitait grandement la tâche des deux shifters. Ils plongèrent dans l’eau. Et le jeune père ressorti en humain avec son fils dans les bras.

"Maintenant on fait quoi ? On a pas d’arme et sans nos Titans ça va mal se terminer !"

C’est vrai que sans armes et privés de leurs Titans ils n’étaient pas très utiles. Un homme et un gosse en pagne sans rien, pas vraiment ce qu’il y a de mieux pour aider à évacuer les civils et faire face aux rebelles. Arn s’était encore embourbé dans un sacré guêpier. Il s’asseyait songeur sur le sol. Sa petite pause ne dura pas bien longtemps quand ils entendirent des bruits. D’autres rebelles dans le coin, il y avait de grandes chances. Arn se remit debout sur le qui-vive.

"J’aime pas ça …"


Ses soupçons se confirmèrent quand il vit des mouvements furtifs à travers les bâtiments. L’ennemi était déjà dans le coin en face de victimes faciles. Arn regarda le gamin qui venait de trouver un truc au sol. Un couteau de boucher. Arn dut se contenter d’une poêle à frire. Avec ce genre de truc comme arme, difficile de rivaliser avec des ennemis armés jusque aux dents. Le cheval n’était même pas là pour les aider. Cette bestiole avait beau ne pas être très grosse, elle était particulièrement agressive. Ils avaient beau être en compagnie d’un soldat des Brigades Spéciales, Arn savait que ces gens n’étaient pas toujours aussi compétents, il était au courant que les hors la loi étaient souvent à un coup d’avance des Brigades Spéciales et il était fort probable que certains gangs aient rejoint les révolutionnaires. Ils avaient tant à gagner en rejoignant ces gens. D’autant que les rebelles semblaient clairement en position de force en ayant balayé la Garnison par surprise. A ce rythme là, faudrait un miracle. Heureusement, Arn comptait quitter ces Murs, il était bien plus en sécurité dehors que dedans. Au moins les Titans ne pouvaient pas te poignarder dans le sommeil. Un type embusqué passa à l’attaque, Lukas passa sous ses jambes et planta le couteau entre celles-ci pile là où ça faisait mal. Le gars fut pétrifié et hurla de douleur.

"Rhaaah !!!!! Sale gosse !!!"


Arn chargea et le défigura à coup de poêle. Le type s’écroula. Le jeune homme regarda l’objet déformé et taché de sang à force de servir pour donner des coups. Il cracha sur le corps du gars qu’ils venaient d’abattre.

"Faut pas toucher au gosse ! Je hais les fanatiques !"


Le reste de leurs assaillants apparurent. Ils étaient encerclés et tous étaient armés de fusils rivés sur eux.

"On va moins rigoler, là … Bon on dirait que pour le coup, le Titan ne sera pas vraiment un option …"


Un autre rebelle apparu et dit un truc à propos d’Arn et son fils à ses camarades.

"Les gars, les deux sauvages, ils sont comme Eren Jaeger, le gamin des Bataillons, ils peuvent devenir des Titans, évitez de les attaquer et allons prévenir les gars en tridimensionnalité du gang d’El Diablo ! Un gars qui s'est retrouvé suspendu par le caleçon."


"Et merde, ça sent le roussi … Je disais bien que j'aurais dût le butter tout à l'heure !"


Arn connaissait bien ce gang, ils avaient toujours été en conflit avec celui de son frère. Ils maîtrisaient bien la tridimensionnalité et s’étaient fait une spécialité dans l’art de manier ces engins, surtout pour combattre des humains, mais ils n’avaient jamais combattu de Titan. Pour, le coup, le combat risquait d’être très difficile.

"Je crois que pour le coup, le Titan ne sera pas une option, ces types sont des maîtres en tridimensionnalité, mais n’ont jamais vu l’ombre d’un Titan et on peut s’en servir à notre avantage !"


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1004-termineepresentation-d-arn http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1017-oui-oui-arn-a-une-vie-sociale-autre-que-du-reglement-de-compte#6392
Speciale

Féminin Messages : 75
Date de naissance : 20/04/1997
Date d'inscription : 15/08/2015
Age : 21
MessageSujet: Re: Au coeur du chaos [Arunja]   Mar 1 Mar - 13:30

- Euh … si on doit abandonner nos Titans, comment peut-on être utiles ? A moins de nous donner des armes …

Erika mit plusieurs minutes à comprendre ce que le titan baragouinait. Lorsqu'elle réussit à saisir le sens général de sa phrase, le rebelle qui gisait préalablement à ses pieds se trouvait désormais à quelques mètres du sol. Le jeune femme ne chercha pas à comprendre ; elle resta un moment les yeux fixés sur les deux titans qui s'éloignaient vers l'est de la ville, là où se trouvait le fleuve. Pendant un instant, elle se questionna : ne s'était-elle pas en fait juste endormie sur son bureau, comme presque tous les jours ? Elle secoua la tête pour reprendre ses esprits. Ce n'était pas le moment de réfléchir au pourquoi du comment. Il fallait qu'elle agisse au plus vite, des vies étaient en jeu. Les types de tout à l'heure semblaient prêts à l'aider. Les types... Il y avait un enfant dans le lot ; le père n'avait-il donc aucune crainte à ce que son fils participe à cette bataille ? La soldate prit la décision de les rejoindre. Ou plutôt de les retrouver, dans un premier temps. Elle avait son équipement tridimensionnel, donc des lames à dispositions, et le fusil qu'elle venait de ramasser.

Elle entendit l'homme suspendu par le titan commencer à gémir au-dessus de sa tête. Erika déposa son fusil contre le mur du bâtiment. Une chose lui avait traversé l'esprit. Ces rebelles, ils avaient forcément un moyen de se reconnaître. Ceux qui les avaient attaqués tout à l'heure, ils portaient tous un vêtement noir. Elle leva les yeux, toujours vers ce même type qui agitait vainement les jambes dans le vide, la suppliant du regard. A l'aide de son équipement tridimensionnel, la jeune femme le fit regagner la terre ferme du plus rapide moyen qui soit. Elle s'empressa ensuite de l'assommer avec la crosse de son fusil, bien que sa chute l'eut déjà sonné.

- En fait, j'ai juste besoin de ça.

La caporal empoigna son long manteau noir et l'enfila. Il était bien trop grand pour elle, mais il disposa d'une profonde capuche et pouvait ainsi masquer non seulement son uniforme, mais aussi son équipement de tridimensionnalité. Au passage, elle arracha un généreux morceau de chemise sa victime, qu'elle enroula autour d'un bâton trouvé à un peu plus loin. Il faisait nuit noire, elle aurait bien besoin d'une torche. L'allumer ne fut pas un souci dans la mesure où de nombreux bâtiments se réduisaient en cendre ça et là, dans toute la ville. Elle marcha d'un pas ferme dans la direction qu'avaient prise ses "alliés", puisqu'apparemment elle pouvait les considérer comme telle. Sois confiante, Erika, fais comme si tu étais un des leurs. Un type arrivait face à elle en courant, le visage rouge. Il ralentit à sa hauteur et la jeune femme de baissa pas les yeux, l'interrogeant du regard.

- Y'a du grabuge là-bas, près du fleuve. Un homme avec un gosse, apparemment ce serait des titans, rien que ça. On va avoir besoin de monde pour les contenir alors vas-y, moi j'vais prévenir El Diablo et sa bande !

Bingo. Erika hocha la tête et poursuivit son chemin au pas de course. Elle arriva sur les lieux au bout de quelques minutes. Elle reconnut tout de suite l'homme-titan - disons qu'on ne trouve pas de type en pagne à chaque coin de rue - et le gamin était là aussi. Et ils étaient en mauvaise posture : une bonne dizaine de rebelles les encerclaient, fusils au poing. Titans ou pas, ils n'attendraient pas les renforts pour tirer. La jeune femme n'avait pas vraiment de plan en tête ; elle pouvait très bien continuer à se faire passer pour l'un des leurs, mais elle ne disposait aucun moyen de dissuasions : elle se ferait griller de suite. Elle se trouvait derrière eux, et le bruit constant de l'attaque qui se poursuivait dans le district avait couvert son arrivée. Elle avait elle aussi un fusil, elle pouvait leur tirer dans le dos et en abattre une bonne partie ainsi, sous l'effet de la surprise. Oui, elle n'avait aucune raison d'avoir pitié de types qui massacraient des civils. Mais elle pensa soudain à son frère, qui avait un jour pris la décision de rejoindre des trafiquants. Des biens, de richesses. D'êtres humains. Si la soldate se salissaient les mains, elle n'aurait plus aucune légitimité à être dégoûtée de la voie qu'il avait choisie. Elle ne vaudrait pas mieux que lui. Cette idée la révulsa.

Erika réfléchissait à toute vitesse, tandis que les secondes s'égrenaient. Ils se trouvaient à quelques mètres du fleuve. Ils avaient quitté le pavé des rues et la terre battues s'étendaient à leurs pieds, jusqu'au bord de l'eau qui voyait naître quelques touffes d'herbes. La jeune femme fit un pas en avant. Elle retint son souffle et balança en direction des rebelles ce qu'elle avait dans la main droite. C'est-à-dire sa torche. Cette dernière s'écrasa entre deux hommes dont les vêtements prirent feu au passage. Ils lâchèrent leurs armes en hurlant. Paniqués, ils percutèrent trois de leurs camarades, et les cinq se précipitèrent dans l'eau. Sachant pertinemment qu'ils ne resteraient pas une éternité à barboter, et que les renforts ne tarderaient pas, Eri se tourna vers le reste du groupe. Il en restait six. La soldate maîtrisaient le corps à corps, mais non seulement ils étaient trop nombreux pour elle seule, et en plus elle se trouvait elle aussi désormais en joue de leurs fusils. Elle jeta un oeil en direction de ses alliés : ils étaient pauvrement armés. Il fallait qu'elle se rapproche d'eux : elle pourrait ainsi confier son fusil au père et utiliser ses lames pour se défendre. Mais, évidemment, les six rebelles faisaient barrages. Erika prit une profonde inspiration, releva la tête et les épaules. Elle n'arriverait certes pas à faire peur, mais elle pouvait au moins se donner de la contenance. Elle cria à ses camarades de combat :


- Débarrassons-nous de ceux-là avant qu'il y en ait d'autres qui arrivent ! Ne les laissons surtout pas s’enfuir, leurs armes et leurs vêtements pourront nous être utiles !

La jeune femme passa son fusil en bandoulière et dévoila son équipement tridimensionnel. C'était son seul atout. Ils étaient en infériorité numérique, techniquement ils avaient peu de chance de s'en sortir vivant tous les trois. Quoique, finalement, avoir deux titans de son côté, c'était peut-être plutôt une veine. Erika aurait juste sans doute à en assumer les conséquences...

_________________
Fool the whole world, just until I get better
I'm terrified I'll be faking forever
 

#993366
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1312-erika-niebieski-finish-o http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1322-registre-d-erika

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Au coeur du chaos [Arunja]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Au coeur du chaos [Arunja]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Nuage de Minette-Coeur Mélée :2ème entrainement
» daisy caniche x bichon 4 ans ( ta patte sur mon coeur)
» [Alona] Le Début de la fin... (Arrivée du Chaos)
» Mercenaires du chaos vs gamines
» BIJOU FEMELLE YORK 7 ANS EN FA ASSO COEUR SUR PATTES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shingeki No Kyojin RPG :: Autres endroits-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit