Partagez | 
 

 { RP VIOLENT } Finissons-en rapidement [ Kristopher Moreau]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: { RP VIOLENT } Finissons-en rapidement [ Kristopher Moreau]   Lun 17 Oct - 20:51

Aujourd’hui était une journée un peu particulière pour Mikasa comme pour de nombreuses autres personnes membres du bataillon d’Exploration. Avec les derniers évènements en date, la confusion avait doucement gagné le reste de l’Humanité encore vivant prisonnier dans l’enceinte des murs. Le reversement du pouvoir, la rébellion, tous les crimes sanguinaires ….. C’était la porte ouverte à toute forme de criminalité et de délinquance.

On ne comptait plus les plaintes des personnes s’étant fait agresser en ville. Les vols à main armées étaient maintenant légions et les Forces Spéciales peinaient à réussir d’endiguer le problème. Que dire encore des pilleurs de maisons ?  Dans la panique et la confusion, beaucoup de maisons furent temporairement abandonnées. Leurs propriétaires ont eu la malchance de les retrouver pillées…. L’armée seule n’était plus capable de gérer l’insécurisé grandissante qui gangrénait les murs.

C’est dans cette atmosphère hostile que Mikasa se vit confier une mission. Elle était temporairement détachée de l’escouade Rivaille à laquelle elle appartenait afin de prêter main forte à la Garnison qui, elle-même, était devenue le fer de lance des Forces Spéciales.

On ne lui avait pas fourni de réelle explication sur la mission en elle-même. Elle savait juste qu’elle allait devoir se rendre au District de Nedlay et retrouver un certain Kristopher Moreau, soldat attaché à la Garnison. Ce district à l’extrême nord du mur Rose était réputé pour son calme et sa douceur de vie. Mais depuis la rébellion, une bande de pillards dépouillaient les maisons pour ensuite revendre leur butin à des enchères clandestines. C’était les seules informations concrètes dont elle disposait et elle allait devoir mener une enquête pour faire cesser le plus rapidement ce trafic

La perspective d’être détachée de son escouade n’était pas des plus réjouissantes pour Mikasa Ackerman. Elle ne comprenait pas réellement pourquoi un membre du bataillon devait seconder la Garnison. Cela dépassait de loin le cadre de ses fonctions. Elle, elle était dans une équipe spécialisée dans l’extermination de titans. Une simple enquête de routine à l’intérieur des murs n’était donc pas dans ses compétences. Lorsqu’elle avait souligné ce point auprès de Rivaille, elle s’était vu répondre sans sommation que les autres n’étaient pas fait pour etre discutés mais pour etre exécutés !

Et puis cela signifiait aussi que durant toute la durée de sa mission elle serait éloignée d’Eren. Le Caporal-Chef Rivaille lui avait assuré qu’aucune mission d’exploration à l’extérieur n’était prévue durant son absence, cela ne l’empêchait pas pour autant de ne pas être rassurée. Eren était tout ce qui lui restait.

Mikasa s’était préparé méticuleusement. Elle s’était équipée d’un système tridimensionnel et elle avait veillé à avoir suffisamment de gaz et de lames pour parer à toutes éventualités. Elle pouvait donc se rendre jusqu’au district de Nedlay où elle avait rendez-vous avec son partenaire d’infortune.

C’était peut être la première fois qu’elle allait se rendre là-bas. Il était de notoriété publique que les titans venaient uniquement par le sud. Les districts au nord étaient donc en quelques sortes des havres de paix épargnés par la menace des titans. Pour peu, Mikasa aurait presque jalousé les habitants…

Chevauchant sa monture habituelle, un cheval à la robe baie à la fois docile mais capricieux, elle se rendit jusqu’au point de rendez-vous. Elle n’ignorait rien des regards que les gens portaient sur elle. Elle savait parfaitement ce que beaucoup pensait du Bataillon d’Exploration. Mais elle n’avait de compte à rendre à personne et elle savait quelle était la valeur réelle du travail qu’ils effectuaient.

Arrivée devant le Quartier Général de la Garnison du district de Nedlay, Mikasa posa pied à terre et attacha sa monture à un anneau de fer accroché au mur. Elle lui flatta l’encolure de quelques caresses affectueuses puis elle se dirigea d’un pas décidé vers la porte du bâtiment. Elle y frappa sèchement et elle attendit qu’on l’invite à entrer ou qu’on lui ouvre. Lorsque ce fut fait, Mikasa abaissa la capuche de sa cape verte pour découvrir son visage.

Mikasa tomba sur un garçon plus âgé qu’elle. Il devait avoir une bonne vingtaine d’années. Ses cheveux noirs encadraient son visage relativement fin mais pas très sympathique au premier abord. Elle ne lui en tenait pas rigueur, elle-même n’était pas des plus avenantes.

« Je cherche un certain …. » elle extirpa un morceau de papier plié d’une de ses poches et lu le nom inscrit dessus «  Kristopher Moreau »

Elle rangea soigneusement le papier avant de relever son regard gris vers celui de son vis – vis

« Je suis Mikasa Ackerman, Bataillon d’Exploration. On m’a demandé d’effectuer une mission dans ce district. C’est bien ici ? »

Pas de sourire sur le visage inexpressif de la jeune fille. Elle n’était pas là pour se faire des amis. La seule et unique chose qui comptait était de pouvoir finir cette mission pour revenir le plus rapidement possible auprès d’Eren. Il avait besoin d’elle, elle le savait. Elle le ressentait. Eren était perdu quand elle n’était pas là…

«  Si on pouvait en finir rapidement cela m’arrangerait… »


Dernière édition par Mikasa Ackerman le Mar 18 Oct - 22:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Garnison

Masculin Messages : 154
Date de naissance : 04/04/1998
Date d'inscription : 17/01/2015
Age : 19
Localisation : wouaf
MessageSujet: Re: { RP VIOLENT } Finissons-en rapidement [ Kristopher Moreau]   Mar 18 Oct - 4:00

L’ambiance dans le district de Nedlay n’était pas aussi différente que l’ambiance du district de Trost. La rébellion avait frappé partout, même dans les coins les plus tranquilles et paisibles des Murs. Chaque grand changement était toujours précédé d’un chaos sans pareille et souvent néfastes aux gens de la petite populace. Mais ce chaos avait touché tout le monde, noble comme paysans, soldats comme la royauté. Le Roi est mort, vive le Roi. Même après que la bataille éclair cette nuit-là prit fin, le chaos avait continué de se propager. Un bordel, c’était le mot qu’il fallait pour décrire cette situation.

Depuis quelques jours que les villes et les villages avaient dégénéré. Émeutes, meurtres, violence dans les rues, viol et pillage d’objets pour les revendre aux marchés clandestins et aux receleurs bien trop louches et aux fréquentations discutables. Pour beaucoup de personnes, celles qui ont tout perdues suites a ces attaques, ils pensaient que les rebelles n'étaient que des monstres sans cœur. Kristopher, lui, n'avait vu que le résultat de ce que pouvait faire la nature humaine, mais malgré cela, le meurtre du Roi l'avait étonné. S'il devait imaginer une rébellion, cela aurait été contre les Commandants militaires de chaque armée à cause de leur incompétence face a la menace des Titans.

Il y a de cela un certain temps, il avait été convoqué par un supérieur lorsqu'il avait été au district de Trost. Celui-ci, un vieil homme d'une cinquantaine d'années, avait confié une mission au soldat des Roses plus ou moins spéciales. Le fait qu'on lui envoyait faire une enquête au district de Nedlay ne lui posait aucun problème en soi, il était habitué à ce genre de mission, et ce, même avec ce qu'il s'est passé récemment. En fait, le brun n'avait pas de problème avec la mission et de toute façon, il allait obéir sans broncher aux ordres de ses supérieurs. La seule chose qu'il trouvait étrange... était qu'on l'avait envoyé faire la mission avec une soldate des Bataillons d'Explorations.

Même s'il respectait ce corps d'armée, il trouvait cela étrange qu'ils envoient des soldats s'occuper des enquêtes, chose que la Garnison et les Brigades Spéciales s'en occupaient généralement. Mais soit. Tant que le coéquipier que Kristopher n'est pas du genre bavard ou poids mort, il ne se plaindra pas et n'aura pas besoin de le ou la corriger. Le jour même ou il reçut sa mission, Kristopher prépara son cheval et partit donc assez tôt pour le district de Nedlay pour y attendre la venue de son coéquipier ou coéquipière.

Ses mains étaient occupées présentement à s'occuper de blessés dans un des locaux de la Garnison de Nedlay, une jeune femme en piteuse état, a qui elle manquait une jambe. Elle ne va plus pouvoir travailler dans l'armée, pensait-il en changeant le bandage ensanglanté de celle-ci rapidement et efficacement, comme beaucoup d'autres. Des monceaux de cadavres et des tonnes de blessés, légers comme grave. Une odeur nauséabonde flottait dans l'air. Il y avait parfois des gens qui mourraient et dont on remarquait leurs morts plusieurs heures plus tard.

À travers ce boucan de gémissements d'agonies et de douleurs, de médecins qui hurlaient des instructions et des aides-soignants qui parlaient a voix forte, le brun semblait être le seul à avoir entendu des coups secs a la porte d'entrée du quartier générale. Il essuya son front après avoir fini de changer le bandage et s'y dirigea, les mains couvertes de sang, sa veste toute aussi tachée, mais malgré cela, malgré ce chaos, il conservait son regard inexpressif. Il ouvrit la porte et regarda la nouvelle arrivée, une jeune adolescente qui portait la veste des Bataillons au trait faciaux magnifiques demanda un Kristopher Moreau, le concerné étant celui qui a ouvert la porte. Croisant ses bras, il la regarda et dit :

'C'est moi Kristopher Moreau. Tu dois être ma coéquipière. Oui, c'est bien ici, tu ne t'es pas trompée d'endroit.''

Il sortit du QG et referma la porte derrière lui, se dirigeant vers une pompe a eau et l'actionna d'une main, recueillant l'eau de son autre main pour se débarbouiller le visage, les cheveux et ses deux mains. Une fois fait, il retourna son regard vers la jeune fille.

''On finira selon le temps que ça prendra, gamine, on ne va pas bâcler le travail'' répondit-il sur un ton dur et froid qui ne laissait guère place aux réponses. ''Sauf si bien sûr, tu ne veux que t'attirer des problèmes et des soupçons. Enfin bref... suis-moi. Je n'ai pas encore visité le lieu de notre enquête, mais il a été sécurisé, personne n'y a le droit d'entrer sauf nous''

Kristopher lui fit signe de le suivre et s'éloigna du QG en compagnie de la jeune fille d'un pas rapide en empruntant diverses rues. Il y avait des maisons brûlées et réduites en cendres, des maisons aux murs détruits et des gens qui faisaient du bénévolat comptaient et ramassaient les corps restants. Un massacre. Un véritable massacre. Du coin de l'œil, il vit deux hommes ramassés le corps d'une fillette de cinq ans dont la gorge a été tranchée.

''L'œuvre de la nature humaine... parfois, je me demande si les Titans, enfin s'ils en sont capables, peuvent être horrifiés de ce que l'on peut faire des nôtres''

Étrange pensée venant d'un soldat qui avait voué sa vie a la protection des civils face aux Titans. Ils arrivèrent enfin vers le lieu de leur enquête après une dizaine de minutes de marches sous un ciel nuageux et gris, morne. C'était une simple maison de deux étages, dont la porte de devant avait été défoncée et les vitres brisées, gardées par deux soldats. En s'avançant vers eux, il leur présenta un papier qui attestait de leur autorisation de leur présence dans ces lieux. Ils hochèrent la tête et partirent, laissant le duo en paix, un silence envahissant les lieux. Ses yeux gris se tournèrent vers Mikasa Ackerman.

'Bon, voici le topo. Comme tu devrais le savoir, de nombreuses maisons ont été victimes de l'attaque des rebelles. Notre boulot, c'est de retrouver les gens qui ont fait ça.''

Simple et clair et concis, direct comme explication et facile à comprendre. En pénétrant dans la maison, il se dirigea vers le salon... et vit des corps alignés qui ont été alignés et des meubles brisés, les murs étaient endommagés. Un homme et une femme dans la quarantaine, deux enfants de dix ans, des garçons, et une petite fille aux alentours des huit ans. Une horreur, pour beaucoup. S'avançant a pas lent et en faisant attention, il s'agenouilla auprès des corps et les analysa du regard.

''Tout le monde y a passé... hommes, femmes, enfants. À se demander si les vrais monstres ne sont pas dehors ou a l'intérieur.''

Cependant, il remarqua quelque chose d'anormale. Ses sourcils se froncèrent et examinèrent leurs corps. La mort semblait récente... bien trop récente.

''Étrange... Ces cadavres ne sont pas dans un stade de décomposition avancée. La mort ne doit dater que de quelques heures... Mikasa, vérifie le reste de la maison. Moi, je vérifie ces corps. Des traces de luttes ou n'importe quoi que tu penses être utile, trouve quelque chose.''

HRP:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1145-kristopher-moreau http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1155-kristopher-moreau-un-predateur-difficile-a-apprivoiser
avatar
Invité

MessageSujet: Re: { RP VIOLENT } Finissons-en rapidement [ Kristopher Moreau]   Mar 18 Oct - 22:20

Mikasa n’était pas une petite nature. La réalité sordide de sa vie l’avait confronté très vite à l’horreur dont était capable l’Homme. Elle ne se faisait plus aucune illusion quant à la bassesse de sa nature profonde et aux dérives que cela pouvait engendrer. Il suffisait qu’une situation soit perturbée pour permettre à l’Homme de laisser exploser sa véritable identité. Sous son image d’être civilisé, intelligent et respectueux de son prochain se cachait en réalité un assassin près à tout pour parvenir à ses fins. L’Homme était un être cupide. Le seul de toute la planète. Aucun autre être vivant n’était intéressé par l’argent et les possessions. C’était le propre de l’Homme et ce qui faisait sa différence entre lui et les autres animaux. L’homme est aussi un être belliqueux et sournois. Il serait prêt à assassiner père et mère si cela pouvait lui être profitable d’une quelconque manière. Pour Mikasa, la question ne se posait plus. Elle ne possédait plus aucun de ses parents, lâchement assassinés pour une sombre histoire de traite clandestine d’êtres humains….

La jeune soldate avait vu bien des situations difficiles. Faire partie du Bataillon d’Exploration forge inexorablement le caractère et annihile toute forme de sensibilité. Il était loin le temps où elle vomissait devant un cadavre décharné. Elle n’était pas inhumaine non plus. Elle ne laissait peut-être rien paraitre sur son visage mais chaque cadavre sur son chemin ne la laissait pas insensible, bien au contraire. Seulement elle encaissait. Elle prenait sur elle. Elle emmagasinait. Mais le soir tombé, quand le moment était venu de trouver le sommeil, ces corps désossés, ces chaires arrachées, ces membres coupés, revenaient souvent pour la hanter. Pour ne pas qu’elle oublie sans doute. Pour qu’elle se souvienne qu’elle aussi pouvait finir comme ça un de ses quatre.

Quand on fait partie du Bataillon d’Exploration, l’espérance de vie n’est pas des plus longues. Mikasa n’avait jamais songé une seconde finir ses vieux jours dans l’enceinte des murs. Elle ne pensait pas qu’elle aurait la chance de voir ses cheveux grisonner et son visage se rider. Depuis qu’elle avait suivie Eren dans le corps d’armée, elle savait quelle serait sa destinée : mourir en le protégeant. Il n’y avait que cette possibilité.

Et pourtant, quand elle arriva à Nedlay, Mikasa fut quelque peu chamboulée. Ne l’avait-on pas envoyé ici pour enquêter sur une affaire de pillage de maison ? Elle venait de débarquer en plein cauchemar sans en comprendre la raison. Tout autour d’elle s’amoncelait des cadavres en putréfaction, des murs calcinés, des maison en ruines et des ruelles entachées de sang. Ce n’était pas vraiment l’image qu’elle s’était faite de cette mission qu’elle avait pensé être qu’une banale enquête routinière.

Quand la porte du QG fut ouverte sur son coéquipier, Mikasa pu apercevoir dans le fond de la pièce que plusieurs membres de l’armée, tous blessés, étaient en train de se faire soigner. Visiblement, le QG venait d’être transformé en dispensaire de fortune et toutes les personnes encore valides s’activaient à panser les plaies des blessés. C’était sordide. Mais elle comprenait un peu mieux la raison de sa présence ici. Parmi les trois armées réunies entre les murs, c’était sans l’ombre d’un doute le Bataillon d’Exploration qui était le plus rodé au combat. Si on lui avait confié cette mission, ce n’était pas réellement pour enquêter mais pour assurer la sécurité du district et des personnes encore vivants dans cet endroit digne de l’enfer.

Mikasa emboita de Kristopher. Elle le suivi jusqu’à la pompe à eau où elle le regarda se rafraichir un peu. L’eau transparente se mêlait au sang sur ses mains. Un filet rosé coulait lentement dans un clapotis qui aurait presque parut rassurant.

« On finira selon le temps que ça prendra, gamine, on ne va pas bâcler le travail. Sauf si bien sûr, tu ne veux que t'attirer des problèmes et des soupçons. Enfin bref... suis-moi. Je n'ai pas encore visité le lieu de notre enquête, mais il a été sécurisé, personne n'y a le droit d'entrer sauf nous''


Gamine….. Mikasa serra discrètement les poings. Le ton sur lequel il lui parlait n’était pas sans rappeler celui d’un certain Caporal-Chef qu’elle ne nommerait pas. Parce qu’il avait quelques années de plus qu’elle il devait se sentir supérieur ? Oh et puis après tout… si ça pouvait lui faire plaisir et flatter son orgueil…. Mikasa ne demandait qu’une seule chose : finir rapidement pour retrouver Eren. Elle n’avait pas de temps à perdre en répliques inutiles et en chamailleries enfantines.

Alors qu’ils avançaient dans les rues du district, l’horreur ne faisait que s’étendre davantage. Mikasa ne disait rien. Le moment était trop grave et solennel pour être perturbé par quoique ce soit. Une odeur pestilentielle se rependait dans les rues. Des insectes et des rongeurs commençaient à grouiller autour des corps anonymes entassés sur le bas-côté. Elle remonta doucement son écharpe bordeaux pour se cacher le bas du visage et se protéger des éventuelles bactéries et parasites que pouvaient ramener ces cadavres en décomposition.

''L'œuvre de la nature humaine... parfois, je me demande si les Titans, enfin s'ils en sont capables, peuvent être horrifiés de ce que l'on peut faire des nôtres''


Elle le regarda un instant avec de tourner son regard vers le corps inerte d’une fillette. Sa belle chevelure blonde était teintée d’un rouge carmin poisseux. Mikasa sentit son cœur se lever sans qu’elle n’en laisse rien paraitre.

« Ils n’en sont pas capable. A part peut être les certaines espèces de déviants. Mais dans tous les cas, je pense que cela ne les horrifie pas. Parce qu’ils ne sont pas meilleurs que nous…. Ce triste spectacle pourrait tout au mieux les divertir… »


Il était vraiment étrange et incongru de pouvoir penser que les titans auraient un quelconque ressentiment en voyant les hommes s’entretuer. Ce que les titans faisaient n’était pas mieux que l’Humanité. Ce n’était pas pire non plus. Les titans massacraient. Les Hommes aussi. Chacun d’une manière différente. Mais le résultat escompté restait le même : anéantir l’humanité.

Et puis, les titans se bouffaient entre eux… A ce titre, n’étaient-ils pas à mettre dans le même panier que les hommes ? Un massacre fratricide…

Finalement, Mikasa et Kristopher arrivèrent dans une maison qui, étrangement, n’était pas dans un état si pitoyable que celles du voisinage. Les murs n’étaient pas entièrement en ruines. Seules quelques fenêtres brisées. La toiture en chaume et en tuiles de pierre cuite n’était pas détruite ni brulée mais la porte en bois avait été sauvagement fracturée. Au vu des dégâts, elle avait certainement été défoncée par plusieurs puissants coups de hache, une arme très largement répandue dans l’enceinte des murs…

La jeune soldate pénétra à l’intérieur tout en écoutant celui qui se prenait visiblement pour son supérieur hiérarchique. S’il souhaitait diriger les opérations et bien soit, elle se conformerait à ses ordres sans opposer de résistance. Mais si les choses tournaient mal, ça serait à lui de lui obéir, plus âgé ou pas, parce que c’était bien en prévision de ce cas de figure qu’elle était là.

Il y avait un silence pesant dans cette maison. Un silence mortel…. Un silence qui n’était rompu que pas le résonnement des talons de leurs bottes sur le parquet en bois brut de ce qui devait être autrefois une sorte de salon. Maintenant, cela ressemblait davantage à une morgue…. Les cinq corps étaient allongés les uns à côtés des autres. Les parents et leurs trois enfants. Mikasa resta là, debout, perdue de sans ses pensées. Son regard était rivé sur la plus jeune des enfants dont les cheveux noirs foncés et la robe rose pâle toute tachée n’était pas sans lui rappeler la gamine qu’elle était autrefois. Peut être aurait -elle fini comme ça si Eren ne l’avait pas sauvé… Elle aurait peut etre finie comme ses parents… morte…. Froidement…. Egorgée…. Se vidant de son sang sans pouvoir lutter, sans rien pouvoir faire pour se sauver…

Mikasa sursauta un peu quand la voix de Kristopher la ramena à la réalité. Elle ferma les yeux un instant et s’arracha à la contemplation morbide de ces corps sans vie. Il fallait qu’elle se ressaisisse. Elle ne pouvait pas laisser ses souvenirs refaire surface à un moment aussi crucial.

''Étrange... Ces cadavres ne sont pas dans un stade de décomposition avancée. La mort ne doit dater que de quelques heures... Mikasa, vérifie le reste de la maison. Moi, je vérifie ces corps. Des traces de luttes ou n'importe quoi que tu penses être utile, trouve quelque chose.''


Le commandement était dicté d’une voix posée mais autoritaire. Mikasa regarda une dernière fois le corps de la fillette. Elle avait encore les yeux ouverts…. Des yeux gris, comme ceux de Mikasa… Ne pouvant s’en empêcher, la jeune soldate s’approcha du corps de la petite fille et d’un mouvement léger de main, elle lui abaissa les paupières. Elle se releva ensuite sans prêter regard à Kristopher qui ne devait pas comprendre son geste. Ou bien songeait-il peut être que dans le Bataillon d’Exploration on fait dans le sentimentalisme. Mais c’était différent… Tellement différent. Il ne pourrait pas comprendre.

Mikasa quitta le salon pour se diriger dans la pièce attenante. Il s’agissait d’une cuisine assez moderne qui avait complétement été mise à sac. Si on se fiait au mobilier du salon et à la cuisine, on pouvait déjà en déduire qu’il ne s’agissait pas d’une famille modeste. C’était une famille avec une certaine richesse. Posséder un poêle et un four particulier, tous les foyers ne pouvaient pas se l’offrir. Mais il n’y avait rien de plus à signaler dans cette pièce.

Mikasa ouvrit la trappe en bois incrusté dans le planché. C’était sans doute celle qui donnait sur le cellier. Elle se rappelait posséder la même chose dans la maison des Jaeger où elle avait vécu plusieurs années. Elle y serait volontiers descendue pour vérifier son contenu mais il y faisait particulièrement sombre et elle ne possédait pas de torche ni de lampe à huile pour éclairer la pièce. Elle laissa donc la porte de bois retomber lourdement et elle remit à plus tard l’exploration de cette pièce, préférant monter les escaliers en bois pour découvrir ce qui l’attendait à l’étage.

Le niveau supérieur était composé de trois pièces. Une chambre parentale, une chambre pour les enfants et une pièce qui devait faire office de salle de toilette. Dans cette dernière, le broc d’eau en céramique et sa cuvette assortie avaient été brisés en milliers de morceau.

La porte de la chambre des enfants était dégondée. Celle des parents en revanche était intact. Il y avait une différence saisissante entre la chambre des parents et celle de leur progéniture. Dans la première, rien ne paraissait avoir bougé. Le lit n’était pas défait, la commode n’était pas fouillée… Mikasa s’était octroyée le droit de fouiller cette pièce et elle avait trouvé dans la table de chevet en bois une enveloppe froissée contenant de l’argent. La piste de l’enquête criminelle pour s’emparer de richesse s’éloignait à grand pas.

Dans la pièce des enfants en revanche, régnaient une scène de crime d’une violence saisissante. Du sang, il y en avait partout même jusqu’à retrouver des éclaboussures au plafond. Les lits étaient défaits, les draps arrachés, les meubles renversés et brisés. Un petit objet blanc attira le regard de Mikasa et elle s’agenouilla pour s’en saisir. Il s’agissait un morceau très aiguisé de céramique recouvert de sang… Un morceau du broc de la salle d’eau ? Est-ce que les assassins s’étaient servi de ça comme arme ? Mikasa passa son doigt sur le rebord affuté de la céramique avant de grimacer. Un filet de son sang coulait de son doigt coupé.

Un long soupire lui échappa alors qu’elle se redressa. Elle descendit les escaliers pour retrouver son coéquipier dans le salon

« Je ne pense pas qu’on ait voulu s’en prendre à leur argent. Ce n’était pas une famille richissime. Je dirai qu’ils se situaient dans la classe sociale moyenne… »


Mikasa déposa le morceau de céramique qu’elle avait trouvé dans la chambre des petits

« J’ai trouvé ça dans la chambre des enfants et je pense qu’il peut s’agir d’une arme que l’on a utilisée contre eux. Ca remet en question la piste de criminel organisé et professionnel…. »

Pourquoi des criminels auraient utilisés un vulgaire fragment de céramique ? S’ils étaient venus avec la volonté de les tuer, ils se seraient équipé d’armes bien plus efficaces. De couteau. De serpette. De tranchet.

« La chambre des parents est impeccable. J’y ai retrouvé les bijoux de Madame. Un collier de perles et une bague. Il y avait une enveloppe contenant du liquide. Et rien n’était dans une cachette difficile à trouver… »


C’est vrai ça… Rien n’était dans une cachette difficile à trouver. Avec la rébellion c’était même étrange que ces gens n’eut pas pris plus de précaution pour cacher leurs biens. Ou alors… Est-ce que c’était un piège ? Les voleurs avaient-ils réussi à obtenir un butin suffisant pour se permettre d’en laisser une partie sur place afin d’induire en erreur les enquêteurs ?

« De ton côté, quelles sont les constatations ? »
Revenir en haut Aller en bas
Garnison

Masculin Messages : 154
Date de naissance : 04/04/1998
Date d'inscription : 17/01/2015
Age : 19
Localisation : wouaf
MessageSujet: Re: { RP VIOLENT } Finissons-en rapidement [ Kristopher Moreau]   Mer 19 Oct - 4:05

Pendant tout le trajet qui les avait menés vers les lieux de l'enquête, Kristopher n'avait ni cillé ni montrer une quelconque émotion dans son regard ni sur son visage aux traits durs et froids, toujours aussi inexpressif. Il avait été habitué à voir des cadavres, depuis un bon moment déjà. La nature humaine avait encore une fois fait ce qu'elle savait faire, le Mal. Les hommes et les femmes, ainsi que les enfants, étaient tous capables de faire le Mal. Il n'y avait pas de frontière sur ce que les gens étaient capables de faire pour survivre ou simplement pour la folie meurtrière. Lors de la chute du mur Maria, et que les réfugiés étaient arrivés au Mur Rose en quête de refuge, il y eut parfois des jours entiers d'émeutes que la Garnison peinait a contrôler, même avec l'aide de renforts des Brigades Spéciales.

Cette époque-la remontait il y a quelques années, mais il s'en souvenait toujours. Chaque matin, il fallait inspecter les caniveaux ou les ruelles pour se débarrasser et brûler les éventuels cadavres qu'ils trouvaient, égorgés ou morts de faim. Tout le monde mourrait de faim, malgré les rations. Les femmes troquaient leurs bijoux pour un sac de farine, les hommes donnaient de leur force en allant travailler aux champs pour ne recevoir qu'en fin de journée une miche de pain. Et les enfants... Les enfants étaient devenus violents. Certains avaient même formé des bandes pour voler les rations des autres enfants incapables de se défendre tout seul.

L'humain était prêt a tout pour survivre, quel que soit la gravité de l'acte qu'il faudrait faire, du simple vol aux meurtres sanglants. Dés que les choses n'allaient pas bien, que l'ordre avait été bousculé et que les forces militaires ne pouvaient plus protéger, les gens laissaient voir leur vraie nature, celle d'une bête prête à survivre. En ce temps-la, il avait même déjà dû démanteler, avec l'aide d'autres soldats, un réseau de vente de cadavres de corps humains. Quand la nourriture manquait, tout ce qui paraissait nourrissant était très tentant. Chats, chiens, rats, pigeons... humains. Il n'oublierait jamais la boucherie qu'il avait vue ce jour-là, comme il n'oublierait jamais les horreurs qu'il avait vues dans sa vie.

Il avait senti que la jeune Mikasa Ackerman était un peu comme lui, ne montrant rien de l'horreur qu'elle ressentait durant le jour mais envahie par les cauchemars la nuit. Il avait été habitué aux cauchemars depuis longtemps, de telle sorte que dans son rêve, il semblait être un fantôme parmi des démons, invisibles et difformes, incapable d'être affectée parce que ce qu'il voyait. Et pourtant, en ce moment, devant lui, il ne pouvait s'empêcher de se sentir un peu triste pour cette famille anéantie. Et Mikasa aussi, d'ailleurs, en voyant le geste presque affectueux qu'elle fit en fermant les paupières d'une des petites filles.

Elle devait avoir raison sur tout a l'heure. Les Titans auraient été divertis en voyant ce spectacle macabre et morbide. Ils auraient même ris, probablement, d'un rire rauque et dérangeant, en voyant le duo de pauvres humains qui essayaient de résoudre une enquête sur la famille massacrée. Ris en voyant le geste affectueux de la jeune fille. Ris en voyant le brun refaire partie d'un massacre, comme s'il avait toujours été destiné à se retrouver dans des endroits sordides.

Lui aussi aurait peut-être ri. Non de joie mais d'amertume et de tristesse.

Lorsqu'il lui avait donné les autres, du coin de l'œil, il aperçut qu'elle avait sursauté, comme si elle s'était un instant retrouvée dans un autre monde, une autre dimension que cet univers dystopique ou ils vivaient tous, comme dans des cages d'animaux de cirque. Elle avait donc peut-être vécu quelque chose de similaire, après tout, ce qui aurait été surement le cas. L'adolescente avait dû être une des victimes de l'attaque du Mur Maria. Lui-même s'était surpris parfois à se retrouver ailleurs lorsqu'il voyait une nouvelle fois une scène de ce genre. Mais il revenait vite à la réalité.

Elle finit enfin par quitter le salon en silence, laissant Kristopher retourner a ses examens médicaux silencieux. Il n'était pas un médecin, mais au fil du temps, en écoutant les docteurs militaires et tous ceux travaillant dans le domaine médical, il avait reçu quelques connaissances, maigres certes, mais utiles. Il procéda donc à l'examen des cadavres froids des enfants, qui étaient étrangement les plus touchés que ceux des parents.

''Ils n'ont eu aucune chance, vraisemblablement. Sur l'un des garçons, des entailles, peu profondes, mais elles ont touché l'artère. Il a dû mourir rapidement, mais il semblerait que certaines blessures sont post-mortem. Gorge écrasée, comme si on avait étranglé son cadavre ou frapper dessus, une jambe un peu tordue... Il a dû essayer de s'enfuir et s'est cassé une jambe. Peut-être qu'il avait chuté dans les escaliers et est tombé sur sa gorge, d’où l'écrasement. L'autre est, en bien, plus piteux état. De larges coupures au ventre, comme si on avait essayé de l'éventrer. Ça a marché, en quelque sorte... Il a dû saigner comme une fontaine. Un de ses globes oculaires sont manquants, arrachés surement. Il a aussi... une plaie entre les cotes. Blessure perforante, on a dû le poignarder et la lame a du atteindre le cœur.''

Il devait sembler étrange, de parler tout seul ainsi, mais cela l'aidait un peu a penser. Son regard se porta vers la jeune fille de huit ans, qui portait une robe tachée de sang. Soulevant sa robe lentement, il fronça des sourcils avant de la rabaisser.

''Ecchymose aux cuisses. Surement violée. Sa gorge a été tranchée et sa poitrine ouverte, comme si on y avait pratiqué une incision maladroite. L'autopsie du légiste révélera surement des résultats plus tard de ce que je ne vois pas. Je le noterais dans mon rapport du jour.''

Il examina ensuite le corps des parents, qui, étonnamment... n'avait aucune blessure. C'est comme s'ils étaient morts en paix, quelque part dans cette maison, tandis que leurs enfants s'étaient faits massacrer comme des animaux dans une boucherie. Il allait laisser cela aux soins du légiste. Entendant des pas, il se retourna en se mettant debout, voyant Mikasa revenir avec quelque chose dans les mains et fit son rapport. Apparemment, malgré l'équipement de la cuisine, la famille semblait être de classe moyenne et pas spécialement riche. Ce qu'elle avait dans ses mains, elle le déposa, dévoilant un morceau de céramique couvert de sang, disant qu'elle avait trouvé cela dans la chambre des enfants. En effet, un criminel serait venu avec des couteaux ou une quelconque autre arme, au lieu d'utiliser ça, pensait le brun en hochant la tête.

Autre point étrange, la chambre des parents, tout comme les corps, impeccables et non touchés, aucun bijou n'a été voler ni d'argent non plus. Preuve de ses propos, une enveloppe remplis de liquide, trouvée dans un endroit visible et non-difficile a trouver.

Quand Mikasa lui demanda ce qu'il avait découvert, il lui fit un topo de l'état des cadavres.

''Étrange, en effet. Les parents n'ont pas de grosses blessures sur eux, mais les enfants, massacrés. Ce ne sont pas des pillards, assurément, ou ils auraient tous les objets de valeur.''

Il s'avança vers la cuisine et vérifia la cuisine, mise à sac. Il toucha le poêle et le four. Un peu chaud. Ils devaient avoir mangé avant de mourir, assurément. Kristopher s'avança ensuite vers la trappe qui donnait sur une salle sombre en dessous. Il s'y enfonça néanmoins et arrivant en dessous, il trouva par chance une lampe a huile posée sur une petite table, l'allumant et regardant aux alentours. Des étagères vidées de leurs contenus,. Ils avaient volé... de la nourriture ? Fronçant des sourcils, il analysa les alentours avec minutie, mais n'y découvrit rien de formidable. Il remonta avec la lampe, l'éteignant et la posant sur un comptoir.

'Rien là-dessous. À croire que les mecs avaient tellement faim qu'ils ont décidé de tuer cette famille...''

L'humour noir, peu apprécié des gens. Passant une main dans ses cheveux, il soupira.

''Cherchons aux alentours de la maison. Ils n'ont fouillé que l'intérieur, j'imagine, les autres gardes''

Sur ces mots, il sortit dehors par le devant et commença à faire le tour de la maison, faisant attention sur ce a quoi il marchait... et trouva des taches de sang au sol qui menait a une ruelle un peu plus loin. S'y engouffrant, il vit des traces de pas former dans le sang.

''Mikasa! Dis aux soldats dehors de la maison d'embarquer les preuves et les corps a la morgue ! J'ai trouvé quelque chose !'' dit-il à haute voix, l'attendant, les bras croisés.

HRP:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1145-kristopher-moreau http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1155-kristopher-moreau-un-predateur-difficile-a-apprivoiser
avatar
Invité

MessageSujet: Re: { RP VIOLENT } Finissons-en rapidement [ Kristopher Moreau]   Mar 25 Oct - 17:40

La vie de Mikasa allait-elle se résumer qu’à un amoncellement de cadavres ? Une pile de corps décharnés qu’elle surplomberait de ses bottes ensanglantées. Elle aurait peut-etre du perdre la vie dans cette cabane paumée au milieu de la foret. Tout comme ses pauvres parents. Tout comme Madame Jaeger. Et tout comme cette famille qui gisait inerte à ses pieds.

Eux…. Le sort ne les avait pas épargnés. Toute leur vie durant ils avaient dû se méfier des titans sans se douter une seule seconde que c’est de la main d’un humain qu’ils allaient perdre la vie. Naïfs étaient ceux qui pensaient que la seule menace qui planait sur leur tête était à l’extérieur des murs. Ils étaient nombreux, les hommes qui pouvaient témoigner de la cruauté humaine. Mikasa aurait eu long à dire la dessus. Le Caporal-chef Rivaille aussi. Elle se souvenait encore de la confidence qu’il lui avait fait sur son passé. Eren, Armin….. Tous avaient un lourds passé… Tous avaient déjà croisé le regard de la mort dans les yeux vide des corps qui trainaient sur leur passage…

Mikasa se souvenait encore de ce que lui avait dit une fois sa mère quand elle était toute petite. La vie est un cadeau…. Si c’était ça la vie, pouvait-on vraiment parler de cadeau ? Ou bien sa mère avait-elle oublié de préciser qu’il était empoisonné…. Pour la jeune soldate, la vie n’était qu’une succession de combats, de luttes, de batailles. C’était un jeu. Un jeu funeste dans lequel seul les plus forts gagnent. Humains ou titans ? Ça n’avait aucune importance. Il n’y a que la force qui permet de rester en vie. Cette pauvre famille n’avait pas eu cette chance….

Mikasa arriva dans le salon quand Kristopher énonçait les constatations remarquées sur le corps de la jeune fille. Violée, mutilée, égorgée…. Mikasa n’osait à peine imaginer la souffrance qui avait du être la sienne et le calvaire qu’elle avait enduré. C’était insoutenable. C’était atroce. Si cette mission avait été la toute première de sa vie de soldat, Mikasa aurait vomie tripes et boyaux avant de prendre ses jambes à son cou pour s’enfuir loin de cette maison de l’abomination.

Mais elle resta là. Debout. Forte. Elle s’appliqua seulement à ne plus poser son regard sur le cadavre de la petite fille torturée. C’était trop dur et elle savait déjà que l’image décharnée de cette pauvrette allait venir la hanter dans ses nuits de sommeil.

Reprenant contenance, Mikasa donna le morceau de céramique ensanglanté au soldat de la garnison qui l’accompagnait. Elle lui expliqua le détail de ses constatations et elle attendit plus d’information sur l’examen des corps alignés dans la maison

''Étrange, en effet. Les parents n'ont pas de grosses blessures sur eux, mais les enfants, massacrés. Ce ne sont pas des pillards, assurément, ou ils auraient tous les objets de valeur.''


Les pillars….. ca ne tenait pas la route en effet. Ils auraient pris les objets de valeur et ils n’auraient pas pris le risque de se faire repérer en zigouillant toute une famille. Vu la violence présente dans les lieux, les enfants avaient du hurler de toute la force de leurs poumons. Ils avaient du se défendre. Ca avait forcément fait beaucoup de bruit…. Prendre le risque de se faire repérer avec la Garnison et les forces spéciales qui rodent alentours n’était pas prudent. Pas si on désire juste voler de l’argent.

Mikasa laissa Kristopher se rendre dans la cuisine. Elle ne le suivit pas et préféra réfléchir aux différentes possibilités de ce crime barbare. L’agent ? On venait de dire que non. Que pouvait-il y avoir d’autres ?

Kristopher la rejoignit en lui expliquant que le cellier avait été vidé de son contenu. L’hypothèse d’un vol de vivres immergeait donc à la surface sans que cela ne tienne la route davantage que le vol d’argent

« Je ne vois pas pourquoi on prendrait la peine de massacrer une famille pour voler trois pauvres miches de pain et quelques fuseaux de viandes… »

De plus, d’après ce qu’elle avait vu à l’étage, la scène de crime avait vraisemblablement eut lieu dans la chambre des enfants. Le cellier étant au rez de chaussés, les voleurs n’allaient pas monter l’escalier, violer une petite fille, massacrer le reste de la famille avant d’aller chiper la pitance…. Il y avait quelque chose qui ne fonctionnait pas dans ce raisonnement-là.

''Cherchons aux alentours de la maison. Ils n'ont fouillé que l'intérieur, j'imagine, les autres gardes''


Une nouvelle fois Mikasa obtempéra sans rechigner. Elle aurait donné n’importe quoi pour quitter cette pièce immonde et ne plus être confrontée aux corps de ces pauvres malheureux. Sans pouvoir s’en empêcher, elle jeta un dernier regard à la plus petite victime en lui adressant la promesse silencieuse de réussir à arrêter ceux qui l’ont mis dans cet état.

Une fois à l’extérieur, elle prit une grande bouffée d’oxygène. L’air était nauséabond et pestilentiel mais c’était toujours plus supportable que l’odeur ferrique du sang tiède qui prenait à la gorge.

Il n’y avait rien de particulier sur le pas de la porte de la maison. Pas de trace de sang sur le sol ou sur les pieds qui jouxtaient le palier. En revanche, en suivant Kristopher, ils finirent par remarquer du sang écarlate à proximité d’une fenêtre. Une trace de main était même bien visible sur le montant en bois décharné de celle-ci

« Ils sont sortis par la fenêtre… il y a une marque la » affirma Mikasa en montra l’empreinte large qu’elle venait de trouver.

Elle sursauta un peu quand la voix plus excitée de Kristopher l’interpella. Elle tourna la tête dans sa direction et regarda l’empreinte de pas qui s’enfonçait dans une ruelle plus loin. Bingo ! avec un peu de chance il suffisait de suivre les empreintes pour remontrer jusqu’au criminel. Cela confirmait au moins qu’il s’agissait d’amateur. Jamais un criminel avisé n’aurait laissé de preuves aussi grossières dernière lui.

Après un petit signe de tête, Mikasa alla retrouver les soldats de la Garnison qui faisaient le guet devant la maison. Elle exposa clairement quels étaient les nouveaux ordres

« Il faut déplacer les cadavres à la morgue. Les preuves doivent être scellées. Vous en trouverez beaucoup dans la chambre de l’étage et des empreintes sont à relever sur l’une des fenêtre du rez de chaussés »

Elle ne s’attarda pas davantage avant de rejoindre au pas de course Kristopher. Sa cape verte volait derrière elle jusqu’à ce qu’elle arrive à sa rencontre.

« Du nouveau ? »

Elle lui emboita le pas tout en regardant autour d’elle. Elle avait récupéré un porte document auprès des soldats qui devaient s’occuper du rapatriement des corps. Elle commença à faire tourner doucement les pages de papier râpeux sur lesquelles étaient notés quelques informations comme l’identité des membres de la famille

« Le père s’appelait Gérald. Il était apothicaire. Quant à sa femme, elle s’occupait de l’éducation des enfants…. »


Elle releva ses yeux vers Kristopher

« On devrait peut être enquêter du côté des contacts professionnels non ? S’il était apothicaire, il devait forcément posséder un atelier ou une échoppe quelque part dans le district »

Maintenant qu’elle y songeait, il s’agissait peut être d’un règlement de compte…. Un sordide histoire de médicament dont la facture n’était pas payée. Gérald avait peut etre menacé son client s’il n’effaçait pas son ardoise et le conflit avait dégénéré…. Mikasa n’était pas experte des enquêtes criminelles mais cette piste lui paraissait tenir la route comparée à toutes les autres envisagées

Elle se risqua donc à faire part oralement de son intuition

« Et si le crime était davantage une vengeance plus qu’un appât de gain ou de nourriture ? »

Revenir en haut Aller en bas
Garnison

Masculin Messages : 154
Date de naissance : 04/04/1998
Date d'inscription : 17/01/2015
Age : 19
Localisation : wouaf
MessageSujet: Re: { RP VIOLENT } Finissons-en rapidement [ Kristopher Moreau]   Mer 26 Oct - 3:51

La vie n'était-elle donc qu'un charnier sanglant que chacun devra voir au moins une fois dans sa vie avant qu'on ne meure tous de façon aussi horrible ou dans son propre lit ? Cette question revenait souvent rebondir dans les recoins du crâne du soldat des Roses. Des enquêtes qui étaient banales à première vue pouvaient se révéler bien plus sombre qu'il ne l'avait imaginé et plus grand. C'était un fait, lorsque l'on patrouillait dans les rues de Trost, les premières années de la chute du Mur Maria. Et même encore, lorsqu'il était au Mur Maria, il y avait eu des affaires bien sordides, comme ce meurtrier qui s'en était pris aux prostituées dans des rues et des allées sombres, leur ouvrant le ventre et l'utérus avant de laisser leurs cadavres en plein air. Ils n'ont jamais pu l'attraper, malheureusement. De nombreuses femmes ont dû mourir dans des atrocités inimaginables.

Ce qu'avait subit cette petite fille qu'il avait vu tout à l'heure n'était qu'une chose atroce et bestiale, aucun enfant ne devrait connaitre un tel sort. Il savait de quoi il parlait. Il avait vécu des choses semblables... Mais il ne savait pas quel était le pire dans son cas : le fait qu'il n'avait jamais pu mourir lors de ces longues années ou bien qu'il fût le seul survivant. Mais encore une fois... Tout n'était qu'une question de point de vue. Certains y verraient une manifestation de Dieu pour qu'il puisse ramener la justice en ce monde, d'autres une chance morbide que de survivre à pareille souffrance. Et pourtant, il en est devenu presque insensible, au fil des années, de la raison du comment il a pu survivre.  

Cependant, malgré son visage de marbre et sa voix sans émotion, au fond de lui brûlait une émotion qui lui était familière : la colère. Même s'il avait toujours été habitué à voir des cadavres mutilés et des gens souffrir, il ne pouvait laisser passer le fait que quelqu'un puisse s'en tirer après ce que la petite fille eut à subir... Non. Il allait s'assurer personnellement de faire connaitre aux coupables ce que c'était, d'être à moitié mort. Il allait les briser sous les yeux de ses complices si complices, il y avait. Il allait leur montrer ce que le Loup-Garou de la Garnison savait faire de ses crocs et de ses griffes.  

Comme lui, Mikasa ne pensait pas que la conclusion du pillage était plausible. La nourriture avait beau être volée, ce n'était pas logique que les coupables auraient massacré une famille entière et laisser derrière eux des objets de valeur comme l'argent ou les bijoux. Non, rien n'était logique dans ce crime sadique. Rien n'était logique en ce monde. Il fallait trouver une logique pour soi-même, pour vivre dans ce monde. Et si on n'en trouvait pas... Alors la folie se manifestait. Non. La folie se réveillait en nous.
 
Son regard était posé en silence sur les grandes traces de pas ensanglantés tandis que Mikasa s'était éloigné pour interpeller les gardes. S'ils avaient dû partir par la fenêtre comme elle l'avait fait remarquer, c'était qu'ils étaient pressés pour ne pas avoir pris la porte de devant. Les gardes avaient dû être alertés par les cris des enfants. Il vit soudainement quelque chose briller dans la ruelle. S'approchant, il se baissa et ramassa ce qui était un morceau de métal taché de sang, l'examinant. Il était tordu, comme si on l'avait cassé. Mikasa arriva enfin avec un porte-document et lui demanda ce qu'il y avait de nouveau. Kristopher lui montra sa trouvaille un moment tandis qu'il marchait dans la ruelle prudemment, ne voulant pas détruire d'éventuelles preuves et l'écoutait patiemment.
 
''Rien que ça. On dirait que ça avait appartenu à un des coupables.'' Il le rangea ensuite dans sa poche et la referma grâce a des boutons. Il n'allait pas laisser cette preuve disparaître. ''Apothicaires, hein... les parents ont dû être drogués, selon moi. Comme paralysés et mort ensuite par étranglement, même si je n'ai pas vu de marques autour de la gorge autour des parents. Ce qui peut guérir peut aussi tuer. Ils ont dû assister a tout le massacre, impuissants...''

Il écouta ensuite sa supposition, la considéra un moment avant de hocher brièvement la tête tandis qu'ils sortaient de la ruelle pour atteindre une autre rue, toute aussi vide et silencieuse que la maison. Certains cadavres n'avaient pas été récupérés dans ce coin et les corbeaux ainsi que la vermine se faisait un plaisir pour se nourrir de ce festin.
 
''Oui, on devrait enquêter pour les contacts professionnels, ils ont surement un registre dans leur échoppe. Et j'approuve ta supposition, mais cependant... Pourquoi auraient-ils pris la peine de voler de la nourriture ? Je n'aurais rien dit contre de l'argent, mais pourquoi de la nourriture, justement ? Sauf si quelques mendiants avaient entré dans la maison et voler la nourriture tout en ignorant les corps...''

Gentiment, il lui prit le porte-documents des mains et tournait les pages à un rythme rapide, ses yeux analysant l'écriture. Bingo.

''L'adresse est justement a deux pas de rues d'ici. Dépêchons-nous, je sens qu'il va pleuvoir...''

Après avoir couru un petit moment, ils arrivèrent enfin devant le bâtiment. La face, contrairement a celle des autres maisons, étaient intactes et sur un panneau était écrit 'chez Gerald, apothicaire depuis deux générations. Prix non-négociable.'. Il y avait deux étages apparemment et les ténèbres avaient envahi les lieux. Il ouvrit la porte de devant et y entra, regardant aux alentours un moment. Derrière le comptoir en bois de chêne, des étagères étaient entreposés divers médicaments et dans un coin se trouvait une cheminée froide avec deux chaises pour attendre surement.

''Vérifie cet étage-ci, je vais en haut'' dit Kristopher tandis qu'il montait des escaliers. ''Et préviens moi si tu trouves quelque chose !''

Arrivé en haut, il n'y avait qu'une porte entrouverte donnant sur un bureau plutôt spacieux et bien décoré. Le brun s'avança et examina les alentours. Quelques bibliothèques contenant divers livres, des chandelles posées sur le bureau, quelques portraits sur les murs. Rien d'intéressant en somme. Kristopher s'installa sur la chaise confortable derrière le bureau et ouvrit les divers tiroirs avant d'en retirer un registre et l'ouvrit, tournant les pages lentement et analysa les récentes entrées comme ancienne.

Une entrée attira particulièrement son attention : docteur Bundy, rue des Ormes, dettes non payées, interdiction de vente.

Il fronça des sourcils et fouilla les sourcils, fouillant les tiroirs sans rien trouver d'autre cette fois-ci. Descendant les escaliers, il interpella la jeune fille :

''Oi. Tu as trouvé quelque chose, toi ? Moi, j'ai trouvé un registre avec une entrée intéressante'' dit-il en l'agitant légèrement dans ses mains, un livre au cuir brun et usé. Et comme il avait prédit tout a l'heure, au-dehors, la pluie commençait a tomber a grosse goutte, le ciel était noire comme s'il faisait nuit alors qu'ils n'étaient qu'en début d’après-midi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1145-kristopher-moreau http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1155-kristopher-moreau-un-predateur-difficile-a-apprivoiser
avatar
Invité

MessageSujet: Re: { RP VIOLENT } Finissons-en rapidement [ Kristopher Moreau]   Sam 29 Oct - 12:50

Mikasa était plongée dans les documents qu’elle tenait entre ses mains. Il n’y avait rien de fort intéressant pour faire avancer l’enquête si ce n’est la possibilité d’affiliation entre le crime et l’emploi du père de famille. Un apothicaire était en quelque sorte le garant de la santé du peuple. Comme un médecin. Il n’y avait donc pas d’étonnement à ce que cela puisse attiser les convoitises. Toutefois….. Elle était davantage septique sur le fait que les parents aient pu être drogués pour assister aux atrocités endurées par leurs enfants. Ca tenait la route et ça expliquait pourquoi ils semblaient avoir été dépourvus de torture mais il aurait fallu encore trouver un mobile à la hauteur de telles actes de barbaries physiques et psychologiques.

La jeune soldate commençait à regretter sa présence ici. Elle aurait bien donné n’importe quoi pour s’en aller de cet endroit et retourner en mission à l’extérieur pour éradiquer du titan. Ca au moins elle savait faire. Et puis, mise à part quelques déviants, un titan c’est bête à manger du foin. Pas de sentiments. Pas de culpabilité donc. Ils n’étaient guidés que par leur soif de nourriture. Si toutefois bouffer les humains leurs servaient à subvenir à leurs besoins ce dont Mikasa – et Hansie Zoe – doutaient sérieusement.

Mais mener une enquête avec des coupables humains c’était se prendre la folie des hommes en plein visage. Honnêtement, quand elle voyait ça, Mikasa ne comprenait pas pourquoi elle se battait au quotidien. C’était pour sauver cette humanité là qu’elle tuait des titans ? Il aurait encore mieux valu que les titans bouffent les coupables de tels crimes…. C’est d’ailleurs ce qui arriverait. La peine capitale…. Le bannissement à l’extérieur des murs…. Personne ne pouvait survivre et se faire dévorer restait l’unique possibilité d’avenir. Mikasa n’avait jamais voulu être témoin de ce genre de pratique. Mais cette fois elle ferait exception. Si les coupables étaient retrouvés et balancés de l’autre côté des murs pour expier leurs fautes, elle serait l’une des premières à se tenir en haut du mur pour les regarder subir leur triste sort.

Oui…. Il n’y a pas à dire…. Faire partie de l’exploration n’était pas pour rendre le caractère plus docile. Ça le forgeait au contraire. Et ce n’était pas vraiment une bonne chose.

''Oui, on devrait enquêter pour les contacts professionnels, ils ont surement un registre dans leur échoppe. Et j'approuve ta supposition, mais cependant... Pourquoi auraient-ils pris la peine de voler de la nourriture ? Je n'aurais rien dit contre de l'argent, mais pourquoi de la nourriture, justement ? Sauf si quelques mendiants avaient entré dans la maison et voler la nourriture tout en ignorant les corps...''


Pour Mikasa s’était bien là l’unique possibilité de justifier le crime et le vol de vivres. Il y avait deux coupables : les assassins d’un côté et les voleurs affamés de l’autre.

Elle ferma son document et relever la tête pour encrer ses yeux gris dans ceux de Kristopher

« Moi…. Si j’étais affamée…. Je n’hésiterai pas à aller voler la nourriture d’une famille assassinée. Ils n’en auraient plus besoin de toute façon…. Et puis, je sais trop bien ce que ça fait que d’avoir faim. Je reste convaincue que les voleurs ne sont pas les assassins »

La conviction n’allait pas peser bien lourd dans la balance judiciaire. C’était bien avoir de l’intuition mais c’était encore mieux d’avoir des preuves pour l’étayer. Elle passa le porte document à son coéquipier et elle lui laissa le temps de le lire. Mikasa frissonna. Elle releva un peu son écharpe et croisa ses bras sous sa cape verte qui peinait à la réchauffer.

''L'adresse est justement à deux pas de rues d'ici. Dépêchons-nous, je sens qu'il va pleuvoir...''

La jeune soldate leva les yeux au ciel. Des épais nuages blancs et cotonneux emplissaient tout l’espace. Un froid piquant les enveloppait. Plutôt que de la pluie, elle redoutait l’arrivée de la neige. Ca aurait d’autant plus compliqué leur enquête en recouvrant de ses flocons givrés les maigres preuves qu’ils pouvaient encore découvrir.

Sans rien dire, elle emboita le pas de Kristopher jusqu’à l’échoppe dont il était question. La boutique était en bois et son état presque impeccable dénotait avec le reste du district. C’était bien là la preuve que même les rebelles reconnaissaient l’importance des apothicaires et la nécessité de ne pas s’en prendre à eux. Tout le monde pouvait avoir besoin de médicaments.

Mikasa pénétra à l’intérieur et se laisser imprégner par l’ambiance du lieu. Rien ne paraissait désordonné. Des étagères légèrement poussiéreuses étaient recouvertes de bocaux, de boites, de petits coffres. Dans le coin ouest de la boutique se trouvait ce qui ressemblait à un petit potager de plantes médicinales que Gérald devait faire pousser et cueillir à la dernière minute pour en préserver la fraicheur. D’autres plantes, au contraire, étaient attachées par bouquets suspendus à des crochets pour les faire sécher. Ça sentait la mélisse et cette odeur agréable apaisa un peu la jeune fille.

''Vérifie cet étage-ci, je vais en haut'. préviens moi si tu trouves quelque chose !''


Mikasa hocha la tête pour toute réponse. Elle s’avança derrière le comptoir et elle commença à ouvrir un peu tous les placards et tous les tiroirs. Il y avait beaucoup de choses. Beaucoup de comprimés, de sachets de poudre, de plantes…. Elle avait même trouvé un placard contenant des insectes morts en train de sécher. Cafards, sauterelles et araignées. Mikasa haussa un sourcils en grimaçant. Ces bestioles grouillantes entraient réellement dans la composition de certains médicaments ? Des fois, valaient mieux ne pas savoir ce qu’on prenait pour être soigné….

Une porte à gauche était fermée par une poignet en céramique blanche et élégante. Mikasa la tourna avant d’entrer dans ce qui paraissait être un laboratoire. Un foyer sur lequel était suspendu un chaudron, une table en bois avec un alambic, une balance en cuivre et divers ingrédients et ustensiles servant à la préparation de potion. Rien de choquant à première vue.

Elle fit le tour de la pièce et tomba sur ce qui paraissait être une ordonnance. Elle en lui le contenu et releva la tête quand Kristopher vient la retrouver pour lui faire part de ses nouvelles découvertes

''Oi. Tu as trouvé quelque chose, toi ? Moi, j'ai trouvé un registre avec une entrée intéressante''


Mikasa le regarda et lui tendit l’ordonnance

« J’ai trouvé une ordonnance pour un certain Monsieur Nicholas. Le médecin prescripteur est un Docteur Bundy. Son cachet indique qu’il officie rue des Ormes mais ca ne tient pas la route »

Devant l’interrogation évidente de Kristopher, Mikasa s’expliqua

« La rue des Ormes est une rue non loin de là où j’habitais autrefois. Elle se situe dans le District de Shinganshina. Or, tout le monde sait que ce district fait partie des territoires titans depuis plusieurs années »

Elle reprit l’ordonnance et compara les ingrédients présents sur la table avec ceux entrants dans la composition des médicaments prescrits. Avoir grandi dans une famille de médecin ça aide. Monsieur Jaeger avait toujours tenu les enfants loin de son activité mais elle l’avait malgré tout vu pratiquer les ordonnances un certains nombres de fois. Et puis, il avait des livres aussi. Des livres médicaux de Mikasa avait feuilletait faute de trouver mieux et plus adapté à son âge

« Sur la balance il y a du cerfeuil et ça » dit-elle en montrant un flacon dont elle respira l’odeur « c’est de l’huile de ricin. Tous deux entrent dans la composition du médicament prescrit. Mais il n’y a pas de date à cette ordonnance…. Le papier ne parait pas trop ancien. »

Elle reposa le flacon et arriva à sa conclusion

« Si l’ordonnance est récente, ce que je pense, ça veut dire que le médecin ment sur son adresse. Et s’il ment…. Ca veut peut être tout simplement dire qu’il n’est pas médecin… une découverte qu’a peut être fait l’apothicaire avant d’être condamné à garder le silence sur ce qu’il savait… »
Revenir en haut Aller en bas
Garnison

Masculin Messages : 154
Date de naissance : 04/04/1998
Date d'inscription : 17/01/2015
Age : 19
Localisation : wouaf
MessageSujet: Re: { RP VIOLENT } Finissons-en rapidement [ Kristopher Moreau]   Dim 30 Oct - 3:30

Ce n'était pas l'œuvre d'un humain, mais d'un monstre, purement et simplement. Les Titans avaient souvent le mérite, selon le soldat de la Garnison, de ne tuer que de manière rapide et claire. Mais les humains... les humains, l'Humanité, pouvait se montrer des plus sadiques et des plus brutaux lorsqu'ils commettaient des crimes monstrueux et inhumains. En fait... Kristopher voyait des humains partout. Mais aucune humanité. Il considérait simplement que chaque humain en ce monde pouvait faire preuve d'un manque d'humanité, que même le plus gentil d'entre eux pouvait tourner d'une mauvaise façon lorsque les circonstances étaient plus que chaotique.

Peu après la chute du Mur Maria, la faim avait poussé les gens aux extrémités du Mal. Meurtres, vols et plusieurs autres crimes sombres. Mais il n'en avait pas fait partie. Il avait connu lui aussi, la faim dévorante, durant sa période sombre et noire de sa vie, ainsi que plusieurs autres personnes qui avaient fait partie de son chez-lui. La faim avait poussé ses anciens amis... à manger ceux qui étaient morts. Il avait été torturé par cette même faim plusieurs fois d'affiler, sa sœur aussi, mais il s'était chaque fois retenue à temps pour ne pas céder et manger de la chair comme les autres, ainsi que sa sœur. Mais les choses n'avaient jamais été simples. Pour lui. Pour personne. Pour Mikasa aussi.

Elle avait dit qu'elle n'aurait pas hésitée à se servir dans le garde-manger d'une famille a peine assassinée pour satisfaire sa propre faim, vu qu'elle savait ce que ça faisait d'avoir faim. Elle avait dû faire parti évidemment des survivants de l'attaque du Titan Colossale. Si elle avait survécu jusqu'ici, c'était qu'elle était une personne forte. Et le monde avait besoin de personnes fortes avec un esprit fort. C'était ce qu'il fallait pour faire avancer les choses. Pour faire des choses.  

Et il était quelqu'un de fort. Il sentait que Mikasa aussi possédait une grande force semblable au siens, ce qui était une bonne chose. Il fallait une très grande force pour faire avancer cette enquête... et punir évidemment le coupable. De leur propre manière ou bien aux mains de la Justice. Mais il était tenté de le faire à sa manière. Ou bien celle de Mikasa. Tant que la mort viendrait prendre le coupable...

Ses sourcils se froncèrent en l'écoutant avec attention, sa curiosité piquée au vif, tandis qu'elle lui montrait une ordonnance. En effet, rien ne tenait la route... La Rue des Ormes, selon elle, se situait dans le district de Shinganshina. Mais peut-être que c'était une autre rue dont le nom a changé pour rendre hommage aux victimes. Mais il se décida à suivre l'intuition de la jeune fille.
 
''En effet, c'est plausible. Mais dans ce cas, ça nous laisse sur une sérieuse impasse, puisque si cette adresse est fausse, quel est la vraie alors ? Si on ne la trouve pas, on est revenu à la case départ.''

Il rouvrit le grimoire tout en l'écoutant attentivement si elle venait a parler, retournant diverses pages et les examinant avec attention. Cependant, pour sa grande surprise, il vit une petite feuille tombée entre deux pages du grimoire qu'il n'avait pas vérifié. Il reposa le grimoire et récupéra la note, la dépliant et l'ouvrant. Une inscription y était gravée : Là où brûle le feu, la lumière donne la réponse.

Il tourna son regard vers la cheminée et s'y approcha. Une énigme, pensa le brun, bien qu'assez évident. Il plongea sa main dans les cendres froides et en retira un papier qui était caché, un peu sale et le déplia. Il tendit à la brune le papier ou était inscrit : Quartier de la Plume, au cabinet Bundy et fils. Ne le laissez pas vous berner. Je ne suis pas sure si je vais survivre, mais en aucun cas, ne le laissez pas vous berner. Si je meurs, dite à ma famille que je les aime.

''Hey bien... Ton intuition était juste. Je pense qu'il serait le temps d'aller voir là-bas, non ?'' Sur ces mots, il sortit en sa compagnie du magasin et referma la porte pour se diriger ensuite vers l'adresse, marchant une nouvelle fois a travers les diverses rues et allées sombres. Au bout d'une vingtaine de minutes, ils arrivèrent devant le cabinet du docteur qui contrastait avec la boutique précédant. Les fenêtres étaient solidement barricadées, des façades étaient maculées de sang séché, la pancarte qui marquait le nom du lieu était branlante et pendait sur une seule chaîne et une partie de la toiture avait été brûlée. Un corbeau croassait tandis qu'il picorait un cadavre.

''C'est charmant'' dit le soldat sur un ton sarcastique avant de marcher rapidement vers la porte. Il y cogna trois fois fortement.
 
''Qui va là?'' Demanda une voix éreintée et basse après un moment.

''Des soldats. Nous vous demandons d'ouvrir la porte où nous la défoncerons.''

''Oh, oh, ces jeunes d'aujourd'hui...''

Des cliquetis de métal se firent entendre et enfin, après une minute, la porte s'ouvrit pour dévoiler un vieillard au dos voûté. Malgré sa grande taille, il avait l'air plutôt petit et ses grands yeux céruléens étaient marqués par des cernes. Il avait le crâne chauve, mais une moustache plutôt bien garnie. Ses vêtements étaient tachés de sang séché aussi et des gémissements d'agonies se faisait entendre à l'étage. D'un geste de la main, ils invitèrent le duo à entrer, ce que Kristopher fit en faisant signe a Mikasa. Le vieil homme désigna des chaises dans un coin et ils s'y assirent.

''Que me voulez-vous ? Des plaies qu'il faut pansé ? Je le regrette, mais j'ai déjà trop à faire... mais je peux vous vendre des bandages et d'excellents antidouleurs.''

''Nous ne voulons rien de cela, nous allons bien... physiquement. Nous sommes ici pour enquêter sur le meurtre d'une famille possédant un apothicaire. Gerald et sa famille, je crois que vous devriez les connaitre.''

Le vieil homme écarquilla les yeux de terreur et des larmes emplirent ses yeux, essayant de reprendre contenance, sa voix tremblotant.

''Je... Je les connaissais, oui... Mon maître avait soigné leur petite fille, Adalea. Une si adorable enfant... ainsi que leurs garçons... oh, pauvre eux...''

Kristopher laissa un moment le vieil homme se reprendre, le visage caché par ses mains avant de regarder le duo d'un œil triste et chagriné.
 
''Votre maître ? Qui est-il ? Où se trouve-t-il ?''

''Je... Il se trouve à une heure d'ici, il est en train de s'occuper d'une femme qui a été blessée. Son nom est Ted Bundy, c'est un brave homme.''

''Bien. Je vous laisse vous occuper de vos patients a présent...''

Sur ces mots, il se leva de la chaise et sortit du cabinet en compagnie de Mikasa, se dirigeant vers la maison que le vieil homme avait indiqué avant de partir.

''Il a l'air vraiment détruit... Il en a dû voir des vertes et des pas mures, avec la rébellion'' Dit Kristopher d'un air las, mais calme.

Au bout d'une heure, ils arrivèrent à destination. La pluie s'était intensifiée et le vent avec, charriant l'odeur nauséabonde de la décomposition dans l'air. La maison était comme toutes les autres, détruite, mais une silhouette était visible depuis une fenêtre. D'un signe de la main, il ordonna à Mikasa de se poster aux alentours de la maison au cas où le suspect s'enfuirait.

Kristopher y entra et vit un homme de grande taille, aux larges épaules et aux longues jambes s'occuper de la femme en question... qui était morte, tenant un scalpel à la main. Elle avait la gorge ouverte.
 
''Ted Bundy? Je vous mets en état d'arrestation.''

L'homme se retourna, dévoilant un visage hirsute et surpris avant de soudainement lancer un scalpel vers le brun, qui se ficha au niveau de sa jambe. Grognant de douleur, cette distraction lui laissa le temps de sortir de la pièce par une fenêtre et s'enfuit rapidement.
 
Merde, pensa le brun en retirant le scalpel et en essayant de le suivre du mieux qu'il pouvait, j'espère que Mikasa va l'attraper...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1145-kristopher-moreau http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1155-kristopher-moreau-un-predateur-difficile-a-apprivoiser
avatar
Invité

MessageSujet: Re: { RP VIOLENT } Finissons-en rapidement [ Kristopher Moreau]   Mar 1 Nov - 11:20

Mikasa n’aimait pas l’allure que prenait cette enquête. Elle était venue ici pour prêter main forte à la garnison et non pas pour mettre les pieds dans de sordides affaires qui dépassaient de loin ses compétences. Ce n’était pas quelque chose qui aurait du être traité par les Brigades Spéciales ça ? Il fallait dire qu’avec la rébellion, les Brigades avaient fort à faire ces derniers temps. Il y avait bien trop peu de soldats pour beaucoup trop de travail. Bah…. Mikasa n’allait certainement pas les plaindre. Ils étaient restés des années entières au chaud confinés derrière le mur Sina pendant que d’autres risquaient leur vie pour la reconquête de territoires titans. Alors pour une fois qu’ils mettaient la main à la patte, elle était plutôt satisfaite.

Ce qui ne la satisfaisait pas en revanche, c’était la pluie qu’elle entendait tomber lentement sur le toit de la petite boutique d’apothicaire. Elle jeta un coup d’œil par l’unique fenêtre du laboratoire pour s’apercevoir que les goutes de plus dégringolaient lentement, comme l’avait pressenti Kristopher. C’était toujours mieux que la neige.

La jeune soldate lui exposa donc ses découvertes et elle fut plutôt enthousiaste de voir que Kristopher ne s’opposait pas à ses idées. Pour elle, la fameuse rue des Ormes ne pouvait qu’être celle de Shiganshina. Par conséquent, le fameux docteur Bundy mentait effrontément sur l’adresse présente sur les ordonnances. Encore fallait-il que ce soit un vrai médecin….

Mais comme venait de le signaler Kristopher, si l’adresse était fausse, où pouvoir trouver ce Dr Bundy ? Ils n’allaient pas retourner toutes les villes et tous les districts quand même. Ça serait un travail bien trop fastidieux et le temps ne leur permettait pas de le réaliser.

Elle vit Kristopher se baisser pour ramasser un morceau de papier.

« Qu’est ce que c’est ? » demanda-t-elle avec une pointe de curiosité

Elle le regarder aller vers l’âtre du feu et y plonger sa main. Qu’est ce qu’il pouvait bien fabriquer. Ce n’est que lorsqu’il sortit un morceau de papier qu’il lui tendit qu’elle comprit. Il avait trouvé une sorte d’énigme qui déboucha sur un avertissement. Non…. Sur un message post mortem… Gerald se savait menacé. Il avait pris soin de donner les indications sur l’identité de celui qui lui retirerait la vie : Bundy.

''Hey bien... Ton intuition était juste. Je pense qu'il serait le temps d'aller voir là-bas, non ?''

Le chemin pour aller jusqu’à la nouvelle adresse – quartier de la plume – était relativement rapide. La pluie tombait un peu plus fort et Mikasa avait relevé la capuche de sa cape verte pour se protéger. Les mèches de ses cheveux tombant sur son front s’imprégnèrent malgré tout de gouttelettes d’eau.

Ici, c’était comme partout ailleurs. Un amoncellement de matériaux des ruines des bâtisses. De la boue avait remplacé les pavés. Les sabots de son cheval s’enfonçaient dans cette bouillasse tout en le faisant parfois glisser. Sur leur chemin, ils rencontraient des cadavres dans un état avancé de décomposition, des familles sans domiciles qui se tassaient dans des abris de fortunes construits a base d’objet récupérés à droite et à gauche. La rébellion avait un fort prix à payer pour le peuple. En plus de la menace des titans, la famine et la pauvreté venaient noircir l’obscur avenir de l’humanité.

Ils arrivèrent à destination et Mikasa posa pied à terre et accrocha sa monture à un anneau prévu à cet éffet qui était fixé à une pierre lourde de la maison. Elle lui flatta l’encolure d’une douce caresse humide avant de suivre Kristopher jusqu’au perron de la porte à laquelle il frappa.

Après quelques minutes, un homme au dos courbé par une vie de labeur trop difficile vint leur ouvrir. Il était petit et le temps avait déjà beaucoup officié sur lui. Etant donné que Kristopher s’en occupait parfaitement, Mikasa le laissa prendre en main l’interrogatoire tout en restant sur ses gardes. Si cet homme s’avérait être celui qu’ils recherchaient, elle était prête à lui bondir dessus pour l’arrêter.

Mais dés que le soldat de la Garnison lui expliqua la raison de leur venue, l’homme s’effondra et des larmes se mirent à ruisseler sur son visage. Il prétendait être une connaissance de Gérald et de sa famille. Il paraissait sincère et sa réaction montrait clairement qu’il ignorait leur mort jusqu’à ce que Kristopher vienne le lui apprendre.


''Je... Il se trouve à une heure d'ici, il est en train de s'occuper d'une femme qui a été blessée. Son nom est Ted Bundy, c'est un brave homme.''

Un brave homme…. Si c’était bien lui l’auteur du massacre, il serait surprenant qu’il soit si brave homme qu’on le décrive. C’était même le plus pourri de toute l’humanité de l’humble avis de la jeune soldate.

Une nouvelle fois, Mikasa suivit Kristopher en ders de la maison. Ils reprirent leur monture pour regagner l’endroit indiqué. La pluie était devenue plus importante et la capuche de la cape de Mikasa était rendue inutile. Elle décida donc de ne pas la mettre et de laisser la pluie s’engorger dans sa chevelure de jais.

''Il a l'air vraiment détruit... Il en a dû voir des vertes et des pas mures, avec la rébellion''


Mikasa monta en selle

« Comme beaucoup de monde ici-bas…. »

Le chemin jusqu’à Ted Bundy fut silencieux. Il n’y avait que le bruit des sabots des cheveux pour venir rompre le silence. De légères nappes de brumes les entouraient parfois et, par reflexe, Mikasa redoubla de vigilance en observant tout ce qui se passait autour d’eux. La brume était une parfaite complice pour les titans lors des expéditions. Elle pouvait être aussi complice de ce médecin fou et de ses éventuels alliés.

Lorsqu’ils arrivèrent, Mikasa ne pouvaient s’empêcher de penser qu’ici c’était encore pire qu’ailleurs. Les maisons paraissaient avoir beaucoup souffert et il n’y en restait pas une seule debout. Sous les poutres et les toitures effondrées, on pouvait apercevoir des membres d’humains écrasés. Elle eut un pincement au cœur et ses mains se crispèrent sur les rennes en cuire du harnais de sa monture. Ce quartier lui rappelait Shingashina…. Il lui rappelait Trost…. Des endroits où les titans étaient venus et avaient tout détruits….

Kristopher stoppa sa monture devant une bâtisse qui n’avait rien à envier aux autres. Fenêtres cassées, murs de pierres partiellement effondrés, toiture branlante… Elle ne tenait debout que par miracle et Miksasa songeait que le moindre coup de vent aurait pu la faire basculer entièrement.


Cette fois, la soldate ne suivit pas son coéquipier. Elle resta au pied de la maison tandis qu’il y pénétrait. Elle préférait scruter les alentours au cas où le médecin aurait des complices qui viendraient lui prêter main forte.

Soudain, du bruit se fit entendre. Un bruit sourd de quelque chose que l’on renverse puis une exclamation de douleur. La porte branlante s’ouvrit à la volée sur un homme replet qui courrait pour s’échapper. Mikasa n’avait pas vu son visage, elle ne voyait que ses cheveux mal coiffés et une barbe épaisse qui dévorait ses joues gonflées.

C’était lui Ted Bundy ? C’était cet homme-là qui avait assassiné toute une famille ? Qui avait torturé des enfants et violé une petite famille. Une colère puissante remonta chez la jeune soldate. Elle sentait cette colère l’emporter et faire battre son cœur plus rapidement. L’adrénaline, elle connaissait. Sans attendre plus longtemps, Mikasa s’élança à sa poursuite. Equipée de son harnais tridimensionnel, elle n’eut aucun mal à remonter jusque lui. Puis, agissant sous l’impulsivité et la haine furieuse qu’elle ressentait, elle dégaina ses deux lames et plongea derrière l’homme auquel elle trancha la tète d’un coup net et propre. La tète ronde et chevelue tomba sur le sol et roula un peu plus loin en rependant autour d’elle une flaque de sang chaud et poisseux. Le reste du corps s’effondra inerte à son tour et Mikasa se retrouva debout face à cet homme auquel elle venait de donner la mort.

Tout s’entrechoquait dans la tête de la jeune soldate. C’était aller vite, très vite, trop vite…. Elle n’avait pas réfléchi et agit sous le coup de la colère. Elle avait fait sa propre justicier toute seule en dépit de sa mission et du calme légendaire qu’on lui connaissait sur le terrain. Elle avait paniqué… Elle avait revu le corps de cette pauvre petite Adalea violée, mutilée, assassinée…

La respiration de Mikasa se fit plus rapide. Ce n’était pas la première fois qu’elle tuait un homme. La dernière fois c’était…. Pour sauver Eren. Elle avait tué pour lui sauver la vie. Mais là, pourquoi avait-elle fait ca ? L’homme ne la menaçait clairement pas. Elle aurait pu l’arrêter et le déférer devant la Justice….

Paniquant sous l’acte immonde qu’elle venait de commettre, Mikasa lâcha ses deux lames qui tombèrent par terre dans un cliquetis métallique. Ses yeux restaient figés sur le cadavre de Ted Bundy dont le sang mélangé à la pluie créait une sorte de boyau sinueux et liquide qui traçait à travers les pavés.

« Qu’est ce que j’ai fais….. »


Mikasa recula et regarda ses mains. Elle allait avoir de sérieux problèmes, elle le savait bien. Elle venait de mettre un terme à leur enquête de la pire des manières. L’homme était mort. Il ne pourrait pas répondre de ses actes ni donner d’explication sur la façon avec laquelle les choses se sont passées et pourquoi il avait fait tout ça.

Pire encore…. Un sentiment inquiétant s’infiltrait en elle comme du poison. Elle avait entendu le cri de douleur de Kristopher sans en connaitre la raison et cela l’avait poussé à commettre cet acte ignoble sur l’homme tentant de s’échapper. Mais était-ce bien lui, Ted Bundy ? Elle n’en savait rien après tout elle l’idée d’avoir peut être tué un innocent ne faisait que s’ajouter à la culpabilité qu’elle ressentait de n’avoir pas été capable de se contrôler

Mikasa se laissa tomber à genoux dans la terre boueuse. Elle se cacha le visage dans ses mains et elle remercia le ciel pluvieux de dissimuler les larmes qui remonter jusqu’à ses yeux. Elle avait tué…. Elle ne valait pas mieux que tous les autres assassins qui gangrénaient les quartiers. Qu’aurait fait Eren si il avait été a sa place ? L’aurait-il tué aussi ? L’aurait-il arrêté et laissé en vie ? Qu’aurait fait le Caporal-chef Rivaille ? Qu’allait faire le Caporal-chef Rivaille ? Il n’allait certainement pas laisser la bavure de Mikasa impunie…. Si Ted Bundy ne pouvait plus répondre de ses actes, Mikasa, elle, le devrait pourtant.
Revenir en haut Aller en bas
Garnison

Masculin Messages : 154
Date de naissance : 04/04/1998
Date d'inscription : 17/01/2015
Age : 19
Localisation : wouaf
MessageSujet: Re: { RP VIOLENT } Finissons-en rapidement [ Kristopher Moreau]   Mar 1 Nov - 20:42

Kristopher aurait dû s’y attendre. Au lieu de l’avoir maîtriser alors que l’homme avait le dos tourné, il ne savait pourquoi, il s’était montré au grand jour en annonçant sa venue. Quel con j’ai fait, avait pensé le soldat tout en retirant le scalpel de sa cuisse. Il s’en était fallu de peu pour qu’il ne touche l’artère, un nerf pour qu’il ne le neutralise un moment ou un muscle important. Peut-être que dans sa panique d’avoir été découvert et dans la peur de se faire emmener en prison, il avait lancé la lame trop rapidement et de manière imprécise. Dans tous les cas, le soldat avait été énormément chanceux de ne pas se retrouver au sol, en train de se vider de son sang. Le Loup-Garou de la Garnison, mort au combat, parce qu’il avait pissé son sang a mort. Quelle belle mort. Mais une mort pareille. Il aurait rejoint l’une des victimes du tueur.

Mais pas cette fois. De nombreuses fois, il avait frôlé la mort et de nombreuses fois, la Faucheuse n’avait pas jugée bon de récolter son âme –ou ce qu’il en reste - une preuve qu’il en faudrait bien plus que cela pour le tuer, selon beaucoup de ses collègues au travail. Il avait été au cœur de la chute du Mur Maria et de la bataille de Trost, avait fait partie de nombreuses enquêtes sordides et tordues, avait survécu aux nombreuses infamies de son enfance face à ses tortionnaires.

Et pourtant… Pourtant, il avait survécu. Comme si la vie avait d’autres projets pour lui. Le concerné avait d’ailleurs plaisanté – a lui-même, personne ne le trouvait spécialement drôle et son caractère ne l’aidait pas à se forger des amis - qu’il n’était promu qu’a une vie de souffrance, comme s’il était le souffre-douleur de la vie. La vie pouvait être une salope. Comme l’Humanité aussi.

Il marchait du mieux qu’il pouvait, mais pour les autres, on dirait qu’il claudiquait, comme si son pied avait été difforme ou blessé. Le brun avait entendu le bruit du gaz sortant de l’équipement tridimensionnel. Mikasa avait donc entamé la poursuite sans lui. Ça l’arrangeait. Si elle était douée, elle rattraperait l’homme, et sinon, ils devraient encore se faire chier à le poursuivre… Mais rien de tout cela ne se passa.

Ses yeux se firent légèrement écarquiller, laissant passer un éclat de stupeur dans ses iris gris une seconde avant de reprendre son air inexpressif en voyant le corps du présumé Ted Bundy, décapité, l’eau se teintant de vermeil comme si on avait fracassé une bouteille de vin au sol. Kristopher avait rabattu sa capuche au passage, lui donnant un air sombre. Son regard se vira vers Mikasa, qui cachait son visage, ses deux lames de l’équipement sur le sol mouillé mélangé au sang.

Il n’était pas surpris du fait qu’elle l’ait tué. Non. Au fond de lui, il se disait qu’en chaque personne se trouve une bête ensommeillée qui attend le bon moment pour se réveiller. Il était surpris du fait qu’elle ne l’ait pas fait de manière… lente. Qu’elle aurait au moins pris son temps. S’approchant d’elle, il lui retira les mains de son visage doucement et garda le silence, ses yeux plongés dans les siens pendant un moment. Il y voyait une petite fille, brisée. Elle avait l’air de ça, en ce moment, d’une petite fille malheureuse demandant pardon pour son méfait. Mais le méfait était grave. Pourtant, ce fut d’une voix douce qu’il parla :

‘’Ne refoule pas tes larmes et ne les cachent pas. Cela prouve que tu es humaine. Bien plus que lui ne l’était.’’ Il accompagna ses paroles d’un geste de la main désignant le cadavre. Puis, il la relâcha, un peu confus au fond de lui. Pourquoi autant de compassion envers elle ? Lui, le Loup-Garou, faire preuve de compassion… considéré comme un monstre. Il allait en débattre plus tard. Il soupira et s’accroupit près du cadavre, ignorant la tête vide de vie, et le fouilla. Il en retira un carnet qu’il mit aussitôt dans sa veste et ne trouva rien d’autre, hormis qu’une montre de poche en bronze.

‘’Viens, suis-moi. Si tu ne veux pas crever de froid…’’ Reprit-il d’un ton plus monotone et froid, attrapant la brune par l’épaule et la ramena dans la maison ou se trouvait l’autre victime du docteur après avoir gardé en mémoire l’endroit où se trouvait le cadavre du docteur. Il la fit s’asseoir sur un fauteuil, à l’intérieur de la maison, et alla dans l’autre salle où il avait découvert la victime, la femme a la gorge ouverte. Allongée sur un lit, elle n’avait rien de stupéfiant que cela. Ni violée ni touchée, rien. Il avait donc tué... Rapidement. Il fronça des sourcils. Cela ne concordait pas, étrangement. La famille de Gerald avait été tuée sadiquement, mais elle… elle était morte comme ça. La trousse de soin du docteur ne contenait rien de spécial non plus… hormis un scalpel manquant, un autre que celui qu’il avait reçu dans la jambe.

Il sortit de la salle ou se trouvait la victime avant de rejoindre Mikasa et s’assit sur une chaise en face d’elle, une main tenant sa propre blessure. Elle ne faisait plus autant mal qu’avant.

’Je ne dirais rien de ce qui s’est passé, si tu le veux. Je peux comprendre… que parfois, l’on agit sous l’impulsivité du moment pour quelques raisons. Enfin, si tu le veux.’’


Il rabattit son capuchon.

‘’Que décides-tu donc de faire ? La nuit va bientôt tomber et rester dehors pourrait s’avérer dangereux. Veux-tu rentrer au QG ou bien continuer l’enquête ?’’

Si elle décidait de rentrer au QG, selon le choix qu’elle va faire, son rapport différera et prétextera à un simple combat qui a mal tourné. Autrement, il ne dirait que la pure vérité. Il examinera le cahier et la trousse du docteur plus tard… et laisser les légistes examiner les cadavres pour ensuite présenter le rapport d'autopsie le lendemain.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1145-kristopher-moreau http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1155-kristopher-moreau-un-predateur-difficile-a-apprivoiser
avatar
Invité

MessageSujet: Re: { RP VIOLENT } Finissons-en rapidement [ Kristopher Moreau]   Mer 25 Jan - 21:46

Tout c’était passé tellement vite que Mikasa n’avait rien pu anticiper. Une fraction de seconde s’était écoulée entre le moment où la tête du médecin était sur ses épaules et celui où elle roulait inerte au sol. La jeune soldate était terrifiée par ses propres actes. Oh, elle ne s’en voulait pas d’avoir tué un monstre – car il ne pouvait vraiment plus être qualité d’humain. Mais en retirant cette vie, elle s’était mise au même niveau que lui. Elle avait été incapable de laisser la justice faire son œuvre. Elle avait tué….. Une partie de son âme se transformait peu à peu en monstre…

Les quelques repères que Mikasa avait eut jusqu’à présent venaient de céder pour laisser place à l’inconnu. Qu’aurait fait Eren à sa place ? Son frère avait toujours été le plus impulsif des deux. Peut-être que il lui aussi aurait tranché la nuque de cet infâme médecin. Ou peut être aurait-il réussi à se contrôler davantage. Depuis son intégration à l’Escouade Rivaille, Eren avait changé, il avait muri… Il se serait sans doute mieux comporté qu’elle.

Les genoux dans la boue, Mikasa voyait le filet de sang écarlate contraster dans la masse brunâtre dans laquelle reposait le corps. La pluie se mêlait à cette affreuse scène d’horreur dont elle était la principale active et responsable.

Pourquoi lui avait-on ordonné d’accompagner Kristopher dans cette mission lugubre. Ca aurait du être le travail d’un membre des Brigades Spéciales. Ou de la Garnison même… Mais pas à l’Exploration… Voilà ce qui se passe quand on demande à un soldat tueur de titan de jouer eux enquêteurs ! Ça dérape…

Mikasa aurait donné tout ce qu’elle possédait pour être auprès d’Eren. Il n’y avait que lui qui aurait été en mesure de la calmer, de la comprendre, de la consoler, de la rassurer. Mais Eren n’était pas là. Il n’y avait personne pour le remplacer… Du moins c’est ce qu’elle pensait avant d’entendre la voix de son camarade de mission.

‘Ne refoule pas tes larmes et ne les cachent pas. Cela prouve que tu es humaine. Bien plus que lui ne l’était.’’

Les joues de Mikasa s’étaient transformées en un torrent impossible à stopper. Ses larmes dévalaient sur son visage tout comme le sang s’échapper de la tète coupée de l’homme. Etait elle humaine encore ? Elle n’était pas encore un monstre ? Dans un geste pathétique, elle essaya de ressuyer ses joues mais une nouvelle vague de larmes ruissela de nouveau sur son visage

Elle le vit à peine s’approcher de la dépouille du médecin qu’il fouilla comme s’il était imperméable à la scène qui venait de se passer. Il agissait avec une froideur que Mikasa lui enviait et qui, par ailleurs, l’effrayait un peu. Comment pouvait-on rester de marbre après avec vu une de ses camarades tuer un homme ?

Mikasa l’entendit lui ordonner de le suivre avant qu’elle ne tombe malade. C’est avec le mécanisme d’un automate qu’elle se mit en route. Elle se leva et se dirigea vers la maison qu’ils venaient de quitter. Elle s’installa sur une chaine dans l’espèce de salon de la maison. Les pas de Kristopher résonnent sur le plancher et Mikasa chassa une dernière fois les larmes de son visage en le regardant partir. Tout lui paraissait bien plus sombre soudainement. Elle se sentait vidée de ses forces et de toute son énergie….

Après quelques minutes, son coéquipier revint face à elle et il s’asseya sur une chaise en bois pour lui faire face. Mikasa plongea son regard gris dans le sien. Elle tourna la tête sur le côté juste après

’Je ne dirais rien de ce qui s’est passé, si tu le veux. Je peux comprendre… que parfois, l’on agit sous l’impulsivité du moment pour quelques raisons. Enfin, si tu le veux.’’

Mikasa répondit presque aussitôt. Elle venait de faire une belle bévue mais elle n’était pas lâche au point de refuser d’en assumer la responsabilité. S’il fallait qu’elle passe devant le tribunal militaire et bien soit, tel serait son destin… Elle était prête à affronter le regard de Eren et de son nain de Caporal s’il le fallait….

« Je n’ai pas besoin que tu me couvres…. Je me débrouillerai toute seule. J’ai tué cet homme… Je ne vaudrai pas mieux que lui si je ne répondais pas de mon meurtre… Et je ne pourrai plus jamais me regarder dans un miroir…. Je ne pourrai plus accepter qu’Eren me regarde…. »

Elle le regarda mettre sa capuche, le regard de Mikasa se posa ensuite sur sa cuisse blessée, le sang tachant de rouge son pantalon détrempé

‘’Que décides-tu donc de faire ? La nuit va bientôt tomber et rester dehors pourrait s’avérer dangereux. Veux-tu rentrer au QG ou bien continuer l’enquête ?’’

Elle se leva et s’agenouilla en face de lui. Elle ne lui laissa pas le temps de protester. Ses yeux gris se posèrent sur cette plaie béante qui continuait de saigner abondamment. Sans réfléchir, elle arracha un morceau de sa cape verte et elle fit une sorte de garrot autour de la plaie pour essayer de minimiser le saignement

« Tu es blessé…. Ce n’est pas extrêmement grave mais il serait plus prudent de retourner au QG pour te soigner… »

C’était typiquement le genre de blessure qui pouvait s’infecter trop rapidement. Les médicaments coutaient de plus en plus chers par les temps qui courraient et même pour les membres de l’armée il n’était pas évident de se fournir en pénicilline ou antibiotique efficace. Il ne manquerait plus qu’on doive lui couper la jambe à cause d’une mauvaise gangrène…

Toujours agenouillée devant lui, ses mains peu délicates essayant toutefois d’être les plus doux possible pour ne pas le faire souffrir davantage, la jeune soldate reprit la parole

« Je ne veux pas arrêter la mission… On m’a demandé de la remplir et je compte aller jusqu’au bout. »

Elle releva juste sa tête pour le regarder de ses yeux gris

« Dans le Bataillon d’Exploration, nous sommes habitués à côtoyer la mort. Ou à abandonner des camarades pour l’accomplissement d’une mission… Mais ce n’est pas une raison pour te laisser continuer a souffrir stupidement… On rentre. Et on avise après. »
Revenir en haut Aller en bas
Garnison

Masculin Messages : 154
Date de naissance : 04/04/1998
Date d'inscription : 17/01/2015
Age : 19
Localisation : wouaf
MessageSujet: Re: { RP VIOLENT } Finissons-en rapidement [ Kristopher Moreau]   Jeu 26 Jan - 2:13

L'adrénaline, le principal moteur de survie de l'humain, c'était ce qui lui permettait de le garder en vie, mais de lui faire sentir en même temps la sensation d'être proche de la mort, c'était ce qui le rendait fort pour un court instant sans pour autant lui donner la volonté d'avancer et de commettre des actes dans le simple but de survivre contre un quelconque adversaire ou dans la simple envie de se sortir d'une situation dangereuse pour l'humain en soi que pour les autres. Il l'avait ressenti plusieurs fois au cours de sa vie comme beaucoup d'autres personnes, comme Mikasa, comme les soldats des Explorations, comme les soldats de la Garnison, même ceux de la Brigade Spéciale. Tout le monde finissait par la ressentir un jour ou l'autre, il le fallait bien. Dire que l'on n'a jamais ressenti l'adrénaline dans le sang de toute notre vie était de dire quelque chose qui équivalait au fait que l'on n'ait jamais connu de grands dangers en ce monde.

Ce genre de situation vous faisait mûrir, vous faisait voir le monde autrement comme il vous faisait percevoir vous-même d'une autre manière. L'adrénaline faisait bien des choses miracles comme elle faisait des choses mauvaises. Kristopher n'était pas un homme de bien, il le savait lui-même, il avait lui-même commis des actes de natures peu appréciables, volontairement comme sous l'effet de l'adrénaline. Il savait ce que ressentait Mikasa... Ce qu'elle devait ressentir en ce moment, l'envie de s'éloigner de certaines personnes pour ce qu'elle avait fait, la honte. Mais contrairement a elle, il n'avait jamais ressenti de honte à tuer quelqu'un ni de salir ses propres mains. Il n'avait ressenti qu'une envie de rester encore plus en solitaire, dans le but de s'éclaircir l'esprit, même légèrement. Il repensait au surnom qu'on lui donnait... Un surnom qui lui allait si bien, pour la violence dont il était capable de commettre, une violence d'une profondeur effrayante et brutale, cruelle. Forgé dans la douleur, prêt à commettre des souffrances. Son surnom avait une origine cachée, ravivée cependant par l'élimination du Titan d'une manière plutôt lente qu'il avait commis.

Aurait-elle un nom après cette mission ? Son propre nom ? Sa marque de fabrique ? Elle était bien trop jeune pour cela et Kristopher allait s'assurer de marquer autre chose donc dans son rapport. Elle était bien trop jeune pour cela. Malgré son pessimisme et son coté réaliste ainsi que sa personnalité dure et brutale, il conservait une marque d'humanité et de compassion au fond de lui. Une enfant, tout comme lui, qui avait été obligé d'affronter bien trop tôt la Nature et le Monde, tout les deux aussi sombre que dans la maison où ils se trouvaient. Le ciel s'était de plus en plus obscurcis et dehors, les torches commençaient déjà à s'allumer.

Il ne dit rien quand elle parlait. De la maturité ou de la stupidité, il ne savait que dire devant ses paroles. Bien qu'il sentît qu'elle voulait vraiment assumer ses actes, elle n'était cependant nullement prête a ce qu'elle allait faire selon le brun. Eren... Ce Shifter. Elle était proche de lui, Kristopher le sentait. Et il espérait au fond que ce Shifter allait bien se montrer gentil envers la gamine. Elle méritait un instant de repos. Mais elle ne semblait pas l'entendre de cette oreille. Elle se leva et s'approcha du brun, se mettant à genoux devant lui pour ensuite lui garrotter sa blessure au niveau de la jambe. La douleur avait disparu entre-temps.
 
''Retourner au QG pour me soigner, hein... Je pense que je peux tenir avec ce bobo. Cela semblerait cliché, mais j'ai déjà vécu plus pire qu'une simple entaille de ce genre. Et puis, je ne pense pas que ce serait bien d'ajouter plus de travail que cela pour les infirmiers.''

Fermant les yeux pour se reposer la vue un instant, il continua d'écouter les paroles de la gamine.
 
''Je vois... Tu veux donc aller jusqu'au bout. Mikasa...'' Il tourna son regard métallique dans les yeux d'onyx de la blonde aux traits faciaux magnifique. ''Fort bien. Nous allons avancer dans l'enquête, toi et moi. Tu veux que j'arrête de te couver ? Fort bien. Dis-toi simplement ceci et j'espère que tu le graveras marquer dans ta tête : vous êtes bien plus chanceux, vous, les Bataillons, en allant hors des Murs. Vous savez ce que veulent les Titans : tuer le plus d'humains possible.
 
Nous, ceux de la Garnison, des Brigades, que devons-nous faire ? Nous occuper des cas sordides, non commis par des Titans, mais par des humains, des femmes, des hommes. Même des enfants. J'en ai vu des choses horribles. Ce que je vois dehors... N'est rien d'autre qu'une chose commise par un humain. Un monstre.'' Il se releva lentement en prononçant ses paroles, roulant ses épaules. ''On souffre continuellement, surtout après la rébellion. Ne sois pas surprise si à la fin... On découvrira quelque chose d'encore plus sombre que ce que l'on avait imaginé.''

Il s'avança vers la fenêtre qui donnait sur la direction d’où ils étaient venus et se mirent à l'observer avec attention, bras croisés dés a présent. Le sol était nappé d'une légère brume tandis que la pluie continuait de tomber. Puis il sortit de la salle avant de revenir cette fois-ci avec la trousse du docteur, s'asseyant sur un fauteuil et fouilla l'intérieur de la trousse avec minutie tout en parlant a Mikasa:

''Le cadavre de la femme que le docteur avait tuée... Était intacte. Autre que sa gorge. Grande ouverte. Le cadavre des autres victimes étaient pourtant violemment et brutalement mutilés. Pourquoi cette femme serait-elle intacte contrairement aux autres ? Je trouve que ça ne concorde pas. Je trouve cela tout simplement... Étrange.''
 
Il continuait de fouiller en remarquant évidemment l'un des scalpels manquant... Et une fiole qui était a moitié consommé. Il fronça des sourcils et l'ouvrit, abaissant légèrement son cache-cou avant de renifler la fiole. Une odeur forte en émanait, mais le liquide était clair comme de l'eau. Il fouilla encore la trousse et en sortit une petite boite qui contenait une seringue qui venait d'être utilisée. Il en sentit l'aiguille. Il la tendit à Mikasa ensuite.

''Même odeur. Il venait d'être utilisé récemment.''
 
Kristopher recommença sa fouille et en sortit un journal intime semblerait-il et le passa au peigne fin aussi. Des notes de rendez-vous et des notes de rappels pour soi-même... Une seule était étrange. Il le lut a voix haute :

''Famille d'apothicaire... Gérald, minuit. Enfants y compris.''

Il jeta un regard vers Mikasa Ackerman.

''Toutes les autres notes présentent des rendez-vous ainsi que la nature des rendez-vous. Guérison de maladies, réparations d'os cassés, consultations hebdomadaires... Sauf celle-ci.'' Kristopher poussa un soupir. ''Retournons au QG cependant... Il fait bien trop nuit noire dehors pour continuer. Nous verrons cela demain.''

*

Kristopher poussa la porte du QG en laissant passer Mikasa Ackerman, un haut-gradé lui montrant ou serait sa chambre tandis que Kristopher donna ensuite la trousse du médecin ainsi que la localisation du cadavre au haut-gradé qui lui dit qu'il irait envoyer un homme se charger de ces choses-la. Kristopher se dirigea ensuite dans sa chambre qu'on lui avait attribuée, petite mais néanmoins confortable. Il s'assit sur le lit et s'y allongea par la suite, éteignant la petite chandelle sur une table basse proche de lui, regardant le plafond. Tant de choses se sont passée en une journée... Et le temps passait si vite.
 
La tête lourde, Kristopher secoua doucement la tête et ferma les yeux. Il valait mieux dormir un bon coup. Cela lui prit une bonne dizaine de minutes avant de s'endormir. Des images sans logique apparurent dans ses rêves... Mais une image, une seule, lui semblait si familière en rêve... L'image d'un homme chauve affichant un sourire mauvais... Un rire froid et tranchant, son regard de haine...

''Réveillez-vous, Moreau...''

Kristopher se réveilla soudainement et une lumière vive l'aveugla un instant avant que ses yeux ne s'habituent à la lumière. Un homme de la Garnison. Un regard vers une fenêtre lui indiqua qu'il était très tôt dans la matinée, le ciel toujours gris cependant.  

'Vous devez venir dans la morgue. Le légiste vous a convoqué, vous et votre camarade.''

Sur ces mots, il partit et Kristopher se leva avec difficulté, s'étirant. La nuit avait été trop courte. Il se dirigea ensuite en prenant de nombreux corridors vers le souterrain du QG où il faisait frais et se présenta dans la morgue, une pièce grande en largeur comme en longueur. Sur une table de bois, un médecin en blouse blanche sale se tenait proche en compagnie de Mikasa, auquel était déposé les cadavres de la famille de Gérald... Ainsi que deux autres cadavres recouverts d'un drap blanc avec les preuves a convictions.

''Les amis, sembleraient-ils que nous ayons un problème... Votre docteur n'était pas le meurtrier, puisque...'' Il dévoila les deux autres cadavres. Un autre enfant, un garçon qui semblait âgé de six ans, et une femme d'une trentaine d'années, le garçon extrêmement mutilé, mais le teint de peau de la mère était aussi pale que la mort, ses yeux étaient vides de vies, mais aucune trace de blessure. ''Nous avons trouvé ces cadavres dans une autre maison. Par ailleurs, la substance que vous avez trouvée dans la trousse de Ted Bundy avait été aussi appliquée semblerait-il sur les parents apothicaire comme sur la mère. Il s'agit d'une substance peu utilisée médicalement de nos jours, mais qui semblerait-il paralyse les muscles des victimes.. Le cœur comptant aussi comme un muscle. Je vous laisse en leur compagnie, j'ai d'autres choses à faire, mais n'hésitez pas a me consulter au cas où.''

Sur ces mots, le médecin légiste quitta la cave, laissant Kristopher et Mikasa seule. Le brun s'avança vers la table et regarda les nouvelles victimes ainsi que le rapport établi et posés proche des corps, écrit par le légiste.
 
''Comme la petite fille de Gerald... Le garçon avait été violer selon le rapport.'' Dit-il en regardant l'enfant. Des cheveux bruns, des yeux verts, des vêtements en loques... Un vrai massacre, encore une fois. Il regarda ensuite Mikasa Ackerman dans les yeux, silencieux un moment.

''On fait quoi ? Une idée ? Si cet homme n'était pas le tueur... Qui aurait pu l’être?''

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1145-kristopher-moreau http://shingeki-no-kyojin.forumactif.com/t1155-kristopher-moreau-un-predateur-difficile-a-apprivoiser

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: { RP VIOLENT } Finissons-en rapidement [ Kristopher Moreau]   

Revenir en haut Aller en bas
 

{ RP VIOLENT } Finissons-en rapidement [ Kristopher Moreau]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le musée Gustave Moreau
» ¤ Camille Moreau ¤
» Signature [Kristopher Letang]
» Gagner des points d'EXP rapidement !
» Signature de contrat - Ethan Moreau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shingeki No Kyojin RPG :: Autres endroits-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit